FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dénoncer l'absurdité d'une intelligence qui ne serait pas libre et d'une liberté qui ne serait pas éclairée, tel semble bien être le sens de la maxime que Fichte se prescrit à lui-même et qui éclaire son projet philosophique : « Crois sans cesse à ton sentiment, quand bien même tu ne peux réfuter les sophistes. »

C'est qu'il n'est pas qu'un faiseur de systèmes. Ce pasteur manqué, ce remarquable orateur est une sorte de prophète dont la ferveur transparaît dès La Révolution française et dans ses œuvres plus populaires telles que La Destination de l'homme et L'Initiation à la vie bienheureuse. Selon sa célèbre boutade, « Dieu n'est pas au service des princes », mais présent à toute conscience d'homme.

L'austère philosophie fichtéenne réconcilie liberté et nécessité, action et système. Elle fournit ses principaux thèmes à l'existentialisme contemporain, à la différence près qu'ici le culte est rendu à l'absurde et là à l'intelligibilité.

Le « père de la philosophie moderne »

Johann Gottlieb Fichte peut, encore plus justement que Kant, être nommé « le père de la philosophie moderne ». C'est ainsi, lui rendant un éloge bien involontaire, que le surnommait Schopenhauer. Sans doute Fichte conquit-il vite la gloire, mais bientôt ses lecteurs se trouvèrent rebutés par l'obscurité de ses écrits, en particulier des fameux Principes de la doctrine de la science (Grundlage der gesamten Wissenschaftslehre, 1794-1795). On comprend donc que la philosophie de Fichte ait été en partie méconnue et en partie défigurée par des commentateurs prestigieux : Jacobi, Hegel et surtout Schelling. L'étude de Fichte contraint à renoncer à l'idée traditionnelle de la continuité de l'idéalisme allemand : sa philosophie ne s'insère pas aisément dans un développement dialectique menant de Kant à Fichte, de Fichte à Schelling, de Schelling à Hegel.

L'œuvre de Fichte coïncide dans une certaine mesure avec sa vie. Né à Rammenau (Saxe) de parents pauvres, il put faire de solides études grâce à un philanthrope ; arrivé à l'âge adulte sans ressources, il tenta de se suicider. Un heureux has [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)  » est également traité dans :

LA DESTINATION DE L'HOMME, Johann Gottlieb Fichte - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 853 mots

C'est humilié, poussé à quitter l'université de Iéna, à la suite de fâcheuses accusations d' athéisme , que J. G. Fichte (1762-1814), réfugié à Berlin, trouve le temps de rédiger, de juillet à novembre 1799, ce qu'il veut être un écrit « populaire » : La Destination de l'homme. Soit un ouvrage « non destiné aux philosophes de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-destination-de-l-homme/#i_5466

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « Liberté humaine et nécessité naturelle »  : […] philosophies de la nature et le mécanisme (ou le matérialisme), Fichte peut écrire (dans sa Staatslehre de 1813) : « Pour ouvrir la voie à notre doctrine de la liberté, il faut la distinguer rigoureusement du système philosophique qu'on appelle Déterminisme, pour qui n'existe qu'un système de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/determinisme/#i_5466

HISTORIQUE ALLEMANDE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 016 mots

Le philosophe Johann Gottlieb Fichte écrit en 1799 L'État commercial fermé, ouvrage dans lequel il donne un contenu économique à la notion de « frontières naturelles » chère aux révolutionnaires français. Les frontières naturelles sont celles qui autorisent l'autarcie. Friedrich List […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-historique-allemande/#i_5466

IDÉALISME ALLEMAND

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 7 090 mots

Dans le chapitre « Un gouffre entre l'homme et la nature »  : […] séduits par bien des aspects de sa doctrine, n'ont pu supporter longtemps cette thèse. C'est Fichte qui a fait sauter cet obstacle à l'impérialisme du moi comme sujet pensant et à la haute puissance de la liberté. Il a refusé toute extériorité radicale, étrangère au sujet, en voulant que l'extériorité elle-même soit « posée » par ce sujet. Il s'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme-allemand/#i_5466

JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)

  • Écrit par 
  • Valerio VERRA
  •  • 2 836 mots

Dans le chapitre « Fichte et le spinozisme renversé »  : […] dans la dernière décennie du siècle et surtout ceux de la théorie de la science de Fichte apportèrent la confirmation la plus précise et la plus surprenante de l'exactitude de son interprétation. En effet, avec la doctrine fichtéenne se trouvait affirmé d'une manière plus cohérente tout ce que Kant avait découvert, à savoir que la science consiste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-heinrich-jacobi/#i_5466

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 469 mots

Dans le chapitre « L'héritage de Descartes »  : […] De même, il y a lieu de s'étonner que Fichte, qui surmonte la disjonction kantienne des deux raisons (théorique et pratique), qui rapporte l'une et l'autre à une instance productrice de la conscience, mais aussi inconsciente qu'un principe inconditionné peut l'être, s'enferre encore dans un vocabulaire de conscience. Son essence du moi n'a rien d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/#i_5466

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 814 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Fichte »  : […] Fichte et son disciple puis adversaire Schelling sont les inventeurs, dans une forme encore enrobée de gangue métaphysique, de catégories essentielles dont il est impossible de ne pas percevoir le destin historique lointain, compte tenu des transpositions indispensables, dans la genèse de certains des instruments de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_5466

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 149 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Art »  : […] L'aspect proprement philosophique en fut dégagé par Fichte, dont toute la pensée est fondée sur l'opposition du moi au non-moi. Tous les rapports entre l'individu et le monde extérieur sont ainsi mis en cause et envisagés de façon toute neuve par rapport à la philosophie kantienne. Dans cette difficulté à isoler le moi d'une réalité extérieure dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_5466

Voir aussi

Pour citer l’article

Alexis PHILONENKO, « FICHTE JOHANN GOTTLIEB - (1762-1814) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-gottlieb-fichte/