BISMUTH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Bismuth : isotopes naturels

Bismuth : isotopes naturels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Bismuth : propriétés physico-chimiques

Bismuth : propriétés physico-chimiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Gallate basique

Gallate basique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Bismuth : alliages

Bismuth : alliages
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Le bismuth, de symbole Bi, est l'élément chimique de numéro atomique 83. C'est le plus lourd du groupe Vb de la classification périodique. Il vient après l'azote, le phosphore, l'arsenic et l'antimoine, mais, contrairement à ceux-ci, son caractère métallique est net. Signalé par Basile Valentin au xve siècle, il fut distingué comme un métal particulier par Agricola en 1558 et appelé bismutum ou cinereum plumbum. En 1737, Hellot prépare, à partir d'un minerai de bismuth et de cobalt, un bouton de « véritable bismuth ». C'est seulement à cette époque qu'il apparaît définitivement à tous comme un métal pur, différent du plomb et de l'étain, et non comme un mélange.

L'étymologie du mot bismuth n'est pas connue. Parmi plusieurs hypothèses proposées, on retient généralement une origine germanique, bismuth dérivant de « wis mat » pour weisse Masse (masse blanche) dans le langage des mineurs.

Le bismuth, métal cher et peu abondant, est un sous-produit des métallurgies du cuivre et surtout du plomb. Il est utilisé avant tout pour ses propriétés physiques à l'état métallique dans des alliages très facilement fusibles et pour ses propriétés thérapeutiques à l'état de composés de Bi3+. La production mondiale est de l'ordre de 2 000 tonnes par an.

Propriétés physiques

Le bismuth est un solide cristallisé blanc avec quelques reflets rougeâtres. Dur, fragile, cassant, facilement pulvérisable, il donne des vapeurs d'un bleu verdâtre et présente, comme l'antimoine, le gallium et l'eau, la particularité d'être moins dense à l'état solide qu'à l'état liquide. Il est fortement thermoélectrique, surtout au contact de l'antimoine, et très diamagnétique, mais sa conductibilité thermique est cinquante fois plus faible que celle de l'argent. Sa répartition électronique se compose de couches K, L, M, N, et O comprenant respectivement 2, 8, 18, 32 et 18 électrons. La couche externe P incomplète comporte cinq électrons, 6 s2 et 6 p

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BISMUTH  » est également traité dans :

AIMANTS

  • Écrit par 
  • Roger FONTAINE
  •  • 6 373 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Aimant manganèse-bismuth »  : […] a été élaboré en 1943, avant que la théorie des grains fins ne fasse son apparition. Il s'agit du composé intermétallique MnBi qui, cristallisant dans le système cubique, présente une anisotropie magnéto-cristalline très élevée. La préparation de la poudre est délicate à cause de la grande affinité du manganèse et du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aimants/#i_14702

ARSENIC

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 4 538 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Propriétés »  : […] sont − III, + III et + V ; il précède l'antimoine et le bismuth chez lesquels le caractère métallique s'accentue avec prépondérance presque exclusive du degré d'oxydation + III. L'arsenic est un élément intermédiaire qui se rattache tantôt à un groupe, tantôt à l'autre. Comme l'azote et le phosphore, l'arsenic possède un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsenic/#i_14702

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 120 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'étain »  : […] permet de fabriquer en toute sécurité des étains destinés à tous les usages. Proche de l'étain et un peu plus fusible, le bismuth est un métal blanc argentin, légèrement jaunâtre, utilisé en alliage avec d'autres métaux tels que le plomb et l'étain, dont il augmente la dureté. À la fin du xixe siècle en France apparaît une production d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-du-metal/#i_14702

POLONIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES, 
  • Universalis
  •  • 2 968 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « État naturel et préparation »  : […] Des quantités pondérables (échelle du gramme) sont synthétisées à partir du bismuth que l'on soumet au flux neutronique intense d'un réacteur nucléaire. Le polonium 210 est formé suivant le processus :la section efficace de la capture des neutrons thermiques étant de 0,020 × 10—24 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polonium/#i_14702

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 124 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Bismuthinite »  : […] allongement ; elle se présente plus souvent en agrégats lamellaires, en masses clivables, fibreuses ou grenues. Sa couleur va du blanc d'argent au gris de plomb avec des reflets jaunâtres et des irisations rosées. La bismuthinite est légèrement sectile et possède un clivage parfait. Avec le bismuth natif, elle est le principal minerai de bismuth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfures-et-sulfosels-naturels/#i_14702

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne-Marie TRISTANT, « BISMUTH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bismuth/