Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre Fiche de lecture

Jean-Paul Sartre - crédits : AKG-Images

Jean-Paul Sartre

C'est durant la « drôle de guerre » que Jean-Paul Sartre (1905-1980) élabore cette somme d'« ontologie phénoménologique » qui paraît en 1943 sous le titre de L'Être et le Néant. Essai d'ontologie phénoménologique, donnant à l'existentialisme français son véritable départ. Avec ce livre, Sartre inaugure un style nouveau en philosophie : les analyses réflexives y deviennent inséparables d'exemples concrets (la « mauvaise foi » ne pourra plus être dissociée de la description du « garçon de café »). Ouvrage touffu et parfois un peu étouffant, d'une virtuosité sans égale jusqu'alors et qui rompt avec les manières académiques de philosopher en France, L'Être et le Néant marque une étape capitale dans la philosophie de Sartre. Reprise de Husserl dont l'intentionnalité de la conscience est conservée et transformée, acclimatation d'Être et Temps de Heidegger dans un contexte humaniste, pensée radicalement débarrassée de tous les arrière-mondes ; avec cette somme, Sartre aura obligé plusieurs générations de philosophes à se situer par rapport à lui. Comment définir autrement une œuvre classique ?

La conscience comme relation

D'emblée, Sartre reprend un problème fondamental de la philosophie : les rapports entre la conscience et le monde, entre le « pour-soi » et l'« en-soi ». Il renvoie dos à dos les solutions idéaliste et réaliste et cherche, à partir de la phénoménologie husserlienne et sa théorie de l'intentionnalité, une nouvelle élaboration de leurs rapports. Le Heidegger d'Être et Temps va lui permettre d'infléchir dans un sens non idéaliste, même s'il refuse le mot de conscience, la phénoménologie husserlienne. La conscience de soi n'est pas connaissance de soi. Autrement dit, la conscience réflexive repose sur une conscience plus originaire – préréflexive – que Sartre note « conscience (de) soi ». « Toute existence consciente existe comme conscience d'exister. » La présence à soi ne marque donc pas le retour à un sujet plein, objectivable par principe. Inséparable de l'être qu'elle révèle, elle « naît portée sur un être qui n'est pas elle ». Accuser Sartre de dualisme, malgré son vocabulaire, c'est aller trop vite en besogne. C'est oublier qu'en-soi et pour-soi ne sont jamais à titre séparé, qu'ils ne sont que relation, rapport indissoluble de l'être et du monde, même si cette corrélation entre conscience et monde reste « asymétrique », puisque « je suis à la fois un des termes du rapport et le rapport lui-même ». Rien ne peut atteindre la conscience du dehors : en elle-même elle est vide, pur néant, « elle est ce qu'elle n'est pas, n'est pas ce qu'elle est ».

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Francis WYBRANDS. L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Jean-Paul Sartre - crédits : AKG-Images

Jean-Paul Sartre

Autres références

  • HUIS CLOS, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 102 mots
    Huis clos est indissociable de L'Être et le Néant, publié en 1943, et dont il peut apparaître comme la mise en « situation », littéraire et vulgarisée. La pièce illustre en effet quelques-unes des thèses développées par Sartre dans cette somme philosophique. Au commencement, il y a la liberté...
  • ALTÉRITÉ, philosophie

    • Écrit par
    • 5 334 mots
    • 4 médias
    Opposé aux doctrines du sujet transcendantal, L'Être et le Néant (1943) se présente comme une ontologie phénoménologique où Sartre va « tenter pour Autrui ce que Descartes a tenté pour Dieu ». L'hypothèse husserlienne d'un ego, foyer des actes de la conscience, est ici récusée comme inutile....
  • AUTRUI (notions de base)

    • Écrit par
    • 3 534 mots
    ...de cette lutte à mort au xxe siècle chez Jean-Paul Sartre (1905-1980), l’inscrivant au cœur de l’ouvrage qui le fait connaître en philosophie, L’Être et le Néant (1943) : « Le conflit est le sens originel de l’être-pour-autrui. » Sartre se situe ici dans le sillage des grandes thèses de la...
  • MISRAHI ROBERT (1926-2023)

    • Écrit par
    • 792 mots

    Né à Paris le 3 janvier 1926, le philosophe français Robert Misrahi grandit dans une famille juive venue de Turquie. Malgré la misère qu’il décrit dans La Nacre et le Rocher(2012), son autobiographie, il travaille sérieusement à l’école primaire qu’il préfère à toute éducation religieuse,...