Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BAYÉZID ou BAJAZET II (1447-1512) sultan ottoman (1481-1512)

Sultan ottoman né vers 1447 à Demotika (auj. Dhidhimotikhon) en Thrace, mort le 26 mai 1512 à Demotika.

Fils aîné du sultan Mehmed II, Bayézid II, surnommé Adlī (« le Juste »), règne de 1481 à 1512. À la mort de son père en 1481, son frère Djem conteste la succession au trône mais Bayézid réussit à s'emparer du pouvoir grâce à l'appui d'une faction puissante de fonctionnaires de cour. Djem se réfugie alors auprès des chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem à Rhodes et y reste en captivité jusqu'à sa mort en 1495.

Bayézid II est un homme pieux, observant strictement les préceptes du Coran et de la loi islamique. Son règne se distingue par une rupture immédiate avec certains aspects de la politique de Mehmed II. Sous l'influence des oulémas, interprètes de la loi musulmane, et des hauts dignitaires qui se sont ralliés à eux, il rend au culte les édifices religieux que le sultan Mehmed II avait confisqués au profit de l'État. Il consacre une grande partie des revenus de l'État à la construction de mosquées, d'écoles, d'hôpitaux et de ponts. Autre geste de rupture : Bayézid II abandonne l'attitude pro-européenne prononcée de son père. À titre d'exemple, il débarrasse le palais des tableaux que des maîtres italiens avaient exécutés pour lui.

Cependant, il continue la consolidation territoriale que Mehmed II avait entreprise. En 1482, l'Herzégovine passe sous la domination directe des Ottomans. En 1484, l'occupation de forteresses sur l'estuaire du Danube et du Dniestr assoit le contrôle ottoman sur la route de Crimée, où le khan des Tatars de Crimée est, nominalement du moins, son vassal depuis 1475. La guerre contre Venise dans le Levant et les Balkans (1499-1503) renforce le processus de consolidation. Les Ottomans prennent les forteresses vénitiennes de Morée (le Péloponnèse) et sur l'Adriatique. Ce triomphe justifie amplement le programme de constructions navales que Bayézid II a approuvé avant la guerre.

Pendant ses campagnes d'expansion en Anatolie, Bayézid II se heurte aux Mamelouks d'Égypte et de Syrie qui cherchent à étendre leur domination aux régions frontalières et à soumettre les petites principautés qui y sont établies. Étant donné l'efficacité dont a fait preuve la flotte turque en démantelant une grande partie de l'empire colonial vénitien, Bayézid n'envoie qu'un effectif limité contre les Mamelouks, craignant les représailles d'une coalition chrétienne qui se servirait de son frère Djem. La guerre s'éternise et s'enlise.

La situation dans les territoires d'Anatolie orientale est plus difficile encore. En 1499, les Safavides, adeptes du chiisme duodécimain, installent en Perse un régime puissant sous la domination de shah Ismail Ier. Leur enseignement religieux fait de nombreux adeptes au sein des populations nomades turkmènes d'Anatolie, dont les guerriers forment le gros des troupes du shah. Si cette propagande n'est pas jugulée, elle peut ébranler la domination ottomane en Asie. La menace se fait sentir de façon prononcée lorsque les fidèles du shah se soulèvent contre les Ottomans en Anatolie en 1511.

Au même moment, une querelle de succession éclate entre les fils de Bayézid II. L'un d'entre eux, Sélim, gouverneur de Trébizonde, part en 1511 pour la Crimée où il s'allie au khan des Tatars, traverse le Danube et envahit les Balkans. Vaincu par Bayézid, Sélim se réfugie en Crimée. Entre-temps, la rébellion safavide est écrasée. Ahmed, un autre fils, qui a pris part à cette opération, marche sur Constantinople. N'obtenant pas le soutien des janissaires, il revient sur ses pas et soumet une grande partie de l'Anatolie. Bayézid craint qu'il ne cherche à s'allier au shah Ismail. Ne pouvant résister à la pression de certains de ses[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en histoire du Proche et du Moyen-Orient à l'École d'études orientales et africaines de l'université de Londres (Royaume-Uni)
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • OTTOMAN EMPIRE

    • Écrit par François GEORGEON, Robert MANTRAN
    • 9 905 mots
    • 18 médias
    Bayézid II (1481-1512), après une lutte contre son frère Djem, entre en conflit, sans résultat, avec les Mameluks d'Égypte puis avec les Vénitiens, qui perdent leurs places du Péloponnèse (1502), et avec les Hongrois (paix de 1503). Les dernières années du règne de Bayézid II sont marquées par les progrès...

Voir aussi