Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VOLTAIRE FRANÇOIS MARIE AROUET dit (1694-1778)

Une philosophie

Assez fréquemment Voltaire a mêlé littérature d'intervention et réflexion philosophique. À cet égard le Traité sur la tolérance à l'occasion de la mort de Jean Calas de 1763 est exemplaire. Il unit l'historique de l'affaire à des exemples de fanatisme tirés de l'Histoire, pour proposer ensuite une réflexion plus politique sur la tolérance, où il se demande si elle est fauteuse de guerre civile et dangereuse pour le pouvoir. L'ouvrage se poursuit par deux fictions le « Dialogue entre un mourant et un homme qui se porte bien » et une « Lettre écrite au jésuite Tellier par un bénéficier », qui permettent une analyse des limites possibles à la tolérance. L'ouvrage s'achève enfin sur une « Prière à Dieu ». Rien qui ressemble là à un traité de philosophie, à l'image de ceux de Locke ou de Leibniz. Mais un tel traité existe-t-il chez les écrivains des Lumières ? La démarche de Voltaire prouve que pour lui, la philosophie renvoie toujours au réel, à l'histoire dont elle permet, en même temps, la compréhension.

Loin de constituer un système, la philosophie de Voltaire est faite de quelques idées simples, facilement traduisibles en règles de vie et d'organisation sociale. On pourrait la résumer à trois temps : compréhension, critique, action, et la qualifier de strictement pragmatique. Sa religion, dont René Pomeau eut l'immense mérite de rappeler l'existence, est par définition utilitaire et pratique. Dieu est nécessaire pour rendre compte de l'ordre de l'univers et maintenir comme un gendarme le respect des biens et des rangs. L'homme possède donc une âme. Inutile de se demander son lieu ou sa forme, car il faut éviter tout ce qui peu conduire au fanatisme, à l'enthousiasme militant. Pas d'église ni de prêtres. Pas de Révélation non plus. Une religion sans autre église que celle des cœurs. Voilà bien l'essentiel de la métaphysique voltairienne, selon le Traité de métaphysique (1734-1737).

S'il existe une anthropologie de Voltaire (article « Homme » des Questions sur l'Encyclopédie), elle ne se perd pas en conjectures complexes. L'homme est d'abord un corps fragile, ce qui l'oblige à se lier par intérêt à ses semblables et à s'adapter à son environnement. « De la raison, des mains industrieuses, une tête capable de généraliser des idées, une langue assez souple pour les exprimer : ce sont là de grands bienfaits accordés par l'Être suprême à l'homme, à l'exclusion des autres animaux. » La définition est simple. L'histoire, la géographie imposent l'idée d'un relativisme des mœurs et des croyances, sans que Voltaire finisse par nier toute hiérarchie. Le Mondain (1736) fait l'apologie du luxe et refuse tout primitivisme. Si la Chine par son empereur, père de son peuple, et ses mandarins, est pour lui un modèle, c'est encore l'Europe et la civilisation raffinée du siècle de Louis XIV qu'il préfère. Tout n'y est pourtant pas parfait : la justice est arbitraire, la guerre toujours présente, le fanatisme actif, la barbarie au cœur de l'homme. L'être humain porte en lui, sous des dehors aimables et mondains, un « arlequin anthropophage », toujours prêt à recommencer sa danse de mort. Les convulsionnaires jansénistes, que son propre frère Armand Arouet approuve, sont là pour rappeler les dangers du fanatisme. L'homme est parfois le plus grand ennemi de l'homme. Voltaire est obsédé par les régressions possibles, la crédulité toujours vivace, la montée de l'intolérance, le rôle pervers des églises, les excès auxquels portent les religions révélées, la barbarie à nos portes. Il appelle à la vigilance. Les massacres à venir l'angoissent autant que ceux du passé.

C'est de ce Voltaire, sentinelle[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite de l'université de Tours, Institut universitaire de France

Classification

Pour citer cet article

Jean Marie GOULEMOT. VOLTAIRE FRANÇOIS MARIE AROUET dit (1694-1778) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Voltaire - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Voltaire

Autres références

  • CANDIDE, OU L'OPTIMISME, Voltaire - Fiche de lecture

    • Écrit par Michel DELON
    • 1 101 mots
    • 2 médias

    Candide, ou l'Optimisme a été publié en 1759 puis, dans une édition augmentée, en 1761. Ce conte, qui est devenu le titre le plus célèbre de Voltaire (1694-1778) et un des chefs-d'œuvre de la littérature française, a sans doute été d'abord le passe-temps d'un écrivain soucieux de léguer...

  • DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE, Voltaire - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 680 mots

    En juillet 1764, lorsque paraît à Genève le Dictionnaire philosophique, Voltaire (1694-1778) a soixante-dix ans. Ses tragédies (Œdipe, Zaïre), ses contes (Zadig, Candide), ses essais (Lettres philosophiques, Essai sur les mœurs), ses contributions à l'Encyclopédiede Diderot et d’Alembert,...

  • LETTRES PHILOSOPHIQUES, Voltaire - Fiche de lecture

    • Écrit par Michel DELON
    • 1 082 mots
    • 1 média

    Les Lettres philosophiques furent publiées par Voltaire (1694-1778), sous différentes formes, en 1733 et 1734. Aux versions de 1733 qui contiennent vingt-quatre lettres en langue anglaise (Letters Concerning the English Nation) ou française (Lettres écrites de Londres sur les Anglais et autres sujets)...

  • L'INGÉNU (Voltaire) - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 152 mots

    L'Ingénu est, après Zadig (1747), Micromégas (1752) et Candide (1759), le dernier des grands contes philosophiques de Voltaire (1694-1778). Écrit en 1767 à Ferney en Suisse, où le philosophe réside depuis 1760, le livre, composé de vingt chapitres, est publié anonymement la même année à Genève...

  • TRAITÉ SUR LA TOLÉRANCE, Voltaire - Fiche de lecture

    • Écrit par Jean Marie GOULEMOT
    • 958 mots
    • 1 média

    La lutte contre le fanatisme[-- – qu'il appelle aussi enthousiasme – a été une constante du combat mené par Voltaire (1694-1778), au point d'irriter parfois ses amis philosophes et d'attiser plus encore la haine de ses adversaires.--]

    Le [--Traité sur la --]Tolérance,[-- qui...

  • ZADIG, OU LA DESTINÉE, Voltaire - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 959 mots
    • 1 média

    En juillet 1747, Voltaire (1694-1778) fait paraître anonymement Memnon, histoire orientale, imprimé à Amsterdam. Remanié, lu à plusieurs reprises en privé, le récit est finalement publié l'année suivante à Paris, toujours sans nom d'auteur, sous le titre de Zadig, ou la Destinée...

  • ANQUETIL-DUPERRON ABRAHAM HYACINTHE (1731-1805)

    • Écrit par Jean VARENNE
    • 865 mots

    Orientaliste français qui révéla à l'Europe les livres sacrés du zoroastrisme et de l'hindouisme. La curiosité des Européens pour les civilisations anciennes d'Orient (Perse, Inde...) date des premières découvertes de Marco Polo et de Vasco de Gama ; accrue au cours des siècles,...

  • ANTISÉMITISME

    • Écrit par Esther BENBASSA
    • 12 229 mots
    • 9 médias
    Voltaire ne distingue pas entre un jésuite et un juif pieux ashkénaze, tous deux symboles d'un passé dont les philosophes comptent abolir les vestiges. Son combat antireligieux ne pouvait pas ne pas s'en prendre au judaïsme, source du christianisme. Pour Voltaire, la Bible comporte des...
  • ARGENS JEAN-BAPTISTE DE BOYER marquis d' (1704-1771)

    • Écrit par Joël SHAPIRO
    • 424 mots

    Cet écrivain et philosophe, originaire de la Provence (il est né à Aix), déiste et ami de Voltaire, parfait représentant du siècle des Lumières, lutta toute sa vie contre l'obscurantisme. Une anecdote raconte que, lors d'une dangereuse tempête, les passagers du navire se mirent à réciter des...

  • CALAS AFFAIRE (1762)

    • Écrit par Louis TRENARD
    • 437 mots
    • 1 média

    L'erreur judiciaire de l'affaire Calas, commise par le parlement de Toulouse en 1762, s'explique par l'intolérance religieuse persistant au siècle des Lumières. Louis XV considère les protestants avec une relative bienveillance : l'exercice de leur culte est devenu pratiquement...

  • Afficher les 29 références

Voir aussi