LE MISANTHROPE, MolièreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès Boileau et la fin du xviie et surtout durant le xviiie siècle, on n'a cessé de célébrer Le Misanthrope de Molière (1622-1673) : une pièce aussi harmonieuse, aussi rigoureuse, en un mot une comédie aussi sérieuse a enfin réussi à légitimer le comique en le rendant moral. De plus, s'il prend bien appui sur des personnages topiques, en particulier à travers l'opposition de la prude et de la coquette, Molière ne renonce pas ici à l'ambiguïté quand il peint les personnages de Philinte et d'Alceste. Enfin, par un approfondissement des types moraux abordés, l'auteur du Misanthrope parvient à créer un effet de sympathie inédit de la part des spectateurs à l'égard de ses personnages.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  LE MISANTHROPE, Molière  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_34268

Pour citer l’article

Christian BIET, « LE MISANTHROPE, Molière - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-misanthrope/