TURCS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Étrange destin que celui de ces peuples turcs dont les origines demeurent encore mystérieuses et les débuts dans l'histoire si vagues que c'est en scrutant minutieusement les sources chinoises qu'on peut tirer quelques éléments d'information. Et pourtant le nom de certains peuples turcs a été bien connu dès les premiers siècles de l'ère chrétienne, tels les Huns, ou plus tard les Ottomans, et il est remarquable que l'on trouve des gouvernements turcs à différentes époques, dans des régions aussi différentes que la Chine, l'Inde, le Proche-Orient, l'Europe orientale et l'Afrique méditerranéenne. Le nom des Turcs a pu apparaître comme un symbole de force, de puissance, mais aussi comme un symbole d'oppression ou de terreur. C'est là le sort des peuples qui, à un moment, ont exercé une domination sur d'autres peuples. Aujourd'hui, les Turcs n'habitent pas la seule Turquie ; ils sont présents en de nombreuses régions d'Europe et d'Asie.

Des origines obscures

Le nom de Turc (türk) s'est appliqué à l'origine à un certain nombre de peuples nomades de Haute-Asie dont l'histoire n'est véritablement attestée qu'à partir du vie siècle après J.-C., lorsque fut fondé un grand empire turc qui s'étendait sur la quasi-totalité de la Sibérie. Plus anciennement, des groupes nomades étaient connus en haute Asie et en Mongolie, mais il est encore difficile de savoir s'il s'agissait de peuples turcs, mongols ou toungouses ; il semble en fait que c'étaient plutôt des confédérations de peuples, rassemblés occasionnellement.

Les sources chinoises du Ier millénaire mentionnent un groupe, dénommé Xiongnu, de peuplades nomadisant surtout dans la région de l'Ordos : ces peuplades n'étaient probablement pas turques dans leur totalité, mais les éléments turcs devaient y être prépondérants, d'où le fait que les Chinois aient ensuite considéré les Turcs comme les descendants des Xiongnu. Ceux-ci ont constitué, au iiie siècle avant J.-C., un État puissant, établi d'abord en Mongolie, puis en Chine septentrionale (iie s. av. J.-C.). Vaincus en 44 après J.-C., ils se sont alors scindés en deux groupes : les Xiongnu orientaux qui, au ive siècle après J.-C., réapparaissent en Chine où ils ont fondé la dynastie des Bei Han, ou Han du Nord, et les Xiongnu occidentaux qui, chassés vers l'ouest par des tribus mongoles, ont traversé toute la Sibérie, sont passés en Russie, puis en Europe centrale, et sont parvenus jusqu'en Europe occidentale où on les a connus sous le nom de Huns. Défaits aux champs Catalauniques en 451, ils ont alors reflué vers l'est et se sont établis en Russie.

Des Tukue aux Ouïgours

Parmi les voisins orientaux des Xiongnu, les Xianbei, longtemps considérés comme des Toungouses, seraient peut-être des Turcs : ils ont fondé plusieurs dynasties, notamment celle des Wei en Chine du Nord (386-584). Après eux apparaissent ceux à qui les sources chinoises donnent le nom de Tukue (ou Türküt), dans lequel il faut reconnaître le mot « turc ». Les Tukue ont fondé un État dans la région du haut Orkhon, peu avant le milieu du vie siècle : leur premier grand chef, Boumin, prit le titre (probablement mongol) de qagan (souverain). Après sa mort, son fils aîné, Muhan, gouverna la Mongolie tandis que le cadet, Istémi, régnait sur la Dzoungarie et le Haut-Irtych et fondait la dynastie des Tukue occidentaux. Istémi étendit sa domination vers l'ouest, conquit la Sogdiane (alors grand entrepôt de la soie entre l'Extrême-Orient et le Proche-Orient) et fut même en relation avec l'empereur byzantin Justin II. Après une période où s'instaura la domination chinoise, l'État des Tukue redevint puissant au viiie siècle, notamment sous les règnes de Qoutlouq et de Bilghè Qagan : c'est de cette période que datent les fameuses inscriptions de l'Orkhon (715 et 735), premiers documents authentiques en langue turque, qui se rapportent plus spécialement aux Tukue orientaux, ou Turcs célestes (Kök Türk), et fournissent de précieux renseignements sur l'histoire et la civilisation des Tukue. On a longtemps admis que le mot türk (ou türük) signifiait « force, vigueur » ; les études les plus récentes permettent de montrer que ce mot s'applique essentiellement à un peuple, et c'est pour désigner celui-ci que les Arabes ont repris ce terme, lui donnant un sens péjoratif (« fruste », « grossier »).

D'autres peuples que les Tukue se rattachaient au groupe türk, et parmi eux les Oghouz, les Qarlouq, les Kirghiz et les Ouïgours (Uigur). Ces derniers, établis sur l'Orkhon, ont succédé en 744 aux Turcs célestes et ont créé un empire qui a duré un siècle, jusqu'à sa destruction par les Kirghiz en 840 : certains Ouïgours se sont alors repliés vers le nord du Turkestan chinois, à Beshbaliq, où ils sont demeurés jusqu'au xive siècle ; d'autres ont émigré en Chine, dans la région du Gansu : ils sont à l'origine des Sari Ouygur (Ouïgours jaunes). Le groupe principal des Ouïgours s'est établi dans le Turkestan chinois et y a créé un État qui s'est étendu jusqu'au Turkestan occidental, lequel a été alors turquifié. L'État ouïgour a connu une civilisation brillante, marquée par la création d'une littérature nationale, écrite en caractères sogdiens et non plus en caractères runiques, et enrichie par des textes traduits du chinois ou du sanscrit.

D'autre part, vers la fin du viiie siècle, les Ouïgours se convertirent du chamanisme au manichéisme, et connurent aussi le bouddhisme et le nestorianisme, religions envers lesquelles ils se montrèrent tolérants. Les Ouïgours ont facilité aux Turcs le contact avec les civilisations voisines de l'Inde et surtout de la Transoxiane et de l'Iran où l'islam avait déjà fait son apparition.

Premiers contacts avec l'Islam

vidéo : 1000 à 1100. Seldjoukides

1000 à 1100. Seldjoukides

Empire seldjoukide de l'Anatolie à l'Asie centrale. Les Fatimides contrôlent l'Égypte et la mer Rouge.L'Occident chrétien se renforce au XIe siècle. Les Vikings cessent leurs raids pour fonder des principautés puissantes à l'image de l'État anglo-normand.Le renouveau religieux se traduit... 

Afficher

C'est dans le courant du xe siècle que le mouvement de conversion à l'islam est né et s'est développé chez les Turcs du Khwārezm, de Transoxiane et des régions comprises entre la mer Caspienne et l'Oural ; les conversions étaient surtout dues au fait que nombre de Turcs furent pris comme esclaves ou recrutés comme soldats dans l'armée des Samanides de Transoxiane. Le premier État turc musulman a été celui des Qarakhanides, dans la région de Kashgar (xe-xie s.) ; ces Qarakhanides (peut-être descendants des Qarlouq) ont été en lutte contre d'autres Turcs, les Ghaznévides, qui avaient fini par éliminer les Samanides en Transoxiane et en Afghanistan. La dynastie des Ghaznévides, fondée en 962, a connu son apogée à la fin du xe siècle et au début du xie, et a étendu sa domination sur le Khūrāsān, l'Afghanistan, la Transoxiane et l'Inde occidentale ; son souverain le plus célèbre, Maḥmūd de Ghazna (999-1030), a été un conquérant plus qu'un souverain éclairé. Après lui, son fils Mas‘ūd a été aux prises avec de nouvelles tribus turques, d'origine oghouz, les Seldjoukides. Vaincus en 1040, les Ghaznévides furent rejetés vers l'est, en Afghanistan oriental et en Inde, tandis que les Seldjoukides commençaient vers l'ouest une progression qui les a amenés jusqu'en Asie Mineure dans le dernier quart du xie siècle, après qu'ils eurent imposé leur autorité sur le Khūrāsān, le Khwārezm, l'Iran et l'Iraq.

Les Turcs islamisés, adeptes du sunnisme (islam orthodoxe), se sont imprégnés peu à peu de culture iranienne et de culture arabe, et ont adopté l'alphabet arabe.

Cependant, d'autres peuples turcs s'étaient établis à l'ouest de l'Oural dès la fin du viiie siècle, tels les Bulgares, dits de la Volga, islamisés assez rapidement, les Khazars de la région de la mer Caspienne, dont la religion officielle fut le judaïsme, et les Karaïtes de Crimée, eux aussi de religion juive. Les uns et les autres ont dû faire face aux attaques des peuples russes aux xe et xie siècles, et ils passèrent plus tard sous la domination des Mongols.

L'Asie centrale

La fondation de l'Empire mongol aurait pu porter un coup fatal à l'expansion turque. En fait, après l'islamisation des Mongols, les Turcs ont joué un rôle de plus en plus grand dans les différents États nés du démembrement de l'empire de Gengis khān, en Asie centrale, en Russie méridionale et au Proche-Orient ; simultanément, cette islamisation alla de pair avec la turquisation ; ainsi l'empire de la Horde d'Or était-il turquisé, et plus encore l'empire de Tīmūr-Leng (Tamerlan). Le nom Tatar, qui désignait à l'origine les Mongols, fut employé, notamment par les Russes, pour désigner aussi bien les Mongols que les Turcs, d'où l'expression turco-tatar qui a été employée jusqu'à une période récente.

En Asie centrale, l'effondrement des États mongols à la fin du xve siècle donna naissance à des États de dimensions plus modestes, les khānats, tels, par exemple, ceux des Özbek, de Khiva, de Boukhara ou de Khoqand, où prédominaient les éléments turcs, tandis qu'ailleurs d'autres peuples turcs créaient des entités propres, comme les Kirghiz, les Kazak ou les Qalmouq. Plus au sud, la domination turco-mongole s'est établie sur l'Inde à partir de 1526, sous la forme de l'empire des Grands Moghols qui a duré jusqu'à la conquête anglaise au xviiie siècle.

Les Turcs en Asie occidentale

En Anatolie orientale, en Azerbaydjan et dans le Caucase dominèrent aux xive et xve siècles les empires turcomans (türkmen) du Mouton-Noir (Qara Qoyunlu) et du Mouton-Blanc (Aq Qoyunlu) qui furent en leur temps de brillants foyers de civilisation et ont contribué à la turquisation de l'Azerbaydjan iranien et russe. Au Proche-Orient, les Seldjoukides ont établi leur autorité sur l'Iran et l'Iraq dès le milieu du xie siècle, puis sur la Syrie du Nord et l'Anatolie orientale et centrale. L'implantation turque en Asie Mineure fut assez rapide et assez dense pour que, dès la fin du xiie siècle, des chroniqueurs occidentaux aient pu donner à ce pays le nom de Turchia.

Plus au sud, nombre de sultans mamelouks d'Égypte et de Syrie (à partir du milieu du xiiie s.) étaient d'origine turque.

Aux Seldjoukides succédèrent, au xive siècle, des tribus turques ou turcomanes ; l'une d'entre elles affirma peu à peu sa supériorité sur les autres à partir du milieu du xive siècle et, passée en Europe, étendit progressivement sa domination sur les Balkans ; il s'agit des Osmanlis, ou Ottomans, qui, deux siècles plus tard, ont fait planer la menace turque sur l'Europe, dominé les rivages orientaux et méridionaux de la mer Méditerranée et constitué le dernier grand empire musulman, dont l'existence a pris fin avec la Première Guerre mondiale ; ils ont en outre implanté des noyaux de population turque en Europe balkanique et orientale.

Du xvie au xixe siècle, les territoires s'étendant de l'Europe centrale aux frontières de la Chine se trouvaient pour la majeure partie sous la domination de peuples ou de régimes turcs ou turquisés ; il n'y eut cependant pas d'union politique entre ces peuples, situation qui a facilité – par exemple au Turkestan – leur conquête par d'autres puissances.

Aujourd'hui encore, on trouve des Turcs, des turquisés ou des turcophones en Europe et en Asie : si les noms de Turquie et de Turkestan sont évocateurs, on ne saurait oublier qu'ailleurs, en Iraq, en Iran, au Caucase, en Chine, dans diverses régions de la Sibérie comme dans certains pays balkaniques, nombre d'individus peuvent prétendre se rattacher au groupe des Turcs.

—  Robert MANTRAN

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Bibliographie

W. Barthold, Turkestan down to the Mongol Invasion, Oxford, 1928 ; 3e éd. Oriental Book, Pasadena (Calif.), 1988 ; Histoire des Turcs d'Asie centrale, adapt. franç. M. Donskis, Paris, 1945

L. Bazin, « Recherches sur les parlers T'o-pa », in T'oung-Pao, 1950 ; Les Calendriers turcs anciens et médiévaux, Lille, 1974

C. E. Bosworth, The Ghaznavids : Their Empire in Afghanistan and Eastern Iran, 994-1040, Édimbourg, 1963

L. Bouvat, L'Empire mongol, 2e phase, Paris, 1927

C. Cahen, Pre-Ottoman Turkey, Londres, 1969

The Cambridge History of Iran, vol. V : The Saljuq and Mongol Periods, Cambridge (G.-B.), 1968

E. Chavannes, Documents sur les Tou-kiue (Turcs) occidentaux, Saint-Pétersbourg, 1903

R. N. Frye & A. M. Sayili, « Turks in the Middle East before the Saljuqs », in Journ. amer. orient. Soc., 1943

A. von Gabain, Alttürkische Grammatik, Leipzig, 1950

R. Giraud, L'Empire des Turcs célestes, Paris, 1960

F. Grenard, Grandeur et décadence de l'Asie, Paris, 1939

R. Grousset, L'Empire des steppes. Attila, Gengis-Khan, Tamerlan, Payot, Paris, 1939, 4e éd. 1980

J. von Hammer, Histoire de l'Empire ottoman (Geschichte des osmanischen Reiches, 10 vol., 1827-1835), trad. J.-J. Hellert, 18 vol., Paris, 1835-1843

F. Köprülü, « Zur Kenntnis der alttürkischen Titulatur », in Körösi-Csoma Archivum, 1938

R. Mantran, Histoire de la Turquie, coll. Que sais-je ?, P.U.F., Paris, 7e éd. rev. 1993

H. N. Orkun, Eski Türk Yazitlari, Istanbul, 1936-1940

P. Pelliot, « Neuf notes sur des questions d'Asie centrale », in T'oung-Pao, 1929 ; La Haute Asie, Paris, 1931

Philologiae Turcicae Fundamenta, t. I et II, Wiesbaden, 1959-1964

S. J. Shaw, Histoire de l'Empire ottoman et de la Turquie (History of the Ottoman Empire and Modern Turkey, 2 vol., Cambridge Univ. Press, New York, 1975-1977), Horvach, Le Coteau, 1983

W. Thomsen, Inscriptions de l'Orkhon déchiffrées, Helsingfors, 1896

E. Werner & W. Markov, Geschischte der Türken von den Anfängen bis zur Gegenwart, Berlin, 1978

S. Yerasimos, Les Turcs, Autrement, Paris, 1994.

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification

Autres références

«  TURCS  » est également traité dans :

ADJAR

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 729 mots

L'une des nombreuses ethnies constituant la nation géorgienne. Les Adjar ou « Adjareli » habitent dans la république autonome d'Adjarie située dans le sud-est de la Géorgie et faisant partie de cette dernière. Recensés jusqu'en 1926 (ils étaient alors 71 390), ils sont désormais considérés comme Géorgiens. La république autonome d'Adjarie comptait 376 000 habitants au recensement de 2002, les Géor […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La domination turque »  : […] Avec la disparition des Samanides, le pouvoir passa de nouveau aux mains des Turcs, venus des steppes du Nord en quête de pâturages. Leur modèle s'imposa encore une fois, mais heureusement la destruction, au moins en Afghanistan, resta limitée. Car les nouveaux conquérants, qui avant d'arriver au pouvoir avaient passé quelque temps au service des Samanides, avaient non seulement adhéré à l'islam, […] Lire la suite

ALP ARSLAN (1030 env.-1072) sultan seldjoukide (1063-1072)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 327 mots

Après avoir montré ses qualités militaires dans des campagnes victorieuses en Afghanistan et en Iran, Alp Arslan succède vers 1060 à son père Tchaghri Beg au Khorassan, puis en 1063 à son oncle Toghroul Beg en Iran et en Irak. Ayant réussi à éliminer ses oncles et cousins, reconnu comme sultan par le calife abbasside al-Qā'im, il est avant tout l'artisan de la progression turque vers l'ouest, s'at […] Lire la suite

ARABE (MONDE) - Le peuple arabe

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 4 083 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Progrès et reculs de l'arabisation à l'époque de la prédominance turque (XIe-XVIe siècle) »  : […] Au xi e  siècle, les Turcs, originaires d'Asie centrale, infiltrés dans le monde musulman comme esclaves et comme soldats depuis deux siècles au moins, s'y emparent dans une large mesure du pouvoir politique. Mais seuls le Turkestan et l'Anatolie (celle-ci conquise par eux sur Byzance après 1071) sont turquisés. Dans l'ensemble, les populations ne semblent guère influencées, du point de vue ethni […] Lire la suite

ARABISME

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 5 512 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La conscience ethnique diffuse »  : […] Les tribus arabes d'avant l'Islam formaient objectivement une unité, une ethnie, elles parlaient la langue arabe et avaient en commun un certain nombre de traits culturels plus ou moins spécifiques. À ce titre, les étrangers distinguaient nettement un peuple arabe. Il est vrai qu'ils confondaient avec lui les populations de langue sud-arabique parce qu'elles habitaient également l'Arabie. Mais cel […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'Arménie médiévale et moderne »  : […] À la fin du vi e siècle, la Perse cède la majeure partie de l'Arménie à l'Empire byzantin qui en occupait déjà les provinces occidentales. Mais l'accord gréco-arménien est si fragile que les Arméniens préfèrent s'entendre avec une nouvelle puissance régionale. En 661, ils reconnaissent l'autorité politique des califes arabes, et l'Arménie se transforme alors en champ clos des affrontements arabo- […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le monde turco-iranien »  : […] Entre Istanbul et la porte de Dzoungarie qui donne accès à la Chine, l'Asie centrale est un ensemble de hautes terres structurées par les très hautes montagnes du Caucase, de l'Alborz, de l'Hindou Kouch, du Pamir et des Tian Chan. Vers le nord, de grands fleuves comme l'Amou-Daria se perdent dans des déserts ou d'immenses lacs intérieurs de basse altitude (lac Balkach, mer d'Aral, mer Caspienne, 2 […] Lire la suite

ATABEG ou ATABEK

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 234 mots

Titre turc, composé des mots ata , « père », et beg , « seigneur », qui apparaît pour la première fois chez les Saldjūqides, porté par le vizir Niẓām al-Mulk : il correspond à une sorte de délégation à un haut personnage de l'autorité paternelle auprès d'un jeune prince ou même d'un jeune souverain saldjūqide. Par la suite, ce titre est conféré à des militaires exclusivement turcs, et la présence […] Lire la suite

AZERBAÏDJAN

  • Écrit par 
  • Raphaëlle MATHEY, 
  • Ronald Grigor SUNY
  • , Universalis
  •  • 6 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Histoire »  : […] Dans l'Antiquité et au début de la période médiévale, l'est de la Transcaucasie était peuplé d'iranophones, de tribus nomades turques, de Kurdes et des Albanais du Caucase qui se convertirent au christianisme au iv e  siècle et furent soumis à l'influence culturelle arménienne. À la suite des incursions arabes du vii e  siècle, de petits États islamiques furent créés et placés sous la directio […] Lire la suite

BEY

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 225 mots

Titre turc, signifiant seigneur, qui apparaît déjà, joint à divers noms, dans les inscriptions de l'Orkhon ( viii e siècle) ; « bey » a un sens honorifique qu'il a d'ailleurs retrouvé à la fin de l'Empire ottoman comme équivalent de « monsieur ». Entre-temps, après l'entrée des Turcs dans le monde musulman, le mot beg est apparu chez les Seldjoukides comme équivalent de l'arabe amîr (émir, c'es […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 avril - 5 mai 2021 Bulgarie. Élections législatives.

Le Mouvement des droits et des libertés qui représente les Turcs et les musulmans de Bulgarie se maintient avec 10,4 % des voix et 30 sièges. L’échec des partis nationalistes d’extrême droite fait perdre à la coalition gouvernementale, qu’ils soutenaient, sa majorité absolue. Le taux de participation est de 49,1 %. Le succès d’ITN est lié au mouvement de contestation antigouvernementale de l’été 2020. […] Lire la suite

6-26 avril 2021 Turquie – Union européenne. Rencontre entre les dirigeants européens et le président Recep Tayyip Erdogan.

L’extension de l’accord d’union douanière et l’assouplissement des conditions d’octroi de visas aux ressortissants turcs sont également évoqués. Le 26, Ursula von der Leyen revient, devant le Parlement européen, sur la réception au palais présidentiel d’Ankara, le 6, au cours de laquelle elle a été reléguée sur un canapé, à l’écart des deux fauteuils dans lesquels étaient installés Recep Tayyip Erdogan et Charles Michel. […] Lire la suite

12 avril 2021 Canada – Turquie. Annulation de ventes d'armes à la Turquie.

Ottawa annonce l’annulation de vingt-neuf permis d’exportation d’armes vers la Turquie, à la suite d’une enquête révélant le recours par l’Azerbaïdjan, lors du conflit contre les forces arméniennes dans le Haut-Karabakh durant l’automne 2020, à des drones turcs embarquant de la technologie canadienne. « Cette utilisation n’était pas conforme à la politique étrangère du Canada ni aux garanties d’utilisation finale fournies par la Turquie », précise le ministre des Affaires étrangères Marc Garneau. […] Lire la suite

17-20 janvier 2021 France. Élaboration d'une charte des imams au sein du Conseil français du culte musulman.

Le 20, toutefois, trois fédérations, le Comité de coordination des musulmans turcs de France, Milli Görüs et le mouvement Foi et pratique, annoncent dans un communiqué commun leur refus de signer la charte, estimant que certaines de ses dispositions « sont de nature à fragiliser les liens de confiance entre les musulmans de France et la nation ». Elles indiquent qu’une quatrième fédération, celle de la Grande Mosquée de Saint-Denis de la Réunion, y est également opposée. […] Lire la suite

2 octobre 2020 France. Discours d'Emmanuel Macron sur le séparatisme.

Pour cela, il annonce l’abandon du système des imams détachés qui permet à des imams turcs, algériens et marocains d’exercer en France, ainsi que le renforcement de la gouvernance et de la transparence des associations chargées de gérer les mosquées. Il charge le Conseil français du culte musulman (CFCM) de mettre en place une procédure de certification des imams. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert MANTRAN, « TURCS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/turcs/