Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MINIATURE

L'art de la miniature dérive de l'enluminure médiévale ; il lui emprunte aussi son nom, puisque le terme de miniature semble provenir de minium, couleur rouge employée dans la décoration des manuscrits. Il n'est pas à exclure, en outre, que l'origine du terme puisse être trouvée dans le mot latin minus, « plus petit », d'où dériverait miniature, peinture de petites dimensions. Au xviie siècle, le mot s'orthographiait « mignature » et Diderot y reconnaissait la même racine que « mignard », délicat.

La miniature fait son apparition au xvie siècle, où elle est surtout utilisée pour des portraits, aisés à conserver et à transporter. Mais, dès la seconde moitié du xvie siècle, elle ne se consacre pas exclusivement à cette fin ; des paysages, des scènes religieuses ou mythologiques, et plus tard des scènes de genre ou d'actualité s'adaptent à ses dimensions restreintes. Considérée comme un objet d'art en soi, elle participe aussi à la décoration, ornant des bijoux, des boîtes et des bonbonnières. Si pour cet art le xviiie siècle correspond à l'apogée et au moment de plus grande faveur auprès du public, la miniature connut encore une période brillante dans le premier quart du xixe siècle ; par la suite, l'évolution du goût et l'apparition de la photographie provoquèrent sa décadence et sa presque totale disparition.

La miniature ne peut être tenue pour un art mineur. Que des artistes de première importance, de Holbein le Jeune à Fragonard, s'y soient consacrés mérite de retenir l'attention ; au xviiie siècle, en France, les miniaturistes accédaient à l'Académie et exposaient aux Salons. D'autre part, la miniature obéit à ses propres lois et a son autonomie par rapport à la peinture de grandes dimensions ; certains artistes, parmi ceux qui ont conféré à ce genre le plus grand lustre, furent exclusivement des miniaturistes. Le nombre élevé des ouvrages consacrés à la miniature depuis la fin du xixe siècle atteste l'intérêt de son étude, non seulement pour l'histoire des mœurs, du costume et de la décoration, mais aussi dans le cadre le plus large de l'histoire de l'art et de la civilisation.

Les techniques

Il convient d'exclure ici la miniature à l'huile, sur bois ou sur métal, qui relève directement de la peinture. La miniature, au xvie siècle, utilise la gouache sur parchemin ; au moment où elle s'émancipe du livre enluminé, le parchemin est tendu sur un carton de faibles dimensions, souvent une carte à jouer. Dans les débuts, les personnages se détachent sur des fonds unis, surtout bleus ; les ombres sont à peine indiquées et les détails des vêtements exécutés avec un soin minutieux. Dès la fin du siècle, la palette s'enrichit, des ombres plus marquées soulignent les volumes, dotant les paysages d'un espace en profondeur.

Au xviie siècle s'impose une technique nouvelle qui devait connaître un remarquable développement, la miniature sur émail ; héritière d'un procédé ancien, mais en ayant perfectionné les détails techniques et les coloris, elle autorise des effets différents de ceux de la gouache, et qui ont de plus le mérite d'être inaltérables. Au début du xviiie siècle, les artistes découvrent dans l' ivoire un support aisé à peindre à la gouache et dont la couleur naturelle s'identifie avec celle des chairs. Plus tard, l'emploi se généralisa de plaques d'ivoire mince et légèrement transparent, qui permettaient d'utiliser le verso pour renforcer certains tons ; on pouvait aussi placer au verso des feuilles d'argent, appelées paillons, qui accentuaient l'effet lumineux. La tendance étant, à la fin du siècle, d'agrandir les pièces, certains artistes, par souci d'économie, se servent d'épais cartons où s'incrustent, à l'emplacement des chairs, des parties d'ivoire.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur au cabinet des Dessins du musée du Louvre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Miniatures</it>, A. Oliver

Miniatures, A. Oliver

Autres références

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

    • Écrit par Jacques CARRÉ, Barthélémy JOBERT
    • 8 176 mots
    • 12 médias
    ...fond sombre uniforme, et l'expression demeure le plus souvent impassible. L'habileté des peintres nés en Angleterre s'exerce surtout dans l'art de la miniature, qui est admirablement maîtrisé par Nicholas Hilliard (1547-1619) et Isaac Oliver (env. 1565-1617). Hilliard, qui débuta comme apprenti chez...
  • APOCALYPSE DE JEAN

    • Écrit par Jean HADOT
    • 6 538 mots
    • 3 médias
    ...nom. Le style de l'artiste semble emprunté à l'art des émaux, dont il utilise les couleurs très vives et le procédé de cloisonnement des figures. Parallèlement à ce groupe franco-espagnol, les miniaturistes de la France du Nord et des pays de langue allemande s'intéressent aussi à l'Apocalypse. C'est...
  • ARMÉNIE

    • Écrit par Jean-Pierre ALEM, Françoise ARDILLIER-CARRAS, Christophe CHICLET, Sirarpie DER NERSESSIAN, Universalis, Kegham FENERDJIAN, Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, Kegham TOROSSIAN
    • 23 765 mots
    • 13 médias
    ...la conque de l'abside, les apôtres debout dans l'hémicycle et, à la douelle de l'arc triomphal, des portraits de saints, en buste, dans des médaillons. Deux feuillets illustrés, reliés à la fin d'un manuscrit du xe siècle, l'Évangile d'Etchmiadzine, nous permettent de mieux connaître...
  • BEHZAD (1440-1536)

    • Écrit par Nikita ELISSÉEFF
    • 406 mots

    On connaît mal la vie de Kamal al-Din Behzad, le plus grand maître de la miniature persane. Grâce à ses patrons, il bénéficia de grandes facilités. Il eut à ses débuts l'appui des Timourides ; après leur défaite, en 1508, il travailla pour le sultan uzbek Muḥammad khān Shaybani, puis, en 1510,...

  • Afficher les 36 références

Voir aussi