RÉMINISCENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avancé par Platon dans le Phédon, le thème mytho-philosophique de la réminiscence se retrouve tout au long de l'histoire de la philosophie occidentale avec une insistance telle qu'il paraît y prendre valeur de paradigme essentiel. Dans son expression strictement platonicienne, la réminiscence est une réponse ambiguë à deux questions : comment est-il possible d'apprendre ce qui ne saurait s'enseigner (en l'occurrence, la vertu) ? Quelle est la nature de l'âme ? La réminiscence est ambiguë en ce qu'elle implique l'éternité de l'âme qu'elle prétend démontrer par une expérience : le jeune esclave à qui Socrate demande, dans le Ménon, de doubler la surface d'un carré y parvient sans aide extérieure de sorte qu'il faut admettre que « chez celui qui ne sait pas, il existe, concernant telles choses qu'il se trouve ne pas savoir, des pensées vraies concernant ces choses mêmes qu'il ne sait pas ». Or ceci n'est possible que si l'âme, immortelle, a contemplé avant son existence présente les vérités éternelles qui, actualisées par le ressouvenir, deviennent des connaissances.

En fait, la réminiscence ne peut être séparée ni des thèmes pythagoriciens, épars dans l'œuvre de Platon, ni du mythe de la caverne, qui semble en limiter les conséquences théoriques et surtout pratiques. Connaître, c'est se ressouvenir et développer dialectiquement les conséquences des idées éternelles ; pourtant, la réminiscence n'est pas une notion, mais une expérience. Si Socrate ne fournit au jeune esclave du Ménon aucun savoir, l'ordre même des questions posées rend possible la solution du problème. La réminiscence est ainsi immédiatement liée à une fonction pédagogique d'éveil : c'est le rapport maître-disciple qui lui donne sa garantie pratique ; le statut de l'« éveillé » pose par là problème, l'« éveillé » devant en effet [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RÉMINISCENCE  » est également traité dans :

ANAMNÈSE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 408 mots

Issu des mots grecs ána (remontée) et mnémè (souvenir), l'anamnèse signifie rappel du souvenir. Pour Platon, elle est la restauration de l'idée contemplée, avant l'incarnation, par l'âme humaine dans le ciel des idées et dont le souvenir serait resté inconscient sans l'opération de la « réminiscence ». Aristote refuse cette conception de la theô […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anamnese/#i_34047

INNÉISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis DUMAS
  •  • 548 mots

Doctrine philosophique d'après laquelle sont en quelque sorte inscrits ou présents dans l'esprit humain des idées, des vérités (rapports entre idées) ou des principes. On la fait parfois remonter jusqu'à Platon (théorie de la réminiscence : l'âme conserve le souvenir confus des idées contemplées avant cette vie). La théologie chrétienne a souvent r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inneisme/#i_34047

INTÉRIORITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 258 mots

Dans le chapitre « Composante sceptique et composante mystique »  : […] L'histoire de la philosophie occidentale, interrogée en ses commencements, illustre bien ce dramatique embarras, contemporain de ses origines. La grandeur, le plus souvent méconnue, des sophistes est d'avoir découvert la subjectivité humaine et su tirer toutes les conséquences de cette découverte. L'homme qui est « la mesure de toutes choses » est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interiorite/#i_34047

MÉMOIRE AUTOBIOGRAPHIQUE

  • Écrit par 
  • Arnaud D' ARGEMBEAU
  •  • 1 952 mots

Dans le chapitre « Déterminants de la qualité des souvenirs »  : […] Pourquoi se souvient-on mieux de certains événements de vie plutôt que d’autres ? Plusieurs facteurs déterminent le niveau de détail et la vivacité des souvenirs. Certaines caractéristiques des événements que nous vivons, comme leur importance personnelle, leur valeur émotionnelle et leur caractère unique, influencent de manière significative la m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-autobiographique/#i_34047

PHÉDON, Platon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sur l'âme »  : […] « La mort, pensons-nous que c'est quelque chose ? – Oui, assurément, fut la réponse de Simmias. – Se peut-il qu'elle soit autre chose que la séparation de l'âme d'avec le corps ? C'est bien cela, être mort : le corps séparé d'avec l'âme en vient à n'être que lui-même en lui-même, tandis que l'âme séparée d'avec le corps est elle-même en elle-même ? […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedon/#i_34047

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 740 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La pensée des essences et la réminiscence »  : […] Les choses sensibles étant sans cesse emportées par le devenir, le discours ne peut pas les dire sans être condamné à se contredire. Les « antilogiques » exploitent ces contradictions et en déduisent l'impossibilité de tout raisonnement vrai ; ils n'ont pas tort, s'il n'y a de réalité que sensible. On ne peut parler et penser en vérité que si le d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_34047

PLOTIN

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 4 962 mots

Dans le chapitre « L'Âme et l'Intelligence »  : […] Cette limite pourtant ne s'atteint qu'en de rares moments, au terme d'une patiente ascension. Mais il la faut poser dès le départ, car, à chacune des étapes – « vie engendreuse », « sensation », « opinion » raisonnable ou pure « intellection » –, l'Âme doit prendre conscience de sa nature contemplative. La liaison avec le corps exige un mécanisme s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plotin/#i_34047

Pour citer l’article

Olivier JUILLIARD, « RÉMINISCENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reminiscence/