RÉALGAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sulfure d'arsenic, le réalgar se caractérise, d'une part, par des cristaux prismatiques, parfois centimétriques, striés parallèlement à l'axe d'allongement, d'une belle couleur rouge rubis lorsqu'ils sont frais, et, d'autre part, par une faible dureté, l'ongle le rayant facilement. Le réalgar se présente aussi en masses compactes millicristallines ou en encroûtements.

formule : AsS (70,1 p. 100 d'arsenic, 29,9 p. 100 de soufre) ;

système : monoclinique, classe prismatique ;

dureté : 1,5-2 ;

poids spécifique : 3,48-3,60 ;

éclat : résineux, de gras à perlé ;

transparence : transparent s'il est « frais », sinon translucide ;

cassure : de conchoïdale à subconchoïdale.

L'altération naturelle du réalgar lui a valu son étymologie (de l'arabe rhaj al-ghar, poudre de caverne) ; une exposition prolongée à la lumière des cristaux transforme en effet ceux-ci en une poudre rougeâtre constituée d'orpiment, un autre sulfure d'arsenic, et d'anhydride arsenical, un poison violent ; les beaux échantillons doivent donc être conservés dans l'obscurité.

Le réalgar se forme dans les filons hydrothermaux tardifs de basse ou de moyenne température, où il se trouve associé à d'autres sulfures, comme la blende (ZnS), l'orpiment (As2S3), la pyrite (FeS2), la stibine (Sb2S3), le cinabre (HgS), avec lequel il peut être confondu, et à des borates et des carbonates divers. On le trouve encore comme produit de fumerolles volcaniques et, plus rarement, comme dépôts à proximité de sources thermales.

Les plus beaux cristaux connus proviennent sans doute du site, aujourd'hui épuisé, de Green River Gorge (Washington) et de la mine Getchell (Nevada) aux États-Unis, où certains spécimens atteignent cinq centimètres. Le gisement réputé de la carrière de Lengenbach (Binnental, Valais, Suisse) fournit de magnifiques cristaux rouge vermillon isolés sur de la dolomie ; de taille [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  RÉALGAR  » est également traité dans :

ARSENIC

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 4 537 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Préparation et utilisations »  : […] L'arsenic blanc est un sous-produit de la calcination des minerais de cuivre et de plomb. La préparation de l'arsenic élémentaire ne pose pas de problème car la réduction des composés oxygénés ou sulfurés ainsi que la purification se font sans difficulté. Le réalgar est chauffé directement avec du cyanure de potassium qui se transforme en thiocyanate : Les arséniures contenus dans le mispickel se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsenic/#i_2957

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Sulfures et sulfosels »  : […] Ils comprennent les sulfures, séléniures, tellurures, arséniures et antimoniures des métaux suivants : Ag, Cu, Zn, Pb, Fe, Co, Ni, Mo, W, Sn, Hg, As, Sb, Bi. Les sulfosels, dont la minéralogie est très complexe, ont une formule générale du type A m B n X p  : A = Cu, Ag, Pb, Sn ; B = As, Sb, Bi, Sn ; X = S. Cette classe (près de 450 espèces) est très importante économiquement car elle renferme, su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_2957

ORPIMENT

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 648 mots

Sulfure d'arsenic, l'orpiment est un minéral facilement reconnaissable par sa couleur jaune doré à jaune orangé, son clivage très facile en plaques transparentes et flexibles, rappelant celui des micas, et par sa faible dureté, permettant de le rayer avec l'ongle. Les cristaux se présentent le plus souvent en amas entremêlés, foliacés ou fibreux, ou en rognons à structure rayonnante ; les masses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orpiment/#i_2957

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 119 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Réalgar »  : […] Le réalgar AsS est monoclinique (P 2 1 / n ) et se présente en prismes courts ou allongés, striés verticalement, mais surtout en masses compactes, terreuses, allant du rouge orangé ou rouge vermillon. Ce minéral a un bon clivage, il est sectile. Il se décompose à la lumière en donnant un mélange d'orpiment et d'arsénolite (As 2 O 3 ). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfures-et-sulfosels-naturels/#i_2957

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « RÉALGAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/realgar/