IRAK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique d'Irak (IQ)
Chef de l'ÉtatBarham Salih (depuis le 2 octobre 2018)
Chef du gouvernementMustafa Al-Kadhimi (depuis le 7 mai 2020)
CapitaleBagdad
Langues officiellesarabe, kurde
Unité monétairedinar irakien (IQD)
Population40 644 000 (estim. 2021) 2
Note : Inclut plus d'un million d'Irakiens réfugiés dans les pays voisins
Superficie (km2)435 052

Les structures géologiques qui, d'une certaine manière, dessinent d'avance la biographie des peuples révèlent qu'entre l'Europe et l'Extrême-Orient les liaisons n'ont pu se faire aisément que dans la direction sud-est - nord-ouest (et réciproquement), c'est-à-dire précisément suivant l'orientation du Tigre et de l'Euphrate, les fleuves jumeaux de la Mésopotamie. C'est par le golfe Persique et la mer Rouge, bien mieux que par les routes de l'Iran barrées de montagnes et de zones désertiques, que communiquent les deux mondes, méditerranéen et indien. Golfe de Suez et bouches du Shaṭṭ al-‘Arab sont ainsi des points stratégiques essentiels où confluent les courants continus d'une civilisation et d'une communauté indo-européennes ayant le monde arabe pour trait d'union. Le destin irakien doit être apprécié à sa juste valeur par référence à cette géométrie politique. Un survol attentif des siècles confirme que les rapports fondamentaux qui ont régi la politique des pharaons et des Babyloniens, tant entre eux qu'à l'égard des autres nations, demeurent ceux que connaît la diplomatie contemporaine. Le Caire et Bagdad reflètent et perpétuent le destin de Memphis et de Babylone.

Irak : carte physique

Carte : Irak : carte physique

Carte physique de l'Irak. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Irak : drapeau

Dessin : Irak : drapeau

Irak (1963 ; modif. 2007). On retrouve ici les couleurs panarabiques de l'Égypte et de la Syrie. Quand ces deux pays lui firent en 1963 une proposition d'union, l'Irak adopta leur drapeau, mais en le chargeant d'une troisième étoile. L'union projetée ne put finalement se réaliser, mais... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Mais, alors que l'Égypte, à l'écart des trajectoires hostiles, n'était menacée somme toute qu'à l'embouchure du Nil et aux portes du Sinaï, l'Irak s'est trouvé immédiatement visé sur toute l'étendue de son territoire, étant donné sa position idéale entre la Méditerranée et le golfe Persique, le niveau très accessible de ses plaines à moins de 200 m d'altitude, l'utilité et l'attrait de ses fleuves en pleine zone de la soif. Les pouvoirs politiques indigènes y furent donc assiégés par l'étranger dès les premiers âges. Tant que les courants de transaction allaient d'est en ouest, le pays était balayé par des invasions asiatiques ; quand ces courants s'inversaient, l'Europe y pénétrait d'ouest en est au fil des fleuves. Bien que ce double courant ait déposé en ces lieux des éléments hétérogènes qui donnent au pays son caractère complexe et inquiet, il est remarquable que soit demeurée, accrochée au vieux socle sumérien, une tradition qui se retrouve à peu près intacte dans les masses rurales qui constituent le pays profond.

Le pays profond appartient culturellement à l'univers sémitique araméen limité au nord par les montagnes d'Arménie, au sud par le détroit de Bab al-Mandeb. Berceau du monothéisme, de la méditation sumérienne, qui fut à la source des deux Testaments et de l'islam, l'Irak est un condensé sociologique et spirituel de haute valeur symbolisé par l'alpha du Déluge et l'oméga de la Révélation. Là furent conçues les spéculations algébrico-astronomiques de la pensée ; là fut codifiée à partir d'Hammourabi la loi des cités ; là furent définies les saisons, délimités dans le zodiaque les espaces du ciel, fondés l'agriculture, la monarchie, les rites commerciaux, découvertes les équations sur lesquelles allaient s'édifier, à partir de la voûte, l'architecture monumentale de l'Égypte et de la Grèce. Dès le IIIe millénaire avant notre ère, Our, capitale d'Abraham, entourée d'un essaim de communes agricoles, avait atteint la gloire. La splendide Babylone en hérita.

Tel était le pays qui eut à subir d'abord les invasions asiatiques. Cyrus le Perse l'occupa en 539 avant J.-C. ; malgré le court intermède occidental des Séleucides, successeurs d'Alexandre le Grand, suivis eux-mêmes des Romains, la prépondérance asiatique se maintint durant près de mille ans avec les dynasties arsacides et sassanides dont la capitale Ctésiphon a pris la relève de Babylone. Les Arabes s'y installèrent en l'an 634 de notre ère, non point en conquérants, mais en parents sémitiques, et les califes ‘abbāsides y déployèrent trois siècles au moins de brillante civilisation ; puis, en 1258, les Mongols incendièrent Bagdad ; en 1534, les Ottomans s'y installèrent et y demeurèrent jusqu'en 1920, date à laquelle l'Irak libéré des Turcs est passé sous l'allégeance britannique. Il lui faudra quelque quarante ans de négociations, de crises et de conflits pour progresser de l'indépendance nominale à une liberté politique réelle dont la révolution du 14 juillet 1958 ne fut que le signal.

En effet, le coup d'État du général Kassem n'apporte pas au pays la liberté souhaitée. L’Irak, dirigé par les militaires, se rapproche d’abord de l'U.R.S.S. Saddam Hussein, qui prend la tête du régime baassiste en 1979, rompt avec Moscou et se tourne vers l'Occident. Dès 1980, il attaque l'Iran de l'ayatollah Khomeyni. La guerre, très meurtrière, dure huit ans et laisse le pays exsangue. En 1990, l'Irak envahit le Koweït, qui sera libéré à l'issue d'une intervention militaire internationale mandatée par l'O.N.U. Celle-ci impose un embargo à Bagdad et entreprend un processus de désarmement qui donne lieu, à partir de 1997, à des frictions qui vont en s'amplifiant jusqu'à l'intervention américano-britannique sans mandat onusien, en 2003, laquelle aboutit à la chute de Saddam Hussein. Depuis lors, l’Irak est en proie à la violence. Actes de résistance à l’occupation américaine et affrontements interconfessionnels entre communautés chiites et sunnites participent à l’effondrement de l’État, à la dégradation de la sécurité et de l’économie, y compris pétrolière.

Géographie

Frontalier du Koweït, de l'Arabie Saoudite, de la Jordanie et de la Syrie, d'une part, de la Turquie et de l'Iran, d'autre part, l'Irak constitue la charnière du monde arabe et du monde turco-iranien. Son territoire s'étend sur une superficie de 438 320 kilomètres carrés dont plus de la moitié est occupée par des espaces désertiques ou semi-désertiques. La Mésopotamie, où se situe la capitale, Bagdad, constitue l'axe de peuplement et d'urbanisation majeur du pays. Pôles secondaires du point de vue démographique, les hautes terres du Kurdistan au nord, riches en eau et en hydrocarbures, dominées par Mossoul, seco [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 44 pages


Médias de l’article

Irak : carte physique

Irak : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Irak : drapeau

Irak : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Palmeraie sur les bords de l'Euphrate

Palmeraie sur les bords de l'Euphrate
Crédits : N. Wheeler

photographie

Irak : milieux naturels

Irak : milieux naturels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 27 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en science politique, chercheur à la chaire Histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France, consultante Irak
  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de géographie, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : docteur en sociologie politique des relations internationales
  • : professeur de lettres

Classification

Autres références

«  IRAK  » est également traité dans :

IRAK, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

‘ABBĀSIDES

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 2 080 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'empire ‘abbāside »  : […] Le pouvoir central ‘abbāside se déplaça de Syrie en Irak et y prit pour capitale Bagdad, ville neuve, fondée en 762. Les ‘Abbāsides prétendirent appliquer la doctrine de l'islam idéal, interprétée comme préconisant une société sans classes, une fraternité de croyants sous l'autorité d'un chef politico-religieux, issu de la famille du Prophète, faisant régner la justice et l'ordre selon les précept […] Lire la suite

ABBASSIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 429 mots

750 Une révolution soutenue par les clients persans de l'empire et par les Alides renverse la dynastie omeyyade de Damas et donne le pouvoir à al-Saffāh, descendant d'al-‘Abbās, oncle de Mahomet : début de la dynastie abbasside. 762 Création d'une nouvelle capitale, la ville Ronde de Madīnat al-Salām (« ville du salut »), aussi appelée Bagdad. 786-809 Règne du célèbre Hārūn al-Rashīd, héros lé […] Lire la suite

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 454 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La recherche de compromis régionaux »  : […] Ce rôle de « grand frère sage » que l'Arabie entend assumer dans le monde arabe (et qui a fait écrire à Muhammad Hassanein Heïkal que les Arabes étaient entrés dans une « phase saoudienne » de leur histoire) était bien sûr renforcé par l' aide substantielle que Riyad a accordée aux pays moins bien pourvus de la région. L'aide saoudienne, surtout après 1973, a suivi plusieurs voies, allant de l'aid […] Lire la suite

AREF ABDEL RAHMAN (1916-2007)

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 405 mots

Sorti de l'école militaire de Bagdad en 1937, Abdel Rahman Aref suit une carrière militaire normale, sans ambition politique. S'il se rallie au complot de 1958, qui instaure la république, c'est que son frère cadet, le colonel Abdel Salam Aref en est une des têtes. Il reste ensuite sous les ordres du général Kassem, même après la disgrâce de son frère. Il est cependant mis à la retraite en 1962. A […] Lire la suite

AREF ABDEL SALAM (1921-1966)

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 509 mots
  •  • 1 média

Né d'une famille musulmane (son père, marchand de drap, était imam), Abdel Salam sera toute sa vie un fervent adepte de l'islam. Ce fait sous-tendra son action politique et guidera sa recherche de l'unité arabe et son socialisme modéré. Formé à l'école militaire de Bagdad, Aref se distingue lors de la guerre de Palestine de 1948. Membre d'un groupe d'officiers hostiles à la politique du Premier m […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les poudrières de l'Asie »  : […] La concentration d'armes en Asie témoigne des séquelles du partage de Yalta (1945) entre les États-Unis et l'Union soviétique, de la décolonisation et de l'affrontement entre blocs (divisions de la Corée et de la Chine). Au début du xxi e  siècle, l'Asie orientale et méridionale est traversée par trois tendances géopolitiques qui semblent contradictoires. Le cas de Cuba mis à part, elle apparaît, […] Lire la suite

AZIZ TAREK (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 653 mots

Homme d’État irakien, Tarek Aziz fut vice-Premier ministre (1979-2003) et ministre des Affaires étrangères (1983-1991) dans le gouvernement baasiste de Saddam Hussein. Né le 28 avril 1936 dans le nord de l’Irak, près de Mossoul, au sein d’une famille de confession catholique chaldéenne, Tarek Aziz, de son vrai nom Tarek Hanna Mikhaïl Issa, étudie l’anglais au futur collège des beaux-arts de l’uni […] Lire la suite

BAATH, BA'TH ou BAAS

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Parti socialiste de la renaissance arabe, le Baath est un parti politique fortement structuré qui, dépassant les frontières des États, se veut un mouvement unitaire arabe et socialiste. Fondé en 1943 à Damas par un chrétien orthodoxe, Michel Aflak, le philosophe du parti, et Ṣālah al-Biṭar, qui en sera le tacticien et participera au pouvoir, le parti Baath adopte sa constitution en 1947 ; il recru […] Lire la suite

BAGDAD

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Gaston WIET
  •  • 2 617 mots
  •  • 2 médias

Au viii e  siècle, après avoir destitué les Omeyyades de Damas, les Abbassides transfèrent la capitale du califat en Irak et fondent une ville qui deviendra Bagdad. Métropole d'un vaste empire, Bagdad fut pendant plusieurs siècles un foyer de rayonnement intellectuel et artistique majeur. À partir du xiii e  siècle, envahie par les Mongols, un temps dominée par les Perses, reléguée au rang de ch […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28-29 août 2021 France – Irak. Visite du président français Emmanuel Macron en Irak.

Le 28, le président français Emmanuel Macron est le seul chef d’État occidental à participer, à Bagdad, à la « conférence des voisins de l’Irak », organisée en vue de soutenir la stabilité du pays et de la région. Il promet de maintenir les quelque huit cents soldats français déployés dans le pays « aussi longtemps que les forces terroristes seront là ». […] Lire la suite

28 juin 2021 États-Unis – Irak – Syrie – Iran. Frappes américaines contre les milices pro-iraniennes.

Washington ordonne des frappes contre des centres opérationnels et des dépôts d’armes contrôlés par les milices pro-iraniennes, à la frontière irako-syrienne, en riposte à la multiplication des attaques de drones contre les forces américaines stationnées en Irak. […] Lire la suite

5-8 mars 2021 Vatican – Irak. Visite du pape François en Irak.

Du 5 au 8, le pape François effectue une visite en Irak, où la minorité chrétienne a été fortement affectée par la guerre civile qui a suivi la chute de Saddam Hussein en 2003, puis par l’occupation d’une partie du pays par l’organisation État islamique (EI) en 2014. Le 5, François rencontre le président Barham Saleh à Bagdad. Il évoque dans un discours le sort des chrétiens d’Orient et vante « la diversité religieuse, culturelle et ethnique, qui a caractérisé la société irakienne pendant des millénaires ». […] Lire la suite

15-25 février 2021 Irak – Syrie – États-Unis. Riposte américaine à une attaque des milices pro-iraniennes.

Il s’agit de la première entorse sérieuse à la trêve décrétée en octobre 2020 par les milices pro-iraniennes dans leurs opérations contre les intérêts américains en Irak. Le 25, en guise de représailles, les États-Unis frappent des infrastructures utilisées par des milices pro-iraniennes dans l’est de la Syrie, faisant au moins vingt-deux morts selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. […] Lire la suite

21 janvier 2021 Irak. Attentat meurtrier.

Un attentat-suicide à l’explosif provoque la mort d’au moins trente-deux personnes sur un marché populaire de Bagdad. L’opération est revendiquée par l’organisation État islamique (EI) qui affirme avoir visé « un rassemblement de chiites ». Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier dans la capitale irakienne depuis trois ans.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Loulouwa AL RACHID, Brigitte DUMORTIER, Philippe RONDOT, Pierre ROSSI, « IRAK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/irak/