EXISTENTIALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indépendamment de ses fondements théoriques et de ses retentissements philosophiques, l’existentialisme mérite d’être considéré dans une perspective littéraire et même sociologique. Une des raisons de sa popularité est sans doute que cette philosophie de l’existence ne propose pas un système achevé. Elle formule plutôt un rapport au monde dont on pourra également trouver trace chez des penseurs anciens (Sénèque, saint Augustin, Pascal) ou chez des écrivains précurseurs tels que Dostoïevski ou Kafka, qui expriment la condition tragique de l’homme.

Apparue au cours de la décennie 1930-1940, la philosophie existentialiste puise à des sources très diverses : Kierkegaard, Nietzsche, Jaspers, Heidegger (qui aura une influence forte sur le Sartre de L’Être et le Néant, 1943), Emmanuel Lévinas, Maurice Merleau-Ponty et Jean Wahl, mais aussi, sur son versant catholique, Gabriel Marcel et Emmanuel Mounier. Elle va s’imposer au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L’épreuve de la guerre et des camps a fait vaciller en Europe les traditionnelles valeurs humanistes, remplacées par une interrogation sur le destin de l’homme et sur une relation au monde à refonder. Parallèlement, les promesses de renouveau portées par la Résistance en matière de vie collective et individuelle se heurtent au sentiment d’angoisse né de la douloureuse reconquête de la liberté.

À côté des débats philosophiques qu’il suscite et avant d’évoquer sa présence diffuse dans des œuvres littéraires, l’existentialisme donne naissance, à partir de 1945, à une mode qui trouve à s’exprimer dans des comportements et des choix de vie. La jeunesse (parisienne essentiellement) récupère son message de contestatio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, professeur de chaire supérieure

Classification

Autres références

«  EXISTENTIALISME  » est également traité dans :

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'existentialisme en procès »  : […] La dernière pensée de Maurice Merleau-Ponty, notamment dans Le Visible et l'Invisible (1904) et les Résumés de cours (1968), voudrait faire sentir quelque chose qui est situé au-delà de la philosophie, même si cette dernière se présente sous forme d'une phénoménologie. Merleau-Ponty cherche à s'évader de la représentation. C'est à la peinture qu'il recourt de préférence pour nous donner le senti […] Lire la suite

BEAUVOIR SIMONE DE (1908-1986)

  • Écrit par 
  • Éliane LECARME-TABONE
  •  • 2 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fictions »  : […] Écrire, pour Simone de Beauvoir, c'est vouloir reprendre à son compte toute la richesse du monde pour le justifier, soit en tirant la portée universelle de son expérience singulière, soit en singularisant une connaissance universelle. Les trois genres qu'elle a privilégiés comportent des spécificités qu'elle a pris soin de définir. Alors que dans l'essai l'auteur communique son savoir de manière c […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le modèle existentialiste »  : […] La critique existentialiste a préservé les notions d'individu et de subjectivité promues par les écrivains eux-mêmes. Les grandes monographies de Sartre sur Baudelaire, Genet et Flaubert, empruntant au marxisme et à la psychanalyse, maintiennent la primauté de l'homme à travers une série de médiations, comme la famille et les groupes, qui font passer de la totalité à l'unicité. La relation de l'i […] Lire la suite

LE DEUXIÈME SEXE, Simone de Beauvoir - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 853 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pour l'émancipation féminine »  : […] Lorsque Le Deuxième Sexe paraît, le bandeau du livre porte comme sous-titre « La Femme cette inconnue ». Cette révélation de ce qu'est la femme par une femme fut accueillie par un immense scandale. Mis à l'index par le Saint-Office de Rome, l'essai fut mal reçu également par les écrivains masculins qui ne virent dans cette philosophie du sexe qu'inconvenance et obscénité. La partie consacrée à la […] Lire la suite

L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

C'est durant la « drôle de guerre » que Jean-Paul Sartre (1905-1980) élabore cette somme d'« ontologie phénoménologique » qui paraît en 1943 sous le titre de L'Être et le Néant. Essai d'ontologie phénoménologique , donnant à l'existentialisme français son véritable départ. Avec ce livre, Sartre inaugure un style nouveau en philosophie : les analyses réflexives y deviennent inséparables d'exemples […] Lire la suite

EXISTENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 11 018 mots

Ce n’est qu’au xx e  siècle que la notion d’existence a pris une place centrale en philosophie avec le courant «  existentialiste  », dont la thèse a été formulée de façon particulièrement elliptique par Jean-Paul Sartre  (1905-1980) : « L’existence précède l’essence. » Mais si cette thèse est aussi révolutionnaire que Jean-Paul Sartre l’a prétendu, les philosophes antérieurs auraient dû affirmer […] Lire la suite

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 420 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les philosophies du dialogue »  : […] La philosophie du dialogue est, au sens strict du terme, la philosophie de Martin Buber, philosophe israélien d'origine allemande qui a publié son principal ouvrage, Ich und Du (trad. franç. Le Je et le Tu , 1938), à Francfort en 1923. Cet existentialisme juif de la relation personnelle à autrui (Dieu ou l'autre conscience) trouve une sorte d'écho dans la pensée chrétienne et dans les problémati […] Lire la suite

GÉOGRAPHIE HUMANISTE

  • Écrit par 
  • Antoine BAILLY, 
  • Laurent VIALA
  •  • 1 074 mots

Étudier la Terre comme « la maison de l'homme », tel est le premier objectif de la géographie humaniste, introduite en partie, dans les années 1960, par l'école française de géographie régionale consciente de l'importance des phénomènes culturels, en partie par la phénoménologie. Une « maison » à la fois matérielle et idéale, car elle n'est pas seulement conçue comme une unité statistique dans la […] Lire la suite

INTERSUBJECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 435 mots

Terme qui s'est répandu à la suite des recherches de Husserl sur la constitution de l' alter ego et des recherches de Heidegger sur la coexistence, sur l'être-avec-autrui. Les sociologues, notamment Gurvitch, ont secondé les philosophes en étudiant les valeurs de communauté, celles qui procèdent du nous. Pratiquement, ce sont les personnalistes et les existentialistes, phénoménologues ou non, qu […] Lire la suite

LUKÁCS GYÖRGY (1885-1971)

  • Écrit par 
  • Lucien GOLDMANN
  •  • 3 544 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le créateur de l'existentialisme »  : […] Né à Budapest le 13 avril 1885, Georges Lukács poursuit ses études en Allemagne à partir de 1909 où il entre en contact avec Georg Simmel, à Berlin, avec l'école philosophique sud-ouest allemande, et surtout avec deux figures extrêmement importantes de la vie intellectuelle de l'époque, Émile Lask et Max Weber. Pendant cette période, il publie deux ouvrages qui joueront un rôle capital dans la pen […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves STALLONI, « EXISTENTIALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/existentialisme/