MOLYBDÈNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Molybdène : pays producteurs

Molybdène : pays producteurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Produits et applications

Produits et applications
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Usages du molybdène

Usages du molybdène
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Molybdène métallique : propriétés physiques

Molybdène métallique : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Élément chimique métallique de symbole Mo et de numéro atomique 42, le molybdène appartient au groupe VI A de la classification périodique. C'est un élément de transition compris entre le chrome et le tungstène. Il est le trente-sixième élément par ordre d'abondance dans la croûte terrestre. La molybdénite MoS2 en est le principal minerai. Carl Wilhelm Scheele (1742-1786) en détermine la nature en 1778 et Peter Jacob Hjelm (1746-1813) isole le molybdène en 1782.

Les applications sont peu nombreuses et limitées à certains produits chimiques et teintures au xviiie siècle. Cet élément commence à être mieux connu au xixe siècle. Jöns Jacob Berzelius (1779-1848) entreprend l'étude des principaux composés du molybdène en 1826, Henri Moissan (1852-1907) fond du molybdène métallique au four électrique, détermine sa masse atomique et ses propriétés physiques en 1894, et, la même année, les usines Schneider du Creusot utilisent pour la première fois du molybdène comme élément d'alliage dans des aciers pour blindages.

La production minière reste sporadique jusqu'en 1900 ; ensuite, la production devient continue, mais c'est la Première Guerre mondiale, sous la pression exercée par l'insuffisance des approvisionnements en tungstène, qui donne l'impulsion nécessaire à la mise en exploitation du prodigieux gisement de Climax dans le Colorado.

Aujourd'hui encore, la plus importante application du molybdène est son introduction comme élément d'alliage dans les aciers. Cependant, son utilisation s'est diversifiée dans de nombreux autres domaines : matériaux réfractaires, alliages non ferreux, catalyseurs, lubrifiants, engrais, industrie électronique, etc.

Production et utilisations

Les principales sources de molybdène exploitées sont des gisements à faible teneur (de 0,1 à 0,5 p. 100) et des gisements de sulfure de cuivre dans l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOLYBDÈNE  » est également traité dans :

ACIER - Technologie

  • Écrit par 
  • Louis COLOMBIER, 
  • Gérard FESSIER, 
  • Guy HENRY, 
  • Joëlle PONTET
  •  • 14 167 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Autres éléments d'alliage »  : […] Les additions de titane ou de niobium permettent d'éviter la formation de carbures de chrome et donc d'améliorer la résistance des aciers à la corrosion par piqûres. L'ajout de soufre ou de sélénium facilite l'usinage. L'addition de molybdène, avec des teneurs au moins égales à 2 p. 100, améliore la résistance à la corrosion, en particulier en présence d'acide sulfurique, de chlorures et d'acides […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acier-technologie/#i_9739

CARBONE

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Henry BRUSSET
  •  • 8 318 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Préparations »  : […] Les vapeurs des carbonyles métalliques sont très toxiques et il convient d'éviter de les répandre dans l'atmosphère même à faibles concentrations. On prépare les carbonyles de nickel, fer, cobalt, molybdène par synthèse directe. La réaction est favorisée par une augmentation de pression et par le choix d'une température appropriée à la nature du carbonyle recherché. Le métal doit être en poudre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbone/#i_9739

CORROSION

  • Écrit par 
  • Gérard BERANGER, 
  • Jean TALBOT
  •  • 5 140 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Moyens de lutte contre la corrosion »  : […] Trois méthodes principales sont utilisées : la première consiste à choisir un métal ou un alliage qui n'est pas attaqué ou peu attaqué par le milieu extérieur, la deuxième à modifier très légèrement la composition du réactif par addition de faibles quantités de corps appelés inhibiteurs ; enfin, la troisième, de caractère électrochimique, consiste à imposer au métal un potentiel qui lui permet d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corrosion/#i_9739

NICKEL

  • Écrit par 
  • Jacques GRILLIAT, 
  • Bernard PIRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jacques SALBAING
  •  • 4 769 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Aciers inoxydables et réfractaires »  : […] Le nickel est, avec le chrome, l'élément essentiel des aciers inoxydables et des aciers réfractaires qui sont ses débouchés les plus importants. À ces deux métaux on ajoute quelquefois du molybdène, du cuivre, du tungstène, etc. Les nuances d'aciers inoxydables les plus classiques sont les aciers à 18 p. 100 de chrome et 10 p. 100 de nickel et les aciers à 18 p. 100 de chrome, 12 p. 100 de nickel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nickel/#i_9739

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Oligoéléments »  : […] Les besoins en fer sont si importants (de l'ordre de 10 mg par litre de solution nutritive) qu'il est souvent classé parmi les macroéléments. Dans la plupart des cas, il intervient pour catalyser les oxydoréductions, grâce au changement de valence Fe 2+ /Fe 3+ . C'est un constituant de nombreuses enzymes qui agissent dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_9739

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rôle des oligoéléments indispensables »  : […] La nécessité des oligoéléments essentiels a trouvé son explication soit au niveau physiologique, soit au niveau biochimique. Le mode de participation de certains d'entre eux aux mécanismes de la vie reste encore mal connu. C'est le cas, par exemple, du bore, oligoélément indispensable à la croissance des plantes et dont l'importance économique est marquée, mais dont on ignore le rôle profond. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_9739

RHÉNIUM

  • Écrit par 
  • Bertrand DREYFUS
  •  • 272 mots

De Rhenus , le Rhin. Symbole chimique : Re Numéro atomique : 75 Masse atomique : 186,2 g Point d'ébullition : 5 627 0 C environ Point de fusion : 3 180 0 C Densité (à 20  0 C) : 21,02 Métal de couleur blanc argenté, très dur, très résistant à la corrosion et à la chaleur, très difficilement soluble dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhenium/#i_9739

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 119 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Molybdénite »  : […] La molybdénite MoS 2 , hexagonale (P 6  3 / mmc ), se présente parfois en cristaux, souvent imparfaits, tabulaires ou en barillets, mais ce sont ordinairement des masses foliacées, des écailles, des agrégats lamellaires. Ce minéral est de couleur gris de plomb avec une poussière verdâtre ; il laisse sur le papier un trait bleuté. Le clivage basal est par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfures-et-sulfosels-naturels/#i_9739

TECHNÉTIUM

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 2 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le risque de pénurie en technétium »  : […] Jusqu’en 2007, la production mondiale de molybdène 99, premier élément de la chaîne de fabrication du technétium 99m, était principalement assurée par cinq réacteurs nucléaires installés à Chalk River, au  Canada (40 p. 100 environ du total) ; Petten, aux Pays-Bas (30 p. 100) ; Mol, en Belgique (10 p. 100) ; Saclay, en France (10 p. 100) ; Pelindaba, en Afrique du Sud (10 p. 100). Ces installatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/technetium/#i_9739

URANIUM

  • Écrit par 
  • Bernard BOUDOURESQUES, 
  • Jean CARALP, 
  • Jeanne LEHMANN, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Alliages uranium-molybdène et dérivés »  : […] Les alliages renfermant 0,5 et 1,1 p. 100 en poids de molybdène ont été utilisés en France dans les réacteurs Chinon-1, 2 et 3 situés à Avoine, près de Chinon. L'alliage à 1,1 p. 100 a été retenu en raison de ses propriétés intéressantes telles que structure à grains fins, absence d'orientation préférentielle et très haute résistance au fluage. Sa morphologie en phase α est une microstructure lame […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranium/#i_9739

WULFÉNITE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 413 mots
  •  • 1 média

Molybdate anhydre de plomb, la wulfénite (du nom du minéralogiste autrichien Xavier von Wulfen qui la découvrit en 1785) est très recherchée par les collectionneurs en raison de la beauté de ses cristaux. Ces derniers se présentent le plus souvent en tables carrées et biseautées en bordure ; leurs couleurs se déclinent dans les teintes du jaune (jaune brun, jaune miel, jaune orangé) et, plus rare […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wulfenite/#i_9739

Voir aussi

Pour citer l’article

Fernand MARATRAY, « MOLYBDÈNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/molybdene/