PARIS ORCHESTRE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondé en 1967, l'Orchestre de Paris est la première réalisation du plan de renouveau musical français élaboré par Marcel Landowski à l'initiative d'André Malraux. Il a été suivi par la création d'une quinzaine d'autres orchestres de région. La vocation de l'Orchestre de Paris était de « jouer un rôle de premier plan dans la vie musicale parisienne et nationale et d'assurer dans les pays étrangers le prestige musical de Paris et de la France » (article premier des statuts). Lors de sa constitution, l'Orchestre de Paris a remplacé le plus vieil orchestre français, la Société des concerts du Conservatoire, fondée par François Habeneck en 1828. Son premier directeur musical, Charles Münch, meurt en 1968, un an après les débuts de l'orchestre, pendant sa première tournée aux États-Unis. Herbert von Karajan, conseiller musical entre 1969 et 1971, imprime une esthétique plus internationale à cette formation qui était alors avant tout un orchestre de tradition française. Cette politique d'ouverture se développe avec Georg Solti, directeur musical entre 1972 et 1975, qui impose notamment aux instruments à vent les normes américaines et allemandes, sans toutefois rencontrer un écho unanime. L'orchestre, qui jouait au Théâtre des Champs-Élysées depuis sa fondation, se fixe au palais des Congrès en 1973. Une politique de création avait été déterminée dès l'origine, avec des premières auditions mondiales (La Transfiguration de Notre Seigneur Jésus-Christ d'Olivier Messiaen, 1969 ; Tout un monde lointain d'Henri Dutilleux, 1971 ; D'un espace déployé de Gilbert Amy, 1973 ; Noomena de Iannis Xenakis, 1974) ou françaises (Requiem canticles de Stravinski, 1967).

Charles Münch

Photographie : Charles Münch

Le chef français Charles Münch (1891-1968), en 1965. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Herbert von Karajan

Photographie : Herbert von Karajan

Le chef d'orchestre autrichien Herbert von Karajan (1908-1989) dirige l'Orchestre philharmonique de Berlin, en 1958. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Avec Daniel Barenboïm (1975-1989), l'orchestre tourne la page des racines françaises exclusives (sans rompre avec elles néanmoins) et devient une formation dont les plus grands chefs s'accordent à reconnaître l'aisance dans les répertoires les plus divers. Au fil des années, les instrumentistes issus de la Société des concerts, qui avaient conservé leur place à l'Orchestre de Paris sans concours d'entrée, sont progressivement remplacés par une nouvelle génération de musiciens. La programmation fait appel aux plus grands noms de l'élite musicale internationale, avec une certaine prudence à l'égard des artistes français. Daniel Barenboïm s'attache à sortir des sentiers battus et donne à l'orchestre un répertoire très vaste ; dès 1975, il inaugure le cycle de concerts de musique de chambre qui permet aux solistes de l'orchestre de se produire seuls ou en compagnie des solistes invités. En 1976, Arthur Oldham est chargé de constituer le Chœur de l'Orchestre de Paris (deux cents choristes amateurs à l’origine) qui est désormais le partenaire de l'orchestre pour toutes les œuvres chorales. En 1981, l'Orchestre de Paris s'installe dans la salle Pleyel rénovée à son intention. Entre 1982 et 1986, il descend chaque année dans la fosse du Théâtre des Champs-Élysées pour le festival Mozart animé par Daniel Barenboïm et Jean-Pierre Ponnelle.

Dans le domaine de la musique contemporaine, il crée des œuvres de Daniel-Lesur, Jacques Lenot, Luciano Berio, Toru Takemitsu et s'engage dans une politique de commandes passées à Marcel Landowski (Messe de l'aurore, 1977, pour le dixième anniversaire de l'orchestre), Pierre Boulez (Notations 1, 1980), Hugues Dufourt (Surgir, 1985), Hans Werner Henze (Fandango, 1986), Edison Denisov (Symphonie, 1988), Berio (Concerto II Echoing Curves, 1988). Le chef d'orchestre américain d'origine russe Semyon Bychkov succède à Daniel Barenboïm (1989-1998) : pendant cette période, le renouvellement de l'orchestre s'achève, le répertoire ne cesse de s'élargir, mais des conflits fréquents entre musiciens et direction conduisent à la nomination d'un directeur général, Pierre Vozlinsky, remplacé par Stéphane Lissner puis par Georges-François Hirsch. Quelques événements importants m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Charles Münch

Charles Münch
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Herbert von Karajan

Herbert von Karajan
Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  PARIS ORCHESTRE DE  » est également traité dans :

OLDHAM ARTHUR (1926-2003)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 769 mots

Chef de chœur, pédagogue et compositeur britannique, Arthur Oldham a formé et dirigé plusieurs chœurs amateurs de haut niveau, parmi lesquels celui de l'Orchestre de Paris. Arthur William Oldham naît à Londres le 6 septembre 1926. Une bourse lui permet de faire des études de composition avec Herbert Howells au Royal College of Music de Londres (1942-1945). En 1944, il obtient le prix Cobbett de co […] Lire la suite

Les derniers événements

4-30 novembre 2004 Côte d'Ivoire. Violences antifrançaises et évacuation des ressortissants étrangers

Le 30, Paris reconnaît qu'une « vingtaine » d'Ivoiriens, civils et militaires, ont été tués par les militaires français entre le 6 et le 9, tandis qu'Abidjan dénombre de son côté cinquante-sept civils tués.  […] Lire la suite

2-16 juillet 1998 France. Régularisation des sans-papiers

Cette décision fait suite au mouvement de protestation des sans-papiers déboutés, orchestré par les intellectuels, les artistes et les milieux protestants, et illustré notamment par la grève de la faim observée depuis le 16 juin par vingt-neuf immigrés turcs et chinois et par l'anthropologue Emmanuel Terray au temple des Batignolles, à Paris. Le 5, Lionel Jospin confirme toutefois que la politique du gouvernement « n'est pas de régulariser tous les sans-papiers ». […] Lire la suite

1er-28 novembre 1990 Royaume-Uni. Démission de Margaret Thatcher

Le 20, alors qu'elle se trouve à Paris pour la réunion de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (C.S.C.E.), Margaret Thatcher est mise en ballottage par les députés conservateurs, recueillant 204 voix contre 152 pour Michael Heseltine, soit 4 de moins que nécessaire, l'écart de voix entre les candidats devant être supérieur à 15 p. […] Lire la suite

16-28 août 1989 France. Grogne dans la gendarmerie

Le 23, la réunion de concertation promise a lieu à Paris. 87 gendarmes, tirés au sort parmi 4 900 volontaires, précisent leurs revendications avant d'entendre le ministre leur promettre des mesures concernant les effectifs, l'aménagement des casernes, le coût des uniformes et le droit d'expression dans la gendarmerie. Le 28, J.-P. Chevènement accuse « une partie de la droite et de l'extrême droite » d'avoir orchestré la campagne de mécontentement, relayée avec complaisance par les médias. […] Lire la suite

10-29 mai 1981 France. Élection de François Mitterrand à la présidence de la République

L'après-midi, il est reçu à l'Hôtel de Ville de Paris par Jacques Chirac, puis il se rend au Panthéon où il dépose une rose sur les tombes de Jean Jaurès, de Victor Schœlcher et de Jean Moulin. La foule, énorme malgré la pluie, écoute l'Orchestre de Paris jouer l'« Hymne à la joie » de la IXe Symphonie de Beethoven, avant de se répandre dans les rues du Quartier latin pendant une partie de la nuit. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « PARIS ORCHESTRE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-de-paris/