BERGSON HENRI (1859-1941)

Philosophe français, né et mort à Paris. Professeur au Collège de France (1900), membre de l'Académie des sciences morales et politiques (1901), de l'Académie française (1914) ainsi que de nombreuses académies étrangères, lauréat du prix Nobel de littérature (1927), Bergson fut connu et admiré dans le monde entier. Son œuvre se compose essentiellement de quatre grands ouvrages : Essai sur les données immédiates de la conscience (1889) ; Matière et mémoire (1896), L'Évolution créatrice (1907), Les Deux Sources de la morale et de la religion (1932), auxquels s'ajoutent deux importants recueils d'articles, L'Énergie spirituelle (1919), et La Pensée et le mouvant (1934). Le Rire (1900), et Durée et simultanéité (1922) sont deux livres de portée plus limitée.

Henri Bergson

Henri Bergson

photographie

Le philosophe français Henri Bergson (1859-1941), Prix Nobel de littérature en 1927. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le bergsonisme est une philosophie en tous points atypique. Déjà sa relation au contexte et à la tradition philosophiques témoigne de son extrême originalité. Il s'oppose au kantisme dont l'esprit dominait alors l'Université française et, d'une manière générale, se détourne de la philosophie allemande. Il entretient un rapport également polémique avec les philosophies antique et moderne dont il refuse les concepts et dénonce les artifices. S'il présente quelques affinités avec la pensée anglo-saxonne (Berkeley, Spencer, James) et le courant de philosophie français qui va de Maine de Biran à Ravaisson, elles ne sont pas décisives. Ou bien Bergson s'avoue déçu par certaines de ces doctrines, ou bien, s'il reconnaît en avoir reçu des suggestions, comme c'est le cas pour la pensée de Maine de Biran et, surtout, de Ravaisson, elles n'ont fait qu'orienter ses recherches sans lui en fournir les résultats ni même la méthode. Ainsi les apparents rapprochements avec Plotin, Berkeley ou Maine de Biran recouvrent de réelles et fondamentales divergences. En vérité, le bergsonisme a tenté la gageure d'édifier une philosophie complètement en marge de la pensée philosophique antérieure ou contemporaine. Il en rejette tout à la fois la problématique, les thèses, les notions et le langage, prenant ainsi ses distances à l'égard de l'intelligence philosophique elle [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud

Classification


Autres références

«  BERGSON HENRI (1859-1941)  » est également traité dans :

LIRE BERGSON (dir. F. Worms et C. Riquier)

  • Écrit par 
  • Jérôme de GRAMONT
  •  • 991 mots

Un mot célèbre de Bergson rappelle qu'on n'est jamais tenu de faire un livre. Que dire de la nécessité où nous sommes de lire certains d’entre d'eux ? La gloire de Bergson fut immense, mais elle semble d'un temps qui n'est plus le nôtre. Si l'œuvre ne disparaissait pas, elle avait commencé à s'effacer. Sans doute fallait-il compter avec quelques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lire-bergson-dir-f-worms-et-c-riquier/#i_3749

MATIÈRE ET MÉMOIRE, Henri Bergson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 775 mots
  •  • 1 média

Atypique à son époque, l'œuvre de Henri Bergson (1859-1941) rompt avec les traditions issues du kantisme et de la métaphysique traditionnelle. Matière et mémoire, sous-titré « Essai sur la relation du corps à l'esprit », suit de sept ans sa thèse sur Les Données immédiates de la conscience (1889). Très au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-et-memoire/#i_3749

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « La pensée sauvage et l'inconscient collectif »  : […] C'est à Bergson qu'il faut sans doute faire remonter cette manière d'envisager la mentalité archaïque. Pour l'auteur des Deux Sources de la morale et de la religion, en effet, la nature humaine est toujours la même, mais dans nos civilisations le naturel est recouvert par l'acquis. Il faudrait donc, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mentalite-archaique/#i_3749

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une exploration de l’imaginaire »  : […] exclue de la science, Bachelard a rencontré la question de la temporalité, largement développée par Bergson. Déjà, l’expérience du langage poétique l’incite à s’opposer à la primauté de la durée bergsonienne en posant la réalité de l’instant discontinu. L’enquête sur le temps le conduit même, dans La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-bachelard/#i_3749

DURÉE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 954 mots

Cette notion indique l'idée de persistance d'un phénomène, de maintenance temporelle d'une réalité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/duree/#i_3749

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 9 médias

aphrodisiaque » (Les Deux Sources de la morale et de la religion). Et Bergson ajoute prophétiquement, non sans témoigner d'une excessive confiance en la science et en la femme : « Ici encore la science a son mot à dire, et elle le dira un jour si nettement qu'il faudra bien l'écouter : il n'y aura plus de plaisir à tant aimer le plaisir. La femme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_3749

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les esthétiques du sujet »  : […] en pleine vigueur à l'orée du xxe siècle. À l'époque contemporaine, c'est d'abord par Bergson que sont exaltés l'instinct, l'intensité, l'intuition, tous éléments qui contribuent à faire envisager l'art comme enraciné dans la dimension fondamentalement qualitative du réel. Il faut rechercher la « mouvante originalité des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_3749

GOUHIER HENRI (1898-1994)

  • Écrit par 
  • Denise LEDUC-FAYETTE
  •  • 990 mots

que jamais, de “ne pas faire dire aux mots plus qu'ils ne disent dans leur contexte” : Bergson peut interroger le Christ sans sortir de la philosophie, mais il faut distinguer “ce qu'il sait comme philosophe” de “ce qu'il pense comme homme” ; “il y a donc une pensée de Bergson qui déborde sa philosophie” ; “tout ce que peut la philosophie, c'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-gouhier/#i_3749

GUITTON JEAN (1901-1999)

  • Écrit par 
  • Gérard LECLERC
  •  • 736 mots

de Jacques Chevalier et de Léon Brunschvicg (« son contraire »), il se tourne vers la philosophie. C'est la rencontre du philosophe catholique Maurice Blondel ainsi que celle d'Henri Bergson (dont il deviendra un des exécuteurs testamentaires) qui détermineront le jeune philosophe agrégé à préparer son doctorat sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-guitton/#i_3749

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 324 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Nietzsche et Bergson »  : […] La « philosophie nouvelle » de Bergson se propose de dégager l'homme, ou la durée en l'homme, des prestiges de l'intelligence spatialisante, vouée au morcelage du concept, qui, à son plus haut niveau, se confond avec la pensée de la science et selon la science. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_3749

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Le fini sans infini »  : […] de quelle nature est cette « présupposition » ? Que signifie l'infinitude ainsi posée ? Bergson, comme Heidegger et avant lui, enseigne un temps irréductible à une série infinie d'instants traités comme une éternité par l'intelligence. Le temps composé d'instants homogènes, temps superficiel et dégradé, renvoie à la durée, dont les instants se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-philosophie/#i_3749

INTÉRIORITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 258 mots

Dans le chapitre « Du positivisme à la pensée contemporaine »  : […] les compromis et les éclectismes. La renaissance de la métaphysique est liée, avec Bergson – et c'est l'autre terme de l'alternative – à une redécouverte de l'intériorité sous forme d'une intuition de la durée comme donnée immédiate de la conscience et créativité substantielle, à partir de laquelle il n'est impossible ni de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interiorite/#i_3749

INTUITION

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 568 mots

Dans le chapitre « Vers une intuition non catégorielle de la vie et du sens »  : […] d'une création immanente au réel, et d'une interprétation vitaliste de l'évolution. Bergson veut adresser une critique radicale à l'idéalisme antique ou moderne, qui interpose des formes ou des schèmes entre la conscience et le réel. Le retour au réel est suppression de cette distance. Comme le réel est vie et élan, l'intuition se réalise toujours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intuition/#i_3749

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 361 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des post-kantiens à Bergson »  : […] une métaphysique échappant à sa critique, en découvrant pour elle cette expérience que Kant déclarait lui manquer. C'est ce que fera Bergson. Pour Bergson, l'être se découvre dans le devenir même de la conscience. Rejetons la division spatialisante de la technique, la division conceptuelle et symbolique de la science et du langage, et nous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphysique/#i_3749

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 527 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de l'information »  : […] C'est cette « métaphysique expérimentale » que Bergson retrouve à son tour par l'analyse des données immédiates de la conscience, lorsque, critiquant scientifiquement le parallélisme psycho-physiologique, il montre que la conscience et la mémoire sont plus riches que le corps qui les conditionne. L'élan vital qui traverse l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_3749

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « Après la « Naturphilosophie » »  : […] Le Gai Savoir : « Gardons-nous de penser que le monde soit un être vivant. Comment se développerait-il ? De quoi se nourrirait-il ? »). Bergson, enfin, affirme dans Matière et Mémoire que « la science revient, en dépit des apparences [...], à l'idée de la continuité universelle », et son Évolution créatrice, avec la notion d'« élan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-la-nature/#i_3749

NÉANT

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 210 mots

« Les philosophes ne se sont guère occupés de l'idée de néant. Et pourtant elle est souvent le ressort caché, l'invisible moteur de la pensée philosophique. Dès le premier éveil de la réflexion, c'est elle qui pousse en avant, droit sous le regard de la conscience, les problèmes angoissants, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neant/#i_3749

PSYCHOLOGIE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Serge NICOLAS
  •  • 4 964 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’école allemande, fer de lance de la psychologie expérimentale »  : […] adoptée plus tard, au cours des années 1950, par Stanley Smith Stevens (1906-1973). D’autres auteurs, notamment Henri Bergson (1859-1941), rejetèrent l’idée même d’une mathématisation de la psychophysique. Quoi qu’il en soit, les véritables origines de la psychologie scientifique moderne ne se trouvent ni chez les philosophes ni chez les médecins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-psychologie/#i_3749

RITES

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 3 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonctions et explications »  : […] Bergson pensait au contraire que l'intelligence, loin de venir compléter l'instinct, peut exercer une action dissolvante sur la cohésion sociale en faisant naître le doute et en fortifiant l'égoïsme et le calcul. C'est pourquoi, selon lui, le rite inspiré par la « fonction fabulatrice », directement produite par la vie, serait une sorte de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rites/#i_3749

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 644 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et philosophie de la vie »  : […] Pour Bergson aussi la science fige le devenir et manque le mouvement même de la vie. La science spatialise son objet et méconnaît nécessairement la durée, qui est « création continue d'imprévisible nouveauté ». Elle est mécanique, et « l'essence des explications […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_3749

SIMIAND FRANÇOIS (1873-1935)

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 360 mots

xxe siècle. Brillant élève de l’École normale supérieure, reconnu par Henri Bergson comme l’« esprit le plus remarquable […] et le mieux doué à coup sûr pour la philosophie », il s’engage cependant auprès d’Émile Durkheim et participe à ses combats pour la promotion de la sociologie dans l’université, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-simiand/#i_3749

SPIRITUALISME

  • Écrit par 
  • Dominique JANICAUD
  •  • 2 202 mots

Dans le chapitre « L'instauration bergsonienne »  : […] a bien montré, en particulier dans son introduction à l'édition du Centenaire, que « le bergsonisme se présente comme la prise de conscience d'une situation nouvelle dans l'histoire des sciences ». Tandis que, depuis Descartes, les mathématiques constituaient l'archétype méthodologique par excellence, c'est alors la biologie qui offre un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spiritualisme/#i_3749

SUPERSTITION

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 5 391 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vers une phénoménologie de la superstition »  : […] genre d'irrationnel, la religion du second. C'est d'une certaine manière ce qu'a fait Bergson, dans Les Deux Sources de la morale et de la religion, en distinguant entre la « religion statique » – définie comme « une réaction défensive de la nature contre le pouvoir dissolvant de l'intelligence » et chargée de « combler, chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superstition/#i_3749

TEMPORALITÉ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 315 mots

Terme abstrait, mais qui se veut concret. La temporalité est le temps vécu par la conscience, celui dont elle fait l'expérience et qui déploie, à partir du présent (seul moment que saisisse une attention opérante), un passé qui est fait de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temporalite/#i_3749

TEMPS

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU, 
  • Olivier COSTA DE BEAUREGARD
  •  • 14 773 mots

Dans le chapitre « Bergson »  : […] La conception bergsonienne du temps était, il y a peu, familière à tous les Français qui avaient suivi un cours de philosophie. Le grand mérite de son auteur est de n'en avoir pas proposé des versions foncièrement différentes, pendant le demi-siècle où il domina la philosophie française. Il s'agit toujours d'opposer la durée pure, qui est le temps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps/#i_3749

Voir aussi

Pour citer l’article

Camille PERNOT, « BERGSON HENRI - (1859-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bergson/