MARCHÉ, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par « marché » on entend habituellement plusieurs choses, qui correspondent à des degrés d'abstraction différents. Au départ, il y a l'idée d'un lieu où se retrouvent des acheteurs et des vendeurs, qui effectuent des échanges sur la base de prix, fixés par l'une des parties ou après marchandage. À un niveau d'abstraction plus élevé, le mot marché désigne l'ensemble des transactions concernant un bien, ou un type de biens, dans une zone géographique définie (ville, région, pays, etc.), par exemple le marché immobilier à Paris. De façon encore plus générale, l'expression « économie de marché » sert à caractériser des sociétés où la plus grande partie des transactions se réalisent sur la base de prix établis par les échangistes. Certains vont même jusqu'à parler du marché comme s'il était une personne, qui « fait » ceci ou cela, qui est « optimiste » ou « pessimiste », etc. Le marché est alors conçu comme la résultante des décisions d'une multitude de personnes, dont il traduit les humeurs ou les comportements dominants, ou majoritaires – on songe ici au marché boursier, sorte de plaque sensible de l'économie.

Toutes ces acceptions du mot marché – sauf, peut-être, la dernière – ont en commun le fait qu'elles accordent un rôle essentiel aux échanges par le biais de prix. Comment ces derniers sont-ils fixés ? Il n'y a pas de réponse simple à cette question, tellement les situations peuvent être différentes. Ainsi, pendant très longtemps, la coutume a joué un rôle très important dans la détermination des prix (John Stuart Mill a particulièrement insisté sur ce point, notamment dans ses Principes d'économie politique, 1848). Elle continue d'ailleurs à le faire de nos jours, à des degrés divers, selon les biens et les pays ; son rôle stabilisateur, normalisateur, est souvent assuré par l'État, qui fixe des règles, veille à ce qu'elles soient respectées, arbitre entre les parties, surveille certains prix – dans les secteurs considérés comme importants, pour les individus ou pour la nation (domaines alimentaire, sanitaire, industriel, tec [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MARCHÉ, économie  » est également traité dans :

MARCHÉ (sociologie)

  • Écrit par 
  • Valérie ASENSI, 
  • Gilles LAFERTÉ
  •  • 1 320 mots

Le « grand partage disciplinaire » a longtemps réservé l’étude du marché à la science économique, ne démentant pas l’adage « les affaires sont les affaires » : sur le marché, l’esprit de calcul et, en particulier, de calcul économique primerait sur tout autre lien social […] Lire la suite

LA DÉMOCRATIE ET LE MARCHÉ (J.-P. Fitoussi)

  • Écrit par 
  • Jézabel SOUBEYRAN
  •  • 1 111 mots

Deux discours s'affrontent généralement en ce qui concerne la relation entre le marché et la puissance publique. Pour les thuriféraires du marché, l'intervention de l'État interfère avec les mécanismes du marché, dont elle réduit l'efficacité. Aux antipodes, il y a ceux pour qui la progression du marché dans le processus actuel de globalisation condamnerait l'État à l'impuissance. Dans son essai […] Lire la suite

MARKETING ÉTUDES ou ÉTUDES DE MARCHÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe FAIVRE, 
  • Yves KRIEF
  •  • 6 269 mots
  •  • 3 médias

L'expression « études marketing » (ou « études de marché ») désigne des activités organisées de collecte, de traitement et d'interprétation des informations relatives aux marchés, et plus généralement aux publics dont dépend l'entreprise, ayant pour finalité de servir aux décisions marketing en réduisant l'incertitude du décideur et en minimisant les risques encourus, et menées selon des procédur […] Lire la suite

CAPITALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick VERLEY
  •  • 6 275 mots
  •  • 1 média

La notion d'« économie de marché », bien que d'un usage fréquent à partir de la fin du xx e   siècle où elle a progressivement remplacé celle de « capitalisme », n'a une signification ni clairement définie ni universellement acceptée par les historiens : il n'existe pas d'« histoire de l'économie de marché ». Elle est surtout définie négativement par rapport à ses différents antonymes, ce qui expl […] Lire la suite

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les sources du pouvoir de marché »  : […] Le pouvoir de marché d'une entreprise résume sa marge de manœuvre en matière de détermination des prix de vente, et des quantités mises sur le marché. Pour prendre un exemple, un laboratoire pharmaceutique ayant mis au point un vaccin protégé par un brevet est le seul à proposer ce vaccin et peut donc fixer ses prix sans crainte de voir ses clients se tourner vers la concurrence. En d'autres term […] Lire la suite

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

La concurrence définit un type de rapports entre les acteurs de la vie économique caractérisé par la liberté de contracter, de commercer, de circuler et d'entreprendre. Elle donne libre cours à des comportements humains très répandus dans un monde aux ressources rares : de la simple émulation et de la compétition d'allure sportive à des actes de rivalité agressive. C'est pourquoi la concurrence es […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Emploi

  • Écrit par 
  • Bernard GAZIER
  •  • 9 587 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le schéma du marché »  : […] Une des premières pistes explorées par les théoriciens a consisté à appliquer aux transactions entre employeurs et employés les outils intellectuels forgés pour les échanges de marché. On parle ainsi du « marché du travail », expression devenue courante et qui n'est pourtant pas si évidente. Ce qui caractérise, en effet, les relations de marché, c'est, pour un produit donné, l'établissement d'un […] Lire la suite

COÛT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Xavier GREFFE
  •  • 4 114 mots

Tout agent économique supporte normalement sur le marché les coûts liés à son comportement. Mais il peut se trouver que certains coûts échappent à la sanction du marché. On dit alors des premiers coûts qu'ils sont privés , des seconds qu'ils sont externes à l'agent considéré, et de l'ensemble de ces coûts, privés et externes, qu'il s'agit du coût social . L'existence d'un coût social supérieur a […] Lire la suite

ENTREPRISE - Théories et représentations

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 6 342 mots

Au-delà de l'interrogation première sur la nature de la firme, une théorie de la firme doit répondre à deux grandes catégories de questions. Elles sont soit internes et portent sur l'architecture et le fonctionnement de l'entreprise, soit externes et concernent la place et le rôle de l'entreprise dans l'organisation économique et sociale. Selon une définition courante, l'entreprise – la firme – co […] Lire la suite

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « Efficacité et redistribution »  : […] Dans une vision minimaliste, la seule fonction de l'État serait de protéger l'individu contre la violence. L'État n'est nécessaire que parce qu'il permet d'échapper à la loi de la nature où les droits des autres ne sont pas suffisamment reconnus. En garantissant juridiquement les contrats, l'État permet d'instaurer la confiance entre les individus, ce qui favorise la coopération. L'économie publiq […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Démission du gouvernement d’Édouard Philippe et nomination de Jean Castex. 3-15 juillet 2020

secrétaire général adjoint de l’Élysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, Jean Castex avait été chargé par le gouvernement sortant d’établir le plan de déconfinement. Il annonce son intention de quitter Les Républicains (LR) et de rejoindre La République en marche (LRM). Le 6 est annoncée […] Lire la suite

Cuba. Approbation par référendum de la réforme de la Constitution. 24 février 2019

communiste, mais reconnaît le marché, la propriété privée et les investissements étrangers comme nécessaires à l’économie. Il prévoit la création d’un poste de Premier ministre et limite à deux le nombre de mandats présidentiels consécutifs. […] Lire la suite

France. Remaniement ministériel. 18-24 novembre 2017

Le 18, lors du premier congrès de La République en marche (LRM), réuni à Lyon, le secrétaire d’État et porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, seul candidat, est élu délégué général de la formation. Le 24, l’Élysée annonce un remaniement du gouvernement. Benjamin Griveaux (LRM), jusque […] Lire la suite

France. Nomination du gouvernement et premiers pas du nouvel exécutif. 11-29 mai 2017

Le 11, La République en Marche ! (LRM) ‒ nouveau nom adopté le 8 par le mouvement En Marche ! ‒ présente une première liste de 428 candidats aux élections législatives de juin, comprenant autant d’hommes que de femmes et dont une moitié est issue de la société civile. Aucun candidat de LRM […] Lire la suite

Suisse. Adoption de mesures pro-immigrés à Genève et anti-immigrés à Zurich. 21-22 février 2017

de six cents personnes lors de sa phase de test, assouplit certains critères d’octroi du permis de séjour. Elle doit permettre d’assainir le marché du travail, notamment celui de l’économie domestique. Le 22, le chef du Parti socialiste zurichois Daniel Frei présente sa démission afin de marquer […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard GUERRIEN, « MARCHÉ, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marche-economie/