MÉTALLOÏDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme, aujourd'hui désuet, utilisé pour désigner, dans la classification périodique, les éléments chimiques dont les propriétés sont intermédiaires entre celles des métaux et celles des non-métaux. Pour ces éléments, la couche électronique de valence comporte plus de quatre électrons, auxquels peuvent s'ajouter des électrons pour former l'octet stable. Les métalloïdes sont donc accepteurs d'électrons, ce qui explique leurs propriétés.

Dans le domaine de la physique, les liaisons entre métalloïdes sont soit covalentes, soit semi-polaires. Dans tous les cas, les électrons restent localisés. Il n'y a donc pas de phénomène électronique collectif, et les métalloïdes sont le plus souvent des gaz monoatomiques ou diatomiques.

La structure en molécules entraîne l'existence de fréquences de réflexion privilégiées, qui, quand elles sont dans le visible, donnent une couleur aux métalloïdes. Comme les électrons restent localisés, ils ne peuvent pas participer à la conductivité, aussi les métalloïdes sont-ils isolants. Lors d'une électrolyse, ils apparaissent à l'anode.

L'activité chimique des métalloïdes s'explique par leur caractère d'accepteurs d'électrons. Les métalloïdes sont des oxydants qui se combinent avec les métaux pour former des sels. Ils se combinent facilement avec des protons acides pour donner des acides. Lorsqu'ils réagissent avec l'oxygène, ils donnent des anhydrides.

—  Pierre MOYEN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÉTALLOÏDES  » est également traité dans :

HALOGÈNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Robert de PAPE
  •  • 6 660 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Dérivés halogénés »  : […] Les dérivés halogénés résultent du remplacement, par des halogènes F, Cl, Br, I, d'un ou de plusieurs atomes d'hydrogène des hydrocarbures. Ils se rencontrent rarement à l'état naturel : présence d'iode dans la tyroxine, présence de chlore dans l'antibiotique chloromycétine. Le brome, en revanche, existe dans un certain nombre d'organismes marins : le dibromo-6,6′-indigo extrait de certains moll […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/halogenes/#i_35416

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les métalloïdes »  : […] Les phosphates sont parmi les premiers sels qui aient été utilisés comme engrais (le brevet de Lawes pour le superphosphate date de 1842). Le groupement phosphoryle PO 3 H 2 est présent dans les molécules fondamentales : phosphoaminolipides des membranes, nucléoprotéines des noyaux ; beaucoup de biocatalyseurs (nucléotides) sont des composés phosphorés. D'autre part, les dérivés phosphorylés jou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_35416

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Notion d'oligoélément »  : […] Les progrès de l'analyse chimique conduisirent à la mise en évidence de nombreux autres éléments et à leur détermination quantitative. La question s'est donc posée de savoir quels étaient ceux dont l'existence dans tous les organismes, végétaux et animaux, permettrait de les envisager comme des constituants normaux. Dès 1937, Gabriel Bertrand considérait comme démontré qu'en plus des onze élément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_35416

RÉFRACTAIRES MATÉRIAUX

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre TRAVERSE
  •  • 2 085 mots

Dans le chapitre « Classification »  : […] Dans la majorité des composés réfractaires, la liaison chimique semble être essentiellement métallique ou covalente ; il existe cependant une part de liaison ionique et, pour les oxydes par exemple, celle-ci peut être très importante. De telles liaisons se produisent normalement lors de la combinaison d'un métal et d'un « métalloïde » tel que le bore, le carbone, le silicium, l'azote, le soufre e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/materiaux-refractaires/#i_35416

SEMI-MÉTAUX

  • Écrit par 
  • Pierre MOYEN
  •  • 73 mots

Éléments dont la couche électronique de valence comprend quatre électrons (en principe). Ces éléments pourront soit gagner, soit perdre quatre électrons pour arriver à l'octet stable. Leurs propriétés sont donc intermédiaires entre celles des métalloïdes et celles des métaux. Chimiquement, ils seront souvent amphotères ; physiquement, leur caractéristique principale est d'être semi-conducteurs. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semi-metaux/#i_35416

TELLURE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 380 mots

Symbole chimique : Te Numéro atomique : 52 Masse atomique : 127,6 g Point de fusion : 449,8 0 C Point d'ébullition : 1 390 0 C Densité (à 20 0 C) : 6,4 Élément chimique de la famille des chalcogènes (colonne VI  a de la classification périodique), d'aspect argenté et de dureté 2,3 (échelle Mohs), le tellure fut découvert en 1798 par M. H. Klaproth et étudié par J. J. Berzelius (1832). C'est un él […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tellure/#i_35416

Pour citer l’article

Pierre MOYEN, « MÉTALLOÏDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/metalloides/