GÉOGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le système solaire, notre planète ne ressemble à aucune autre. Mercure, Vénus et Mars sont, il est vrai, constituées de roches analogues à celles de la Terre ; Vénus et Mars sont entourées d'une atmosphère, mais celle-ci est fort différente de la nôtre, pourvue d'oxygène. La composition de l'atmosphère terrestre explique que les températures, dans les couches inférieures, y soient plus basses et moins contrastées, en tout cas différentes de celles qu'on a pu mesurer sur les autres planètes. Au contact de cette atmosphère particulière avec la croûte continentale ou océanique, ou lithosphère, et l'hydrosphère, dont les influences réciproques déterminent notamment des climats divers, une biosphère d'une extraordinaire variété s'est développée : elle exerce elle-même une influence aussi bien sur l'atmosphère à qui elle restitue l'oxygène que sur l'hydrosphère et la lithosphère, dont les roches sédimentaires résultent pour une grande part de processus biologiques.

Hémisphères terrestres

Photographie : Hémisphères terrestres

La surface du globe terrestre est recouverte à 71 p. 100 par les mers et les océans. Mais, les deux hémisphères sont très différents. Les terres n'occupent que 19 p. 100 de l'hémisphère Sud, contre 61 p. 100 pour l'hémisphère Nord. C'est dans l'hémisphère Sud que se situe le continent... 

Crédits : Living Earth

Afficher

Sur une Terre dont les datations absolues font reculer l'âge à environ 4 750 millions d'années, cette biosphère apparaît déjà assez évoluée au début de l'ère primaire et des périodes « zoïques ». La vie animale et végétale se perfectionne à la surface de la Terre qui est, elle-même, sans cesse en métamorphose. Après les grands bouleversements orogéniques du Tertiaire, dont les effets se poursuivent, et au milieu des crises climatiques qui ont modifié les paysages naturels, les formes du relief, la répartition des plantes et des animaux, les premiers hominiens sont apparus à la fin du Pliocène, il y a plus de deux millions d'années, d'après les dernières découvertes africaines. Après de complexes évolutions de la physiologie et des techniques de l'homme, dans diverses parties du Vieux Monde est apparu à la même époque l'Homo sapiens au cours d'une période assez brève qui s'est achevée il y a environ trente mille ans.

Extraordinaire aventure que celle de cette Terre à la surface compliquée, changeante, vivante, occupée par des plantes et des animaux dont l'un, l'homme, bipède capable d'utiliser ses mains, de parler et de transmettre ses souvenirs, de perfectionner sa technique au point de pouvoir agir sur le milieu naturel, le transformer ! Cette aventure, la description et l'explication des aspects actuels mais mouvants de la Terre et de l'homme, dans leurs relations réciproques, l'étude du paysage et de l'organisation de l'espace qui en résultent et changent plus ou moins vite avec le temps, tel est en somme l'objet de la géographie.

Ainsi la géographie est une discipline de caractère quasi universel. La coexistence de l'homme et du monde, de la matière et de la vie a pour conséquence qu'au cœur de la géographie se place le problème des rapports entre l'homme et le milieu, et par suite, comme en philosophie, le problème du déterminisme. L'homme moderne, de plus en plus capable, par ses techniques, de transformer le milieu dans lequel il vit, au point d'en détruire ou d'en menacer les équilibres naturels, compromet-il les relations complexes des causes et des effets qui sont le fondement de notre connaissance scientifique du globe terrestre ? Dès le xviiie siècle, puis au xixe, divers auteurs ont insisté sur l'influence du milieu physique, expliqué par exemple la localisation des villages par l'existence de sources, les bocages de la France de l'Ouest par des causes uniquement bioclimatiques. Ce n'étaient pas toujours des géographes. Mais des géographes, anglo-saxons surtout, ont mis l'accent à leur tour sur l'influence du milieu physique, de l'« environment », et ont prétendu expliquer de la sorte jusqu'aux grandes migrations et aux religions. Cette géographie simpliste, et par suite accessible, a été largement pratiquée, au point de provoquer des réactions également exagérées. Car il n'est pas contestable que les climats polaires ou tropicaux, humides ou arides, les montagnes caractérisées par leurs étagements bioclimatiques et leur cloisonnement ou les vastes plaines, les forêts et les savanes, steppes ou prairies, les rivières et les mers exercent une influence sur l'homme et sur son action. Elle peut être déterminante quand l'être humain est démuni de moyens techniques. Mais elle ne l'est pas de la même façon lorsque les conditions du milieu naturel sont, dans l'ensemble, les mêmes : les sociétés humaines ont subi différemment des milieux comparables. Par suite, elles ont tenté, chacune à sa manière, de s'y adapter, puis de les modifier, les dominer. Divers auteurs ont ainsi substitué à un déterminisme élémentaire la conception du « possibilisme ». Mais celle-ci est elle-même source de confusions. L'homme choisirait parmi les potentialités du milieu. Mais on peut utiliser ce choix soit en faveur d'un déterminisme, néanmoins supposé, soit en faveur de la liberté du choix. La causalité dans l'explication du milieu physique est déjà très complexe, car les causes sont si nombreuses, leur rôle relatif est si variable, que les résultats ne répondent pas à une logique simple. L'homme a, en outre, la possibilité du choix et celle de l'action sur les causes, donc d'une action sur son propre choix.

Certes, les déterminations naturelles ne sont jamais négligeables, même dans les régions les plus humanisées, dans des campagnes où ne subsiste plus un mètre carré de la végétation originelle, voire dans les villes, car l'homme n'a pu modifier les conséquences de la latitude, des climats, en somme de la zonalité, ni celles des données morphostructurales. Du moins les déterminations économico-sociales, culturelles, historiques, politiques deviennent-elles de plus en plus prépondérantes. On est de toute façon fort loin d'un déterminisme mécaniste. Mais, pour complexes que soient les causes en géographie physique et plus encore en géographie humaine ou régionale, pour difficile qu'il soit de les isoler et d'en préciser la hiérarchie et les relations, il est sûr qu'il n'y a pas de géographie, pas plus que d'autre science, sans adoption d'un certain déterminisme qui, seul, permet de comprendre des relations de cause à effet, d'établir des lois, d'interpréter et, par suite, de prévoir... avec une prudence et une critique permanentes qu'impose la complexité même de la dialectique en géographie.

Discipline de synthèse, la géographie [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 31 pages

Médias de l’article

Hémisphères terrestres

Hémisphères terrestres
Crédits : Living Earth

photographie

Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)

Hérodote - Halicarnasse (Asie Mineure)
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GÉOGRAPHIE  » est également traité dans :

GÉOGRAPHIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Isabelle THOMAS
  •  • 6 605 mots
  •  • 2 médias

La géographie économique se situe à l’intersection de deux disciplines (la géographie et l’économie), qui toutes deux ont évolué au gré des courants de pensée, conduisant à nombre de définitions et de sous-disciplines souvent remises en cause. Une discipline se définit par le point de vue selon lequel elle analyse les objets ; les points de vue se complèt […] Lire la suite

FOUCHER MICHEL (1946- )

  • Écrit par 
  • Gilles LEPESANT
  •  • 1 119 mots
  •  • 1 média

Géographe et diplomate, Michel Foucher (né le 6 août 1946) est un spécialiste de la géopolitique, et notamment de la notion de frontière . Il a explicité dans une soixantaine de publications les enjeux géopolitiques mondiaux, mettant en œuvre une méthode qui articule les échelles d’analyse et les différentes temporalités. Ses premiers séjours et travaux de recherche furent consacrés à l’Amérique […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Découverte

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 4 816 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Géographie mythique et géographie savante »  : […] Au xiv e  siècle, on commence à établir des cartes du monde qui tiennent compte à la fois des connaissances héritées de l'Antiquité et des récits des voyageurs qui sont allés jusqu'au fond de l'Asie. La figure de l'univers habité se précise avec la découverte et la publication (en 1408) de la Géographie de Ptolémée, le célèbre astronome alexandrin du ii e  siècle. Comme Aristote, Ptolémée considér […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un découpage occidental du monde »  : […] La conception habituelle et normative de l'Asie relève d'un découpage du monde, d'origine occidentale, en six continents. Élaborée au xvi e  siècle en fonction de critères topographiques mais aussi socioculturels et politiques, elle est légitimée au cours du xix e  siècle par une approche scientifique qui recourt à la géologie, les continents étant considérés comme d'énormes masses terrestres di […] Lire la suite

CARTOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Guy BONNEROT, 
  • Estelle DUCOM, 
  • Fernand JOLY
  •  • 8 490 mots
  •  • 3 médias

La cartographie a pour but la conception, la préparation et la réalisation des cartes. Sa vocation est la représentation du monde sous une forme graphique et géométrique. En cela, elle répond à un besoin très ancien de l'humanité qui est de conserver la mémoire des lieux et des voies de communication ainsi que de leurs caractères utiles ou hostiles à l'activité des hommes. D'abord stricte descrip […] Lire la suite

CORINE LAND COVER

  • Écrit par 
  • Mireille DOSSO
  •  • 290 mots

L'expression Corine Land Cover désigne une base de données géographiques sur l' occupation des sols qui est élaborée dans le cadre du programme européen de coordination de l'information sur l'environnement ( Corine ). Cette information de référence pour trente-huit États européens permet le suivi de l'occupation des terres. L'Agence européenne pour l'environnement pilote ce programme, en assure l […] Lire la suite

CORONELLI VINCENZO MARIA (1650-1718)

  • Écrit par 
  • André LOUCHET
  •  • 712 mots
  •  • 1 média

Né à Venise en 1650, Vincenzo Maria Coronelli fait ses études à Ravenne et entre chez les franciscains de Venise dès 1665. Docteur en théologie en 1673, il mènera sa vie durant une carrière de savant, de géographe et d’encyclopédiste. À la fin des années 1670, Coronelli travaille comme géographe pour le duc de Parme, Ranuce Farnèse, qui le considère comme « le plus grand fabricant de globes de to […] Lire la suite

COSMAS INDICOPLEUSTÈS CONSTANTIN D'ANTIOCHE dit (1re moitié VIe s.)

  • Écrit par 
  • Wanda WOLSKA-CONUS
  •  • 931 mots

De son vrai nom Constantin d'Antioche, Cosmas Indicopleustès, Grec de Syrie établi à Alexandrie, signe simplement « Chrétien ». Adepte de Théodore de Mopsueste et disciple de Mar Aba, katholikos de l'Église nestorienne de Perse, Cosmas dissimule ainsi une identité qui aurait pu faire douter de son orthodoxie dans la mesure où il écrivait dans une Alexandrie monophysite, à la veille du II e conci […] Lire la suite

COSMOS (A. von Humboldt)

  • Écrit par 
  • Juliette GRANGE
  •  • 302 mots

Décrire la totalité des phénomènes célestes et terrestres rapportés à la planète, en employant une langue élégante : telle est l'ambition de Cosmos. Esquisse d'une description physique du monde ( Kosmos Entwurf einer physischen Weltbeschreibung ), œuvre à la fois scientifique, littéraire et philosophique, dont les deux premiers – et principaux – des cinq volumes sont publiés en 1845. Son auteur, l […] Lire la suite

DÉTERMINISME, géographie

  • Écrit par 
  • Vincent BERDOULAY, 
  • Olivier SOUBEYRAN
  •  • 1 556 mots

Le déterminisme, en géographie, renvoie communément au point de vue qui accorde une place prépondérante au milieu naturel dans l'analyse et l'explication des sociétés. On l'invoque toutefois plus souvent pour le critiquer chez l'adversaire que pour en faire ouvertement le fondement de son approche. La portée de ce paradoxe est amplifiée par l'ambiguïté des géographes dans leur propre pratique, co […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-11 novembre 2013 Philippines. Passage meurtrier du typhon Haiyan

géographie de l'archipel et la faiblesse des moyens de communication opérationnels retardent l'arrivée des secours. Ce typhon est répertorié comme le plus puissant au monde dans l'histoire récente. Le 11, le délégué philippin à la conférence de l'O.N.U. sur les changements climatiques qui s'ouvre à Varsovie entame une grève de la faim pour dénoncer […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique CROZAT, Jean DRESCH, Pierre GEORGE, Philippe PINCHEMEL, Céline ROZENBLAT, Jean-Paul VOLLE, « GÉOGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/geographie/