SARTRE JEAN-PAUL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Crédits : Hulton Getty

photographie

Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


En avril 1980, la mort de Jean-Paul Sartre fut l'occasion d'une grande ferveur collective. Ses funérailles, sans rappeler exactement celles de Victor Hugo un siècle plus tôt, rassemblèrent la communauté intellectuelle, le peuple de gauche, la jeunesse qui lisait Libération, ce journal populaire qu'il avait aidé à fonder. La gauche en France avait perdu son dernier grand écrivain et son dernier grand intellectuel, au moment même où les intellectuels, une fois révolu leur âge d'or, prenaient leurs distances avec la vie publique. Après la chute du Mur de Berlin, du socialisme soviétique, de la plupart des régimes communistes, le compagnon de route, qu'on louait dans les années 1950-1960 pour sa générosité, semble devenu un compagnon de déroute, le maître d'erreur et de fausseté pour une génération. Il reste certes une communauté internationale de sartriens qui travaille à la connaissance de ses écrits, mais elle ne déborde guère le champ de l'Université et de la recherche. Le grand public a paru donner crédit au livre désolant de Gilbert-Joseph, qui présente le Sartre des années 1940-1944 comme un triste opportuniste, alors qu'il suffit de consulter les Lettres françaises clandestines de 1942-1943 pour y trouver, sous sa plume, les écrits les plus nets et les plus courageux. L'heure est donc aux calomnies et aux anathèmes.

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

photographie

Simone de Beauvoir (1908 -1986) et Jean-Paul Sartre (1905 -1980) : un demi-siècle de dialogue intellectuel. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Et pourtant, depuis 1980, Sartre n'a cessé d'étonner et de retenir ses lecteurs. Publiés en 1983, les Carnets de la drôle de guerre (qui se sont adjoint un « Carnet I » miraculeusement retrouvé) ont révélé un autobiographe et un historiographe de 1939-1940 : qui aurait cru que le soldat Sartre pratiquait avec tant d'énergie un journal si peu intime et que sa métaphysique s'élaborait, avec la force de l'urgence, dans les cantonnements d'Alsace ? Avec les Lettres au Castor (1983) surgit un épistolier totalisateur qui écrit l'histoire de sa personne, de son couple, de son époque. Les Écrits de jeunesse (1990) fourmillent de textes saisissants comme « Jésus la Chouette » ou « Une défaite ». On comprend mieux pourquoi Sartre avait été fasciné par les écrits de jeunesse de Flaubert, et on y voit co [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : maître de recherche au Fonds national de la recherche scientifique de Belgique

Classification


Autres références

«  SARTRE JEAN-PAUL (1905-1980)  » est également traité dans :

SARTRE JEAN-PAUL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 535 mots

21 juin 1905 Naissance, à Paris, de Jean-Paul Sartre . 1906 Mort de son père, Jean-Baptiste Sartre. 1914-1918 Première Guerre mondiale. 1915 Sartre entre au lycée Henri-IV. 1924 Entre à l'École normale supérieure, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sartre-reperes-chronologiques/

L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

C'est durant la « drôle de guerre » que Jean-Paul Sartre (1905-1980) élabore cette somme d'« ontologie phénoménologique » qui paraît en 1943 sous le titre de L'Être et le Néant. Essai d'ontologie phénoménologique, donnant à l' existentialisme français son véritable départ. Avec ce livre, Sartre inaugure un style nouveau en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-etre-et-le-neant/#i_4261

HUIS CLOS, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 096 mots
  •  • 1 média

Deuxième pièce écrite par Jean-Paul Sartre (1905-1980) , Huis clos fut représenté pour la première fois au théâtre du Vieux-Colombier à Paris, le 27 mai 1944, avant d'être publié chez Gallimard l'année suivante. Après Les Mouches (1943), parabole sur la résistance en pleine Occupation, Sartre semblait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huis-clos/#i_4261

LES MOTS, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 823 mots
  •  • 1 média

Cent fois remis sur le métier, entre 1953 et leur parution en 1964, Les Mots sont un témoignage exceptionnel du débat, voire des combats, menés par Jean-Paul Sartre (1905-1980) avec son époque, son milieu et lui-même. Un livre inclassable, qu'on réduirait en le rangeant dans la catégorie des autobiographies. Même si le ton en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-mots/#i_4261

LA NAUSÉE, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 957 mots
  •  • 2 médias

Dans La Force de l'âge, Simone de Beauvoir , à qui est dédié le livre, écrit que Sartre avait voulu avec La Nausée « exprimer sous forme littéraire des vérités et des sentiments métaphysiques ». Difficile projet qui aurait pu donner un roman à thèse, un plaidoyer déguisé en récit afin de faire passer des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nausee/#i_4261

QU'EST-CE QUE LA LITTÉRATURE ? Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Avant d'être publié en un volume autonome, Qu'est-ce que la littérature ? a paru en 1947 dans Les Temps modernes, repris l'année suivante dans Situations II, précédé de deux autres articles : « Présentation des Temps modernes », manifeste de la revue créée par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-est-ce-que-la-litterature/#i_4261

LA RECHERCHE DE L'ABSOLU, SITUATIONS III, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 057 mots
  •  • 1 média

En janvier 1948 paraît simultanément à New York et à Paris La Recherche de l'absolu de Sartre (1905-1980). Cet essai a valeur de manifeste et illustre magistralement la position de l'écrivain-philosophe vis-à-vis des artistes. À New York, le texte de Sartre figure dans le catalogue de l'exposition organisée à la Pierre Matisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-recherche-de-l-absolu-situations-iii/#i_4261

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affectivité et de la subjectivité : Heidegger »  : […] seulement un être-de-monde, mais lui-même un être-au-monde, indissociable du Dasein comme être incarné. C'est ce qu'à sa manière Sartre avait déjà entrevu à travers sa paraphrase très particulière et pleine de distorsions d'Être et Temps. Après en avoir repris quelque chose dans son Esquisse d'une théorie phénoménologique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/#i_4261

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 372 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sartre et la conscience pour autrui »  : […] Opposé aux doctrines du sujet transcendantal, L'Être et le Néant (1943) se présente comme une ontologie phénoménologique où Sartre va « tenter pour Autrui ce que Descartes a tenté pour Dieu ». L'hypothèse husserlienne d'un ego, foyer des actes de la conscience, est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/#i_4261

ANGOISSE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Angoisse et société »  : […] l'homme et préparer « les lendemains qui chantent ». Telle est la raison pour laquelle le Sartre de L'Être et le Néant fut tenu par beaucoup de penseurs marxistes pour le parfait témoin d'une bourgeoisie en décomposition. L'angoisse n'est-elle pas, pour lui, le vertige qui saisit l'homme lorsqu'il s'apparaît comme restant là « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angoisse/#i_4261

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apport de Lévi-Strauss »  : […] vider de son sens le lieu où on voulait en mettre. La deuxième critique s'est exprimée dans la polémique soulevée par Jean-Paul Sartre. Ce dernier conçoit l'histoire comme produisant le mythe, le présent comme l'aboutissement de l'histoire, tandis que Lévi-Strauss considère celle-ci comme manifestant les transformations structurales des sociétés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_4261

BAUDELAIRE CHARLES

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 6 901 mots
  •  • 1 média

Au point de départ, il convient plutôt de placer une « situation », dans l'acception sartrienne du terme. Et tel est le sens, en effet, de l'essai décisif que Jean-Paul Sartre a consacré à Baudelaire en 1947, mettant l'accent sur le choix de lui-même que le poète a fait. Tous ses efforts ont concouru à « s'emparer de soi-même, dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-baudelaire/#i_4261

BEAUVOIR SIMONE DE (1908-1986)

  • Écrit par 
  • Éliane LECARME-TABONE
  •  • 2 815 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Simone de Beauvoir et Sartre »  : […] La destinée posthume de Simone de Beauvoir a dissocié son œuvre de celle de Jean-Paul Sartre. Il est cependant impossible de parler d'elle sans évoquer son rapport avec Sartre qu'elle s'est employée elle-même à ériger en mythe. Simone de Beauvoir raconte dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simone-de-beauvoir/#i_4261

BERRIAU SIMONE (1896-1984)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 789 mots

Faisant preuve d'audace, Simone Berriau monte, à la Libération, deux courtes pièces de Jean-Paul Sartre, refusées par tous les directeurs de théâtres parisiens : Morts sans sépulture, et La P... respectueuse. Sartre lui confiera par la suite Les Mains sales (que Simone Berriau portera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simone-berriau/#i_4261

CRÉATION - Création et créativité

  • Écrit par 
  • Bernard BOURGEOIS
  •  • 4 319 mots

Dans le chapitre « La métaphysique de la créativité humaine »  : […] sociale, diffère de la création de soi par soi dont la philosophie existentialiste a fait son thème capital : dans l'athéisme sartrien, par exemple, la liberté créatrice de l'homme est celle de l'homme singulier, même si celui-ci se constitue dans son rapport aux autres et peut s'adonner à une pratique socialiste, et cette liberté n'a pas de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-creation-et-creativite/#i_4261

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 911 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le modèle existentialiste »  : […] et de subjectivité promues par les écrivains eux-mêmes. Les grandes monographies de Sartre sur Baudelaire, Genet et Flaubert, empruntant au marxisme et à la psychanalyse, maintiennent la primauté de l'homme à travers une série de médiations, comme la famille et les groupes, qui font passer de la totalité à l'unicité. La relation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_4261

LE DEGRÉ ZÉRO DE L'ÉCRITURE, Roland Barthes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 260 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'impasse de l'écriture » »  : […] réflexion barthésienne, qui ne cessera d'évoluer. Il n'en fixe pas moins quelques axes et thèmes fondamentaux. Barthes se situe d'abord par rapport à Sartre, référence obligée à l'époque, vis-à-vis duquel il assume sa dette : « Qu'est-ce que l'écriture ? » renvoie au « Qu'est-ce qu'écrire ? » de Qu'est-ce que la littérature ? La « tragédie de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-degre-zero-de-l-ecriture/#i_4261

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sartre »  : […] Les pièces de J.-P. Sartre élèvent leurs débats à une autre hauteur que le théâtre d'idées du xixe siècle. Ce n'est pas cependant diminuer ces œuvres que de marquer leur filiation. Elles restent dans la ligne du théâtre bourgeois antibourgeois, par la volonté de traiter des problèmes actuels (qui assez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-bourgeois/#i_4261

DRAME - Drame moderne

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 055 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Troisième paradoxe : la rhapsodie »  : […] dans la société actuelle. En des termes, d'ailleurs, que la lucidité théorique de Sartre avait posés dès 1960 : « Il y a une insuffisance très nette de l'épique : jamais Brecht – d'ailleurs il n'avait pas de raison de le faire et ce n'était pas à lui de le faire – n'a résolu dans le cadre du marxisme le problème de la subjectivité et de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-moderne/#i_4261

ENGAGEMENT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE, 
  • Jacques LECARME, 
  • Christiane MOATTI
  •  • 11 580 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps des désillusions »  : […] à l'autobiographie souffrante ou à l'apostasie véhémente. Quant à Sartre, qui avait fait, après la Seconde Guerre mondiale, de l'engagement littéraire un devoir, il a peu à peu acquis la conviction que les écrits ne sauraient en aucun cas se substituer aux actes et n'ont guère de pouvoir sur le monde. Telle est la conclusion à laquelle il aboutit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/engagement/#i_4261

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'instant de l'angoisse »  : […] profond pour Kierkegaard entre l'angoisse et l'instant. Et, par l'instant de l'angoisse, l'homme peut comprendre sa situation. Bien que toute pensée religieuse soit absente chez Sartre, l'angoisse demeure, mais elle n'est plus éthico-religieuse, c'est l'angoisse devant les choses telles qu'on les voit dans La Nausée (1938), devant les autres, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-existence/#i_4261

EXISTENTIALISME

  • Écrit par 
  • Yves STALLONI
  •  • 1 089 mots

pensée existentialiste vont irriguer certaines œuvres littéraires. Le plus représentatif des philosophes existentialistes, Sartre, qui publie en 1946 L’existentialisme est un humanisme, est un des premiers à investir le champ de la littérature pour donner une audience plus large à ses thèses philosophiques. Son roman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/existentialisme/#i_4261

FLAUBERT GUSTAVE

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 9 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution des lectures critiques de l'œuvre »  : […] des travaux de plus en plus importants. L'Idiot de la famille que Jean-Paul Sartre publie en 1971-1972 pourrait en être le symbole : près de trois mille pages d'une vision renouvelée de la psychologie et de la création flaubertiennes. Mais les années 1970-1980, ouvertes par le centenaire de L'Éducation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-flaubert/#i_4261

GENET JEAN (1910-1986)

  • Écrit par 
  • René de CECCATTY
  •  • 3 110 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La reconnaissance littéraire »  : […] En mai 1944, il fait une deuxième rencontre déterminante : celle de Jean-Paul Sartre , qui va désormais accompagner son ascension littéraire. Notre-Dame-des-Fleurs est vendu sous le manteau dans un très faible tirage, suivi, en 1946, d'une publication clandestine de Miracle de la rose, achevé en 1944 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-genet/#i_4261

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 802 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Suites imprévues d'une action »  : […] à celui du hasard comme désignant les suites imprévisibles d'une action. Certaines classes d'actions de ce genre ont été décrites par Jean-Paul Sartre (Critique de la raison dialectique) sous le nom de contre-finalités : c'est ainsi que des défrichements inconsidérés de forêts en vue d'augmenter les ressources agricoles provoquent une érosion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard/#i_4261

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expression onirique : psychanalyse et phénoménologie »  : […] philosophiques auxquels le rêve ait donné matière, celui de Sartre dans L'Imaginaire. « Psychologie phénoménologique de l'imagination », le sous-titre de l'essai fixe en effet les limites de l'entreprise : elle vise essentiellement à « décrire » la grande fonction « irréalisante » de la conscience ou « imagination », et « son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-et-imagination/#i_4261

IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La transcendance horizontale »  : […] Sartre, en rejetant cette philosophie de la mort retient cependant la description phénoménologique et existentielle de la conscience comme pouvoir de négation et comme projet. Le pour-soi, qui est néant néantisé au cœur de l'être et de l'en-soi opaque, est essentiellement projet, mouvement de soi hors de soi, être qui se définit par ce qu'il n'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immanence-et-transcendance/#i_4261

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les ivresses de Mai »  : […] Sartre fut un des seuls à se mettre immédiatement à l'écoute d'une contestation qui s'inspirait plus volontiers des mots d'ordre situationnistes. Il développa les thèses de son Plaidoyer pour les intellectuels dans un entretien accordé à l'Idiot international. Il y donnait une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/#i_4261

JEANSON FRANCIS (1922-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 345 mots

les Forces françaises libres en Afrique du Nord. En 1945, alors qu'il est journaliste à Alger républicain, il fait la connaissance de Jean-Paul Sartre qui lui confie, de 1951 à 1956, la gérance de la revue Les Temps modernes. À sa demande, il va rédiger en 1952 une violente critique de L'Homme révolté d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-jeanson/#i_4261

JUIVE QUESTION

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 1 384 mots
  •  • 2 médias

Expression apparue à l'époque des Lumières, en Allemagne, lorsque se posa, à la fois sur le plan idéologique et sur le plan politique, le problème de l'émancipation des Juifs d'Occident […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/question-juive/#i_4261

JUSTIFICATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 813 mots

Dans le chapitre « Débats contemporains »  : […] dans les milieux athées contemporains. L'existentialisme de Sartre, en particulier, décrit l'existant humain comme une spontanéité contingente, non justifiée, qui ne doit surtout pas vouloir se justifier elle-même, car elle retomberait dans l'hypocrisie de ceux qui se croient capables de fonder leur propre nécessité. Pour Sartre, le problème du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justification/#i_4261

LE SPLEEN CONTRE L'OUBLI. JUIN 1848 (D. Oehler)

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 1 656 mots

textes » en aurait « retranché le contenu politique ». Mais Sartre, demandera-t-on ? Justement, répond Oehler, Sartre, en réduisant Flaubert au rôle de porte-parole de l'idéologie bourgeoise d'après 1848, a été aveugle au fait que L'Éducation sentimentale « est tout entière une réflexion sur l'histoire de l'échec de la révolution », réflexion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-spleen-contre-l-oubli-juin-1848/#i_4261

LIBÉRATION

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 1 323 mots

par J. C. Vernier, avec Maurice Clavel comme directeur gérant. L'agence, très liée aux mouvements gauchistes issus de Mai-68, était également proche de La Cause du peuple, dirigée par Jean-Paul Sartre. De l'A.P.L. naît l'idée de la publication d'un quotidien fait par des journalistes militants, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberation/#i_4261

LITTÉRATURE - Du texte à l'œuvre

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 930 mots

Dans le chapitre « Reprises et achoppements »  : […] l'Occident au xxe siècle. Ainsi l'essai de Jean-Paul Sartre, Qu'est-ce que la littérature ? (1947), reprend l'idée de la spécificité de la poésie comme exploration des ressources du langage, dans la lignée initiée par Baudelaire et Rimbaud, mais proclame à propos de la prose l'inéluctabilité de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-du-texte-a-l-oeuvre/#i_4261

LITTÉRATURE ENGAGÉE

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 1 420 mots

En 1948, avec Qu'est-ce que la littérature ?, Jean-Paul Sartre (1905-1980) tente de déterminer ce qu'est la littérature engagée. Mais si l'expression connaît une théorisation, tardive et singulière, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, le fait même n'est pas nouveau. Il existe dans l'histoire littéraire et politique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-engagee/#i_4261

MAURIAC FRANÇOIS (1885-1970)

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE
  •  • 2 565 mots

Dans le chapitre « Controverses »  : […] si Mauriac n'avait tant proclamé sa foi catholique, a quelques parties saisissantes. Sartre a, dans un célèbre article, pris à partie, non sans injustice, La Fin de la nuit, pour reprocher à l'auteur de priver ses personnages de toute liberté. Il est vrai que Mauriac a toujours été confronté au dilemme du romancier catholique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-mauriac/#i_4261

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 527 mots

Dans le chapitre « Mort et temporalité : mort propre et mort d'autrui »  : […] L'analyse de Sartre est tendue entre ponctualité et temporalité. Si le « pour-soi » s'arrache incessamment à l'« en-soi » dans un présent successif qui halète entre le « n'être-plus » et le « n'être-pas-encore », cela n'empêche que sa passion est inutile, puisque viendra un moment où il sera définitivement rejeté en en-soi. Et cela, avec une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_4261

NÉANT

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 210 mots

Dans le chapitre « « L'homme est l'être par qui le néant arrive au monde » »  : […] Malgré la part faite aux références germaniques, c'est à partir de Descartes que Jean-Paul Sartre va élaborer une ontologie dualiste indiquée par le titre même de son ouvrage L'Être et le Néant et dont la première partie porte sur « le problème du néant ». En face de la massivité, de la matérialité de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neant/#i_4261

NIZAN PAUL (1905-1940)

  • Écrit par 
  • Jacqueline LEINER
  •  • 1 613 mots

Il faut attendre 1960 et la réédition d'Aden Arabie, précédé d'une préface remarquable de Sartre, pour voir Nizan faire une deuxième entrée triomphale dans la littérature. Il ne s'agit plus cette fois d'un succès d'estime, mais d'une réelle célébrité : Sartre a offert un héros tout neuf à ceux qui ont vingt ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-nizan/#i_4261

NON & NÉGATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 962 mots

Opérateur linguistique de la négation, « non » apparaît dans le dialogue ou dans l'interaction comme réponse à l'interlocuteur ou au partenaire et exprime soit le rejet d'une croyance, soit le refus de la poursuite d'un processus. On peut distinguer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-et-negation-philosophie/#i_4261

NON-ÊTRE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 355 mots

Le non-être n'est pas le néant, si l'on entend par néant la simple absence d'être (l'idée de néant ne surgit qu'après coup, de façon imaginaire, comme suppression de l'être). Au sens le plus fort, le non-être est la part de négativité qui est présente dans le réel ou bien le pouvoir de négation qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-etre/#i_4261

ŒUVRES DE JEUNESSE (G. Flaubert)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 977 mots

, cette édition des œuvres de jeunesse ne confirme donc que très partiellement les thèses de Sartre dans sa monumentale étude sur le jeune Flaubert. Si rien dans les textes ne semble étayer le tragique roman familial échafaudé par l'écrivain (la névrose du petit Gustave, son « idiotie », le rôle pathogène de la mère, le nihilisme de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-de-jeunesse/#i_4261

PHÉNOMÉNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Renaud BARBARAS, 
  • Jean GREISCH
  •  • 7 227 mots

Dans le chapitre « La phénoménologie après Husserl »  : […] une forme de réification qui fait obstacle à une pensée rigoureuse de la corrélation. Dans La Transcendance de l'ego (1936), Sartre reproche à Husserl d'avoir maintenu l'ego au sein de la conscience transcendantale, ce qui est superflu et surtout nuisible car le moi introduit dans la conscience une dimension d'opacité, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_4261

RÉALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 966 mots

Dans le chapitre « Les thèses métaphysiques du réalisme »  : […] Faut-il compléter le tableau ? Sartre affirme que la phénoménologie de Husserl dépasse l'opposition entre réalisme et idéalisme. La conscience y est un absolu ; elle est définie par l'intentionnalité au lieu d'être une boîte fermée qui contient les représentations ou objets mentaux, comme dans l'idéalisme traditionnel ; l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-philosophie/#i_4261

REFUS ET VIOLENCES (J. Verdès-Leroux)

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 1 648 mots

nous surprend, car ce texte est essentiel. Quant à considérer comme illisible Le Chef, on observera que Sartre l'a si bien lu qu'il y a puisé le scénario de base des Mains sales et de L'Engrenage. Et s'il faut bien faire le procès de Drieu, pourquoi ne pas lui emprunter son propre jugement, à savoir que son engagement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/refus-et-violences/#i_4261

ROMAN - De Balzac au nouveau roman

  • Écrit par 
  • Michel RAIMOND
  •  • 5 089 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De « La Nausée » au nouveau roman »  : […] qui domine la production française entre La Nausée de Sartre, en 1938, et Les Mandarins de Simone de Beauvoir, en 1954, fait suite aux romans de la condition humaine. S'il y a une coupure, c'est entre une exaltation, romantique, héroïque, poétique, et une sorte d'accablement et de prostration qu'on voit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-balzac-au-nouveau-roman/#i_4261

SENTIMENT

  • Écrit par 
  • Olivier REBOUL
  •  • 3 550 mots

Dans le chapitre « Le sentiment est-il spécifique ? »  : […] à la conscience elle-même. Le sentiment est bien un drame, mais dont le plus clair se joue dans les coulisses. À l'opposé, Sartre, pour sauver l'unité du « pour-soi », rattache tout sentiment, même inconscient en apparence, à la conscience et à la liberté ; il réduit alors l'inconscient à une mauvaise foi envers soi-même, à un refus de s'avouer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment/#i_4261

SITUATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 204 mots

La situation, ou situs, était une des dix catégories (concepts fondamentaux) d'Aristote : par exemple, être couché, être assis. Mais ce sont les philosophes contemporains (également les sociologues) qui ont élargi cette notion et imposé son crédit. Au sens le plus large, la situation est un état complexe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/situation-philosophie/#i_4261

STRATÉGIE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 846 mots

La Distinction (1979), Pierre Bourdieu reconnaît à Sartre « le mérite d’avoir donné une formulation ultra-conséquente de la philosophie de l’action qu’acceptent, presque toujours implicitement, ceux qui décrivent les pratiques comme des stratégies explicitement orientées par référence à des fins explicitement posées par un libre projet ». […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/strategie-sociale/#i_4261

TEMPS MODERNES LES

  • Écrit par 
  • Olivier CORPET
  •  • 765 mots

Revue par excellence de l'« intellectuel de gauche » des années 1950-1960, Les Temps modernes furent à la fois la revue de Sartre et le lieu d'expression privilégié d'un mouvement vite dominant dans la vie intellectuelle et littéraire d'alors : l'existentialisme. Dès le premier numéro, publié en octobre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps-modernes-les/#i_4261

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle tragédie ? »  : […] Albert Camus et Jean-Paul Sartre tentèrent, à l'inverse, de substituer à une tragédie de la fatalité (métaphysique ou physiologique) une tragédie de la liberté (« J'ai voulu, écrivait Sartre à propos des Mouches, traiter de la tragédie de la liberté en opposition à la tragédie de la fatalité »). Mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/#i_4261

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Effectivement, toute une philosophie des valeurs s'est fondée sur la liberté du sujet, et Sartre a même été jusqu'à soutenir qu'en dehors de l'engagement du sujet qui les choisit, les valeurs n'existent pas. Mais alors, puisque c'est le sujet qui porte les valeurs à l'existence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_4261

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 199 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence et rapport à autrui »  : […] Sartre n'est pas très éloigné de cette conception. À ses yeux, la réalité humaine est pour-soi, capacité de néantisation, de conscience, de projet libre. Mon être ne peut être pour-soi que par un autre : il n'y a pas de sujet isolé et solitaire ; une conscience a toujours besoin d' une autre conscience qui la reconnaisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_4261

VOLONTARISME

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 347 mots

Doctrine qui affirme le primat de la volonté sur l'intelligence. Elle inspire des théologies (Duns Scot), des philosophies (Schopenhauer, Nietzsche, et aussi Descartes), des psychologies (Wundt, Burloud), des sociologies (Weber, Tönnies, jusqu'à un certain point Talcott Parsons et Alain Touraine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volontarisme/#i_4261

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LECARME, Juliette SIMONT, « SARTRE JEAN-PAUL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/