Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LES MOTS, Jean-Paul Sartre Fiche de lecture

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Cent fois remis sur le métier, entre 1953 et leur parution en 1964, Les Mots sont un témoignage exceptionnel du débat, voire des combats, menés par Jean-Paul Sartre (1905-1980) avec son époque, son milieu et lui-même. Un livre inclassable, qu'on réduirait en le rangeant dans la catégorie des autobiographies. Même si le ton en est fort différent, Les Mots pourraient soutenir la comparaison avec les Confessions de Jean-Jacques Rousseau : même désir, à travers la peinture de soi, non seulement de dresser un bilan, alors qu'une grande partie de l'œuvre est déjà publiée, mais aussi de démonter les fondations d'une culture vécue comme aliénante. Même souci de mêler l'auscultation minutieuse de soi aux diagnostics portés sur une époque qu'il faut changer avant de devoir la quitter. Même réussite littéraire dans les deux cas, Les Mots furent unanimement salués par la critique, même la plus traditionnellement hostile à leur auteur, et c'est l'année de leur parution que Sartre reçut et refusa le prix Nobel de littérature.

Le piège du langage

Tout est d'une certaine façon déjà donné dès le titre de l'œuvre et sa division en deux parties : « Lire », « Écrire » ; le langage, les livres, sont l'univers dans lequel l'auteur affirme avoir toujours baigné : « J'ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres. » À la fois bénédiction et malédiction, les mots se laissent plus aisément manier que les choses et permettent de créer une sorte d'abri contre la réalité. Simultanément, ils trahissent, obscurcissent et masquent ce qu'ils sont censés éclairer. Tout se passe comme si Sartre envisageait ses années d'enfance (le livre s'arrête au seuil de l'adolescence, au moment du remariage de sa mère, et la suite annoncée ne sera pas écrite) comme la préfiguration d'une destinée qui devait inéluctablement le conduire à être celui qu'il est devenu : un écrivain. Bien plus qu'une genèse retraçant pas à pas les étapes d'une vie, Les Mots sont la « généalogie » critique d'une conscience lâchée d'un seul coup dans un monde dont elle aura pour tâche de se déprendre. C'est le futur qui éclaire le passé, et revenir sur le passé, c'est s'engager sans merci dans une lutte contre le présent. Le regard rétrospectif – qu'il soit porté sur les grands-parents, la mère aimée comme une sœur, ou les premières tentatives d'écriture – n'offre aucune consolation, les lumières qui en émanent sont des invitations à se défaire d'un monde truqué, dont on ne peut prétendre sans hypocrisie qu'il est habitable. La passion de Sartre pour les biographies (que l'on songe à ses travaux sur Baudelaire, Mallarmé, Tintoret, Genet, Freud ou Flaubert) est en fait la passion d'un historien engagé soucieux d'appréhender de façon critique le présent.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Autres références

  • AUTOBIOGRAPHIE, notion d'

    • Écrit par Alain BRUNN
    • 1 440 mots

    Auto-bio-graphie : écriture de sa propre vie, écriture par soi de sa vie. Le terme est double : au sens large, est autobiographique toute écriture intime ; au sens étroit, l'autobiographie, distincte des Mémoires, du journal intime ou de l'autoportrait, est un genre parmi d'autres de l'écriture...

  • AUTOBIOGRAPHIE

    • Écrit par Daniel OSTER
    • 7 517 mots
    • 5 médias
    ...(Lettre à lord Chandos de Hugo von Hofmannsthal) ou faire l'objet d'un récit détaillé comme Le Fleuve Alphée de Roger Caillois (1978). On rangera dans la catégorie des palinodies absolues la plupart des écrits et entretiens de Sartre à partir des Mots (1964), dans celle des palinodies...
  • SARTRE JEAN-PAUL

    • Écrit par Jacques LECARME, Juliette SIMONT
    • 8 894 mots
    • 2 médias
    ...de ces deux grands esprits. Sartre ne refusa jamais les responsabilités que lui conférait une gloire disproportionnée par rapport à sa mesure exacte. Mais après avoir considéré la littérature comme une fin (et sans doute comme la seule fin légitime), après l'avoir assumée comme un moyen, fût-ce comme...

Voir aussi