SARTRE JEAN-PAUL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le domaine littéraire

De l'âge de sept ans (1912) jusqu'à celui de soixante-huit ans (1973), Sartre n'a jamais cessé d'écrire plusieurs heures par jour, même quand il exerçait, de 1931 à 1944, le métier de professeur de philosophie. Seule la cécité, de 1973 à sa mort, le contraignit à troquer le stylo pour un magnétophone qui lui convenait beaucoup moins. On se bornera ici à périodiser et à problématiser une production où les ruptures l'emportent de beaucoup sur les continuités. Sartre lui-même a toujours évoqué son parcours en termes de conversions et d'apostasies. S'il n'a pas raconté cette rupture décisive que fut pour lui le remariage de sa mère, en 1916, il a décrit la conversion de 1940, qui fait découvrir l'histoire, la violence et la solidarité humaine à un jeune écrivain flaubertien ; celle de 1952, qui lui fait déclarer sa haine à la bourgeoisie et son adhésion (moins critique qu'il ne l'a dit) au communisme soviétique et français ; celle de 1968 qui le réoriente vers les minorités gauchistes ; et enfin celle de 1980, à peine esquissée, qui voit le philosophe, un peu sollicité, brader son passé et se lancer dans l'interprétation du judaïsme.

Un « écrivain public »

Mais il faudrait aussi et surtout marquer le grand tournant de 1945 : Sartre fut alors, un peu comme la Régie Renault, nationalisé. Sa vie privée d'écrivain se termine ; commence sa vie publique. Il devient à lui tout seul une entreprise phare, un article culturel d'exportation. L'homme solitaire, ce « garçon sans importance collective, tout juste un individu » qu'était le protagoniste ou l'auteur de La Nausée, devient le directeur de la revue Les Temps modernes, le romancier des Chemins de la liberté, le dramaturge à scandale de La Putain respectueuse, le programmateur de la littérature engagée, l'intercesseur de la négritude littéraire, et même l'animateur d'un parti politique à l'existence éphémère. Dans la grande hécatombe des valeurs que connut la Libération, Jean-Paul Sartre et Charles de Gaulle restaient au fond les deux grands recours, et on pourrait raconter notre après-guerre comme le conflit de ces deux grands esprits. Sartre ne refusa jamais les responsabilités que lui conférait une gloire disproportionnée par rapport à sa mesure exacte. Mais après avoir considéré la littérature comme une fin (et sans doute comme la seule fin légitime), après l'avoir assumée comme un moyen, fût-ce comme un moyen de libérer le lecteur, il la récuse et l'exorcise, par le moyen d'un chef-d'œuvre du second degré, Les Mots (1964). Depuis cette date, et depuis le refus très public du prix Nobel, la littérature, cette illusion de l'imaginaire, ne retiendra plus l'écrivain que pour lui donner l'occasion d'en dénoncer la mauvaise foi et les tares « bourgeoises ». Ainsi à chaque période de sa vie correspond une certaine postulation – ou une négation certaine – de l'objet littéraire.

Sartre « polygraphe »

À l'origine, un enfant naît de l'écriture et, si l'on en croit le récit d'enfance des Mots, trouve son salut dans le plagiat des romans d'aventures – Pardaillan, notamment –, lequel plagiat finit par former un romancier tout-terrain, sûr de soi et n'admirant aucun maître. Ensuite se révèle un khâgneux, puis un normalien surdoué et graphomane, excellent dans tous les genres de la rhétorique et de la philosophie, et respectant, comme il le fera toujours, la logique des genres, que par ailleurs il pratique jusqu'à leurs limites et qu'il parodie discrètement, comme il sied de le faire dans cette institution. S'il a tardé à être publié, il s'impose ensuite très vite comme le meilleur de sa génération. Cet obsédé de l'angoisse, de l'échec et de la solitude ne connaît que des succès : avec La Nausée (1938), il devient le romancier le plus loué par la critique, sinon le plus apprécié du public ; avec Le Mur (1939), il incarne le nouvelliste le plus agressif et le plus ironique ; avec ses chroniques (plus tard recueillies dans Situations I), il passe pour le critique-polémiste-théoricien le plus redoutable ou le plus neuf. Dans les milieux de la Nouvelle Revue française, centre de gravité d'une vie littéraire alors considérable, on sent que Sartre a fait oublier Giraudoux, qu'il va supplanter Malraux, et bientôt occuper le magistère intellectuel que Gide ne pourra conserver [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre
Crédits : AKG-Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : maître de recherche au Fonds national de la recherche scientifique de Belgique

Classification

Autres références

«  SARTRE JEAN-PAUL (1905-1980)  » est également traité dans :

SARTRE JEAN-PAUL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 535 mots

21 juin 1905 Naissance, à Paris, de Jean-Paul Sartre.1906 Mort de son père, Jean-Baptiste Sartre.1914-1918 Première Guerre mondiale.1915 Sartre entre au lycée Henri-IV.1924 Entre à l'École normale supérieure, avec […] Lire la suite

L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

C'est durant la « drôle de guerre » que Jean-Paul Sartre (1905-1980) élabore cette somme d'« ontologie phénoménologique » qui paraît en 1943 sous le titre de L'Être et le Néant. Essai d'ontologie phénoménologique, donnant à l' […] Lire la suite

HUIS CLOS, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 096 mots
  •  • 1 média

Deuxième pièce écrite par Jean-Paul Sartre (1905-1980), Huis clos fut représenté pour la première fois au théâtre du Vieux-Colombier à Paris, le 27 mai 1944, avant d'être publié chez Gallimard l'année suivante. Après Les Mouches (1943), parabole sur la […] Lire la suite

LES MOTS, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 823 mots
  •  • 1 média

Cent fois remis sur le métier, entre 1953 et leur parution en 1964, Les Mots sont un témoignage exceptionnel du débat, voire des combats, menés par Jean-Paul Sartre (1905-1980) avec son époque, son milieu et lui-même. Un livre inclassable, qu'on réduirait en le rangeant dans la catégorie des autobiographies. Même si le ton en est fort diffé […] Lire la suite

LA NAUSÉE, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 957 mots
  •  • 2 médias

Dans La Force de l'âge, Simone de Beauvoir, à qui est dédié le livre, écrit que Sartre avait voulu avec La Nausée « exprimer sous forme littéraire des vérités et des sentiments métaphysiques ». Difficile projet qui aurait pu donner un roman à thèse, un plaidoyer déguisé en récit afin de faire passer des « id […] Lire la suite

QU'EST-CE QUE LA LITTÉRATURE ? Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Avant d'être publié en un volume autonome, Qu'est-ce que la littérature ? a paru en 1947 dans Les Temps modernes, repris l'année suivante dans Situations II, précédé de deux autres articles : « Présentation des Temps modernes », manifeste de la revue créée par Jean-Paul Sartre (1905-1980) en 1945, et « La Nationalisati […] Lire la suite

LA RECHERCHE DE L'ABSOLU, SITUATIONS III, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 057 mots
  •  • 1 média

En janvier 1948 paraît simultanément à New York et à Paris La Recherche de l'absolu de Sartre (1905-1980). Cet essai a valeur de manifeste et illustre magistralement la position de l'écrivain-philosophe vis-à-vis des artistes. À New York, le texte de Sartre figure dans le catalogue de l'exposition organisée à la Pierre Matisse Gallery : […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affectivité et de la subjectivité : Heidegger »  : […] Ce n'est pas le lieu, ici, de redéployer toute la problématique, difficile par sa subtilité et par sa nouveauté, d' Être et Temps . Rappelons que, au lieu de caractériser l'homme par la subjectivité ou la conscience – ce qui sous-tend toujours, par l'autonomie de ce que ces concepts sont censés désigner, l'équivoque d'un être qui pourrait être tout autant hors du monde qu'être dans le monde ou au […] Lire la suite

ANGOISSE EXISTENTIELLE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Angoisse et société »  : […] Toutefois cette « maladie » ne serait-elle pas la traduction subjective d'un déséquilibre d'essence sociale ? Y a-t-il une angoisse de la conscience, ou seulement des conditions extérieures angoissantes qui, comme telles, doivent être supprimées par une révolution économico-sociale ? Faut-il parler, de façon plus ou moins implicite, d'un « malheur de la conscience » ou y a-t-il simplement des cons […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apport de Lévi-Strauss »  : […] Il n'y a pas d'antinomie entre l'anthropologie structurale et l'anthropologie sociale. La première fut d'abord une méthode qui en vint à développer de telles implications théoriques qu'elle visa à rassembler les sciences humaines dans une science globale de la communication, dans une sémiologie où l'analyse structurale de la parenté et des mythes s'intégrerait en un de ses lieux, l'anthropologie […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

21 février 1981 France. Cessation de parution de « Libération »

« Libé », lancé en 1973 sous le parrainage de Jean-Paul Sartre, avait marqué la décennie par sa manière originale d'aborder l'actualité et par son vocabulaire... libéré. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LECARME, Juliette SIMONT, « SARTRE JEAN-PAUL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/