ARSENIC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Arsenic : propriétés physiques

Arsenic : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Arsenic : formules 1 à 4

Arsenic : formules 1 à 4
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Intérêt biologique de l'arsenic et de ses composés

Le trioxyde est extrêmement toxique, la dose létale étant de l'ordre de 0,1 gramme. De très nombreux autres composés arsenicaux, triou pentavalents, peuvent être absorbés par l'organisme soit au niveau de la peau, soit par la paroi intestinale. L'excrétion est toujours lente et se fait presque uniquement par la voie urinaire. En cas d'absorption prolongée de produits arsenicaux, par intoxication progressive, il y a fixation par les ongles et les cheveux qui sont, pour cette raison, systématiquement analysés en toxicologie.

Plusieurs composés arsenicaux sont utilisés en thérapeutique ; leur toxicité, même à faible dose, n'étant pas négligeable, on prévoit généralement des périodes de traitement entrecoupées de périodes de repos.

La liqueur de Fowler, constituée par une solution d'arsénite de potassium, titre environ 1 p. 100 en anhydride arsénieux ; on l'utilise comme stimulant de la nutrition. L'anhydride arsénieux améliore le souffle en altitude et les chasseurs de chamois tyroliens ont la réputation d'en consommer régulièrement. Plusieurs dérivés arsenicaux aromatiques sont des antiparasitaires importants, actifs vis-à-vis des tripanosomes et des spirilles. Ces composés jouent un rôle dans la prophylaxie et le traitement de la maladie du sommeil. De nombreux composés voisins sont proposés, parmi lesquels le paraaminophénylarsinate monosodique ou Tripoxyl (formule 1) et le N-phénylglycinamide-p-arsinate de sodium (formule 2). L'acétarsone (formule 3) a été employé dans le traitement de l'amibiase et dans celui de la syphilis. Associé à la quinine, l'acétarsone a été préconisé dans le traitement du paludisme.

Arsenic : formules 1 à 4

Arsenic : formules 1 à 4

Dessin

Tripxyl (1), N-phénylglycinamide-p-arsinate de sodium (2), acétarsone (3), arsénobenzol (4). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les arsénoïques sont les premiers composés auxquels on a reconnu une action antisyphilitique et, par la suite, on en a utilisé de très nombreux. Historiquement, le premier dont on découvrit les vertus fut l'arsénobenzol (Salvarsan, formule 4). On utilisa ensuite le novarsénobenzol, dans leq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître assistant à l'université de Haute-Normandie

Classification


Autres références

«  ARSENIC  » est également traité dans :

ARSENIC, toxicologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 254 mots

L'arsenic entrait autrefois dans la composition de nombreux produits insecticides, raticides, pesticides comme de certaines peintures, papiers peints et céramiques.L'empoisonnement arsenical chez l'homme résulte souvent de l'ingestion ou de l'inhalation d'un insecticide contenant oxyde arsénieux, acétoarsénite de cu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsenic-toxicologie/#i_3032

ANTIMOINE

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  • , Universalis
  •  • 3 892 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Chimie analytique »  : […] La recherche analytique qualitative se fait par isolement du sulfure, dont la couleur orangée est très remarquable. Le dosage volumétrique est possible avec une solution d'iode, en présence d'acide tartrique et de carbonate de sodium pour stabiliser le pH : La caractérisation d'antimoine ou d'arsenic pose un problème délicat en toxicologie. L'empoisonnement aigu par l'antimoine offre de nombreu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimoine/#i_3032

LÖLLINGITE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 305 mots

De formule chimique FeAs 2 , la löllingite est un diarséniure de fer du groupe de la pyrite. Elle est composée de 27,2 p. 100 de fer, de 72,8 p. 100 d'arsenic et d'un peu de soufre et d'antimoine. La löllingite forme un sous-groupe qui correspond aux diarséniures de fer, de nickel et de cobalt et cristallisant dans le système orthorhombique. Sa structure cristalline est analogue à celle de la marc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lollingite/#i_3032

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 602 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les solides covalents »  : […] À titre d'exemple, prenons deux atomes d'hydrogène initialement très éloignés l'un de l'autre ; ils possèdent chacun un électron occupant le niveau de plus basse énergie. On sait que ce niveau peut être saturé par deux électrons dans des états de spin opposé. Quand on rapproche ces deux atomes pour constituer une molécule d'hydrogène H 2 , chacun des deux électrons va être soumis à l'attraction de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_3032

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Notion d'oligoélément »  : […] Les progrès de l'analyse chimique conduisirent à la mise en évidence de nombreux autres éléments et à leur détermination quantitative. La question s'est donc posée de savoir quels étaient ceux dont l'existence dans tous les organismes, végétaux et animaux, permettrait de les envisager comme des constituants normaux. Dès 1937, Gabriel Bertrand considérait comme démontré qu'en plus des onze élément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_3032

ORPIMENT

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 648 mots

Sulfure d'arsenic, l'orpiment est un minéral facilement reconnaissable par sa couleur jaune doré à jaune orangé, son clivage très facile en plaques transparentes et flexibles, rappelant celui des micas, et par sa faible dureté, permettant de le rayer avec l'ongle. Les cristaux se présentent le plus souvent en amas entremêlés, foliacés ou fibreux, ou en rognons à structure rayonnante ; les masses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orpiment/#i_3032

RÉALGAR

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 567 mots

Sulfure d'arsenic, le réalgar se caractérise, d'une part, par des cristaux prismatiques, parfois centimétriques, striés parallèlement à l'axe d'allongement, d'une belle couleur rouge rubis lorsqu'ils sont frais, et, d'autre part, par une faible dureté, l'ongle le rayant facilement. Le réalgar se présente aussi en masses compactes millicristallines ou en encroûtements. formule : AsS (70,1 p. 100 d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realgar/#i_3032

SPERRYLITE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 256 mots

Arséniure naturel de platine, de formule chimique PtAs 2 , la sperrylite doit son nom au chimiste canadien F. L. Sperry, qui l'a identifiée dans des minerais de Sudbury (Ontario, Canada). Elle contient principalement du platine et de l'arsenic, avec un peu de rhodium et quelquefois de l'étain et des traces de fer, de cuivre et d'antimoine. Sa structure cristalline, analogue à celle de la pyrite, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sperrylite/#i_3032

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 119 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Mispickel (ou arsénopyrite) »  : […] Le mispickel (ou arsénopyrite) FeAsS, monoclinique (C  mmm , pseudo-orthorhombique), se rencontre en octaèdres orthorhombiques et en cristaux prismatiques allongés comportant des faces striées. Les macles, fréquents, donnent des associations cruciformes. Blanc d'argent à gris acier, avec un fort éclat métallique, le mispickel produit, sous un choc, une certaine odeur aliacée. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfures-et-sulfosels-naturels/#i_3032

VITREUX ÉTAT

  • Écrit par 
  • Jean FLAHAUT
  •  • 5 093 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure des verres »  : […] Nous présenterons, pour commencer, un ensemble de données définissant les structures des verres d'oxydes. Puis nous étendrons ces conclusions à des verres non traditionnels dans lesquels l'oxygène est remplacé par un autre non-métal tel que S, Se, Te ou F. Les verres d'oxydes sont constitués d'un réseau tridimensionnel formé par les atomes d'oxygène et les atomes d'un semi-métal A, tels que Si, G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-vitreux/#i_3032

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean PERROTEY, « ARSENIC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsenic/