ROMAN D'ÉDUCATION ou ROMAN D'APPRENTISSAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ancienne épopée ou le roman de chevalerie racontaient par prédilection comment un héros prouvait à lui-même et au monde sa qualité de personnage héroïque ; c'étaient là les débuts du roman d'apprentissage ou d'éducation.

On a employé l'expression roman d'éducation (Bildungsroman), en référence à un archétype du genre, Les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister, de Goethe, pour désigner tous les récits qui décrivent les péripéties que connaît un héros dans son apprentissage du monde et qui montrent les leçons qui en sont tirées. C'est déjà le thème commun à la plupart des récits romanesques du xviiie siècle, moment où ce genre prend son essor : on nous conte l'aventure d'un héros qui sort de l'adolescence et qui expérimente l'efficacité ou les limites de son pouvoir sur le monde : Gil Blas, Tom Jones, La Vie de Marianne, Le Paysan parvenu, Candide, L'Ingénu (et même La Nouvelle Héloïse) ne racontent pas autre chose, les uns mettant l'accent sur l'éducation sociale, d'autres sur l'éducation morale, sentimentale ou sexuelle (Sade). L'âge du héros est un élément secondaire : Don Quichotte est aussi un Bildungsroman. Au moment où le roman se constitue comme épopée de la bourgeoisie et comme épopée de l'individu, l'apprentissage du monde constitue le sujet par excellence du roman : Illusions perdues, Le Père Goriot, Le Rouge et le Noir (et Lamiel côté jeune fille), L'Éducation sentimentale (et aussi Bouvard et Pécuchet) sont, chacun à sa manière, des romans d'éducation. Ils s'inscrivent dans le droit fil de la tradition moraliste de la littérature française qui, de Montaigne à Flaubert, a cru à sa fonction didactique : il s'agit toujours de confronter idées, principes, valeurs et rêves aux contraintes qu'y oppose le réel.

L'enfant, personnage et sujet

Le xixe siècle voit se développer un type spécifique de roman d'éducation, celui qui a pour héros un enfant. L'enfant fut longtemps ignoré de la littérature qui n'en parlait tout simplement pas. Après Rousseau (Émile, Les Confessions), et avec [...]

Émile, J.-J. Rousseau

Émile, J.-J. Rousseau

Photographie

Émile, de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), in œuvres, Thomine et Fortic, 1823-1824, Paris. «Chacun respecte le travail des autres afin que le sien soit en sûreté.» Gravure sur cuivre de Dupreel d'après Jean Michel Moreau (1741-1814). 

Crédits : AKG

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Émile, J.-J. Rousseau

Émile, J.-J. Rousseau
Crédits : AKG

photographie

Les Misérables, V. Hugo

Les Misérables, V. Hugo
Crédits : Géo Dupuis/ musée Victor Hugo, Paris/ AKG Images

photographie





Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Lyon-II-Louis-Lumière

Classification


Autres références

«  ROMAN D'ÉDUCATION ou ROMAN D'APPRENTISSAGE  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman africain »  : […] Le roman historique avait eu un précurseur avec Doguicimi (1938) de Paul Hazoumé, qui racontait les débuts (vers 1820-1830) du roi Guézo d'Abomey, dans l'actuel Bénin ; bien que le romancier ait eu manifestement l'intention d'opposer les cruautés païennes aux bienfaits apportés par le christianisme, la force épique de son récit donnait une image exaltante de l'Afrique ancienne. Le roman historiq […] Lire la suite

ANDERSEN NEXØ MARTIN (1869-1954)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 496 mots

Romancier danois né le 26 juin 1869 à Copenhague, mort le 1 er  juin 1954 à Dresde. Andersen Nexø connaît très tôt la misère dans laquelle vit la classe ouvrière. Né dans les bas quartiers de Copenhague au sein d'une famille extrêmement pauvre, il passe une grande partie de son enfance sur l'île de Bornholm, où il travaille comme berger avant d'être apprenti cordonnier. Il suit plus tard des étu […] Lire la suite

AUSTEN JANE (1775-1817)

  • Écrit par 
  • Brian C. SOUTHAM
  •  • 2 773 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'analyse littéraire »  : […] Bien que le roman anglais apparaisse dès la première moitié du xviii e  siècle, à travers les œuvres de Daniel Defoe, Samuel Richardson et Henry Fielding, c'est avec Jane Austen qu'il acquiert véritablement sa modernité grâce au traitement réaliste des personnages ordinaires placés dans des situations de la vie quotidienne. Dans ses six œuvres, la romancière brosse un tableau comique des mœurs de […] Lire la suite

LES AVENTURES DE SIMPLICISSIMUS, H. J. C. von Grimmelshausen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Romain JOBEZ
  •  • 1 118 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'illusion à la rédemption »  : […] Le roman fut rapidement augmenté d'un sixième livre qui reprend tout aussi plaisamment le thème de la vanité de toutes choses ici-bas. On y rencontre ainsi le personnage de la cantinière Courasche qui inspira à Bertolt Brecht le personnage en titre de sa pièce Mère Courage . À travers cette figure et celle de Simplex, Grimmelshausen nous laisse un précieux témoignage sur la condition militaire pen […] Lire la suite

BIENVENUE AU CLUB (J. Coe) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 977 mots

Roman après roman, Jonathan Coe tend à l'Angleterre un miroir, sans trop se soucier de la rigueur qui sied à l'historien, mais avec le désir de mettre en lumière « l'esprit du temps ». Après Testament à l'anglaise , consacré aux années 1980, Bienvenue au club (trad. J. et S. Chauvin, Gallimard, 2003) s'attaque cette fois aux années 1970. Ce temps que les moins de vingt ans n'ont pas connu, c'est […] Lire la suite

BRYCE ECHENIQUE ALFREDO (1939- )

  • Écrit par 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 1 013 mots

Bien qu'il ait déjà publié, sous le titre de Permiso para vivir (1993), un volume de Mémoires, complété en 2005 par Permiso para sentir , c'est dans ses œuvres de fiction qu'il faut chercher une implicite biographie d'Alfredo Bryce Echenique : il est en effet de ces écrivains qui sont eux-mêmes la matière de leurs livres et pour qui la littérature n'est que réalité décalée. Tous ses romans, tou […] Lire la suite

CRÉBILLON PROSPER (1674-1762) & CLAUDE PROSPER (1707-1777)

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 882 mots

Dans le chapitre « Crébillon fils, entre sensualisme et orientalisme »  : […] « Si jamais le public honore mes faibles talents d'un peu d'estime, si la postérité, en parlant de vous, peut se souvenir que j'ai existé... » Les termes par lesquels le fils dédie à son père Les Égarements du cœur et de l'esprit étaient-ils ironiques ? Après avoir appris la rhétorique chez les jésuites de Louis-le-Grand et la vie chez les épicuriens, Claude Prosper donne, en 1730 son premier ouv […] Lire la suite

LE CULTE DU MOI, Maurice Barrès - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 488 mots

Dans le chapitre « Maurice Barrès, « prince de la jeunesse » »  : […] Première œuvre d'un débutant, Sous l'œil des barbares rapporte, sous la forme de tableaux très imprégnés du symbolisme en vogue à l'époque, « l'histoire des années d'apprentissage d'un moi , âme ou esprit ». Il s'agit pour le « héros », jeune homme sans nom (il n'en trouvera un, Philippe, que dans le troisième livre) de libérer son Moi des autres – les « barbares » – qui l'empêchent d'être lui-mê […] Lire la suite

DEFOE DANIEL (1660-1731)

  • Écrit par 
  • Pierre NORDON
  •  • 1 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Romancier »  : […] Robinson Crusoé est publié en 1719. C'est un récit imaginaire inspiré par l'aventure du marin écossais Alexandre Selkirk. Le succès est immédiat et considérable : Defoe lui donnera une suite et consacrera désormais à la littérature romanesque la plus grande partie de son activité. Capitaine Singleton paraît en 1720, Moll Flanders , le Journal de l'année de la peste ( A Journal of the Plague Year […] Lire la suite

EBNER-ESCHENBACH MARIE VON (1830-1916)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude DESHAYES
  •  • 175 mots

Romancière autrichienne, d'origine aristocratique, Marie von Ebner-Eschenbach passe sa jeunesse en Moravie, dans le domaine de ses parents, puis à Vienne où elle s'installe définitivement, en 1863, après son mariage avec un officier. Elle s'intéresse aux problèmes sociaux et à leur répercussion sur la psychologie des êtres, en particulier des gens du peuple. Elle jette un regard critique sur les i […] Lire la suite

LES ÉGAREMENTS DU CŒUR ET DE L'ESPRIT, Claude-Prosper Jolyot de Crébillon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 071 mots

Dans le chapitre « L'art de l'ellipse »  : […] Le roman se contente de narrer les quelques jours – douze exactement – qui séparent l'entrée dans le monde du dépucelage de Meilcour. Il détaille ses hésitations et ses gaucheries en société ou en tête à tête avec une femme, ses réflexions et ses frustrations quand il est livré à lui-même. Il laisse supposer que Mmes de Senanges et de Mongennes seront les prochaines maîtresses du héros, mais il ne […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le roman espagnol du XIXe siècle »  : […] L'existence espagnole est, en effet, vide et vaine, provinciale, sans issue. Les plus généreux efforts de l'esprit libéral et démocratique se heurtent à une monarchie fondamentalement régressive. Des pronunciamientos dont certains, d'ailleurs, sont à tendances libérales, jalonnent, comme autant de secousses sans lendemain, la vie politique. Toutes sortes de problèmes propres à l'Espagne, dus à l' […] Lire la suite

EUGENIDES JEFFREY (1960- )

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 1 134 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une saga familiale »  : […] Traduit dans une trentaine de langues et couronné par le prix Pulitzer, Middlesex (2002) ne manque pas de surprendre par l’ampleur des enjeux brassés en quatre parties, dans une épopée originale qui mêle famille, société et réflexion philosophique. Jouant d’emblée des cultures grecque et américaine et du changement de sexe, la figure de l’hermaphrodite, ici, va de soi. Mais avant que la jeune Cal […] Lire la suite

GADDIS WILLIAM (1922-1998)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 967 mots

Longtemps, William Gaddis a été un peu comme le fantôme hantant le paysage littéraire américain. Son premier livre, The Recognitions , paru en 1955 (traduit en 1973 sous le titre Les Reconnaissances ), avait à l'époque été lu par des écrivains (entre autres, Thomas Pynchon ou Joseph McElroy) qui surent y reconnaître le prototype inouï de ce que le roman américain devait oser pour sortir de l'orniè […] Lire la suite

GARGANTUA, François Rabelais - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean VIGNES
  •  • 920 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un roman de formation, une épopée parodique »  : […] À la manière de ses maîtres, les Grecs Diogène, Lucien de Samosate et l'humaniste Érasme, Rabelais choisit de traiter ces questions par la facétie et l'ironie joyeuse : après le fameux dizain « Au lecteur », qui rappelle que « rire est le propre de l'homme », et le prologue invitant à « rompre l'os, et sucer la substantificque mouelle », Gargantua est d'abord le roman d'une éducation. L'esprit me […] Lire la suite

GILLES, Pierre Drieu la Rochelle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 168 mots

Dans le chapitre « Du dandysme au fascisme »  : […] Cette épreuve accentue la noirceur d'un ouvrage qui entend retracer non pas l'insouciance des années folles, mais le long processus de décadence qui, aux yeux de l'auteur, conduit en 1938, à l'aube d'un nouveau conflit mondial, à sonner « le glas de la France ». « Pour nous qui avons, chacun pour notre part, vécu ce drame, Gilles est un livre important, essentiel, vraiment chargé d'un terrible po […] Lire la suite

GORKI MAXIME (1868-1936)

  • Écrit par 
  • Michel NIQUEUX
  •  • 2 715 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exil italien »  : […] Au début de l'année 1906, après la révolution de 1905, à laquelle il a participé à travers des pétitions, des appels, des discours, des articles, Gorki part pour les États-Unis avec Maria Andréiéva afin de réunir des fonds pour le Parti bolchevique, dont il sera membre de 1905 à 1917. Il y commence La Mère (1907), roman de formation (un ouvrier et sa mère, croyante, découvrent l'action révolution […] Lire la suite

LES GRANDES ESPÉRANCES, Charles Dickens - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une chronique douce-amère »  : […] Quand Dickens publie Les Grandes Espérances , il est déjà au faîte de la gloire, connu pour son imagination créatrice débordante, révélée par les aventures de Pickwick (1836-1837), Oliver Twist (1837-1839) et Nicolas Nickleby (1838-1839). Les intrigues y sont le plus souvent noires, hantées par la prison et le châtiment, mais allégées néanmoins par des pauses humoristiques. En 1850, il publie u […] Lire la suite

HISTOIRE DE GIL BLAS DE SANTILLANE, Alain-René Lesage - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 030 mots

Dans le chapitre « Une œuvre en formation »  : […] Peut-on ranger Gil Blas de Santillane dans la catégorie du Bildungsroman (« roman d'éducation ») ? S'il y a « formation » ou apprentissage du héros, le temps curieusement semble y avoir peu de part. C'est au dernier chapitre seulement que Gil avoue enfin avoir vieilli ; mais le passage du temps n'est sensible qu'à travers certains personnages « sur le retour » (la comédienne Laure, le médecin Sa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude BURGELIN, « ROMAN D'ÉDUCATION ou ROMAN D'APPRENTISSAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-d-education-roman-d-apprentissage/