SULTAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot qui vient de l'arabe sulṭān, lui-même probablement d'origine syriaque. On peut distinguer trois acceptions de ce terme : d'abord, « pouvoir », « autorité » ; c'est ainsi qu'il est employé dans le Coran, à la sourate xv, verset 42 : « Tu ne disposes d'aucun pouvoir sur Mes serviteurs » ; ensuite, le « détenteur d'un pouvoir, d'une autorité », acception attestée dès le premier siècle de l'islam ; et enfin un titre et une fonction : « sultan » fut un surnom honorifique décerné par le calife (khalīfa). Le titre de sulṭān fut porté, par exemple, par le Būyide Sulṭān al-Dawla (mort en 1025). Avec l'arrivée des Saldjūqides (1055, entrée de Tughril beg à Baghdād), « sultan » devient le titre le plus élevé que puisse porter un chef musulman, remplaçant le titre ‘amīr al-‘umarā' (« grand émir ») porté par les Būyides. Ce titre conféré par le calife implique une véritable délégation du pouvoir. Cette délégation n'est pas héréditaire : le successeur doit être légitimé par un nouvel acte de désignation du calife. Le sultan et le calife sont liés par serment. Plus qu'une véritable législation, c'est le rapport de leurs forces respectives qui définit les relations du sultan et du calife ; ainsi, sous les trois premiers sultans saldjuqides : Tughril beg (mort en 1063), Alp Arslān (mort en 1072) et Malik shāh (mort en 1092), le sultan exerce une véritable domination sur le calife. Les querelles successorales survenues après l'assassinat de Malik shāh permettent au calife de briser leur tutelle et de recouvrer une certaine autorité. À partir du xiie siècle, le titre de sultan est revendiqué par tout souverain indépendant, que le calife le reconnaisse ou non ; pourtant, le prestige et l'autorité morale du califat sont encore tels que la plupart des sultans demandent cette investiture. Les souverains mamlūk et ottomans porteront également le titre de sultan ; sous ces derniers, toutefois, il est également décerné aux princes.

—  Georges BOHAS

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur de l'Institut français d'études arabes de Damas

Classification


Autres références

«  SULTAN  » est également traité dans :

CALIFAT ou KHALIFAT

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 2 031 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les temps modernes : la suppression du califat »  : […] À la suite de cette catastrophe, on pensa en Occident à relever le califat : le titre d' émir des croyants fut pris par les Almohades, et surtout les Hafsides de Tunis, ces derniers portant en bloc toutes les épithètes califiennes, « calife (titre imamien) et émir des croyants ». Mais ces dynastes maghrébins ne furent reconnus comme tels que dans leurs principautés respectives. Le sultan Baïbars, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-khalifat/#i_31547

KAZAKHSTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 8 815 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La maîtrise des steppes »  : […] La taille immense et les paysages variés du Kazakhstan écartent la possibilité d'une culture préhistorique unifiée couvrant l'ensemble de la zone. La culture d'Andronovo de l'âge du bronze ( ii e  millénaire avant notre ère) s'étendait sur une grande partie du pays actuel ; elle fut suivie d'une période de domination de peuples nomades, producteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kazakhstan/#i_31547

MALAISIE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Nathalie FAU, 
  • Denys LOMBARD
  • , Universalis
  •  • 17 179 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'indépendance »  : […] Dans l'espoir de mettre fin à l'Emergency (et à la guerre), il offrit une amnistie à tous les rebelles qui se rallieraient. Les communistes se disaient prêts à cesser la lutte armée, mais en échange d'une légalisation du parti et de la garantie qu'il n'y aurait pas de répression. Le 28 décembre 1955, le Tunku rencontra à Baling (Kedah) le secrétaire général du M.C.P., Chin Peng. Mais Kuala Lumpur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malaisie/#i_31547

SELDJOUKIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 2 837 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'administration seldjoukide »  : […] Les tout premiers sultans seldjoukides ont été les représentants d'une société essentiellement turque ; avec Malik shah, tout a changé : il a été le premier à ne pas porter un nom turc, et il a été l'artisan d'un début d'intégration des Turcs au monde musulman arabo-persan, même si des coutumes turques ont été conservées. Dans ce mouvement d'intégration, le rôle du vizir Nizam al-Moulk a été consi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seldjoukides-saldjuqides-seldjouqides/#i_31547

Pour citer l’article

Georges BOHAS, « SULTAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sultan/