Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SULTAN

Mot qui vient de l'arabe sulṭān, lui-même probablement d'origine syriaque. On peut distinguer trois acceptions de ce terme : d'abord, « pouvoir », « autorité » ; c'est ainsi qu'il est employé dans le Coran, à la sourate xv, verset 42 : « Tu ne disposes d'aucun pouvoir sur Mes serviteurs » ; ensuite, le « détenteur d'un pouvoir, d'une autorité », acception attestée dès le premier siècle de l'islam ; et enfin un titre et une fonction : « sultan » fut un surnom honorifique décerné par le calife (khalīfa). Le titre de sulṭān fut porté, par exemple, par le Būyide Sulṭān al-Dawla (mort en 1025). Avec l'arrivée des Saldjūqides (1055, entrée de Tughril beg à Baghdād), « sultan » devient le titre le plus élevé que puisse porter un chef musulman, remplaçant le titre ‘amīr al-‘umarā' (« grand émir ») porté par les Būyides. Ce titre conféré par le calife implique une véritable délégation du pouvoir. Cette délégation n'est pas héréditaire : le successeur doit être légitimé par un nouvel acte de désignation du calife. Le sultan et le calife sont liés par serment. Plus qu'une véritable législation, c'est le rapport de leurs forces respectives qui définit les relations du sultan et du calife ; ainsi, sous les trois premiers sultans saldjuqides : Tughril beg (mort en 1063), Alp Arslān (mort en 1072) et Malik shāh (mort en 1092), le sultan exerce une véritable domination sur le calife. Les querelles successorales survenues après l'assassinat de Malik shāh permettent au calife de briser leur tutelle et de recouvrer une certaine autorité. À partir du xiie siècle, le titre de sultan est revendiqué par tout souverain indépendant, que le calife le reconnaisse ou non ; pourtant, le prestige et l'autorité morale du califat sont encore tels que la plupart des sultans demandent cette investiture. Les souverains mamlūk et ottomans porteront également le titre de sultan ; sous ces derniers, toutefois, il est également décerné aux princes.

— Georges BOHAS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres, directeur de l'Institut français d'études arabes de Damas

Classification

Pour citer cet article

Georges BOHAS. SULTAN [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CALIFAT ou KHALIFAT

    • Écrit par
    • 2 032 mots
    • 1 média
    ...calife (titre imamien) et émir des croyants ». Mais ces dynastes maghrébins ne furent reconnus comme tels que dans leurs principautés respectives. Le sultanBaïbars, sultan mamlouk d'Égypte, fit preuve d'une grande finesse diplomatique en accueillant au Caire un descendant authentique du calife abbasside...
  • KAZAKHSTAN

    • Écrit par , , , et
    • 8 858 mots
    • 5 médias
    ...Horde, entre la mer d'Aral et le fleuve Oural. Dans chaque horde, l'autorité du khan était en partie restreinte par le pouvoir des chefs de tribu, appelés sultans, et peut-être plus encore par celui des beys et batyrs (qui étaient à la tête des clans dont les tribus étaient constituées). En théorie, les...
  • MALAISIE

    • Écrit par , , et
    • 17 261 mots
    • 15 médias
    ...la Malaisie, dont l'ensemble (PeninsularMalaya) serait constitué, à partir du 1er avril 1946, en une « Union malaisienne » (Malayan Union). Les sultans, dépouillés de toute autorité politique, étaient maintenus comme « leaders traditionnels et spirituels du peuple malais ». L'Union était dotée...
  • SELDJOUKIDES

    • Écrit par
    • 2 829 mots
    • 2 médias
    ...(« Livre de la politique ») a jeté les bases de l'administration seldjoukide, répartissant les pouvoirs politiques, militaires, administratifs : le sultan disposait de la force armée, composée de Turcs, accessoirement de Turcomans et d'Arméniens ; le vizir dirigeait l'administration civile, sous le...