Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LITTÉRATURE FRANÇAISE DU XXe SIÈCLE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

L’histoire littéraire d’un xxe siècle encore trop proche de nous est en cours de constitution : elle ne présente pas une trame aussi lisible que pour les siècles précédents. Même si la hiérarchie des œuvres s’est progressivement affermie, elle reste sujette à révisions, comme on le voit avec l’effacement relatif de la figure d’André Gide au profit de celle de Marcel Proust pour la première moitié du siècle. La place hégémonique du nouveau roman a reculé au profit de l’émergence de la figure de Georges Perec qui propose des relations inédites entre approche sociologique et autobiographique, formalisme et réalisme. L’œuvre de Marguerite Duras, longtemps restée à la marge, a gagné aussi en autonomie et en importance.

Dans la continuité du xixe siècle et dans l’euphorie des progrès de la Belle Époque, le siècle bascule avec la tragédie de la Première Guerre mondiale, qui marque la naissance d’un temps de violences, de destructions et d’exterminations que la Seconde Guerre mondiale aggrave encore, suivie à son tour par les guerres qui ont précédé la décolonisation. Le xxe siècle est aussi celui des révolutions et des avant-gardes, de 1917 en Russie à l’extension mondiale de la contestation en 1968, et celui de l’antagonisme politique sur lequel se construit au fil des décennies l’affrontement des deux blocs idéologiquement opposés entre communisme et démocratie libérale.

Il faut donc souligner à quel point le xxe siècle est un siècle de crises et de remises en question : de la place de l’humanisme, que l’essor des sciences humaines conteste à la littérature, en faisant de l’être humain l’objet distancié et rigoureux d’études scientifiques ; de l’arrachement aux conditions de vie traditionnelles, comme le montrent l’accélération de l’exode rural et l’urbanisation qui accentue la massification des conduites collectives. La révolution industrielle amorcée au siècle précédent s’accélère, avant de s’achever dans la désindustrialisation, la crise pétrolière et la révolution numérique qui ouvre la voie à l’économie mondialisée de notre temps.

Sans fixer de dates trop strictes, on envisagera, à la suite de l’historien Éric Hobsbawm, un « court xxe siècle », de l’entrée en guerre en 1914 aux années 1990. Un « âge des extrêmes » et d’une radicalisation des idées comme des formes artistiques, qui sous-tend une extraordinaire inventivité esthétique, selon une contestation inédite des modèles hérités.

Temps, sujet, mémoire

Si le xixe siècle a été celui de l’histoire et du progrès, le xxe siècle apparaît comme celui du temps. Dès les années 1890, Henri Bergson, qui reçoit en 1927 le prix Nobel de littérature, oppose la durée vécue au temps scientifique. Dans son sillage, et selon le privilège qu’il confère aux artistes pour donner à voir le monde dans toute sa richesse sensible, la dilatation vécue du temps est au cœur des préoccupations littéraires. Contre le déterminisme réaliste et naturaliste, le roman choisit l’instant et la trame discontinue d’une temporalité éprouvée subjectivement. Ce basculement explique la vogue du monologue intérieur qui entre dans la littérature française sous l’influence de l’écrivain irlandais James Joyce (1882-1941), relayé par Valery Larbaud (1881-1957), une technique que Jean-Paul Sartre (1905-1980) utilise aussi ponctuellement dans les nouvelles du Mur (1939) et qu’il met en exergue dans les leçons sur la littérature qu’il donne au Havre entre 1932 et 1933. Le discours du personnage se donne ici dans le flux d’une parole intérieure qui se dévide sans contrôle apparent. D’une manière plus générale, on peut dire que, si le roman réaliste du xixe siècle s’écrivait majoritairement à la troisième personne, celui du xxe siècle se dit à la première personne selon le primat donné à la perception[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Dominique RABATÉ. LITTÉRATURE FRANÇAISE DU XXe SIÈCLE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 12/07/2023

Médias

Marcel Proust, J.-É. Blanche - crédits : Charles Ciccione/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Marcel Proust, J.-É. Blanche

Claude Simon - crédits : Louis Monier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Claude Simon

Georges Perec - crédits : Louis Monier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Georges Perec

Autres références

  • ÉDUCATION / INSTRUCTION, notion d'

    • Écrit par
    • 1 299 mots

    On pourrait penser, dans un premier temps, que les rapports entre « éduquer » et « instruire » sont simples à établir. Si l'on se réfère à la définition qu' Emmanuel Kant donne de l'éducation, à la fin du xviiie siècle, l'instruction apparaît, à côté « des soins, de...

  • ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

    • Écrit par
    • 2 343 mots
    • 1 média

    Dans le dernier quart du xxe siècle, la pensée de l'éducation prend position en fonction d'une triple référence : l'histoire ancienne et moderne des rapports entre éducation et philosophie dans la culture occidentale ; la remise en question théorique et pratique de l'humanisme...

  • ROMAN D'ÉDUCATION ou ROMAN D'APPRENTISSAGE

    • Écrit par
    • 1 484 mots

    L'ancienne épopée ou le roman de chevalerie racontaient par prédilection comment un héros prouvait à lui-même et au monde sa qualité de personnage héroïque ; c'étaient là les débuts du roman d'apprentissage ou d'éducation.

    On a employé l'expression roman d'éducation...

  • SENSIBILITÉ, psychologie et philosophie

    • Écrit par
    • 1 033 mots

    En raison du devenir et du changement qui le caractérisent, le sensible est traditionnellement opposé à la fixité et à la permanence de l'intelligible. Dans ces conditions, la sensibilité, comme propriété d'un sujet d'être modifié ou informé par le milieu sensible, peut être opposée...

  • SUBLIME

    • Écrit par
    • 6 156 mots
    • 3 médias

    « Sublime » transcrit le latin sublime, neutre substantivé de sublimis, qui lui-même traduit le grec to hupsos. La formation du mot latin s'explique mal, mais le sens est tout à fait clair : sublimis (de sublimare, élever) signifie : haut dans les airs, et par suite, au sens physique comme...

  • SENTIMENT

    • Écrit par
    • 3 559 mots

    « Le cœur a ses raisons, que la raison ne connaît point ; on le sait en mille choses. » Ces mille choses sont ce que nous appelons nos sentiments. Et, comme l'exprime bien la phrase de Pascal, ceux-ci nous apparaissent à la fois comme irremplaçables et comme inexplicables. Irremplaçables, car le plus...

  • AUTOBIOGRAPHIE, notion d'

    • Écrit par
    • 1 440 mots

    Auto-bio-graphie : écriture de sa propre vie, écriture par soi de sa vie. Le terme est double : au sens large, est autobiographique toute écriture intime ; au sens étroit, l'autobiographie, distincte des Mémoires, du journal intime ou de l'autoportrait, est un genre parmi d'autres de...

  • JOURNAL INTIME, notion de

    • Écrit par
    • 995 mots

    Un journal intime est composé des notes qu'un narrateur prend quotidiennement (ou du moins régulièrement) sur lui-même, qu'il s'agisse de sa vie courante ou de sa vie intérieure. Il relève donc d'une écriture de l'intime.

    Sans que l'on puisse parler de « journaux », Michel...

  • DANDYSME

    • Écrit par
    • 1 978 mots
    • 5 médias

    L'étymologie du terme « dandy » ouvre d'emblée un espace d'incertitude. L'Académie n'accueille qu'en 1878 ce néologisme venu d'Angleterre. Selon les Anglais, dandy pourrait dériver du français dandin (sot, niais), de dandiprat (nain, pièce de menue monnaie),...

  • ÉGOTISME

    • Écrit par
    • 320 mots

    Retraduction datant des premières années du xixe siècle du mot anglais egotism par lequel Addison a traduit le mot français « égoïsme », mais qui n'a pas forcément le sens péjoratif que lui prête encore le Rivarol de 1827 d'« habitude blâmable de parler de soi ». Correspondant...

  • L'ÉTRANGE CAS DU DOCTEUR JEKYLL ET DE M. HYDE, Robert Louis Stevenson - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 902 mots
    • 1 média

    Souvent considéré comme le chef-d'œuvre de Robert Louis Stevenson (1850-1894), L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (1886) naît à la faveur d'un cauchemar inspiré par les « Brownies », ces mauvais génies de l'écrivain, alors qu'il séjourne, pour raisons de santé, dans le Midi...

  • AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 270 mots

    En août 1881, au bord du lac de Silvaplana, proche du village de Sils-Maria, dans l’actuel canton suisse des Grisons où il passait ses étés, Friedrich Nietzsche (1844-1900) eut une illumination : la « vision du Retour Éternel » (parfois dénommée « vision de Surléï »), qui le conduisit quelques...

  • À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU, Marcel Proust - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 184 mots
    • 2 médias

    Histoire d'une vocation littéraire, À la recherche du temps perdu fut ébauché en 1908 par Marcel Proust (1871-1922), concurremment à un essai dirigé contre la méthode critique de Sainte-Beuve, coupable aux yeux de l'écrivain d'avoir jugé ses contemporains d'après leur comportement en société,...

  • À REBOURS, Joris-Karl Huysmans - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 879 mots

    Publié en 1884, À rebours est rapidement devenu un livre culte pour les générations de la décadence et du symbolisme. Pourtant, jusqu'alors, Joris-Karl Huysmans (1848-1907) appartient à la mouvance naturaliste. Il a collaboré aux Soirées de Médan (1880) et fait partie du petit groupe...

  • Afficher les 55 références