MONOLOGUE INTÉRIEUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Technique littéraire qui a joué un rôle important dans le renouvellement du roman au xxe siècle. Rendu fameux par l'usage magistral qu'en a fait James Joyce dans Ulysse (1922), le monologue intérieur (l'expression, dans son sens actuel, a été introduite par Valery Larbaud) a immédiatement suscité d'interminables et persistantes controverses portant sur sa nature exacte et sur son origine. Faut-il en attribuer la paternité à Édouard Dujardin, écrivain français auteur d'un roman, Les lauriers sont coupés (1887), qui d'abord passa inaperçu, mais que Joyce devait plus tard exhumer ? Proclamant sa dette à l'égard de Dujardin en soulignant l'apport décisif de son livre, Joyce déclare : « Le lecteur se trouvait, dans Les lauriers sont coupés, installé, dès les premières lignes, dans la pensée du personnage principal, et c'est le déroulement ininterrompu de cette pensée qui, se substituant complètement à la forme usuelle du récit, apprenait au lecteur ce que fait ce personnage et ce qui lui arrive. » Ou bien Dujardin n'avait-il fait ainsi que généraliser et systématiser un procédé déjà utilisé, de façon empirique et intermittente, par des écrivains antérieurs (Hugo dès 1829, dans Le Dernier Jour d'un condamné, et Dostoïevski notamment) ? Afin de dégager ce qui fait, à ses yeux, l'une des originalités de son roman, Dujardin écrit, beaucoup plus tard, dans un essai sur le Monologue intérieur (1931) : « Le monologue intérieur est [...] le discours sans auditeur et non prononcé, par lequel un personnage exprime sa pensée la plus intime, la plus proche de l'inconscient, antérieurement à toute organisation logique... » Déjà contestable à l'époque (si elle est pertinente pour des cas extrêmes : séquences oniriques, transcription de ce qu'on appelle en anglais sensory impression, certains monologues intérieurs de Joyce..., elle a pu être réfutée par l'exemple même de Dujardin), cette description (du moins dans sa dernière partie) apparaît caduque : les soliloques des personnages de Beckett, par [...]

James Joyce

James Joyce

Photographie

L'écrivain irlandais James Joyce (1882-1941), en 1938, seize ans après la parution d'Ulysse, considéré comme l'œuvre phare de la modernité littéraire. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  MONOLOGUE INTÉRIEUR  » est également traité dans :

BECKETT SAMUEL

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 4 806 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'éternel va-et-vient »  : […] Tous les personnages des romans et des premières pièces de Beckett sont des errants. Quand ils ne vont pas par les chemins, c'est dans leur tête qu'ils vagabondent, tels Malone ou Hamm de Fin de partie (1957). Cette errance, dont les protagonistes, très courbés, voire effondrés et réduits à la reptation, semblent, selon une expression de l'auteur, « mourir de l'avant », nous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-beckett/#i_36268

LE BRUIT ET LA FUREUR, William Faulkner - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aurélie GUILLAIN
  •  • 972 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un récit à quatre voix »  : […] En effet, l'histoire de la famille Compson est ici racontée successivement par quatre narrateurs : un idiot de trente-trois ans, Benjy Compson ; son frère, Quentin Compson, qui s'est suicidé dix-huit ans plus tôt ; son autre frère, Jason Compson ; enfin, un narrateur extérieur à l'histoire. Au fil de ces narrations, le texte se rapproche des techniques romanesques traditionnelles : le lecteur comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-bruit-et-la-fureur/#i_36268

DUJARDIN ÉDOUARD (1861-1949)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 126 mots

Écrivain, essayiste, poète et ami de Mallarmé, connu surtout pour son roman Les lauriers sont coupés (1887), où il emploie pour la première fois le « monologue intérieur », procédé tout à fait nouveau d'expression psychologique, repris par Joyce dans Ulysse . Dujardin a été associé au mouvement symboliste dès son origine, et a publié des poèmes en vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edouard-dujardin/#i_36268

GASS WILLIAM (1924-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 1 265 mots

Dans le chapitre « La conscience solitaire »  : […] Né le 30 juillet 1924 à Fargo (Dakota du Nord), William Gass a grandi dans une petite ville de l'Ohio, où son père enseignait le dessin industriel. Ce fut une enfance sans joie – marquée par la Dépression des années 1930, le Dust Bowl, la « grande tempête de poussière sèche qui dévastait les grandes plaines », mais aussi une ambiance familiale étouffante jusqu'à l'asphyxie : une mère alcoolique qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-gass/#i_36268

JOYCE JAMES (1882-1941)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAYOUX
  •  • 7 702 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le langage et le monde »  : […] Si déjà, dans Dedalus, le monde était devenu langage, il en est, a fortiori, de même ici ; Joyce dira d' Ulysse  : « J'ai écrit dix-huit livres en dix-huit langages », et c'est presque vrai. Plusieurs épisodes témoignent d'une verve et d'une virtuosité parodique accablantes : à la maternité, la naissance de l'enfant invite à évoquer la croissance du lang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-joyce/#i_36268

MRS. DALLOWAY, Virginia Woolf - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 843 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une narration polyphonique »  : […] Jouant du paradoxe d'une légèreté masquant l'insoutenable gravité de l'être, Virginia Woolf découvre les vertus du « flux de conscience », point d'aboutissement du discours indirect libre, par lequel le narrateur épouse les pensées intérieures de ses personnages, parle par leur voix impalpable et néanmoins idiosyncratique, dont il reproduit le grain. Dans cet univers urbain, où chacun existe sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mrs-dalloway/#i_36268

LA PROMENADE AU PHARE, Virginia Woolf - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 1 079 mots
  •  • 1 média

Souvent considéré comme le chef-d'œuvre de Virginia Woolf (1882-1941), La Promenade au phare (1927) est également le plus autobiographique de ses romans, celui dans lequel elle a amplifié la technique du « flux de conscience » abordée dans Mrs Dalloway (1925). Sans être le premier écrivain femme à utiliser ce procédé, qui permet de reproduire le flux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-promenade-au-phare/#i_36268

SCHNITZLER ARTHUR (1862-1931)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 2 059 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un romancier du rêve »  : […] Ayant travaillé dans le service du psychiatre Theodor Meynert, familier des techniques psychothérapeutiques de l'hypnose et de la suggestion, parsemant ses œuvres d'études de cas qui semblent sorties des annales de la clinique, Schnitzler a souvent été considéré comme le « double » de Sigmund Freud. C'est le fondateur de la psychanalyse en personne qui rendait ainsi hommage à l'écrivain en saluan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schnitzler/#i_36268

TANDIS QUE J'AGONISE, William Faulkner - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • André BLEIKASTEN
  •  • 938 mots
  •  • 1 média

William Faulkner (1897-1962) commença Tandis que j'agonise en octobre 1929, alors que Le Bruit et la fureur venait juste de paraître. Lorsqu'on l'interrogeait sur ce roman, il répondait invariablement que c'était un « tour de force » et prétendait l'avoir écrit en six semaines, sans la moindre retouche. À vrai dire, il lui en fallut dix, mais l'exploi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tandis-que-j-agonise/#i_36268

TROPISMES, Nathalie Sarraute - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 057 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fragments d'intériorité »  : […] L'auteur s'attache à saisir des manifestations infimes du moi, à transformer en langage les vibrations, les tremblements du « ressenti », les mouvements intérieurs produits sous l'effet d'une sollicitation extérieure, « des mouvements ténus, qui glissent très rapidement au seuil de notre conscience » et se déroulent comme de véritables « actions dramatiques intérieures ». Ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tropismes/#i_36268

ULYSSE, James Joyce - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ulysse, roman de la modernité »  : […] Dans ce livre qui a bouleversé au xx e  siècle les lois du roman, Joyce accomplit un travail stylistique prodigieux : non seulement chaque épisode est rédigé selon un code rhétorique différent, mais l'écriture s'affranchit progressivement du sujet traité pour devenir son propre objet, à l'image du monologue final de Molly, constitué de huit phras […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ulysse-james-joyce/#i_36268

WOOLF VIRGINIA (1882-1941)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 1 859 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Biographies de l'être » »  : […] Ces romans révèlent un conflit incessant entre les qualités de synthèse masculines et les qualités de fusion féminines ; aucune romancière n'a sans doute mieux capté la dissolution inhérente au monde des femmes où tout se détruit au fur et à mesure de sa naissance, monde perméable et poreux infiniment vulnérable : il suffit, comme dans la nouvelle Une aventure londonienne, qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virginia-woolf/#i_36268

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « MONOLOGUE INTÉRIEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/monologue-interieur/