CAMAÏEU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au sens strict du terme, le camaïeu désigne une peinture dont le motif principal, d'une seule couleur, se détache par contraste sur un fond d'une seule couleur nettement différente, le plus souvent un blanc par rapport à un bleu, un rouge, un noir ou un vert, procédé qui imite les camées. L'effet de silhouette de ce motif se trouve donc accentué au point de créer l'illusion d'une « dentelle » ou d'un bas-relief comme dans les frises de style néo-classique peintes à la fin du xviiie siècle et au début du xixe, et dans les fresques de style « pompéien » de la Restauration et du Second Empire.

Par extension, l'expression désigne aussi une peinture en grisaille (chiaroscuro, ou clair-obscur) utilisée depuis le xve siècle en Italie dans les décorations monochromes ou à deux tons (clair sur sombre, beige sur rouge, par exemple), ou blanc sur gris, pour orner les murs des palais ou les dessus de portes.

Le terme de camaïeu désigne enfin une gravure dont les tirages sont faits avec une seule encre.

—  Jean RUDEL

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, peintre et écrivain

Classification


Autres références

«  CAMAÏEU  » est également traité dans :

CAMÉES

  • Écrit par 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 2 614 mots
  •  • 2 médias

Dans la glyptique, qui est l'art de graver les pierres fines, il faut distinguer deux techniques : l'une qui consiste à graver les pierres en creux, l'autre qui consiste à les graver en relief. La première de ces techniques produit les intailles ou pierres gravées ; la seconde, les camées . Le camée n'a pas été, chez les Anciens, distingué avec précision des pierres fines en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camees/#i_10839

CARRIÈRE EUGÈNE (1849-1906)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 388 mots
  •  • 2 médias

Formé dans l'atelier de Cabanel, Carrière a connu, après 1870, des débuts difficiles de lithographe commercial. Ses premiers tableaux exposés ( La Jeune Mère , 1879, Avignon) se caractérisent déjà par l'intimisme discret qui marquera la plupart de ses sujets. C'est dans les années 1880 qu'il élabore peu à peu une manière très particularisée, renonçant presque totalement à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-carriere/#i_10839

CLAESZ PIETER (1597/98-1661)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 973 mots
  •  • 1 média

Peintre hollandais de natures mortes, l'un des créateurs et des plus grands représentants, avec Willem Claesz Heda, de la nature morte monochrome à Haarlem . Né en Westphalie, mais d'origine hollandaise, Pieter Claesz est signalé comme peintre à Haarlem en 1617 (sur le registre de mariages) et, en 1661, est enterré dans la même ville : tels sont les rares faits connus concernant sa biographie. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-claesz/#i_10839

ÉMAUX

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine GAUTHIER
  •  • 4 388 mots

Dans le chapitre « Les émaux peints à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance »  : […] Des joailliers travaillant pour les cours princières de Bourgogne, de Berry et de France aux environs de 1400 remettent en honneur un procédé oublié depuis l'époque hellénistique, l'émail en glaçure sur or de ronde-bosse ; cet émail, surtout blanc mat, avec des rehauts de couleurs translucides, est une lumineuse polychromie sur une sculpture précieuse en miniature. Les joailliers l'associent aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emaux/#i_10839

FRANCKEN FRANS II, dit LE JEUNE (1581-1642)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 463 mots
  •  • 1 média

Le plus grand des Francken, Frans II ou le Jeune, fils de Frans I, neveu de Hieronymus et d'Ambrosius I, se partagea entre la grande peinture d'autel et le petit tableau de cabinet (souvent peint sur bois ou sur cuivre). Jusqu'en 1616 au moins, il signe généralement De Jon F. Franck (De Jonge signifie le jeune) pour se distinguer de son père, qui signe alors De Oude F. Francken et dans l'atelier d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frans-ii-francken/#i_10839

GRISAILLE

  • Écrit par 
  • Jean RUDEL
  •  • 416 mots

Le terme de grisaille désigne une peinture traitée en monochromie pour imiter le bas-relief à l'aide d'une dégradation entre le noir et le blanc de valeurs grises. Cette monochromie peut être établie également à partir d'une gamme chromatique différente à base de vert, par exemple, comme dans les fresques du chiostro verde peintes par Uccello (Santa Maria Novella, Florence, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grisaille/#i_10839

PORCELAINE

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET, 
  • Antoinette FAŸ-HALLÉ, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Tamara PRÉAUD
  •  • 6 326 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Porcelaine tendre »  : […] Il s'agit, en 1740 et pour bien des années encore, de pâte tendre artificielle. Pour assurer la conservation des recettes, le roi, à partir de 1751, charge l'académicien chimiste Jean Hellot de vérifier les essais et de transcrire les formules. Les secrets sont consignés dans un registre fermant à clé ; leur sauvegarde conditionne tout, aussi bien les rapports entre direction et personnel que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/porcelaine/#i_10839

Pour citer l’article

Jean RUDEL, « CAMAÏEU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camaieu/