VOLTAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'extériorité philosophique et de ses limites

Si l'on refuse une archéologie obligeant à prendre en compte, entre autres, L'Espion turc de Marana (1684), ou les Dialogues avec un bon sauvage (1704) de La Hontan, l'esprit philosophique moderne qui naît littérairement avec Les Lettres persanes (1721) est d'abord la constitution d'une mise à distance critique par le biais de ces voyageurs, venus d'ailleurs, dont le regard naïf perçoit, au-delà de nos habitudes, l'aberration de nos comportements, l'absurdité de nos croyances et la nocivité de nos institutions. Grâce aux Lumières, les Cannibales de Montaigne ont connu une abondante postérité avec les Persans de Montesquieu, les Chinois et les Juifs du marquis d'Argens, les Tahitiens de Diderot, les Péruviens de madame Graffigny. Voltaire y a très largement contribué avec son Prussien Candide, ses habitants de l'Eldorado, son ingénu canadien, ses Cacambo, Zadig, Micromégas, et autres juges de notre monde.

Cette construction littéraire présente la particularité, avec Voltaire, d'illustrer le statut d'extériorité qui fut le sien. Cet écrivain, qui symbolise si bien l'esprit français, une certaine forme de mondanité parisienne, a vécu loin de Paris et hors de France l'essentiel de sa vie active. Jeune, il séjourne en Hollande ; il passe deux ans en Angleterre ; de 1734 à 1744, il vit à Cirey en Lorraine dans le château de Madame du Châtelet. De 1744 à 1749, il brille à Paris, où, protégé par le comte d'Argenson, son condisciple devenu ministre de la guerre, et par Madame de Pompadour, il est nommé historiographe du roi. Il est alors élu à l'Académie française. Mais ces succès ne durent guère. En 1747, il est éloigné de la cour. Après un séjour chez la duchesse du Maine, il accepte en 1750 l'invitation de Frédéric II de Prusse et part pour Berlin, qu'il doit quitter précipitamment en mars 1753. Il s'installe en 1755 aux « Délices » à Genève, et entre en conflit avec le Grand Conseil qui lui re [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Voltaire

Voltaire
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Candide ou l'optimisme, de Voltaire

Candide ou l'optimisme, de Voltaire
Crédits : De Agostini Picture Library/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Tours, Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  VOLTAIRE FRANÇOIS MARIE AROUET dit (1694-1778)  » est également traité dans :

VOLTAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 387 mots

22 novembre 1694 Baptême de François Marie Arouet en l'église Saint-André-des-Arts à Paris.1704-1711 Études chez les jésuites du collège Louis-le-Grand, à Clermont.1715 Fréquente les salons littéraires, les milieux du théâtre, et la société libertine du palais du Temple. […] Lire la suite

CANDIDE, OU L'OPTIMISME, Voltaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 097 mots
  •  • 2 médias

Candide, ou l'Optimisme a été publié en 1759 puis, dans une édition augmentée, en 1761. Ce conte, qui est devenu le titre le plus célèbre de Voltaire (1694-1778) et un des chefs-d'œuvre de la littérature française, a sans doute été d'abord le passe-temps d'un écrivain soucieux de léguer à la postérité des œuvres plus respectueuses du canon […] Lire la suite

LETTRES PHILOSOPHIQUES, Voltaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 078 mots
  •  • 1 média

Les Lettres philosophiques furent publiées par Voltaire (1694-1778), sous différentes formes, en 1733 et 1734. Aux versions de 1733 qui contiennent vingt-quatre lettres en langue anglaise (Letters Concerning the English Nation) ou française (Lettres écrites de Londres sur les Anglais et autres sujets) […] Lire la suite

L'INGÉNU (Voltaire) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 150 mots

L'Ingénu est, après Zadig (1747), Micromégas (1752) et Candide (1759), le dernier des grands contes philosophiques de Voltaire (1694-1778). Écrit en 1767 à Ferney en Suisse, où le philosophe réside depuis 1760, le livre, composé de vingt chapitres, est publié anonymement la même a […] Lire la suite

TRAITÉ SUR LA TOLÉRANCE, Voltaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 956 mots
  •  • 1 média

La lutte contre le fanatisme – qu'il appelle aussi enthousiasme – a été une constante du combat mené par Voltaire (1694-1778), au point d'irriter parfois ses amis philosophes et d'attiser plus encore la haine de ses adversaires.Le Traité sur la Tolérance, qui parut en 1763, est lié à l'affaire C […] Lire la suite

ZADIG, OU LA DESTINÉE, Voltaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

En juillet 1747, Voltaire (1694-1778) fait paraître anonymement Memnon, histoire orientale, imprimé à Amsterdam. Remanié, lu à plusieurs reprises en privé, le récit est finalement publié l'année suivante à Paris, toujours sans nom d'auteur, sous le titre de Zadig, ou la Destinée. E […] Lire la suite

ANQUETIL-DUPERRON ABRAHAM HYACINTHE (1731-1805)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 863 mots

Orientaliste français qui révéla à l'Europe les livres sacrés du zoroastrisme et de l'hindouisme. La curiosité des Européens pour les civilisations anciennes d'Orient (Perse, Inde...) date des premières découvertes de Marco Polo et de Vasco de Gama ; accrue au cours des siècles, elle entraîna Anquetil-Duperron à partir pour l'Inde (où la France tentait de prendre pied, pour d'autres raisons). Prem […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Lumières et l'antijudaïsme »  : […] Les philosophes des Lumières ont eu en général peu de contacts suivis avec des juifs, ce qui les a laissés en partie réceptifs aux préjugés hostiles traditionnels qui se maintiennent encore au xviii e  siècle. Il faut replacer leurs propos dans le cadre de leur conception de la rationalité comme force libératrice, qui leur commandait de soustraire l'individu au joug oppressant de la religion, quel […] Lire la suite

ARGENS JEAN-BAPTISTE DE BOYER marquis d' (1704-1771)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 426 mots

Cet écrivain et philosophe, originaire de la Provence (il est né à Aix), déiste et ami de Voltaire, parfait représentant du siècle des Lumières, lutta toute sa vie contre l'obscurantisme. Une anecdote raconte que, lors d'une dangereuse tempête, les passagers du navire se mirent à réciter des prières tandis que le marquis d'Argens poursuivit calmement sa lecture des Pensées diverses de Pierre Bayl […] Lire la suite

CALAS AFFAIRE (1762)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 436 mots
  •  • 1 média

L'erreur judiciaire de l'affaire Calas, commise par le parlement de Toulouse en 1762, s'explique par l'intolérance religieuse persistant au siècle des Lumières. Louis XV considère les protestants avec une relative bienveillance : l'exercice de leur culte est devenu pratiquement libre, mais Choiseul applique encore, de temps à autre, les dispositions de l'édit de 1724 toujours en vigueur. Calas, né […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Attentats terroristes à Paris et Saint-Denis. 13-27 novembre 2015

et La Belle Équipe –, tuant une quarantaine de personnes. Puis un des assaillants actionne sa ceinture d’explosifs dans un bar du boulevard Voltaire, le Comptoir Voltaire. Il s’agit d’un Français résidant et fiché en Belgique, Brahim Abdeslam. Vers 21 h 40, un troisième groupe de trois hommes arrivés […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean Marie GOULEMOT, « VOLTAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/voltaire/