OTTOMAN EMPIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'émirat à l'Empire (1362-1451)

Des organisateurs, vainqueurs des chrétiens

Murad Ier (ou Murat, 1362-1389) est le véritable créateur de la puissance ottomane en Europe orientale : son règne est en effet marqué par la prise d'Andrinople dès 1363, suivie de l'occupation de la Macédoine, de la Thrace orientale et de la Bulgarie. À plusieurs reprises, avec des sorts divers, il se heurte aux Serbes : au cours de la dernière bataille livrée contre eux, à Kossovo (13 juin 1389), il est assassiné, mais les Serbes sont vaincus. En Anatolie, il a défait et rejeté vers l'est les émirs de Karaman, principaux rivaux des Ottomans, et acquis les territoires frontaliers des Karamanides. Mais, surtout, il a jeté les bases d'un grand État : mise en place d'une administration centralisée (le divan), aux bureaux diversifiés et à la tête de laquelle se trouve le Grand Vizir ; création pour son armée d'un système de recrutement qui puise les futurs janissaires parmi les enfants des foyers chrétiens des Balkans, d'où ils sont envoyés en Anatolie pour être islamisés, turquisés et instruits dans le métier des armes ou, le cas échéant, dans le service du palais : ce sont les adjémioghlan. Le contrôle des pays conquis est assuré par l'attribution, à titre viager et personnel, de terres de plus ou moins grandes dimensions (timar, ziyamet) à des militaires responsables de leur mise en valeur et de la levée d'un nombre déterminé de soldats auxiliaires. L'affirmation de la transformation de l'État ottoman apparaît dans la titulature de Murad Ier : alors qu'Orkhān portait le titre d'émir ou encore celui de bey, Murad, au cours des dernières années de son règne, s'intitule sultan, ce qui est le témoignage d'une dignité plus élevée.

1400 - 1500. Poussée ottomane et grandes découvertes

Vidéo : 1400 - 1500. Poussée ottomane et grandes découvertes

Prise de Constantinople. Voyages maritimes du Chinois Zheng He, de Vasco de Gama, de Christophe Colomb. Les Ming en Chine. Gutenberg. Renaissance en Europe.Le XVe siècle marque la fin du Moyen Âge.Les grands empires nomades : la Horde d'or et l'ancien empire de Tamerlan, se divisent et... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Son fils Bayézid Ier (Bāyazīd) surnommé Yildirim (la Foudre), après avoir annexé tous les émirats turcs d'Anatolie occidentale et centrale, à l'exception de celui de Karaman, poursuit l'œuvre de conquête en Europe balkanique, et favorise même l'accession au trône byzantin de Manuel II à la mort de Jean V (1391) ; ce qui ne l'empêche pas d'entreprendre peu après le siège de Constantinople. Les progrès des Turcs entre 1393 et 1395 ayant amené ceux-ci aux frontières de la Hongrie, le roi de ce pays, Sigismond, lance en Occident un appel à la croisade que le pape Boniface IX encourage vivement : Français, Anglais, Allemands, quelques Italiens, se joignent aux Hongrois pour attaquer les Turcs et les chasser d'Europe. Le choc se produit le 25 septembre 1396 à Nicopolis et s'achève par l'écrasement complet des croisés : cette défaite a un profond retentissement en Europe et donne naissance à la réputation de force, voire d'invincibilité, des Turcs.

Défaite devant Tamerlan

Pourtant cette invincibilité devait être infirmée peu après. En effet, dans les dernières années du xive siècle, une menace avait plané sur l'Anatolie orientale : elle provenait des troupes mongoles de Tamerlan (Tīmūr Leng), le maître de l'Asie centrale, prétendu descendant de Gengis khān, qui peu à peu avait mis sous contrôle l'Iran et l'Irak. De son côté, Bayézid avait occupé les territoires de l'Anatolie nord-orientale et se trouvait ainsi face à Tamerlan. L'affrontement n'a lieu qu'en 1402 : le 20 juillet, à Ankara, Bayézid est vaincu par Tamerlan et est fait prisonnier ainsi que l'un de ses fils, cependant que Tamerlan reconstitue les émirats que Bayézid avait annexés : l'État ottoman perd ainsi toutes ses conquêtes en Anatolie ; mais, fait plus grave, les fils du sultan ottoman se disputent son héritage, et il s'ensuit dix ans de guerres intestines dont sort finalement vainqueur Mehmed Ier (Mehmet), en 1412.

Sur le continent asiatique, où les Karamanides ont profité de la situation pour se renforcer, tout est à refaire pour les Ottomans ; en revanche, leurs sujets européens se sont montrés fidèles et n'ont nullement tenté de se libérer : faut-il y voir le signe d'une soumission inconditionnelle, ou de l'acceptation de la sujétion imposée par les Ottomans et considérée comme supportable, ou encore de l'impossibilité matérielle d'une révolte ? La question reste posée.

La défaite d'Ankara a porté un coup sérieux, mais non décisif, à l'État ottoman. De plus, celui-ci a trouvé en Mehmed Ier l'homme capable de redresser la situation : de fait, lorsqu'il meurt en 1421, les émirats d'Anatolie sont réintégrés au domaine ottoman, quelques rébellions écrasées, les Hongrois à nouveau vaincus. En somme, les Ottomans n'ont subi qu'un retard dans leur expansion. Celle-ci reprend de plus belle avec le nouveau sultan, Murad II, en Europe comme en Anatolie septentrionale. L'avance turque en Europe provoque une nouvelle croisade, plus limitée que la précédente, et qui elle aussi échoue (Varna, 10 nov. 1444). Pourtant, le Hongrois Jean Hunyady offre une résistance opiniâtre aux Turcs, tandis qu'en Albanie Georges Kastriota (Skander Beg) dirige une rébellion qui dure vingt ans.

Un État entre deux puissances maritimes

Lorsque Murad II meurt en 1451, il laisse à son fils Mehmed II un empire consolidé, une armée puissante et une administration habile, dont les chefs (les vizirs) sont souvent des descendants des vieilles familles turques. Murad Ier a, en outre, fait d'Andrinople, sa capitale, un foyer intellectuel et artistique. Les anciens seigneurs locaux des provinces conquises, dans une première phase, conservent leurs privilèges et leur situation sociale, sous contrôle des Ottomans. Ceux-ci visent aussi à apporter le moins de perturbations possible dans leurs territoires, sur le plan économique et sur le plan social, et à permettre la poursuite normale de la vie quotidienne : langues, religions, pratiques coutumières sont maintenues. L'État ottoman se contente d'assurer la sécurité de ces territoires, à charge pour ceux-ci de fournir impôts et soldats ; quant aux terres abandonnées par leurs anciens propriétaires, le sultan les confie, comme timar ou ziyamet, à des militaires, parfois à des fonctionnaires civils, à titre de revenus. Ce système du timar va d'ailleurs s'étendre au fur et à mesure que, dans une deuxième phase, les seigneurs indigènes s'assimilent, se turquifient, ou disparaissent. Mais les populations locales conservent toujours leurs particularismes. Ainsi peu à peu s'organise l'État ottoman ; il lui manque cependant une grande capitale : Mehmed II va la lui donner.

Il est toutefois un domaine où les Ottomans n'ont pas pu e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

1300 à 1400. Tamerlan

1300 à 1400. Tamerlan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Siège de Constantinople, 1453

Siège de Constantinople, 1453
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Soliman le Magnifique

Soliman le Magnifique
Crédits : Universal History Archive/ Getty Images

photographie

1400 - 1500. Poussée ottomane et grandes découvertes

1400 - 1500. Poussée ottomane et grandes découvertes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 19 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification

Autres références

«  OTTOMAN EMPIRE  » est également traité dans :

APOGÉE DE L'EMPIRE OTTOMAN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 220 mots

1453 Prise de Constantinople par les troupes de Mehmed II. La ville devient capitale de l'Empire ottoman sous le nom d'Istanbul.1517 Destruction par Sélim Ier des Mamelouks d'Égypte. Soumission du califat […] Lire la suite

ABDALLAH ou ABD ALLAH (1882-1951) roi de Jordanie (1946-1951)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 464 mots

Émir autonome de Transjordanie (à partir de 1921) puis roi de Jordanie (1946-1951), né en 1882 à La Mecque, mort le 20 juillet 1951 à Jérusalem. Deuxième fils de ̣Husayn ibn ‘Alī, chérif de La Mecque et roi du Hedjaz, Abdallah fait ses études à Istanbul, alors capitale de l'Empire ottoman. Après la révolution des Jeunes-Turcs de 1908, il représente La Mecque au sein du Parlement ottoman. Au débu […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les Portugais »  : […] L'unité de leur royaume achevée, les Portugais se lancent à la conquête de territoires africains ; dès 1415, ils prennent Ceuta ; peu à peu, ils transforment l'économie marocaine, affaiblie sous des dynastes évanescents, en satellite de l'économie portugaise . Longeant les côtes vers le sud, ils reprennent des itinéraires que beaucoup d'autres ont jalonnés avant eux, Arabes, Catalans ou même Ital […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La domination turque »  : […] Ces principautés sans cesse en lutte entre elles et avec Venise ne négligèrent pas de faire appel aux Turcs qui, au début du xv e  siècle, occupèrent le pays et en soumirent la plus grande partie au système des timars (fiefs militaires non héréditaires). La rigueur du joug turc provoqua rapidement des révoltes, mais il fallut attendre Skanderbeg pour assister à un soulèvement général. Fils d'un g […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'Algérie turque »  : […] Au début du xvi e  siècle, tandis que la Reconquista chrétienne amenait sur la côte algérienne des flots de réfugiés moriques et que des armadas s'emparaient de Mers el-Kébir, d'Oran et de Bougie, les gens d'Alger appelèrent à leur secours des corsaires turcs. Devenus maîtres d'Alger et de Tlemcen, ceux-ci se déclarèrent vassaux du sultan ottoman et reçurent de lui des renforts. Les Turcs réussi […] Lire la suite

ANKARA BATAILLE D' (20 juill.1402)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 205 mots

La victoire de Tamerlan à Ankara (Anatolie) en 1402 sur les Ottomans, dont le sultan Bayézid I er est capturé lors du combat, constitue pour ces derniers un coup d'arrêt temporaire dans leur expansion, offrant par là même un répit d'un demi-siècle aux restes de l'Empire byzantin. Mais, surtout, cette bataille marque l'apogée de la puissance de Tamerlan (1336-1405). Roi musulman de Transoxiane dep […] Lire la suite

ANSARS ou ANÇĀRS

  • Écrit par 
  • Yves THORAVAL
  •  • 720 mots

Nom donné aux croyants de Médine qui recueillirent et protégèrent le prophète Mahomet lors de sa fuite de La Mecque, les Ansars (en arabe : les défenseurs) sont souvent appelés : Ansar An-Nabi (« défenseurs du Prophète »). Au Soudan, les Ansars, ralliés au parti Umma, sont l'une des deux sectes politico-religieuses qui représentent la droite nationaliste du pays. Primitivement, Muhammad Ahmad, le […] Lire la suite

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « Les Ottomans »  : […] Après la conquête de l'Égypte (1517), les Ottomans étendirent leur domination sur l'Arabie (les sultans portèrent le titre de « serviteur des deux villes saintes ») et, pour éliminer le danger portugais, Soliman le Magnifique mit sous son contrôle les petits États du golfe Persique, notamment Qatif et Bahreïn, Mascate et Aden où un gouverneur ottoman fut installé. Toutefois, l'Arabie était loin d […] Lire la suite

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 454 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Réémergence et éclipse »  : […] L'Empire ottoman, qui voit ainsi ses possessions arabes grignotées et son autorité politique et religieuse défiée, se devait de réagir. Les équipes militaires ottomanes, parties de Bagdad et de Bassora, soutenues par des tribus irakiennes, n'arrivent pas à endiguer l'expansion du mouvement. Il faudra pour cela qu'une véritable campagne commanditée par la Porte parte d'Égypte, reprenne le Hijaz et […] Lire la suite

ARABISME

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 5 512 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La conscience ethnique diffuse »  : […] Les tribus arabes d'avant l'Islam formaient objectivement une unité, une ethnie, elles parlaient la langue arabe et avaient en commun un certain nombre de traits culturels plus ou moins spécifiques. À ce titre, les étrangers distinguaient nettement un peuple arabe. Il est vrai qu'ils confondaient avec lui les populations de langue sud-arabique parce qu'elles habitaient également l'Arabie. Mais cel […] Lire la suite

Les derniers événements

5-22 février 2018 Pays-Bas – Turquie. Proposition de reconnaissance du génocide arménien.

l’Empire ottoman, ainsi que l’envoi d’un représentant du gouvernement à Erevan en avril à l’occasion de la commémoration des massacres perpétrés entre 1915 et 1917. […] Lire la suite

2-6 juin 2016 Allemagne. Reconnaissance du génocide arménien.

l’Empire ottoman. Le président turc Recep Tayyip Erdogan dénonce un geste susceptible de « considérablement affecter » les relations entre Ankara et Berlin. Le 6, Recep Tayyip Erdogan accuse les onze députés allemands d’origine turque qui ont voté la résolution d’être « l’extension en Allemagne d’organisations terroristes séparatistes en Turquie ». […] Lire la suite

12-24 avril 2015 Arménie. Soutiens internationaux en faveur de la reconnaissance du génocide de 1915.

l’Empire ottoman. Le 24, le centenaire du génocide de 1915 est célébré à Erevan en présence des présidents français, russe, serbe et chypriote.  […] Lire la suite

22 février 2015 Turquie – Syrie. Déplacement du mausolée de Suleiman Chah.

l'Empire ottoman. Le site était encerclé par les forces de l'État islamique. Les Kurdes syriens du Parti de l'union démocratique concèdent à la Turquie un terrain proche de Kobané, destiné à accueillir le nouveau tombeau.  […] Lire la suite

28 février 2012 France. La loi réprimant la contestation du génocide arménien reconnue inconstitutionnelle

l'Empire ottoman en 1915. Considérant que la loi de janvier 2001 qui reconnaît le génocide arménien n'a pas de portée normative, il estime que, « en réprimant la contestation de l'existence et de la qualification juridique de crimes qu'il aurait lui-même reconnus et qualifiés comme tels, le législateur a porté une atteinte inconstitutionnelle à l'exercice […] Lire la suite

Pour citer l’article

François GEORGEON, Robert MANTRAN, « OTTOMAN EMPIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-ottoman/