Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AUTOBIOGRAPHIE, notion d'

Auto-bio-graphie : écriture de sa propre vie, écriture par soi de sa vie. Le terme est double : au sens large, est autobiographique toute écriture intime ; au sens étroit, l'autobiographie, distincte des Mémoires, du journal intime ou de l'autoportrait, est un genre parmi d'autres de l'écriture personnelle. Mais ce dernier a connu un succès immense, qui l'a conduit à annexer toute expression supposée vraie du moi, au lieu même de la fiction (ainsi parle-t-on de « roman autobiographique »). Pourtant ce triomphe est paradoxal : il s'est joué au moment où le romantisme définit la littérature à partir d'une œuvre considérée comme autonome, absolue, c'est-à-dire aussi indépendante de son auteur ; or c'est bien dans la coïncidence de l'auteur, du narrateur et du héros du récit que se définit l'autobiographie.

L'histoire de l'autobiographie est celle de la progressive conquête de l'expression personnelle par un de ses genres, dont l'objet est ce discours personnel. Car il y a de l'autobiographie hors de l'autobiographie, et avant elle. L'écriture, mise à distance de soi, joue un rôle au sein des « pratiques de soi » (Michel Foucault, Histoire de la sexualité, 1976-1984) qui se développent, dès les premiers siècles de notre ère, sous l'influence conjuguée de la philosophie antique et de la religion chrétienne : les Confessions (397-401) d'Augustin en sont un témoignage, qui portent la vie de leur auteur en exemple – comme la vie de Socrate l'était devenue au travers des ouvrages de Platon –, mais sous le regard de Dieu, et en s'adressant à lui. La vérité naît de cette rencontre entre un destinataire pris comme garant et un auteur tenu comme lieu : l'âme chrétienne, dans ce « christianisme de la première personne » (Georges Gusdorf, « De l'autobiographie initiatique au genre littéraire », in Revue d'histoire littéraire de la France, nov.-déc. 1975), trouve avec l'autobiographie un discours privilégié. Les Essais (1580-1588) de Michel de Montaigne poursuivent ce lien entre le discours intime et la vérité, et accentuent l'imbrication de la pensée et de la vie, en faisant de l'écriture elle-même le lieu où celle-ci peut se séparer du monde pour qu'advienne une subjectivité, tandis que le Discours de la méthode (1637) de René Descartes donne à l'autobiographie une dignité philosophique : le discours de vérité trouve son fondement et sa raison dans le discours autobiographique.

Ce modèle intime se développe à l'époque moderne dans la fiction romanesque, où le jeu avec la référence autobiographique permet de nourrir la narration, comme chez Tristan L'Hermite (Le Page disgracié, 1642) ou d'Assoucy (Les Aventures burlesques de Monsieur d'Assoucy, 1677). Le Werther (1774) de Goethe, le René (1805) de Chateaubriand, plus récemment les romans d'Hervé Guibert (1955-1991) jouent de cette perméabilité de la référence et de la fiction, de l'autobiographique et du romanesque. La fiction pure trouve aussi dans l'autobiographie un modèle, comme dans La Vie de Marianne (1731-1742) de Marivaux. Mais ce modèle se fait jour plus clairement encore dans des Mémoires d'origine judiciaire qui prennent pour objet le rapport d'une vie individuelle avec l'histoire collective. Écrivent des Mémoires les grands qui peuvent y prétendre, souvent vaincus par l'histoire publique : le genre se développe contre l'historiographie royale, et le cardinal de Retz, La Rochefoucauld, Saint-Simon, ou Mlle de Montpensier, comme Agrippa d'Aubigné dans Sa Vie à ses enfants (1629), affirment une vérité personnelle qui dément le discours officiel de l'histoire ; c'est pourtant la vérité historique qui y est interrogée, et non l'existence intime de leur[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres modernes, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ADAMS HENRY BROOKS (1838-1918)

    • Écrit par Robert MANE
    • 1 158 mots
    ...condition humaine. Malgré son pessimisme foncier, l'auteur est hanté par le besoin d'espérer. Aussi bien pour l'intérêt de l'arrière-plan et du récit «  autobiographique » que pour la qualité du symbolisme (Adams a le sens des images et son recours aux théories de lord Kelvin possède une valeur essentiellement...
  • À DÉFAUT DE GÉNIE (F. Nourissier)

    • Écrit par Philippe DULAC
    • 995 mots

    Il se peut que, arrivés au soir de leur existence, la plupart des écrivains aient la tentation de devenir l'ultime et unique sujet de leur œuvre. Les uns dans le but d'ériger eux-mêmes leur tombeau, sinon leur mausolée : ce syndrome de Chateaubriand a souvent frappé la littérature française. Les autres,...

  • ADOLPHE, Benjamin Constant - Fiche de lecture

    • Écrit par Claude-Henry du BORD
    • 983 mots
    Adolphe, au même titre que Les souffrances du jeune Werther (1774) de Goethe, est un chef-d'œuvre absolument romantique. Revue et corrigée avec maîtrise, l'autobiographie s'oriente vers ce que Barrès appelle la « volupté de surveiller ironiquement son âme si fine et misérable ».
  • AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D' ou AFRIQUE DU SUD

    • Écrit par Ivan CROUZEL, Dominique DARBON, Benoît DUPIN, Universalis, Philippe GERVAIS-LAMBONY, Philippe-Joseph SALAZAR, Jean SÉVRY, Ernst VAN HEERDEN
    • 29 784 mots
    • 28 médias
    ...) de Peter Abrahams (1946) où Xuma, l'homme de la brousse, découvre la ville, la mine et l'action syndicale. Pour les mêmes raisons, l' autobiographie tient ici une place importante (E. Mphahlele, Down Second Avenue, 1959 ; P. Abrahams, Tell Freedom, 1954 ; B. Modisane, Blame Me on...
  • Afficher les 161 références

Voir aussi