VANADIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le vanadium est l'élément chimique de symbole V et de numéro atomique 23. C'est un élément de transition du groupe Va de la classification périodique. Il a été découvert de façon certaine en 1830, dans un minerai de fer suédois, par Nils Gabriel Sefström. Pour rappeler cette origine et pour faire état des riches colorations de ses dérivés, il l'appela vanadium, dérivé de Vanadís, surnom de Freyja, déesse scandinave de la beauté et de la jeunesse. Le véritable créateur de la chimie du vanadium est Henry Enfield Roscoe, qui prépara pour la première fois le métal en 1868 et consacra des travaux exemplaires à la chimie de cet élément.

Le vanadium est le trente-deuxième élément par ordre d'abondance dans la croûte terrestre. Il est largement répandu dans la nature mais est très dispersé. Décelé dans les météorites et dans de nombreuses étoiles, dont le Soleil, il est présent en faibles quantités dans l'eau de mer et dans les êtres vivants, tant du règne végétal que du règne animal, ce qui montre son importance biologique.

C'est au début du xxe siècle que Henri Moissan propose le vanadium comme élément d'alliage dans les aciers et les fontes ; à la fin de la Première Guerre mondiale, cette utilisation se développe jusqu'à devenir, de nos jours, la principale. Les alliages au vanadium sont destinés aux industries de pointe et au matériel d'armement ; cette spécialisation, alliée à un approvisionnement aléatoire – les concentrés vanadifères ne sont pas extraits d'un minerai de vanadium mais sont des sous-produits du traitement des minerais de fer, de cuivre, de plomb, de zinc, d'uranium... ou de l'épuration des pétroles bruts –, entraîne des fluctuations du marché mondial du vanadium ainsi que d'importantes variations de prix qui peuvent décourager les éventuels utilisateurs et freinent le développement de son emploi. Cependant, le vanadium reste un des principaux éléments d'addition dans les alliages de titane à hautes caractéristiques mécaniques dont le développement est concomitant de celui des industries aéronautiques et spatiales. Les alliages à base de vanadium sont mis en œuvre pour le gainage des réacteurs à neutrons rapides. Quant aux composés, si la catalyse chimique à base d'oxydes reste, en tonnage, leur principal domaine d'application, les composés du type V3Ga pourront être employés comme matériau supraconducteur pour les aimants utilisés dans le confinement magnétique du plasma de la fusion thermonucléaire contrôlée de l'hydrogène (cf. énergie thermonucléaire).

Production et utilisations

Les réserves de vanadium sont estimées à 38 millions de tonnes, exprimées en V2O5, dont la Chine, l'Afrique du Sud et la Russie détiennent plus des quatre cinquièmes. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, la source principale de vanadium était un sulfure complexe trouvé au Pérou, la patronite. Depuis l'amenuisement de ce dépôt, le vanadium est un sous-produit du traitement :

– des minerais de fer, en particulier d'Afrique du Sud, de Chine, d'ex-Union soviétique et de Finlande ;

– des minerais de cuivre, de plomb et de zinc (Australie, États-Unis, Mexique, Argentine, Afrique) ;

– des minerais d'uranium (Gabon, États-Unis) ;

– des minerais de titane, en particulier les magnétites titanifères d'ex-Union soviétique, de Chine, de Finlande et d'Afrique, qui constituent une ressource importante non exploitée ;

– des pétroles bruts (États-Unis, Japon) avec, par ordre d'intérêt, ceux du Venezuela, ceux d'Afrique et ceux du Moyen-Orient.

Le tableau 1 donne la production primaire de vanadium des principaux pays producteurs

Vanadium : production primaire

Tableau : Vanadium : production primaire

Production primaire de vanadium (tonnes de métal contenu). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Productions de niobium, molybdène et vanadium

Tableau : Productions de niobium, molybdène et vanadium

Productions primaires de niobium, de molybdène et de vanadium (en pourcentage). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les principaux produits, leurs processus d'élaboration à partir du pentoxyde de vanadium « technique » (concentré chimique commun à toutes les origines, extrait des résidus métallurgiques) et leurs utilisations sont consignés sur la figure.

Vanadium : alliage et composés

Diaporama : Vanadium : alliage et composés

Principales applications des alliages et des composés du vanadium. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Vanadium : production primaire

Vanadium : production primaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Productions de niobium, molybdène et vanadium

Productions de niobium, molybdène et vanadium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Vanadium : alliage et composés

Vanadium : alliage et composés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Vanadium : propriétés physiques

Vanadium : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VANADIUM  » est également traité dans :

ACIER - Technologie

  • Écrit par 
  • Louis COLOMBIER, 
  • Gérard FESSIER, 
  • Guy HENRY, 
  • Joëlle PONTET
  •  • 14 172 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Aciers alliés »  : […] Les aciers alliés se distinguent des aciers non alliés par la présence de certains éléments d'alliage (cf. tableau). Les éléments d'alliage agissent sur la structure de l'acier et modifient par là certaines de leurs propriétés, mais ils peuvent aussi attribuer à l'acier des propriétés entièrement nouvelles. Chacun de ces éléments se caractérise par une tendance dominante soit à rester dissous da […] Lire la suite

BAUXITES

  • Écrit par 
  • Michel ESTERLE, 
  • Jean-Pierre LAJOINIE
  •  • 3 788 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Utilisations »  : […] Selon leur composition, les bauxites sont diversement utilisées. Comme minerai d'aluminium (de loin la principale utilisation), dans les conditions actuelles, elles ne doivent pas contenir en moyenne plus de 8 p. 100 de silice (SiO 2 ) réactive dans le procédé de traitement et moins de 39 p. 100 d'alumine (A1 2 O 3 ) récupérable par ce même procédé. Pour l'industrie des réfractaires, la bauxite […] Lire la suite

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 528 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Les carburants lourds »  : […] Encore appelés « carburants marine », les carburants lourds sont utilisés dans des moteurs Diesel servant à la propulsion des gros navires et développant des puissances comprises entre 2 000 et 50 000 kilowatts. Ils se répartissent en deux grandes catégories : les « distillats » et les « résidus ». Les premiers, plus nobles, sont réservés à l'alimentation des bateaux d'un tonnage moyen, tandis que […] Lire la suite

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Notion d'oligoélément »  : […] Les progrès de l'analyse chimique conduisirent à la mise en évidence de nombreux autres éléments et à leur détermination quantitative. La question s'est donc posée de savoir quels étaient ceux dont l'existence dans tous les organismes, végétaux et animaux, permettrait de les envisager comme des constituants normaux. Dès 1937, Gabriel Bertrand considérait comme démontré qu'en plus des onze élément […] Lire la suite

SULFURIQUE ACIDE

  • Écrit par 
  • Gabriel TRIDOT
  •  • 3 515 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le procédé de contact »  : […] En phase gazeuse homogène, l'oxydation de SO 2 en SO 3 se fait d'après la réaction réversible : Le rendement en SO 3 est proportionnel à la racine carrée de la concentration en oxygène. L'exécution technique du procédé exige donc un large excédent en oxygène. Si l'emploi du platine comme catalyseur était connu depuis longtemps, les procédés dits de contact ne prirent leur essor industriel qu'aprè […] Lire la suite

VANADINITE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 240 mots
  •  • 1 média

Chlorovanadate de plomb, de formule chimique 3(V 2 O 5 ,3 PbO)PbCl 2 , cristallisé dans le système hexagonal en individus généralement prismatiques ou tabulaires non clivables. Les cristaux peuvent être creux ou groupés d'une manière analogue à ceux de la pyromorphite. De dureté 3, fragiles, les individus ont un éclat vitreux à adamantin et une couleur du rouge foncé au brun-rouge, en passant par […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger DURAND, « VANADIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vanadium/