Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OTTOMAN EMPIRE

1300 à 1400. Tamerlan - crédits : Encyclopædia Universalis France

1300 à 1400. Tamerlan

Édifié lentement, au début du xive siècle, sur les ruines de l'État seldjoukide d'Anatolie, puis, au xve siècle, sur celles de l' Empire byzantin, l'État ottoman, après la prise de Constantinople (29 mai 1453), est devenu l'une des puissances majeures de l'Europe et du Proche-Orient. Bien administré, doté d'une armée solide, il a constitué au xvie siècle et pendant une partie du xviie une menace sérieuse et constante pour les puissances européennes. Maître de la Méditerranée, de l'Afrique du Nord, de l'Europe balkanique, des pays du Proche-Orient et des rives de la mer Noire, il est le dernier des grands empires du Vieux Monde et peut être considéré comme le successeur des empires romain, byzantin et arabe. Sa domination politique, plus libérale et plus tolérante qu'on ne l'a dit, s'accompagne d'une floraison intellectuelle, et artistique, qui vaut au règne de Soliman le Magnifique une réputation justifiée.

Siège de Constantinople, 1453 - crédits : De Agostini/ Getty Images

Siège de Constantinople, 1453

Soliman le Magnifique - crédits : Universal History Archive/ Getty Images

Soliman le Magnifique

Faute d'avoir voulu ou d'avoir su s'adapter aux conditions nouvelles de l'économie européenne, et plus spécialement de l'industrie, entouré de voisins, la Russie en particulier, jaloux de sa puissance, l'Empire ottoman a connu à partir du xviiie siècle des revers qui l'ont amené à subir la loi de l'Occident sur le plan économique puis sur le plan politique. La « question d'Orient », au xixe siècle, a essentiellement consisté dans la recherche, par quelques États européens, du démembrement de l'Empire et dans le partage de ses dépouilles. Cette entreprise a réussi presque totalement. Cependant, grâce à Mustafa Kemal, le territoire anatolien a pu être préservé et la création de la Turquie nouvelle, en 1923, a marqué du même coup la fin de l'Empire ottoman.

Les origines et les débuts de l'Empire ottoman

Le sultanat turc seldjoukide d' Asie Mineure (ou Anatolie) avait réussi à établir, dans le courant du xiie siècle, sa domination sur la majeure partie de la péninsule anatolienne, ne laissant aux Byzantins que son extrémité occidentale. Après une période très brillante durant le premier tiers du xiiie siècle, il s'est ensuite trouvé confronté à plusieurs problèmes graves qui ont précipité sa disparition. Dès avant le milieu du xiiie siècle, des querelles de succession entamèrent l'unitarisme et la centralisation du gouvernement, entraînant un affaiblissement du pouvoir au moment où il devait faire face à l'invasion des Ilkhāns mongols, héritiers, au Proche-Orient, de l'empire de Gengis khān. Victorieux, les Mongols imposèrent leur protectorat à toute la partie orientale de l'Anatolie ; ailleurs, les querelles intestines et les intrigues des vizirs contribuèrent à anéantir l'autorité des sultans. Dans cet État en déclin apparaissent alors les tribus turcomanes que les souverains seldjoukides avaient, un siècle auparavant, installées au fur et à mesure de leur arrivée sur le limes byzantino-turc : il s'agissait de tribus ou de groupes de tribus plus ou moins bien assimilés au monde turco-musulman et ayant conservé un esprit offensif que les sultans s'efforçaient de diriger contre l'Empire byzantin. En outre, elles étaient animées de sentiments religieux musulmans, encore imprégnés il est vrai de chamanisme et, sous l'impulsion de chefs de confréries, leur prosélytisme de néophytes les conduisait volontiers à s'engager dans la lutte contre les chrétiens.

De petits émirats autonomes (XIIIe siècle)

Profitant de la désintégration du pouvoir seldjoukide, ces tribus constituèrent, sur le pourtour du sultanat et plus particulièrement à l'ouest, des émirats autonomes (beylik) qui devinrent totalement indépendants à la fin du xiiie siècle. Les émirats de l'ouest ont pour objectif la conquête des territoires byzantins ; ceux du centre[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification

Pour citer cet article

François GEORGEON et Robert MANTRAN. OTTOMAN EMPIRE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 15/09/2014

Médias

1300 à 1400. Tamerlan - crédits : Encyclopædia Universalis France

1300 à 1400. Tamerlan

Siège de Constantinople, 1453 - crédits : De Agostini/ Getty Images

Siège de Constantinople, 1453

Soliman le Magnifique - crédits : Universal History Archive/ Getty Images

Soliman le Magnifique

Autres références

  • APOGÉE DE L'EMPIRE OTTOMAN - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 212 mots

    1453 Prise de Constantinople par les troupes de Mehmed II. La ville devient capitale de l'Empire ottoman sous le nom d'Istanbul.

    1517 Destruction par Sélim Ier des Mamelouks d'Égypte. Soumission du califat abbasside du Caire.

    1520 Avènement de Soliman II, dit le Magnifique (1494-1566)....

  • ABDALLAH ou ABD ALLAH (1882-1951) roi de Jordanie (1946-1951)

    • Écrit par
    • 467 mots

    Émir autonome de Transjordanie (à partir de 1921) puis roi de Jordanie (1946-1951), né en 1882 à La Mecque, mort le 20 juillet 1951 à Jérusalem.

    Deuxième fils de ̣Husayn ibn ‘Alī, chérif de La Mecque et roi du Hedjaz, Abdallah fait ses études à Istanbul, alors capitale de l'Empire...

  • AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

    • Écrit par , et
    • 9 654 mots
    • 6 médias
    ...de l'Asie, source d'énormes richesses, et cela d'autant plus aisément qu'en Méditerranée à ce moment un duel implacable est engagé entre Vénitiens et Ottomans ; ces derniers ont volé de succès en succès depuis la prise de Constantinople (1453), d'où ils menacent le flanc sud-est de l'Europe, et celle...
  • ALBANIE

    • Écrit par , , et
    • 22 072 mots
    • 9 médias
    Ces principautés sans cesse en lutte entre elles et avec Venise ne négligèrent pas de faire appel aux Turcs qui, au début du xve siècle, occupèrent le pays et en soumirent la plus grande partie au système des timars (fiefs militaires non héréditaires). La rigueur du joug turc provoqua rapidement...
  • ALGÉRIE

    • Écrit par , , , et
    • 41 835 mots
    • 25 médias
    ...les gens d'Alger appelèrent à leur secours des corsairesturcs. Devenus maîtres d'Alger et de Tlemcen, ceux-ci se déclarèrent vassaux du sultan ottoman et reçurent de lui des renforts. Les Turcs réussirent ainsi à étendre leur domination à la majeure partie du territoire algérien. Cet État d'Alger...
  • Afficher les 164 références