ÉMAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les émaux peints à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance

Des joailliers travaillant pour les cours princières de Bourgogne, de Berry et de France aux environs de 1400 remettent en honneur un procédé oublié depuis l'époque hellénistique, l'émail en glaçure sur or de ronde-bosse ; cet émail, surtout blanc mat, avec des rehauts de couleurs translucides, est une lumineuse polychromie sur une sculpture précieuse en miniature. Les joailliers l'associent aux variantes raffinées des deux techniques traditionnelles, le cloisonné pour les chatons « de plique à jour », le champlevé pour les inscriptions et meubles héraldiques. Les mêmes princes patronnent aussi tel émailleur flamand, un neveu des Limbourg peut-être, qui fit passer de l'enluminure à l'émaillerie la délicatesse du camaïeu blanc et or sur noir bleuté.

Cet effet sera connu à Venise au milieu du xve siècle avec un répertoire animalier caractéristique. C'est en Italie, auprès de Filarete, que Jean Fouquet dut acquérir cette technique (autoportrait, vers 1452, musée du Louvre) qui, acclimatée aux bords de Loire, se situe au point de départ de la Renaissance limousine.

Fidèle à son génie industriel, après une éclipse d'un siècle et demi, Limoges nourrit, de 1470 environ à la fin du xviiie siècle, nombre de dynasties d'émailleurs. Les premiers transposèrent les gravures sur bois et les estampes allemandes et italiennes ; leur palette devient plus intense et s'adjoint le camaïeu pour traduire les compositions maniéristes sous le pinceau des Penicaud, des Reymond, des Martin Didier, des Court. Léonard Limousin, peintre de François Ier à Fontainebleau, émaille aussi des portraits à la manière des Clouet. Limoges continue de fabriquer pour l'Église des retables et des triptyques, pour la cour de la vaisselle d'apparat émaillée sur ses deux faces ; elle fut si recherchée que de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉMAUX  » est également traité dans :

ALICATADO

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 214 mots

Le terme d' alicatado désigne, en Espagne, une mosaïque constituée par des fragments de céramique émaillée de formes et de couleurs différentes, incrustées dans du plâtre. Ces fragments de faïence sont obtenus à partir d' azulejos monochromes sur lesquels on trace un décor et dont on détache ensuite la partie dessinée à l'aide de pinces appelées alicates , en frappant le carreau à petits coups. […] Lire la suite

ALPAIS (1185 env.-env. 1215)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine GAUTHIER
  •  • 603 mots

Insculpée à l'intérieur du couvercle d'un ciboire célèbre, une inscription désigne indubitablement un artiste émailleur : Magister G. Alpais me fecit Lemovicarum (Maître G. Alpais m'a fait à Limoges) ; il paraît en effet préférable de traduire ainsi en français le locatif Lemovicarum , toponyme dont le pluriel rappelle de façon remarquable les deux enceintes juxtaposées, assorties de deux « corps […] Lire la suite

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enluminure et son influence sur l'orfèvrerie »  : […] Robert Branner a opposé à la thèse reçue depuis Vitzthum ( Die Pariser Miniaturmalerei , 1907) le point de vue que les manuscrits peints à Paris après le milieu du xiii e  siècle sont en trop grand nombre et d'une qualité trop inégale pour refléter en bloc le goût de la cour. Ils n'ont en commun qu'un maniérisme gothique à divers degrés de raffinement. Des quatre Évangéliaires de la Sainte-Chapel […] Lire la suite

AZULEJOS

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 977 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine et diffusion des azulejos »  : […] L'utilisation de la céramique en plaques de revêtement remonte aux civilisations anciennes du Moyen-Orient (Babylone, la Perse aux environs du I er  millénaire). Mais le terme azulejos désigne d'une manière plus précise les plaques de revêtement à décor émaillé utilisées d'abord à Samarra au ix e  siècle par les potiers musulmans. Par la suite, cette mode se répandit en Mésopotamie, en Perse, et […] Lire la suite

BIGOT ALEXANDRE (1862-1927)

  • Écrit par 
  • Marie-Cécile FOREST
  •  • 960 mots

Alexandre Bigot naît à Mer, dans le Loir-et-Cher, le 5 novembre 1862, de parents vignerons. Licencié en physique en 1884, il devient, en 1887, professeur à l'École alsacienne. Il passe son doctorat en 1890 avec une thèse sur les dérivés de la glycérine. À l'Exposition universelle de 1889, il s'enthousiasme pour les céramiques orientales. En 1890, Eugène Carriès lui demande des conseils techniques […] Lire la suite

BIJOUX

  • Écrit par 
  • Sophie BARATTE, 
  • Catherine METZGER, 
  • Évelyne POSSÉMÉ, 
  • Elisabeth TABURET-DELAHAYE, 
  • Christiane ZIEGLER
  • , Universalis
  •  • 6 086 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Temps modernes (XVIIe-XIXe siècles) »  : […] L'histoire du bijou moderne commence au xvii e  siècle, au moment où le développement de la taille du diamant introduit une nouvelle technique qui influe sur la forme des bijoux et la façon de les porter. Au début du xvii e  siècle, les tailles du diamant en « rose »  ; ou en « table » sont les seules connues, et elles sont associées à l'or ou à l'argent émaillé dans la joaillerie. La taille des d […] Lire la suite

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 613 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'argenterie »  : […] Après l'époque paléochrétienne, pour laquelle on dispose d'un nombre important d'objets profanes et liturgiques, décorés de sujet mythologiques et religieux, l'argenterie connaît, sous les Macédoniens ( ix e - xi e s.), une nouvelle floraison, dont témoigne la variété des œuvres conservées. Le goût a évolué et l'on recherche désormais la diversité des formes et les effets de couleur : l'argent, t […] Lire la suite

CÉRAMIQUE

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET, 
  • Jeanne GIACOMOTTI, 
  • André PECKER
  •  • 2 876 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Poteries à couvertes, vernis ou émail »  : […] On doit aux pays du Moyen-Orient, qui possédaient une très ancienne science céramique, la découverte d'enduits tirés de substances naturelles pouvant assurer l'étanchéité du vase de terre cuite poreuse ou s'appliquer au décor architectural. Les premiers enduits, d'origine alcaline, et même les vernis de type plombeux cuisant à une température relativement basse, remonteraient à plusieurs millénair […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre «  Émaux »  : […] La technique des émaux sur métal, apparue en Chine au xiv e  siècle, est la seule forme d'art chinois qui relève entièrement d'un apport étranger. Dès l'Antiquité, elle est connue dans le monde méditerranéen, et c'est à partir d'un centre existant en Asie Mineure au xii e  siècle qu'elle a atteint la Chine. Elle y est devenue une des manifestations les plus somptueuses de l'habileté manuelle des C […] Lire la suite

CIZHOU, céramique chinoise

  • Écrit par 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT
  •  • 403 mots

Plusieurs sites du district de Cizhou, au Hebei, et du Henan ont donné naissance à une catégorie de céramiques, exceptionnelle parmi celles de la dynastie Song (960-1279). Plus que sur la délicatesse des formes et la qualité des couvertes, elle met en effet l'accent sur le décor, avec une recherche d'effets de contrastes, souvent violents. À en juger par l'abondance de la production et par la duré […] Lire la suite

COURT & LES COURTEYS LES (XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine MARCHEIX
  •  • 496 mots

On ignore s'il y eut quelque lien de parenté entre deux familles de peintres émailleurs limousins, les Courteys et les Court, ou de Court. Le plus ancien est Pierre Courteys, qui subit à ses débuts l'influence de Pierre Reymond, mais pour s'en dégager assez vite, en montrant un tempérament vigoureux, un peu vulgaire. La première date relevée sur ses œuvres est celle de 1544 ( Coupe , musée de Brun […] Lire la suite

CUERDA SECA

  • Écrit par 
  • Colette CROUZET
  •  • 490 mots

L'expression cuerda seca est employée pour la première fois en 1558 pour désigner un décor céramique dans lequel on isole les émaux par un trait gravé et une matière de composition différente. Ce procédé a été utilisé pour la première fois par les Achéménides dans la décoration de la frise des Archers (I er millénaire) : M.-M. Rutten révèle dans les Mémoires de la mission archéologique en Iran […] Lire la suite

DELLA ROBBIA LES

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 724 mots
  •  • 4 médias

La famille des Della Robbia offre l'un des plus remarquables exemples de continuité au sein du Quattrocento puisqu'elle compta quatre générations d'artistes qui consacrèrent leur activité à une même technique, celle de la sculpture en terre cuite émaillée ( terracotta invetriata ). L'ancêtre, Luca di Simone di Marco (1399 env.-1482), avait connu d'abord des réussites éclatantes dans le domaine de […] Lire la suite

FAÏENCE

  • Écrit par 
  • Henry-Pierre FOUREST, 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 3 908 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les techniques »  : […] La faïence est faite d'argile plastique additionnée de sable et de marne calcaire, qui doit subir les opérations habituelles à toute pâte céramique : lavage, pétrissage, façonnage à la main, sur le tour ou à l'aide de moules, et cuisson dans des fours conditionnés, suivies d'un émaillage propre à la faïence. Celui-ci a lieu après une première cuisson légère dite « en dégourdi », soit par arrosage […] Lire la suite

FOUQUET JEAN (1420 env.-av. 1481)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 3 267 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le retour au réalisme »  : […] Le rayonnement du style international, art stylisé, idéaliste, suscita une réaction dès le début du xv e  siècle. Les commanditaires, la cour et les hauts dignitaires ecclésiastiques furent de plus en plus sensibles à une nouvelle esthétique de la figure humaine, où la réalité, ou plutôt la reconstruction de la réalité, jouait un rôle prépondérant. Un texte de la fin du xv e  siècle explique très […] Lire la suite

FRÉDÉRIC DE COLOGNE (actif entre 1160 et 1180)

  • Écrit par 
  • Anton von EUW
  •  • 341 mots

Orfèvre colonais, désigné de manière hypothétique, Frédéric de Cologne est le successeur d'Eilbertus Coloniensis, et le chef de l'atelier d'orfèvrerie de Saint-Pantaléon de Cologne. En se fondant, d'une part, sur l'existence de deux plaquettes d'émail représentant un FREDERICVS et un HERLIVVS PRIOR sur le socle de la châsse de saint Maurin, qui provient de Saint-Pantaléon, monastère autrefois béné […] Lire la suite

GODEFROY DE HUY (1100 env.-env. 1173)

  • Écrit par 
  • Ulla KREMPEL
  •  • 455 mots

Godefroy de Huy fait partie du tout petit nombre d'orfèvres médiévaux dont le nom a survécu. Le chroniqueur Gilles d'Orval mentionne, dans son ouvrage Gesta pontificum , un certain « Godefroy appedain de Huy à maistre d'orfeivrie, li miedre et li plus expers et subtils ovriers que ons sawist en monde à chel jour... », qui en 1173, après une absence de vingt-sept ans, serait revenu à Huy et serait […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les objets d'art »  : […] La remise en cause, dans l'émaillage, de la technique du champlevé traditionnel au profit d' émaux translucides qui laissent jouer les fonds de métal précieux relève pleinement de cette esthétique du style courtois : le succès a été foudroyant. Les ateliers parisiens ont été rapidement relayés par d'autres centres en France et à l'étranger pour réaliser des œuvres religieuses destinées le plus sou […] Lire la suite

GUCCIO DI MANNAIA (actif entre 1288 env. et 1320 env.)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine GAUTHIER
  •  • 591 mots

GUCCIVS MANAIE DE SENIS FECIT NICCHO[L]AUS PAPA QVARTVS : « Guccio di Mannaia de Sienne [m' (ou : l')] a fait [au temps de] Nicolas IV pape [qui m' (ou : l') a fondé] . » Telle est en effet l'interprétation la plus plausible de l'inscription qui court, en caractères serrés, sur un listel émaillé autour de la tige du calice célèbre, conservé depuis l'origine au trésor de la basilique Saint-Françoi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Madeleine GAUTHIER, « ÉMAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emaux/