FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dénoncer l'absurdité d'une intelligence qui ne serait pas libre et d'une liberté qui ne serait pas éclairée, tel semble bien être le sens de la maxime que Fichte se prescrit à lui-même et qui éclaire son projet philosophique : « Crois sans cesse à ton sentiment, quand bien même tu ne peux réfuter les sophistes. »

C'est qu'il n'est pas qu'un faiseur de systèmes. Ce pasteur manqué, ce remarquable orateur est une sorte de prophète dont la ferveur transparaît dès La Révolution française et dans ses œuvres plus populaires telles que La Destination de l'homme et L'Initiation à la vie bienheureuse. Selon sa célèbre boutade, « Dieu n'est pas au service des princes », mais présent à toute conscience d'homme.

L'austère philosophie fichtéenne réconcilie liberté et nécessité, action et système. Elle fournit ses principaux thèmes à l'existentialisme contemporain, à la différence près qu'ici le culte est rendu à l'absurde et là à l'intelligibilité.

Le « père de la philosophie moderne »

Johann Gottlieb Fichte peut, encore plus justement que Kant, être nommé « le père de la philosophie moderne ». C'est ainsi, lui rendant un éloge bien involontaire, que le surnommait Schopenhauer. Sans doute Fichte conquit-il vite la gloire, mais bientôt ses lecteurs se trouvèrent rebutés par l'obscurité de ses écrits, en particulier des fameux Principes de la doctrine de la science (Grundlage der gesamten Wissenschaftslehre, 1794-1795). On comprend donc que la philosophie de Fichte ait été en partie méconnue et en partie défigurée par des commentateurs prestigieux : Jacobi, Hegel et surtout Schelling. L'étude de Fichte contraint à renoncer à l'idée traditionnelle de la continuité de l'idéalisme allemand : sa philosophie ne s'insère pas aisément dans un développement dialectique menant de Kant à Fichte, de Fichte à Schelling, de Schelling à Hegel.

Johann Gottlieb Fichte

Photographie : Johann Gottlieb Fichte

Portrait du philosophe Johann Gottlieb Fichte, vers 1810. C'est un pur hasard qui fait le succès éphémère du premier ouvrage de Fichte . on croit qu'il est de Kant. Peu apprécié de son vivant, il meurt dans l'indifférence à Berlin. Ce n'est qu'au XXe siècle qu'on s'intéresse à ses... 

Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Afficher

L'œuvre de Fichte coïncide dans une certaine mesure avec sa vie. Né à Rammenau (Saxe) de parents pauvres, il put faire de solides études grâce à un philanthrope ; arrivé à l'âge adulte sans ressources, il tenta de se suicider. Un heureux hasard va le tirer d'affaire. Kant, sans lui prêter d'argent, l'avait recommandé à son éditeur, et Fichte avait achevé une Critique de toute révélation (Versuch einer Kritik aller Offenbarung), dont il espérait tirer quelque bénéfice. Le livre paraît, mal présenté, sans page de garde et sans nom d'auteur. Aussi l'attribue-t-on à Kant : c'est le même éditeur et il s'agit encore d'une critique ! Le malentendu finit par se lever ; certains lecteurs, apprenant la vérité, modifièrent leur avis, modérant surtout leurs louanges. Mais Fichte se trouvait être l'auteur d'un livre qui avait connu son heure de succès, au demeurant plein de promesses. Si, par la suite, il jugea lui-même sévèrement cet ouvrage, il était clair que seul un esprit imprégné de la philosophie transcendantale de Kant pouvait l'avoir conçu. Désormais Fichte allait s'efforcer d'achever la philosophie transcendantale et de lui conférer une perfection systématique, dont elle manquait à ses yeux. En 1794, il fut nommé professeur à l'université d'Iéna et c'est l'époque où il connut sa plus haute gloire.

Il avait écrit, en 1793, des Contributions destinées à rectifier le jugement du public sur la Révolution française (Beiträge zur Berichtigung der Urteile des Publikums über die französische Revolution). Le livre fut publié anonymement, mais, cette fois, personne ne pouvait se tromper. Le succès fut éclatant, éclatant aussi l'engagement politique de Fichte, qui devait lourdement peser sur son existence. Dès l'origine, la pensée fichtéenne révèle sa double dimension : elle est déterminée par le souci de la philosophie pure, par les Principes de la doctrine de la science, la Wissenschaftslehre, mais elle est également conduite par le souci politique et social. Ainsi les Principes de la doctrine de la science préludent au Fondement du dr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)  » est également traité dans :

LA DESTINATION DE L'HOMME, Johann Gottlieb Fichte - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 853 mots

C'est humilié, poussé à quitter l'université de Iéna, à la suite de fâcheuses accusations d'athéisme, que J. G. Fichte (1762-1814), réfugié à Berlin, trouve le temps de rédiger, de juillet à novembre 1799, ce qu'il veut être un écrit « populaire » : La Destination de l'homme. Soit un ouvrage « non de […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Art »  : […] Si l' art romantique semble se définir par ses thèmes et par la galerie de ses héros plutôt que par ses formes, c'est que le romantisme a plus facilement et plus vite trouvé son expression littéraire. En fait, il s'agit d'indices plus que d'éléments constituants. Et, si l'on envisage le romantisme non pas comme une simple appellation qui couvre indistinctement une tranche chronologique, mais comme […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « Liberté humaine et nécessité naturelle »  : […] Selon Bloch et Wartburg ( Dictionnaire étymologique de la langue française ), le mot déterminisme n'apparaît en français qu'en 1836. Mais il est plus ancien en allemand, où il appartient au vocabulaire de la théologie et de la philosophie morale ( Determinismus ). Dans le réseau contradictoire des échanges de significations et de problèmes, qui vont de l'idéologie à l'activité scientifique et qui […] Lire la suite

HISTORIQUE ALLEMANDE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 016 mots

Le raisonnement économique fondé sur l'intérêt, la concurrence et le marché qui s'affirme au xviii e  siècle se heurte d'emblée, en terre germanique, à une pensée économique originale. Face aux physiocrates, les caméralistes se font les défenseurs de l'efficacité de la politique économique fixée par le Prince dans la pièce ( kammer en allemand) où il réunit ses conseillers. Le philosophe Johann […] Lire la suite

IDÉALISME ALLEMAND

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 7 090 mots

Dans le chapitre « Un gouffre entre l'homme et la nature »  : […] L'aventure singulière de l'idéalisme allemand se préparait de longue date, mais c'est bien Kant qui l'a véritablement engagée, en rompant avec la métaphysique traditionnelle. Le dogmatisme de Leibniz et de Wolff, se targuant d'une connaissance exhaustive de l'absolu, ne lui parut plus offrir les défenses théoriques suffisantes contre ce qu'il tenait pour les principaux dangers : il a cru sauver l' […] Lire la suite

JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)

  • Écrit par 
  • Valerio VERRA
  •  • 2 836 mots

Dans le chapitre « Fichte et le spinozisme renversé »  : […] Aux yeux de Jacobi qui, depuis 1794, à la suite de l'invasion française, avait quitté Pempelfort pour le nord de l'Allemagne et séjournait principalement à Eutin, les développements de la philosophie kantienne dans la dernière décennie du siècle et surtout ceux de la théorie de la science de Fichte apportèrent la confirmation la plus précise et la plus surprenante de l'exactitude de son interprét […] Lire la suite

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 471 mots

Dans le chapitre « L'héritage de Descartes »  : […] Husserl sera le dernier à lui faire crédit ; ou plutôt il ne recommencera le cartésianisme qu'en le modifiant. S'il recourt au procédé de la suspension du monde, ce n'est pas pour atteindre un cogito qui ne penserait qu'à lui, qui ne penserait que lui ; c'est pour tirer à la lumière la structure intentionnelle de toute connaissance objective. Il n'admet qu'un cogito cogitatum , c'est-à-dire une co […] Lire la suite

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 815 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fichte »  : […] Fichte et son disciple puis adversaire Schelling sont les inventeurs, dans une forme encore enrobée de gangue métaphysique, de catégories essentielles dont il est impossible de ne pas percevoir le destin historique lointain, compte tenu des transpositions indispensables, dans la genèse de certains des instruments de la pensée métapsychologique de Freud, ainsi que, d'ailleurs, de la psychologie mod […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alexis PHILONENKO, « FICHTE JOHANN GOTTLIEB - (1762-1814) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-gottlieb-fichte/