QUINAULT PHILIPPE (1635-1688)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dramaturge, librettiste et poète français. Bien que Quinault soit fils d'un boulanger, Tristan l'Hermite le prend sous sa protection et l'introduit à l'hôtel de Guise. Il débute très tôt au théâtre avec une comédie fort bien enlevée, Les Rivales (1655), qui obtient un triomphe. C'est le début d'une carrière exceptionnelle durant laquelle il ne connaîtra que le succès. Très attentif à l'évolution du goût, exploitant habilement les voies ouvertes par d'autres, devanciers (Rotrou) ou rivaux (Thomas Corneille et plus tard Racine), Quinault fait jouer successivement des comédies inspirées du théâtre italien (La Comédie sans comédie) et du théâtre espagnol (Le Fantosme amoureux), puis des tragi-comédies dont Amalasonte (1657) et La Mort de Cyrus (1658) qui, mêlant la galanterie et l'héroïsme, marquent un progrès très net du romanesque. Il ne réussit pas moins dans la société que sur la scène : il obtient des succès mondains flatteurs, fait en 1660 un riche mariage, acquiert une charge de valet de chambre ordinaire du roi et se voit accorder d'importantes gratifications. Il écrit alors, à côté d'une excellente comédie, La Mère coquette (1665), des tragédies où domine le plus souvent le pathétique : Astrate (1665), Pausanias (1668), Bellérophon (1671)... La tendresse fade de ses personnages qui ne songent qu'à aimer (Boursault déclare qu'aucun auteur n'a tant de fois conjugué ce verbe) fait pleurer tout Paris. Mais Racine est apparu, et Quinault, devenu auditeur à la Chambre des comptes et ayant songé un moment à la retraite, se tourne vers un genre neuf où il va obtenir de nouveaux succès : à partir de 1672, il écrit le livret des opéras que Lully fait jouer à la Cour. Chaque année ou presque, les deux associés, dont la collaboration ne sera que momentanément interrompue, donnent une « tragédie lyrique », depuis Cadmus et Hermione (1673) jusqu'à Armide (1686) : la poésie harmonieuse et un peu molle du librettiste, qui excelle dans le vers libre, heureusement soutenue par la musique et la mise en scène, trouve dans l'opéra un cadre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  QUINAULT PHILIPPE (1635-1688)  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Le merveilleux règne également alors sur un genre nouveau surgi dans la seconde moitié du siècle : l’opéra à la française ou « tragédie lyrique ». Quinault est le librettiste des spectacles chantés et dansés qu’à partir de 1673 Lully va composer chaque année pour la cour et la ville, à grand renfort d’effets visuels : scènes infernales, apparitions des dieux depuis les cintres, orages et tempête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_2811

LULLY JEAN-BAPTISTE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 2 203 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tragédie lyrique »  : […] À cette date, Lully est surintendant et compositeur de la Chambre (depuis 1661) ; il a épousé, en 1662, Madeleine Lambert, fille du compositeur Michel Lambert. Fort de l'appui du roi et de Colbert, Lully songe désormais à la création d'un genre nouveau, la tragédie lyrique, forme francisée de l'opéra italien. Pierre Perrin et Robert Cambert ont créé en 1669 l'Académie royale de musique où, en 167 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-lully/#i_2811

LULLY JEAN-BAPTISTE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 431 mots

29 novembre 1632 Giovanni Battista Lulli naît à Florence. 16 mai 1661 Louis XIV nomme Jean-Baptiste Lully surintendant et compositeur de la musique de la Chambre du roi ; Lully est naturalisé français en décembre 1661. 14 octobre 1670 La comédie-ballet Le Bourgeois gentilhomme est créée au ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lully-reperes-chronologiques/#i_2811

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « QUINAULT PHILIPPE - (1635-1688) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-quinault/