VALÉRY PAUL (1871-1945)

Désireux de fonder l'exercice de la littérature sur la plus grande lucidité et la maîtrise des propriétés du langage, Valéry considère, en dépit de son admiration pour Mallarmé, qu'elle ne saurait être pourtant qu'une des applications du pouvoir de l'esprit dont il s'attache à étudier le fonctionnement dans des Cahiers – qui témoignent aussi d'une réflexion ininterrompue sur la création littéraire, le langage, la philosophie ou la science – dont ne peut pas se séparer notre lecture de ses grands textes littéraires : l'Introduction à la méthode de Léonard de Vinci, Monsieur Teste, La Jeune Parque ou Mon Faust. Il apparaît alors que, dans la rigueur des questions qu'elle soulève et l'éclat dominé de sa forme, cette œuvre, qui aborde et souvent infléchit bien des genres, subvertit largement les ambitions traditionnelles de l'écrivain et redéfinit les limites de l'espace littéraire.

Paul Valéry

Paul Valéry

photographie

Le Français Paul Valéry (1871-1945), écrivain, poète et philosophe. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Renverser les idoles

D'un écrivain qui, plus qu'un autre, s'est voulu maître de ses moyens, on peut être tenté de voir commencer véritablement l'ambition là où lui-même a perçu et voulu situer – pour une part, sans doute, mythiquement – sa propre origine : à la crise de 1892. Non que n'aient dû compter les événements toujours déterminants de la jeunesse, les marques de l'enfance, les étapes de la formation – le collège de Sète, où il naît, le lycée puis la faculté de droit de Montpellier, leur ennui – ni les découvertes propres à cet âge : celle de Wagner qui suscite son émotion et son admiration pour une puissance formelle inégalable, celle de Poe, de la Genèse d'un poème à telle phrase du Domaine d'Arnheim : « Je crois que le monde n'a jamais vu et que [...] le monde ne verra jamais la perfection d'exécution dont la nature humaine est positivement capable dans les domaines les plus riches de l'art. » Non que n'aient joué décisivement les rencontres, celles de Gide, et de Pierre Louÿs dont Valéry recherchera la pertinence des réflexions sur ces travaux en cours, ni la lecture de Rimbaud, et de Mallarmé à qui il écr [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, docteur d'État, maître de conférences de littérature française à l'université de Toulouse-II

Classification


Autres références

«  VALÉRY PAUL (1871-1945)  » est également traité dans :

MONSIEUR TESTE, Paul Valéry - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 953 mots
  •  • 1 média

Composite, fragmentaire, énigmatique, Monsieur Teste a tout du livre culte : il ne donne pas seulement à lire une œuvre, ni même à méditer une pensée, mais bien à suivre une éthique , celle qui porte à négliger l'œuvre au profit de la vie, ou plus exactement à « faire de sa vie une œuvre d'art ». De là l'importance du livre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monsieur-teste/#i_5670

PAUL VALÉRY (M. Jarrety)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 099 mots

Avec ses mille deux cents pages de texte serré et ses quelque deux cents pages de notes et d'index, le Paul Valéry de Michel Jarrety (Fayard, Paris, 2008) n'est pas une simple biographie . C'est un monument. On avait rarement connu pareille entreprise visant à tenter de tout dire de la vie d'un homme, semaine après semaine et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-valery/#i_5670

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Position du problème : la correspondance des arts »  : […] Plus claire est la position d'Étienne Gilson. Confessant son admiration pour les pages à la fois subtiles et captieuses que Paul Valéry consacrait naguère au rapprochement de l'architecture et de la musique dans Eupalinos, ou l'Architecte, et selon lesquelles l'une et l'autre sont des « arts qui enferment l'homme dans l'homme, ou, plutôt, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-et-musique/#i_5670

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une synthèse essentielle : Baudelaire »  : […] Dès lors, l'influence de Mallarmé va se diviser en deux courants. Le premier, qu'illustre Valéry, met dans la création poétique l'accent sur le rôle de l'« intellect ». L'auteur décrit les démarches de l'esprit dans leur spécificité artistique, en se référant à un des maîtres les plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_5670

AUTOFICTION

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 2 433 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aux sources d'un genre »  : […] du xxe siècle écoulé. Au début du siècle, Paul Valéry avait donné la règle d'or de la lecture littéraire : « Ne jamais confondre le véritable homme qui a fait l'ouvrage avec l'homme que l'ouvrage fait supposer. » Il aurait pu ajouter : « Ne jamais confondre la personne réelle de l'auteur avec la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autofiction/#i_5670

CHARMES, Paul Valéry - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 843 mots
  •  • 1 média

Après le succès remporté par La Jeune Parque (1917), Paul Valéry, plébiscité en 1921 comme le plus grand poète contemporain, publie Charmes le 25 juin 1922 ; le titre du recueil est un hommage aux poèmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charmes/#i_5670

COMMERCE, revue littéraire

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 562 mots

La revue Commerce, « Cahiers trimestriels publiés par les soins de Paul Valéry, Léon-Paul Fargue, Valery Larbaud », donna vingt-neuf livraisons, de 1924 à 1932. Cette revue littéraire naît à l'ombre de la princesse de Bassiano et de ses proches. Outre les trois « phares » susnommés, Commerce comptera quelques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce-revue-litteraire/#i_5670

DESCRIPTION

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ADAM
  •  • 3 160 mots

Dans le chapitre « Le système descriptif »  : […] dès lors, aux bonnes grâces de l'auteur. C'est la critique de Viollet-le-Duc (1835) et de Valéry : « Toute description se réduit à l'énumération des parties ou des aspects d'une chose vue, et cet inventaire peut être dressé dans un ordre quelconque, ce qui introduit dans l'exécution une sorte de hasard. On peut intervertir, en général, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description/#i_5670

ÉCOLE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 644 mots

Dans le chapitre « Un mode de périodisation »  : […] et art français » (1939, repris dans Regard sur le monde actuel), Paul Valéry notait ainsi, que « depuis quatre siècles, l'évolution de nos arts procède par écoles successives, actions, réactions, manifestes et pamphlets. Nous aimons que les nouveautés s'expliquent et que les traditions se défendent ; toute une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-litteraire/#i_5670

FAUST

  • Écrit par 
  • André DABEZIES
  •  • 3 908 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Deux témoins privilégiés de Faust »  : […] Paul Valéry écrit les deux dialogues dramatiques de Mon Faust dans l'écroulement de 1940. Le Solitaire est une « féerie » fantastique, au ton assez amer, où Faust débat du problème du mal avec un farouche ermite, nouveau Zarathoustra, et se retrouve presque aussi pessimiste que lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faust/#i_5670

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le fragment et la question du sujet »  : […] C'est sans doute dans les Cahiers de Valéry que l'on trouvera la réflexion la plus continue sur le fragment. Quelle autre représentation possible du moi multiplex qui n'est jamais ce qu'il est, et qui est soumis à la self-variance ? Comment mieux représenter cette instabilité constitutive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragment-litterature-et-musique/#i_5670

GUILLÉN JORGE (1893-1984)

  • Écrit par 
  • Claude ESTEBAN
  •  • 1 530 mots

Dans le chapitre « De « Cántico » à « Clamor » : un itinéraire ontologique »  : […] comme une tentative d'appréhension volontairement intellectuelle du monde, à la manière de Valéry. Ce qui, chez ce dernier, demeure un jeu subtil de l'entendement, devient pour Guillén l'objet d'une quête aussi passionnée que méthodique. Par-delà la « cité accidentelle », le poète cherche à atteindre l'Être dans son « essence plénière universelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jorge-guillen/#i_5670

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 435 mots

Dans le chapitre « Mirages de la pureté »  : […] Valéry peut servir ici d'illustration, car il s'essaye, tant dans La Jeune Parque que dans les multiples Narcisse, à rêver d'un moi authentique, différent de l'inauthentique, et cependant sans cesse falsifié par les pièges de la subjectivité. Mais, en même temps, les déroulements de la subjectivité dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/#i_5670

MUSÉE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 11 420 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du sanctuaire au média »  : […] le visiteur la prodigalité intempérante de l'institution a été parfaitement analysé par Paul Valéry : « C'est un paradoxe que ce rapprochement de merveilles indépendantes mais adverses, et même qui sont le plus ennemies l'une de l'autre, quand elles se ressemblent le plus. Une civilisation ni voluptueuse ni raisonnable peut seule avoir édifié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee/#i_5670

PATAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Noël ARNAUD
  •  • 1 829 mots

Dans le chapitre « L'équivalence universelle et la conversion des contraires »  : […] improductif et, pire, ennuyeux. Ce que le pataphysicien soutient, c'est que le signe + et le signe − s'annulent et se fécondent. Le concept s'éclaire d'un coup si l'on recourt à la Lettre sur les mythes de Paul Valéry qui savait comprendre Jarry et s'est comporté dans nombre de ses œuvres en pataphysicien conscient. Valéry dit : « C'est une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pataphysique/#i_5670

POZZI CATHERINE (1882-1934)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 948 mots

du baccalauréat. Le 13 juin 1918,  son père est assassiné par un ancien patient. En 1920, la rencontre avec Paul Valéry marque un tournant dans sa vie. Leur liaison passionnée, tourmentée, se prolongea près de huit ans. Valéry, marié, père de famille, peu argenté, amateur de mondanités, l’aima d’un amour exaspéré. Si leur relation donna lieu à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catherine-pozzi/#i_5670

PROPORTION

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON, 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 243 mots

Dans le chapitre « Scientificité de l'architecture »  : […] Ce passage de l'Eupalinos de Valéry montre comment, en architecture, à la différence de ce qui se passe en géométrie, lorsque l'échelle augmente, les proportions ne sont pas gardées. Lorsque Platon géomètre raisonne sur le tétraèdre, il le fait dans un espace idéal qui est celui de la géométrie, et la taille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proportion/#i_5670

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel JARRETY, « VALÉRY PAUL - (1871-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/valery-paul-1871-1945/