ARSENIC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Arsenic : propriétés physiques

Arsenic : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Arsenic : formules 1 à 4

Arsenic : formules 1 à 4
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


L'arsenic est l'élément chimique de symbole As et de numéro atomique 33. Bien qu'il soit très répandu dans le règne minéral et dans les organismes vivants, une quarantaine d'éléments sur quatre-vingt-douze sont plus abondants que lui ; il ne représente qu'environ cinq millionièmes en masse de la croûte terrestre. Son importance vient de son rôle physiologique ; c'est un constituant systématique de la cellule vivante, où il sert de biocatalyseur. De nombreux composés de l'arsenic sont fortement toxiques, les composés minéraux l'étant plus que les composés organiques. Néanmoins, la pharmacologie utilise de nombreux produits arsenicaux.

L'arsenic natif est rare ; à l'état naturel il existe principalement sous forme de minéraux sulfurés : le réalgar As4S4, l'orpiment As4S6 et surtout le mispickel dont la composition répond sensiblement à la formule FeAsS alors qu'il s'agit en réalité d'un mélange d'arséniure de fer FeAs2 et de pyrite FeS2 de mêmes structures cristallines ; la pyrite arsenicale FeAs2 existe également dans la nature ; à ces sulfures s'ajoutent deux oxydes, l'arsénolite et la claudétite, et de nombreux arséniates métalliques. La sublimation facile de l'arsenic élémentaire facilite sa préparation.

La belle couleur jaune d'or de l'orpiment avait attiré l'attention des Anciens : Aristote le connaissait et Pline l'appela auri pigmentum. Les alchimistes savaient griller les sulfures pour préparer l'« arsenic blanc » ou anhydride arsénieux, et il semble que l'arsenic élémentaire ait été isolé dès le xiiie siècle, mais cela reste incertain jusqu'au xviiie siècle. L'importance de l'arsenic est considérable pour les alchimistes à cause de ses relations avec le roi des métaux : l'or ; en plus de la couleur du sulfure, on savait, en effet, que l'arsenic ajouté à du cuivre donne un métal blanc qu'on assimilait à l'argent ; un pas était donc franchi d'un métal vil vers un métal noble ; il ne restait plus alors qu'à « transmuter » l'argent en or.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître assistant à l'université de Haute-Normandie

Classification


Autres références

«  ARSENIC  » est également traité dans :

ARSENIC, toxicologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 254 mots

L' arsenic entrait autrefois dans la composition de nombreux produits insecticides, raticides, pesticides comme de certaines peintures, papiers peints et céramiques. L'empoisonnement arsenical chez l'homme résulte souvent de l'ingestion ou de l'inhalation d'un insecticide contenant oxyde arsénieux, acétoarsénite de cuivre ou arséniate de calcium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsenic-toxicologie/#i_3032

ANTIMOINE

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  • , Universalis
  •  • 3 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Chimie analytique »  : […] La caractérisation d'antimoine ou d'arsenic pose un problème délicat en toxicologie. L'empoisonnement aigu par l'antimoine offre de nombreuses analogies avec l'empoisonnement aigu par l'arsenic. L'empoisonnement chronique est plus rare ; il se rapproche également de l'empoisonnement arsenical chronique. La séparation peut se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimoine/#i_3032

LÖLLINGITE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 305 mots

De formule chimique FeAs2, la löllingite est un diarséniure de fer du groupe de la pyrite. Elle est composée de 27,2 p. 100 de fer, de 72,8 p. 100 d'arsenic et d'un peu de soufre et d'antimoine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lollingite/#i_3032

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 606 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les solides covalents »  : […] L'atome d'arsenic possède cinq électrons de valence et trois places vacantes sur sa couche externe. Dans un cristal d'arsenic, chaque atome établit trois liaisons covalentes avec trois atomes premiers voisins. Ces liaisons forment un trièdre, l'angle entre deux liaisons étant égal à 92,80. Une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_3032

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Notion d'oligoélément »  : […] N, P, S, K, Na, Ca, Mg, Cl) dix-huit métalloïdes et métaux étaient trouvés d'une manière constante en petites proportions : fluor, brome, iode, bore, arsenic, silicium, fer, zinc, cuivre, nickel, cobalt, manganèse, aluminium, plomb, étain, molybdène, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_3032

ORPIMENT

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 648 mots

Sulfure d'arsenic, l'orpiment est un minéral facilement reconnaissable par sa couleur jaune doré à jaune orangé, son clivage très facile en plaques transparentes et flexibles, rappelant celui des micas, et par sa faible dureté, permettant de le rayer avec l'ongle. Les cristaux se présentent le plus souvent en amas entremêlés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orpiment/#i_3032

RÉALGAR

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 567 mots

Sulfure d'arsenic, le réalgar se caractérise, d'une part, par des cristaux prismatiques, parfois centimétriques, striés parallèlement à l'axe d'allongement, d'une belle couleur rouge rubis lorsqu'ils sont frais, et, d'autre part, par une faible dureté, l'ongle le rayant facilement. Le réalgar se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realgar/#i_3032

SPERRYLITE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 256 mots

Arséniure naturel de platine, de formule chimique PtAs2, la sperrylite doit son nom au chimiste canadien F. L. Sperry, qui l'a identifiée dans des minerais de Sudbury (Ontario, Canada […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sperrylite/#i_3032

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 124 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Mispickel (ou arsénopyrite) »  : […] à gris acier, avec un fort éclat métallique, le mispickel produit, sous un choc, une certaine odeur aliacée. Il peut contenir de grandes proportions de cobalt par remplacement isomorphique du fer, mais surtout, sous forme d'inclusions microscopiques et mécaniques, de l'or, ce qui peut en faire un minerai aurifère ; c'est aussi un minerai d'arsenic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfures-et-sulfosels-naturels/#i_3032

VITREUX ÉTAT

  • Écrit par 
  • Jean FLAHAUT
  •  • 5 094 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure des verres »  : […] nous limitant aux verres binaires – mais le phénomène est semblable dans les verres de compositions plus complexes –, nous prendrons l'exemple des verres formés par le sélénium et l'arsenic. On peut obtenir des verres pour toute composition allant de Se pur à As0,6 Se0,4, et englobant donc les composés définis As2Se3 et AsSe (soit As0,40 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-vitreux/#i_3032

Voir aussi

ALLOTROPIE    ARSÉNIATES    ARSÉNOMÉTHANE    ARSINES    CACODYLE    DOSAGE chimie    LIQUEUR DE FOWLER    DÉRIVÉS HALOGÉNÉS    HYDRURES    MÉTHODE DE MARSH    OXYDES    TEST DE REINSCH    SALVARSAN    SULFURES    TOXICITÉ

Pour citer l’article

Jean PERROTEY, « ARSENIC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsenic/