Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GÉOGRAPHIE

Hémisphères terrestres

Hémisphères terrestres

Dans le système solaire, notre planète ne ressemble à aucune autre. Mercure, Vénus et Mars sont, il est vrai, constituées de roches analogues à celles de la Terre ; Vénus et Mars sont entourées d'une atmosphère, mais celle-ci est fort différente de la nôtre, pourvue d'oxygène. La composition de l'atmosphère terrestre explique que les températures, dans les couches inférieures, y soient plus basses et moins contrastées, en tout cas différentes de celles qu'on a pu mesurer sur les autres planètes. Au contact de cette atmosphère particulière avec la croûte continentale ou océanique, ou lithosphère, et l'hydrosphère, dont les influences réciproques déterminent notamment des climats divers, une biosphère d'une extraordinaire variété s'est développée : elle exerce elle-même une influence aussi bien sur l'atmosphère à qui elle restitue l'oxygène que sur l'hydrosphère et la lithosphère, dont les roches sédimentaires résultent pour une grande part de processus biologiques.

Sur une Terre dont les datations absolues font reculer l'âge à environ 4 750 millions d'années, cette biosphère apparaît déjà assez évoluée au début de l'ère primaire et des périodes « zoïques ». La vie animale et végétale se perfectionne à la surface de la Terre qui est, elle-même, sans cesse en métamorphose. Après les grands bouleversements orogéniques du Tertiaire, dont les effets se poursuivent, et au milieu des crises climatiques qui ont modifié les paysages naturels, les formes du relief, la répartition des plantes et des animaux, les premiers hominiens sont apparus à la fin du Pliocène, il y a plus de deux millions d'années, d'après les dernières découvertes africaines. Après de complexes évolutions de la physiologie et des techniques de l'homme, dans diverses parties du Vieux Monde est apparu à la même époque l'Homo sapiens au cours d'une période assez brève qui s'est achevée il y a environ trente mille ans.

Extraordinaire aventure que celle de cette Terre à la surface compliquée, changeante, vivante, occupée par des plantes et des animaux dont l'un, l'homme, bipède capable d'utiliser ses mains, de parler et de transmettre ses souvenirs, de perfectionner sa technique au point de pouvoir agir sur le milieu naturel, le transformer ! Cette aventure, la description et l'explication des aspects actuels mais mouvants de la Terre et de l'homme, dans leurs relations réciproques, l'étude du paysage et de l'organisation de l'espace qui en résultent et changent plus ou moins vite avec le temps, tel est en somme l'objet de la géographie.

Ainsi la géographie est une discipline de caractère quasi universel. La coexistence de l'homme et du monde, de la matière et de la vie a pour conséquence qu'au cœur de la géographie se place le problème des rapports entre l'homme et le milieu, et par suite, comme en philosophie, le problème du déterminisme. L'homme moderne, de plus en plus capable, par ses techniques, de transformer le milieu dans lequel il vit, au point d'en détruire ou d'en menacer les équilibres naturels, compromet-il les relations complexes des causes et des effets qui sont le fondement de notre connaissance scientifique du globe terrestre ? Dès le xviiie siècle, puis au xixe, divers auteurs ont insisté sur l'influence du milieu physique, expliqué par exemple la localisation des villages par l'existence de sources, les bocages de la France de l'Ouest par des causes uniquement bioclimatiques. Ce n'étaient pas toujours des géographes. Mais des géographes, anglo-saxons surtout, ont mis l'accent à leur tour sur l'influence du milieu physique, de l'« environment », et ont prétendu expliquer de la sorte jusqu'aux grandes migrations et aux religions. Cette géographie[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences à l'université de Montpellier-III
  • : directeur de l'Institut de géographie de l'université de Paris
  • : membre de l'Institut
  • : professeur à l'université de Paris-I
  • : maître de conférences H.D.R. en géographie à l'université de Montpellier-III
  • : professeur agrégé des Universités, professeur à l'université de Montpellier-III-Paul-Valéry

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Hémisphères terrestres

Hémisphères terrestres

Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)

Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)

Autres références

  • GÉOGRAPHIE ÉCONOMIQUE

    • Écrit par Isabelle THOMAS
    • 6 632 mots
    • 2 médias

    La géographie économique se situe à l’intersection de deux disciplines (la géographie et l’économie), qui toutes deux ont évolué au gré des courants de pensée, conduisant à nombre de définitions et de sous-disciplines souvent remises en cause.

    Une discipline se définit par le point de...

  • AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

    • Écrit par Marianne MAHN-LOT
    • 4 807 mots
    • 6 médias
    ...récits des voyageurs qui sont allés jusqu'au fond de l'Asie. La figure de l'univers habité se précise avec la découverte et la publication (en 1408) de la Géographiede Ptolémée, le célèbre astronome alexandrin du iie siècle. Comme Aristote, Ptolémée considérait que la Terre était ronde et qu'un même...
  • ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

    • Écrit par Philippe PELLETIER
    • 23 142 mots
    • 4 médias
    Laconception habituelle et normative de l'Asie relève d'un découpage du monde, d'origine occidentale, en six continents. Élaborée au xvie siècle en fonction de critères topographiques mais aussi socioculturels et politiques, elle est légitimée au cours du xixe siècle par une...
  • BAILLY ANTOINE (1944-2021)

    • Écrit par Renato SCARIATI
    • 895 mots
    • 1 média

    Pionnier en Europe de la géographie humaniste et de la science régionale, Antoine Bailly a su mettre en avant le rôle social et politique de la géographie urbaine, économique et culturelle.

    Né à Belfort le 4 juillet 1944, Antoine Bailly fait des études de géographie à l’université de Besançon,...

  • CARTOGRAPHIE

    • Écrit par Guy BONNEROT, Estelle DUCOM, Fernand JOLY
    • 8 489 mots
    • 3 médias

    La cartographie a pour but la conception, la préparation et la réalisation des cartes. Sa vocation est la représentation du monde sous une forme graphique et géométrique. En cela, elle répond à un besoin très ancien de l'humanité qui est de conserver la mémoire des lieux et des voies de communication...

  • Afficher les 57 références

Voir aussi