SARTRE JEAN-PAUL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En avril 1980, la mort de Jean-Paul Sartre fut l'occasion d'une grande ferveur collective. Ses funérailles, sans rappeler exactement celles de Victor Hugo un siècle plus tôt, rassemblèrent la communauté intellectuelle, le peuple de gauche, la jeunesse qui lisait Libération, ce journal populaire qu'il avait aidé à fonder. La gauche en France avait perdu son dernier grand écrivain et son dernier grand intellectuel, au moment même où les intellectuels, une fois révolu leur âge d'or, prenaient leurs distances avec la vie publique. Après la chute du Mur de Berlin, du socialisme soviétique, de la plupart des régimes communistes, le compagnon de route, qu'on louait dans les années 1950-1960 pour sa générosité, semble devenu un compagnon de déroute, le maître d'erreur et de fausseté pour une génération. Il reste certes une communauté internationale de sartriens qui travaille à la connaissance de ses écrits, mais elle ne déborde guère le champ de l'Université et de la recherche. Le grand public a paru donner crédit au livre désolant de Gilbert-Joseph, qui présente le Sartre des années 1940-1944 comme un triste opportuniste, alors qu'il suffit de consulter les Lettres françaises clandestines de 1942-1943 pour y trouver, sous sa plume, les écrits les plus nets et les plus courageux. L'heure est donc aux calomnies et aux anathèmes.

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Photographie : Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Simone de Beauvoir (1908 -1986) et Jean-Paul Sartre (1905 -1980) : un demi-siècle de dialogue intellectuel. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Et pourtant, depuis 1980, Sartre n'a cessé d'étonner et de retenir ses lecteurs. Publiés en 1983, les Carnets de la drôle de guerre (qui se sont adjoint un « Carnet I » miraculeusement retrouvé) ont révélé un autobiographe et un historiographe de 1939-1940 : qui aurait cru que le soldat Sartre pratiquait avec tant d'énergie un journal si peu intime et que sa métaphysique s'élaborait, avec la force de l'urgence, dans les cantonnements d'Alsace ? Avec les Lettres au Castor (1983) surgit un épistolier totalisateur qui écrit l'histoire de sa personne, de son couple, de son époque. Les Écrits de jeunesse (1990) fourmillent de textes saisissants comme « Jésus la Chouette » ou « Une défaite ». On comprend mieux pourquoi Sartre avait été fasciné par les écrits de jeunesse de Flaubert, et on y voit comment Sartre est devenu Sartre, non sans tâtonnements ni faux pas. On croyait perdu le livre entrepris sur l'Italie en 1951. Or on lit avec délectation, sous le titre étrange La Reine Albemarle, ou le Dernier Touriste (1991), un Sartre capricieux et vif, à l'exemple de Stendhal et de Morand. Les pages retrouvées sur Mallarmé (Mallarmé. La lucidité et sa face d'ombre, 1986) complètent la galerie biographique, entre Baudelaire et Genet : pour une fois, le portraitiste a trouvé un maître qu'il puisse admirer. Dans le domaine philosophique, les Cahiers pour une morale (1983), Vérité et existence (1989), le deuxième volume inachevé de la Critique de la raison dialectique (1985), la réunion en volume des entretiens avec Benny Levy (1991) ont montré qu'il y avait des trésors dans les chantiers que Sartre disait lui-même avoir abandonnés. On peut aussi entendre l'homme de radio, qui avait fait scandale en 1947 avec sa « Tribune des Temps modernes ». Ce mort, dont on dit qu'il s'éloigne, est plus vivant que jamais.

Sartre a eu, successivement et simultanément, plusieurs vies, plusieurs œuvres : personne aujourd'hui ne peut, avec une compétence suffisante, envisager à la fois le philosophe, le romancier, le biographe, l'autobiographe, l'écrivain de cinéma, le parleur au magnétophone, le partisan et le militant, le directeur de revue, le fondateur de quotidien, entre autres. Il a paru nécessaire de distinguer dans ce qui suit philosophie et littérature, si on veut bien comprendre sous le second terme une polygraphie sans limites où Sartre est à la fois romancier, dramaturge, autobiographe et essayiste. Les deux activités sont restées parallèles et ne se sont rejointes que rarement, par exemple à l'occasion d'un livre-carrefour tel que Saint Genet. Sartre lui-même distinguait, un peu sommairement, l'écriture philosophique, sans travail du style, et l'écriture littéraire, stylistiquement élaborée en vue d'un eff [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre
Crédits : AKG-Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : maître de recherche au Fonds national de la recherche scientifique de Belgique

Classification

Autres références

«  SARTRE JEAN-PAUL (1905-1980)  » est également traité dans :

SARTRE JEAN-PAUL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 535 mots

21 juin 1905 Naissance, à Paris, de Jean-Paul Sartre.1906 Mort de son père, Jean-Baptiste Sartre.1914-1918 Première Guerre mondiale.1915 Sartre entre au lycée Henri-IV.1924 Entre à l'École normale supérieure, avec […] Lire la suite

L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

C'est durant la « drôle de guerre » que Jean-Paul Sartre (1905-1980) élabore cette somme d'« ontologie phénoménologique » qui paraît en 1943 sous le titre de L'Être et le Néant. Essai d'ontologie phénoménologique, donnant à l' […] Lire la suite

HUIS CLOS, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 096 mots
  •  • 1 média

Deuxième pièce écrite par Jean-Paul Sartre (1905-1980), Huis clos fut représenté pour la première fois au théâtre du Vieux-Colombier à Paris, le 27 mai 1944, avant d'être publié chez Gallimard l'année suivante. Après Les Mouches (1943), parabole sur la […] Lire la suite

LES MOTS, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 823 mots
  •  • 1 média

Cent fois remis sur le métier, entre 1953 et leur parution en 1964, Les Mots sont un témoignage exceptionnel du débat, voire des combats, menés par Jean-Paul Sartre (1905-1980) avec son époque, son milieu et lui-même. Un livre inclassable, qu'on réduirait en le rangeant dans la catégorie des autobiographies. Même si le ton en est fort diffé […] Lire la suite

LA NAUSÉE, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 957 mots
  •  • 2 médias

Dans La Force de l'âge, Simone de Beauvoir, à qui est dédié le livre, écrit que Sartre avait voulu avec La Nausée « exprimer sous forme littéraire des vérités et des sentiments métaphysiques ». Difficile projet qui aurait pu donner un roman à thèse, un plaidoyer déguisé en récit afin de faire passer des « id […] Lire la suite

QU'EST-CE QUE LA LITTÉRATURE ? Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Avant d'être publié en un volume autonome, Qu'est-ce que la littérature ? a paru en 1947 dans Les Temps modernes, repris l'année suivante dans Situations II, précédé de deux autres articles : « Présentation des Temps modernes », manifeste de la revue créée par Jean-Paul Sartre (1905-1980) en 1945, et « La Nationalisati […] Lire la suite

LA RECHERCHE DE L'ABSOLU, SITUATIONS III, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 057 mots
  •  • 1 média

En janvier 1948 paraît simultanément à New York et à Paris La Recherche de l'absolu de Sartre (1905-1980). Cet essai a valeur de manifeste et illustre magistralement la position de l'écrivain-philosophe vis-à-vis des artistes. À New York, le texte de Sartre figure dans le catalogue de l'exposition organisée à la Pierre Matisse Gallery : […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « La disjonction de l'affectivité et de la subjectivité : Heidegger »  : […] Ce n'est pas le lieu, ici, de redéployer toute la problématique, difficile par sa subtilité et par sa nouveauté, d' Être et Temps . Rappelons que, au lieu de caractériser l'homme par la subjectivité ou la conscience – ce qui sous-tend toujours, par l'autonomie de ce que ces concepts sont censés désigner, l'équivoque d'un être qui pourrait être tout autant hors du monde qu'être dans le monde ou au […] Lire la suite

ANGOISSE EXISTENTIELLE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Angoisse et société »  : […] Toutefois cette « maladie » ne serait-elle pas la traduction subjective d'un déséquilibre d'essence sociale ? Y a-t-il une angoisse de la conscience, ou seulement des conditions extérieures angoissantes qui, comme telles, doivent être supprimées par une révolution économico-sociale ? Faut-il parler, de façon plus ou moins implicite, d'un « malheur de la conscience » ou y a-t-il simplement des cons […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apport de Lévi-Strauss »  : […] Il n'y a pas d'antinomie entre l'anthropologie structurale et l'anthropologie sociale. La première fut d'abord une méthode qui en vint à développer de telles implications théoriques qu'elle visa à rassembler les sciences humaines dans une science globale de la communication, dans une sémiologie où l'analyse structurale de la parenté et des mythes s'intégrerait en un de ses lieux, l'anthropologie […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

21 février 1981 France. Cessation de parution de « Libération »

« Libé », lancé en 1973 sous le parrainage de Jean-Paul Sartre, avait marqué la décennie par sa manière originale d'aborder l'actualité et par son vocabulaire... libéré. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LECARME, Juliette SIMONT, « SARTRE JEAN-PAUL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-sartre/