DÉTERMINISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est le xixe siècle, dans la mesure où il a fait de la mécanique l'archétype des sciences expérimentales, sources de toute action technique efficace, qui a pratiquement identifié « science » et « déterminisme ». Lorsque, dans un contexte idéologique bien différent, celui des années 1920-1940, les premières découvertes de la physique quantique ont ébranlé la représentation du réel héritée de l'ontologie classique, la « crise du déterminisme » a dû apparaître (ou a pu être donnée) comme le symptôme d'une crise plus radicale : celle de la science et de la raison. Enfin, dans la décennie 1970-1980, avec l'extension des explications probabilistes, la constitution d'une thermodynamique généralisée et l'application de modèles cybernétiques aux systèmes mécaniques, vivants, voire socio-économiques, c'est le dépassement du déterminisme qui est devenu le mot d'ordre d'une épistémologie pour qui devrait s'effacer l'antithèse de la matière et de l'organisation, voire celle de la causalité et de la finalité.

Mais cette périodisation sommaire recouvre plus qu'elle ne les dissipe les ambiguïtés permanentes qui marquent l'usage du mot déterminisme (et plus encore du couple déterminisme/indéterminisme), et qu'une définition même très technique ne suffit pas à lever. Par un étonnant renversement de sens, l'identification du mécanisme universel et du déterminisme s'est autorisée d'un terme qui avait initialement acquis sa portée scientifique par une limitation critique des prétentions du mécanisme. Par un renversement non moins surprenant, l'indéterminisme contemporain a repris à son compte le projet d'une philosophie de la nature autrefois développée à l'enseigne du déterminisme. C'est donc à comprendre les raisons de ces ambiguïtés – nullement gratuites, car elles reflètent l'historicité de la pratique scientifique – que l'enquête épistémologique devrait s'attacher, avant de chercher à proposer un « bon usage ».

Qu'entend-on généralement par déterminisme, en effet ? Soit l'idée que tout ce qui se produit (phénomène, événement, état) est l'effet de causes déterminées, soit l'idée qu'on peut prévoir exactement les effets produits dans des conditions elles-mêmes déterminées. À ce niveau, déjà, il y a ambivalence : puisque le terme désigne à la fois la possibilité de prévoir et ce qui dans la réalité la fonde ou la garantit.

Cette ambivalence s'étend, en fait, à toute la chaîne des catégories philosophiques corrélatives : la plus immédiate est celle de prévision. Prévision n'est pas prédiction, prévoyance ou prophétie. Pourtant, tous ces mots, étymologiquement et idéologiquement, sont des variations d'un même thème : celui de l'anticipation. Confrontée au critère de la prévision, même corrigé par une estimation de probabilité, la réalité apparaît selon la dimension essentielle d'un temps dans lequel l'avenir est comme réduit, circonscrit par le présent. C'est dire qu'implicitement on pense ici la position d'un sujet (pas nécessairement humain : ce peut être Dieu, ou l'univers subjectivisé), soit qu'il maîtrise ce temps, dont la thèse déterministe lui garantit la vision ou la description complète, soit que ce temps, au contraire, le maîtrise lui-même et l'incorpore à un ordre absolu.

Même ambivalence quant à l'apparence et à la réalité, à l'ordre et au désordre, au hasard et à la nécessité. Le déterminisme, ce peut être d'abord la régularité qui est postulée dans la réalité – comme sa loi –, donc ce qui est caché avant d'apparaître. Ce peut être aussi ce qui apparaît avant d'être justifié, s'il se peut, par la découverte d'une explication ; « c'est dans la profondeur des cieux, notait Gaston Bachelard, que se dessine l'objectif pur qui correspond à un visuel pur. C'est sur le mouvement régulier des astres que se règle le destin [...]. Il y a donc une philosophie du ciel étoilé. Elle enseigne à l'homme la loi physique dans ses caractères d'objectivité et de déterminisme absolus ». Ce peut être encore l'ordre essentiel obnubilé par la multiplication des effets, apparemment aléatoires, d'un système complexe. Mais ce peut être aussi, à l'inverse, la régularité globale, macroscopique, résultant d'une loi de probabilité à laquelle sont soumis un grand nombre d'événements indépendants : on parlera alors de « déterminisme statistique ».

Enfin, le rapport aux catégories de cause et d'effet n'a pas acquis la netteté philosophique que l'on pourrait souhaiter : le déterminisme est-il le doublet de la causalité, voire l'explication de son mécanisme ? Est-il au contraire le concept (positif, scientifique) qui doit lui être substitué pour donner définitivement congé aux représentations métaphysiques, et théologiques, de la cause comme production ou création, et limiter l'explication scientifique au seul problème objectif des corrélations entre phénomènes mesurables ? Mais comment comprendre, dans ces conditions, qu'un Louis de Broglie, lorsqu'il se risque pour la première fois à parler d'indéterminisme pour décrire les expériences de diffraction d'électrons par un cristal, en vienne à écrire que « en physique quantique il n'y a plus de déterminisme, mais il y a encore causalité [...], une causalité sans déterminisme, où la prévisibilité exacte ne réapparaît que dans des cas exceptionnels « purs » ? [...]Supposer qu'il existe un déterminisme fondamental des phénomènes qui nous resterait caché est une hypothèse métaphysique, un acte de foi, et ce déterminisme ne serait pas celui que le physicien a seul le droit d'envisager et que nous avons défini par la prévisibilité rigoureuse » (« Réflexions sur l'indéterminisme en physique quantique », in Continu et discontinu en physique moderne, 1941). N'est-ce pas que la valeur de positivité des deux catégories en est alors venue à s'inverser à nouveau ?

Suggérons que ces fluctuations ne sont ni l'effet d'un langage insuffisamment rigoureux (dont une bonne formalisation pourrait chercher à arrêter la dérive), ni même celui du trouble apporté par de successives révolutions scientifiques dans la correspondance entre les formes de notre connaissance des objets et les conditions d'existence des objets connus. Elles sont d'a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DÉTERMINISME  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE DES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Sophie HOUDART
  •  • 3 555 mots

Dans le chapitre « Le « grand partage » »  : […] L’anthropologie s’est fondée sur l’idée qu’il existait des cultures qui prenaient place sur le fond permanent et universel de la nature. La dichotomie entre la nature et les cultures investit donc la pensée anthropologique depuis ses débuts. Héritée d’une philosophie qui concevait en substance les formes sociales comme déterminées par le milieu naturel ( L’ E sprit des lois de Montesquieu, ou bi […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 13 000 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le rôle de l'explication causale dans les sciences sociales »  : […] De nombreux sociologues ont contesté ou contestent encore que l'idée de cause telle qu'elle est utilisée dans les sciences de la nature puisse être retenue par les sciences sociales. Les arguments sont variés et diffèrent d'Auguste Comte à Max Weber et de Max Weber à McIver. On peut cependant les réunir. Tout d'abord, n'est-ce pas à tort et par simplification qu'on parle de cause en sociologie al […] Lire la suite

CHAOS, physique

  • Écrit par 
  • Pierre BERGÉ, 
  • Monique DUBOIS
  •  • 3 387 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La sensibilité aux conditions initiales »  : […] Regardons de plus près l'aspect graphique de l'itération citée plus haut. En considérant la parabole X t+1  = AX t (1 − X t ) dans l'intervalle [0, 1], l'itération se pratique aisément à partir d'une valeur X 0 en se servant de la première bissectrice . En partant d'un point très voisin X′ 0  = X 0  + δ X et itérant de la même manière, les écarts δ = X t+1  − X t+1 obtenus à chaque itération son […] Lire la suite

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idée comtienne de la science »  : […] Pourquoi Auguste Comte, contrairement à Saint-Simon, présente-t-il une réflexion sur la science en préambule à un plan de réforme sociale ? Cela tient à l'idée qu'il se fait de la science, non pas seulement somme de savoirs, mais rapport global de l'homme au monde. Par suite, elle s'offre avant tout comme un principe et un système de croyances. Or toute organisation sociale repose, en dernière an […] Lire la suite

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 892 mots

Dans le chapitre « La contingence en logique et dans les sciences de la nature »  : […] IEn logique, contingent s'oppose à nécessaire. Est nécessaire une proposition dont le contraire implique contradiction. Une vérité contingente dénote donc un état de fait qui pourrait se passer autrement, qui n'est pas marqué par la nécessité. Du sens logique on glisse au sens réel, quand on s'interroge non plus sur la connexion des propositions au regard de la nécessité, mais sur l'enchaînement d […] Lire la suite

COPENHAGUE ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Bernard d' ESPAGNAT
  •  • 731 mots
  •  • 2 médias

On regroupe sous ce nom les physiciens théoriciens qui, entre 1920 et 1930, après avoir élaboré la mécanique quantique, mirent en évidence ses aspects les plus révolutionnaires par rapport aux concepts en vigueur jusqu'alors et furent les instigateurs d'un très profond débat épistémologique qui se poursuit encore actuellement. La description statistique des phénomènes atomiques et nucléaires doit- […] Lire la suite

DÉTERMINISME, géographie

  • Écrit par 
  • Vincent BERDOULAY, 
  • Olivier SOUBEYRAN
  •  • 1 556 mots

Dans le chapitre « Les logiques qui traversent le débat »  : […] L'entrecroisement de trois logiques joue un rôle essentiel. La première est d'ordre historico-scientifique, la querelle du déterminisme étant une figure récurrente de l'histoire des sciences. Le déterminisme, si fortement affirmé par Laplace ou Claude Bernard à propos des sciences de la nature au xix e  siècle, semble si incontournable pour fonder toute approche scientifique qu'il imprègne égalem […] Lire la suite

DEVOIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 242 mots

Dans le chapitre « Un déterminisme social  ? »  : […] Deux siècles après Rousseau, ce sont les sciences humaines, en particulier la psychanalyse et la sociologie, qui ont mis en évidence les illusions de la conscience morale. Dans ses Essais de psychanalyse (1915-1923), Sigmund Freud (1856-1939) ironise sur cette voix de la conscience qui ne serait rien d’autre, en réalité, que l’écho des voix de l’enfance : « Notre conscience morale, loin d’être l […] Lire la suite

DURKHEIM (ÉCOLE DE)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « Aux origines de la sociologie française »  : […] Durkheim s'est assigné la tâche de créer la science sociologique, avec ses propres objets, sa méthodologie et ses modèles explicatifs. Philosophe de formation, il se situe dans la lignée positiviste de Comte (1798-1857), l'inventeur du mot sociologie. Le positivisme ne s'intéresse ni aux causes premières ni aux fins dernières des phénomènes, mais seulement à la manière dont ils peuvent être expl […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Le quantitatif et le qualitatif »  : […] Les formes de la science économique dont nous venons de parler correspondent à des formes accomplies, non pas complètes, cependant, mais assez sûres. Elles revêtent deux caractères. Elles sont à base de déterminisme : leurs auteurs pensent que les mécanismes économiques sont parfaitement déterminables. S'ils n'apparaissent pas encore tels aujourd'hui, c'est que, dans la recherche des causes qui d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Étienne BALIBAR, Pierre MACHEREY, « DÉTERMINISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/determinisme/