FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fichte et son destin

On conçoit qu'une telle pensée ait suscité des interprétations divergentes. Évolution dialectique pour certains, transformation complète et rupture pour d'autres. La question reste ouverte. Une chose est certaine : sur le plan politique, la philosophie de Fichte a fini par s'opposer à elle-même. Et cela milite dans le sens de la rupture.

Fichte défend d'abord les idéaux de la Révolution française avec une extraordinaire vigueur. Après la faillite de la Révolution française, Fichte se tourne avec violence contre Napoléon (« l'homme sans nom »), qui a trahi les espérances de 1789, et rêve d'une monarchie européenne. De là, les célèbres Discours à la nation allemande. Ces textes ont fait de Fichte l'un des prophètes de l'Allemagne dont la mission est de sauver la paix de l'Europe et du monde. Fichte souligne le caractère originel du peuple allemand et affirme qu'il doit suivre les règles d'une nouvelle pédagogie inspirée de Rousseau et de Pestalozzi.

X. Léon a estimé que les Discours à la nation allemande, loin de marquer « une sorte de conversion au nationalisme », ne sont [...] que « la continuation [...] de la lutte que Fichte n'avait cessé de poursuivre pour le règne de la liberté et pour le triomphe de la démocratie ».

Cependant Fichte a lié ces vues à une stratégie politique, fondamentalement opposée aux théories de l'internationalisme pacifiste. Dans un opuscule, Machiavel comme écrivain (Über Machiavelli, als Schriftsteller..., 1805), chaleureusement approuvé par Clausewitz, il déclare faire sien le principe du Florentin : « Quiconque veut fonder un État et lui donner des lois doit supposer d'avance les hommes méchants. » Il en tire deux règles fondamentales : saisir sans perte de temps toute occasion de se fortifier dans la sphère de ses influences ; ne jamais se fier à la parole d'un autre État ; il conclut : « Dans les rapports avec les autres États, il n'y a ni loi, ni droit, si ce n'est le droit du plus fort. »

Fichte prononçait donc à la fois la faillite de l'humanisme révolutionnaire, la future a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)  » est également traité dans :

LA DESTINATION DE L'HOMME, Johann Gottlieb Fichte - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 853 mots

C'est humilié, poussé à quitter l'université de Iéna, à la suite de fâcheuses accusations d'athéisme, que J. G. Fichte (1762-1814), réfugié à Berlin, trouve le temps de rédiger, de juillet à novembre 1799, ce qu'il veut être un écrit « populaire » : La Destination de l'homme. Soit un ouvrage « non de […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Art »  : […] Si l' art romantique semble se définir par ses thèmes et par la galerie de ses héros plutôt que par ses formes, c'est que le romantisme a plus facilement et plus vite trouvé son expression littéraire. En fait, il s'agit d'indices plus que d'éléments constituants. Et, si l'on envisage le romantisme non pas comme une simple appellation qui couvre indistinctement une tranche chronologique, mais comme […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « Liberté humaine et nécessité naturelle »  : […] Selon Bloch et Wartburg ( Dictionnaire étymologique de la langue française ), le mot déterminisme n'apparaît en français qu'en 1836. Mais il est plus ancien en allemand, où il appartient au vocabulaire de la théologie et de la philosophie morale ( Determinismus ). Dans le réseau contradictoire des échanges de significations et de problèmes, qui vont de l'idéologie à l'activité scientifique et qui […] Lire la suite

HISTORIQUE ALLEMANDE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 016 mots

Le raisonnement économique fondé sur l'intérêt, la concurrence et le marché qui s'affirme au xviii e  siècle se heurte d'emblée, en terre germanique, à une pensée économique originale. Face aux physiocrates, les caméralistes se font les défenseurs de l'efficacité de la politique économique fixée par le Prince dans la pièce ( kammer en allemand) où il réunit ses conseillers. Le philosophe Johann […] Lire la suite

IDÉALISME ALLEMAND

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 7 090 mots

Dans le chapitre « Un gouffre entre l'homme et la nature »  : […] L'aventure singulière de l'idéalisme allemand se préparait de longue date, mais c'est bien Kant qui l'a véritablement engagée, en rompant avec la métaphysique traditionnelle. Le dogmatisme de Leibniz et de Wolff, se targuant d'une connaissance exhaustive de l'absolu, ne lui parut plus offrir les défenses théoriques suffisantes contre ce qu'il tenait pour les principaux dangers : il a cru sauver l' […] Lire la suite

JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)

  • Écrit par 
  • Valerio VERRA
  •  • 2 836 mots

Dans le chapitre « Fichte et le spinozisme renversé »  : […] Aux yeux de Jacobi qui, depuis 1794, à la suite de l'invasion française, avait quitté Pempelfort pour le nord de l'Allemagne et séjournait principalement à Eutin, les développements de la philosophie kantienne dans la dernière décennie du siècle et surtout ceux de la théorie de la science de Fichte apportèrent la confirmation la plus précise et la plus surprenante de l'exactitude de son interprét […] Lire la suite

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 471 mots

Dans le chapitre « L'héritage de Descartes »  : […] Husserl sera le dernier à lui faire crédit ; ou plutôt il ne recommencera le cartésianisme qu'en le modifiant. S'il recourt au procédé de la suspension du monde, ce n'est pas pour atteindre un cogito qui ne penserait qu'à lui, qui ne penserait que lui ; c'est pour tirer à la lumière la structure intentionnelle de toute connaissance objective. Il n'admet qu'un cogito cogitatum , c'est-à-dire une co […] Lire la suite

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fichte »  : […] Fichte et son disciple puis adversaire Schelling sont les inventeurs, dans une forme encore enrobée de gangue métaphysique, de catégories essentielles dont il est impossible de ne pas percevoir le destin historique lointain, compte tenu des transpositions indispensables, dans la genèse de certains des instruments de la pensée métapsychologique de Freud, ainsi que, d'ailleurs, de la psychologie mod […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alexis PHILONENKO, « FICHTE JOHANN GOTTLIEB - (1762-1814) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-gottlieb-fichte/