INNÉISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Doctrine philosophique d'après laquelle sont en quelque sorte inscrits ou présents dans l'esprit humain des idées, des vérités (rapports entre idées) ou des principes. On la fait parfois remonter jusqu'à Platon (théorie de la réminiscence : l'âme conserve le souvenir confus des idées contemplées avant cette vie). La théologie chrétienne a souvent repris et transposé cette thèse, sous la forme de la doctrine de l'illumination intérieure : Dieu est le Verbe qui éclaire nos esprits (saint Augustin, Aurelius Victor, Malebranche, Bordas-Demoulin ; pour ce dernier, les idées sont à la fois en Dieu et en nous). Mais l'innéisme est proprement la doctrine de Descartes (Méditation troisième), pour qui l'homme a trois sortes d'idées : adventices (venues du dehors), factices (imagination) et innées (ainsi les idées mathématiques : « Lorsque je commence à les découvrir, il ne me semble pas que j'apprenne rien de nouveau, mais plutôt que je me ressouviens de ce que je savais déjà auparavant, c'est-à-dire que j'aperçois des choses qui étaient déjà dans mon esprit, quoique je n'eusse pas encore tourné ma pensée vers elles » Méditation cinquième). Locke, dans l'Essai philosophique concernant l'entendement humain (1690), triomphe trop aisément de la thèse cartésienne en l'entendant à la lettre : ces idées ne se rencontrent pas chez l'enfant ni chez le primitif. Certains textes de Descartes se prêtaient à cette interprétation réaliste : Lettre à Newcastle de mars ou avril 1648, évoquant un dépôt d'objets dans notre esprit. Mais d'autres présentent l'innéité comme virtuelle : Notæ in programma ; Réponses aux troisièmes objections (d'une idée née avec nous « j'entends seulement que nous avons en nous-mêmes la faculté de la produire »). C'est également comme virtualités que Leibniz comprend les idées innées ; il se déclare, après Descartes, « pour l'idée innée de Dieu » (Nouveaux Essais sur l'entendement humain). Kant situe claire [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur au lysée Malherbe, Caen

Classification


Autres références

«  INNÉISME  » est également traité dans :

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 477 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La preuve ontologique »  : […] On trouve pourtant, chez Descartes, une autre preuve de l'existence de Dieu, celle que Kant nommera la preuve ontologique. Dans les Principes , elle est exposée la première. Dans les Méditations , elle se trouve dans la Méditation cinquième . Il s'agit, cette fois, de conclure l'existence de Dieu de l'analyse même de son idée, par u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_817

ESSAI SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, John Locke - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Empirisme et science des signes »  : […] John Locke est proche des milieux scientifiques de la Royal Society, qui mettent en œuvre – avec Boyle, Sydenham, Huyghens, Newton – l'observation et l'expérimentation. Tout un travail critique lui paraît nécessaire pour dégager la nouvelle science de conceptions inopérantes et d'obstacles liés à l'emploi de la langue commune. Il s'emploie d'abord à réfuter (livre I : « Des idées innées ») les ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-sur-l-entendement-humain/#i_817

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 495 mots

Dans le chapitre « Descartes »  : […] Descartes accorde aux idées une existence objective, c'est-à-dire en tant qu'elles sont des représentations. Elles sont le terme immédiat du connaître : « Je ne puis avoir aucune connaissance de ce qui est hors de moi que par l'entremise des idées que j'en ai eues en moi et je me garde de rapporter mon jugement immédiat aux choses, et de leur rien attribuer de positif, que je ne l'aperçoive aupara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme/#i_817

IMMÉDIAT

  • Écrit par 
  • Dominique LECOURT
  •  • 3 909 mots

Dans le chapitre « La certitude cartésienne et le médiateur transcendant »  : […] La philosophie cartésienne s'adosse à une découverte scientifique, celle de la géométrie algébrique, ou « géométrie analytique ». L'essentiel de cette découverte est consigné dans le Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences . Constatant que les méthodes algébriques s'appliquaient aussi bien à la géométrie qu'à l'arithmétique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immediat/#i_817

LOCKE JOHN (1632-1704)

  • Écrit par 
  • Geneviève BRYKMAN
  •  • 3 989 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Critique de l'innéisme »  : […] « C'est une opinion bien établie parmi certains hommes qu'il y a dans l'entendement certains principes innés imprimés en l'esprit de l'homme dès son arrivée dans le monde. » Ce préjugé sous-tend tous les autres et, cette constatation étant faite, la presque totalité du livre premier de l' Essai est une critique systématique de toute forme de savoir inné en l'homme. Précisons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-locke/#i_817

MAINE DE BIRAN (1766-1824)

  • Écrit par 
  • Henri GOUHIER
  •  • 1 788 mots

Dans le chapitre « La philosophie de Maine de Biran »  : […] Biran ne remet pas en question le refus de l' innéisme. Mais il constate que dans je sens , le je qui s'affirme sentant est un sujet actif dont aucune genèse ne peut rendre compte à partir des sensations passives liées au monde des objets. La conscience du moi relève d'un « sens intime » qui s'éveille avec le « sentiment de l'effor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maine-de-biran/#i_817

Pour citer l’article

Jean-Louis DUMAS, « INNÉISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/inneisme/