FANATISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vogue que connurent au xviiie siècle les termes de « fanatisme » et de « fanatique » n'a pas laissé d'imprégner les esprits d'une réprobation qui, jusqu'à nos jours, s'est attachée à la défense intransigeante et outrancière d'une communauté, d'un parti, d'une idée, d'une opinion. En dépit de son acception péjorative, la notion même de fanatisme est restée fidèle à son sens initial, dépourvu de malveillance. Que désigne en effet le mot « fanatique », dérivé de fanum (temple) ? Un devin inspiré, chargé d'interpréter les augures. Plus particulièrement, un prêtre du culte de Bellone, qu'un délire sacré pousse à se mutiler et à verser son sang. Que Bellone, plus tard confondue avec Cybèle, soit la déesse du sol, de la patrie, de la guerre laisse entendre assez clairement comment le furieux qui pratique l'automutilation se mue en forcené qui mutile les autres. Ce fut pendant longtemps et pour bien des sociétés une vertu. L'évolution des mœurs, plus de douceur et moins de gloire militaire ou militante, ont fait du fanatisme un vice, qui ne dédaigne pas, à l'occasion, de se dissimuler sous les signifiés plus avenants de fidélité à une cause, d'esprit d'entreprise, de forte personnalité ou de martyre d'un juste combat.

Le souvenir du devin inspiré ne s'est pas perdu dans l'usage moderne du concept. Le fanatique s'exprime dans le transport d'une fureur divine. La voix démesurée d'un dieu a fait choix de sa faiblesse et de son humilité pour qu'y retentisse une vérité souveraine. Il s'abaisse et se vide de sa substance humaine afin qu'une transcendance le possède et l'emplisse de sa présence invisible. Pourquoi, se réduisant à rien pour recevoir le tout, ne verrait-il pas d'un œil froid l'anéantissement de ceux qui ne partagent pas son sentiment ? Le fait que s'incarne en lui le mandement du ciel, de l'État, de la patrie, de la cause du peuple l'a élu parmi les serviteurs de l'absolu. Légataire d'une vérité universelle, il n'a de comptes à rendre à personne ni à lui-même ; et, comme une vérité d'un ordre aussi élevé exige un renoncement aux plaisirs d'être humain, elle ne peut qu'en appeler, pour assurer le triomphe de l'esprit, aux rigueurs les plus inhumaines. Peut-être n'y a-t-il rien de plus redoutable que cette pensée qui s'arrache du corps pour le dominer, que cet esprit se séparant de la terre pour la mieux gouverner au nom du ciel.

Du fanatisme des autres à l'« Encyclopédie »

Comme l'aruspice, le fanatique connaît l'avenir. Il prédit le fatum, le destin inexorable, le fatidique. Le destin n'est rien d'autre que la réalisation de la vérité qui s'échappe de sa bouche, comme les révélations d'une pythie. Mais de lui, à la différence de la pythie, la vérité exige que ses mots soient des actes, qu'il brandisse le glaive du verbe, par lequel, en se sacrifiant, il a mérité de sacrifier le monde entier. Ainsi, la grandeur mythique – l'énormité du mensonge, en d'autres termes – se bâtit sur la petitesse du fanatique. De là, le soupçon qu'il n'y ait pas d'empire, de royaume, de république, d'État qui n'érige sa munificente imposture sur un socle de boue et de sang, de guerre, de répression et de révolution « dévorant ses enfants ».

Il s'est conservé, dans l'absolue sujétion à une idée, quelque manière de cette castration dont la pratique est imputée aux sectateurs de Cybèle. Détourner le corps de ses inclinations naturelles pour le soumettre à un régime d'ascétisme et de discipline qui le rendît plus réceptif à la volonté divine ou aux directives du parti, n'est-ce pas lâcher la proie pour l'ombre, refuser la réalité terrestre pour les chimères célestes, préférer au vivant une forme abstraite qui le comprime et le mutile ? N'y a-t-il pas dans l'archaïque distinction du corps et de l'esprit une séparation qui mutile l'un et l'autre ? Le fanatisme, contempteur du corps et adorateur du monde des idées, envenime une blessure si communément ressentie aujourd'hui qu'elle soutient la vogue des médecines psychosomatiques, comme elle cherchait jadis à s'apaiser dans l'enivrement des conflits d'intérêts. Le fanatique est le serviteur d'un monde qu'il identifie à un temple. S'enorgueillissant d'être au bas de la pyramide et de ne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FANATISME  » est également traité dans :

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 101 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « De l'antidarwinisme aux néo-créationnismes contemporains et à leurs conséquences  »  : […] On ne saurait clore une présentation de l'évolutionnisme aujourd'hui sans évoquer certaines dérives et persistantes étrangetés culturelles qui en affectent malheureusement la perception. La théorie scientifique de l'évolution, telle qu'on la conçoit en ce début du xxi e  siècle, est ainsi régulièrement assimilée au darwinisme par l'opinion et ses relais. Cet état de fait est sans doute défavorabl […] Lire la suite

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 592 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « 1576-1588, seconde phase : le divorce »  : […] Le fanatisme religieux existait toutefois des deux côtés : il y avait aussi bien des ultracatholiques que des ultracalvinistes. Ni les uns ni les autres ne pouvaient se satisfaire de la pacification de Gand : à leurs yeux, pas de salut en dehors de leurs religions salvatrices respectives. Après les compromissions de don Juan, successeur de Requesens, catholiques et protestants s'opposaient à nouv […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20 août 2016 Maroc. Discours du roi Mohammed VI contre le fanatisme religieux.

Dans un discours à la nation diffusé sur toutes les chaînes de radio et de télévision, le roi Mohammed VI rappelle avec force son statut de commandeur des croyants, affirmant que « les terroristes qui agissent au nom de l’islam ne sont pas des musulmans ». Ce titre lui est contesté par le « calife » Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l’organisation État islamique. […] Lire la suite

7-21 janvier 2015 France. Attentats terroristes à Paris

» Le 15, François Hollande se rend à l'Institut du monde arabe, à Paris, où il adresse un message aux musulmans, « premières victimes du fanatisme, du fondamentalisme et de l'intolérance », réaffirmant que « l'islam est compatible avec la démocratie » et que « les conflits du Moyen-Orient n'ont pas leur place ici ». Le 16, jour de grande prière pour les musulmans, des manifestations antifrançaises éclatent dans plusieurs pays en réaction aux caricatures publiées dans le dernier numéro de Charlie Hebdo. […] Lire la suite

12-15 septembre 2008 Vatican – France. Visite du pape Benoît XVI en France

Au Collège des Bernardins récemment restauré, s'exprimant devant sept cents représentants du monde de la culture, il développe le thème de la «tension entre le lien et la liberté» vis-à-vis de la Parole divine, «défi face aux deux pôles que sont, d'un côté, l'arbitraire subjectif, de l'autre, le fanatisme fondamentaliste». Le 13, Benoît XVI célèbre une messe sur l'esplanade des Invalides devant quelque deux cent soixante mille personnes, au cours de laquelle il met en garde les jeunes contre «la séduction offerte par de pseudo-sagesses religieuses ou philosophiques». […] Lire la suite

20 décembre 2007 France – Vatican. Visite du président Nicolas Sarkozy au Vatican

» Reconnaissant qu'« il existe une morale humaine indépendante de la morale religieuse », il déclare toutefois que « la morale laïque risque toujours de s'épuiser ou de se changer en fanatisme ». C'est pourquoi « [il] appelle de [ses] vœux l'avènement d'une morale positive [qui] ne considère pas les religions comme un danger, mais comme un atout ». […] Lire la suite

26-27 juillet 2007 France – Afrique. Visite du président Nicolas Sarkozy au Sénégal et au Gabon

Il note que « l'Afrique a sa part de responsabilité dans son propre malheur: la colonisation n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux, des génocides, des dictatures, du fanatisme, de la corruption et de la prévarication ». Selon son analyse, « l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire », et « jamais il ne s'élance vers l'avenir ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « FANATISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fanatisme/