ANKARA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'agglomération d'Ankara comptait à la fin de 2007 plus de 3,5 millions d'habitants, soit cent fois plus qu'au début des années 1920, quand elle est devenue la capitale politique (par une décision du 13 octobre 1923) de la Turquie. La situation géographique d'Ankara, moins excentrée qu'Istanbul sur le territoire national, la présence d'une voie ferrée depuis 1892 ainsi que le rôle moteur joué par la ville dans la guerre d'Indépendance (1919-1922) expliquent sa promotion au rang de capitale.

Turquie : carte administrative

Turquie : carte administrative

carte

Carte administrative de la Turquie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

L'essor démographique au cours du xxe siècle est spectaculaire : 75 000 habitants en 1927, 288 000 en 1950, 2,6 millions en 1990. La croissance d'Ankara a été générée par un afflux de Stambouliotes lorsqu'elle a été promue capitale, puis a été alimentée par des migrations en provenance des départements et des régions voisines. Depuis les années 1990, c'est une immigration de plus grande distance qui s'organise. Au début du xxie siècle, Ankara est une métropole qui comprend huit arrondissements, au sein d'un vaste département (4,8 millions d'habitants en 2005) qui s'étend sur 25 000 kilomètres carrés et réalise 7,5 p. 100 du P.I.B. national.

Capitale neuve, Ankara n'est pas pour autant une ville sans passé. Elle a été la capitale des Galates au iiie siècle avant notre ère, la capitale de la province romaine de Galatie de la fin du iie siècle avant J.-C. à 345, et une importante étape commerciale aux époques byzantine, seldjoukide et ottomane. Jusqu'aux années 1830, l'élevage de chèvres angora (Capra hircus angorensis) et l'activité textile associée lui assuraient même un rayonnement international. La vieille ville (Ulus), avec sa citadelle, objet d'investissements et de restaurations à des fins touristiques, depuis le début des années 1990, témoigne de ce long passé.

Située sur le plateau anatolien entre 830 et 980 mètres d'altitude, Ankara est caractérisée par un climat continental et une végétation originelle de type steppique, fortement remaniée (plantation de peupliers à partir des années 1930). La capitale se trouve sur l'Ankaraçay, affluent du fleuve Sakarya, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences, agrégé de géographie, ancien pensionnaire scientifique de l'Institut français d'études anatoliennes, Istanbul

Classification


Autres références

«  ANKARA  » est également traité dans :

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 603 mots
  •  • 17 médias

comme une réplique de l'État français centralisateur. Cette République a choisi comme capitale Ankara, au centre du plateau anatolien. Les réformes radicales effectuées dans les années 1920-1930 ont fourni un cadre institutionnel propice au développement politique et économique de la société turque, qui fut cependant long et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_46131

Pour citer l’article

Jean-François PÉROUSE, « ANKARA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ankara/