ASHKÉNAZE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Substantif et adjectif, l'appellation « ashkénaze » (ashkenaz, pluriel ashkenazim) est appliquée aux juifs de l'Europe occidentale, centrale et orientale qui sont d'origine et de langue germaniques par opposition à ceux qui sont originaires d'Espagne et sont dits séfarades (sefardim). Dans la Bible, Ashkenaz est cité parmi les arrière-petits-fils de Noé (Genèse, x, 3 ; I Chroniques, i, 6) ; il désigne encore un royaume voisin de l'Arménie (Jérémie, li, 27). La littérature hébraïque médiévale applique le terme « ashkénaze » à l'Allemagne : d'une part, aux juifs des bords du Rhin, d'autre part, à leurs descendants. On admet généralement que le judaïsme ashkénaze se constitua comme tel vers le xie siècle : il comprenait alors les communautés de la France du Nord et de la Rhénanie. À partir du xve siècle, les persécutions des juifs à travers l'Allemagne déterminèrent une migration vers l'est : Bohême, Moravie, Pologne, Lituanie. La patrie du judaïsme ashkénaze devint par excellence la Pologne au xvie et au xviie siècle : sous la protection royale, les communautés jouirent d'une large autonomie et d'une représentation dite Wa‘ad arba araṣōt (Conseil des Quatre Pays). Les massacres perpétrés en 1648 par les Cosaques révoltés contre la noblesse polonaise entraînèrent un reflux vers l'ouest : au xviie et au xviiie siècle, des groupements ashkénazes s'établirent aux Pays-Bas, en Angleterre et dans le Nouveau Monde. Au xixe siècle, le statut d'infériorité imposé par la Russie tsariste aux juifs de Pologne, d'une part, l'émancipation en Occident, d'autre part, accrurent l'émigration vers les pays d'Europe occidentale (Allemagne, France, Angleterre) et vers les États-Unis.

À la fin du xixe siècle, un mouvement de moindre importance numérique contribua, sous l'influence du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études émérite à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  ASHKÉNAZE  » est également traité dans :

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « Le temps des pionniers »  : […] Réalisé par Helmar Lerski, photographe et chef-opérateur issu de l'expressionnisme allemand, Awodah ( Labeur , 1935) est une épopée historique, l'œuvre la plus marquante du cinéma de propagande pré-israélien. Entre documentaire et fiction, le film, tourné en partie à Tel-Aviv, décrit le quotidien d'un pionnier quittant la diaspora pour rejoindre une c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_12373

MUSÉE D'ART ET D'HISTOIRE DU JUDAÏSME, Paris

  • Écrit par 
  • Blanche GRINBAUM-SALGAS
  •  • 1 112 mots

Le musée d'Art et d'Histoire du judaïsme (MAHJ) a été inauguré le 30 novembre 1998 à Paris, qui se trouve ainsi comme de nombreuses villes (Amsterdam, Berlin, Francfort, Londres, New York, Prague, Tolède, Vienne...) doté d'un musée du judaïsme. Ce nouveau « musée de civilisation » est installé au cœur du Marais, dans l'hôtel de Saint-Aignan. Le musée, qui bénéficie de 1 300 mètres carrés d'exposit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee-d-art-et-d-histoire-du-judaisme-paris/#i_12373

SÉFARADE

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 1 510 mots
  •  • 1 média

Substantif et adjectif, l'appellation « séfarade » est appliquée aux Juifs dont les ancêtres vécurent dans l'Espagne médiévale, et plus généralement les membres des communautés juives non ashkénazes. Dans le livre du prophète Abdias (verset 20), le terme « Sefarad » est une localité où demeurent des exilés de Jérusalem. Bien que, pour les savants modernes, ce verset biblique s'appliquât à Sardes e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefarade/#i_12373

SEFER ḤASSIDIM

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 446 mots

C'est l'œuvre la plus importante qui ait été produite dans le domaine de l'éthique individuelle et sociale par le judaïsme médiéval allemand. Il reflète les conceptions du mouvement des hassidim rhénans au xii e et au xiii e  siècle. On connaît deux versions de l'ouvrage : l'une imprimée à Bologn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sefer-hassidim/#i_12373

GERSHOM DE METZ (960 env.-1028)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 427 mots

Un des maîtres majeurs du judaïsme allemand médiéval. Né probablement à Metz mais ayant vécu surtout à Mayence, Rabbénu Gershom ben Juda fut le disciple de Juda ben Meir ha Cohen Léontin. Il eut pour élèves Eliézer le Grand, Jacob ben Yaqar et Isaac ben Juda. Selon une tradition, son fils aurait été converti au christianisme sous la contrainte lors de l'expulsion des Juifs de Mayence par Henri II […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gershom-de-metz/#i_12373

GOLEM

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 633 mots

Être, le plus souvent de forme humaine, le golem est créé par un acte de magie grâce à la connaissance des dénominations sacrées. Dans le judaïsme, l'apparition du terme golem remonte au Livre des Psaumes et à l'interprétation qu'en donne le Talmud ; il s'agit, dans ce contexte, tantôt d'un être inachevé ou dépourvu de forme définie, tantôt de l'état de la matière brute. Ain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/golem/#i_12373

HASSIDISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 459 mots

Courant mystique à tendance ascétique, mouvement social et religieux qui se développa principalement entre 1150 et 1250 dans le judaïsme allemand à partir des villes de Ratisbonne dans le Sud, de Spire, Worms et Mayence en Rhénanie. « Hassidisme » dérive du mot talmudique qui désigne le dévot ( ḥasid ) et qui, dès l'origine, se réfère à la pratique assidue des vertus religieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassidisme-medieval/#i_12373

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  L'émancipation (1650-1880) »  : […] Entre la fin de la guerre de Trente Ans (1648) et l'apparition d'une idéologie et d'un parti antisémites en Allemagne (1879), le judaïsme tend à perdre sa spécificité nationale pour se transformer en un corps purement ecclésiastique. Par suite de l'évolution des idées et des mutations politiques et économiques de l'Occident, les Juifs accèdent graduellement à l'égalité des droits. Les forces vive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-du-peuple-juif/#i_12373

YIDDISH

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yitzhok NIBORSKI
  •  • 13 954 mots
  •  • 1 média

Le yiddish est la principale langue utilisée au cours du dernier millénaire par les Juifs ashkénazes, c'est-à-dire les groupes juifs établis en Allemagne et en France depuis le temps de Charlemagne, en Bohême, en Pologne, en Lituanie, en Ukraine, et dans d'autres contrées de l'Europe orientale à partir du xiii e  siècle, ou en Hollande et en Itali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yiddish/#i_12373

DIASPORA

  • Écrit par 
  • Spyros ASDRACHAS, 
  • Vicken CHETERIAN, 
  • Kamel DORAÏ, 
  • Thibaut JAULIN, 
  • Claudine LOMBARD-SALMON, 
  • Raoul VANEIGEM, 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  • , Universalis
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diaspora juive »  : […] À la différence du mot hébreu galout (« exil »), qui se rattache à la nostalgie des origines, à la théologie du retour, aux thèses sionistes, le terme grec diaspora renvoie objectivement au phénomène historique de la dispersion des juifs à travers le monde. On s'accorde le plus souvent à distinguer deux phases dans cette diaspora : la première répond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diaspora/#i_12373

MAHZOR

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 394 mots

Mot hébreu qui signifie « cercle » et qui désigne les livres liturgiques contenant les prières et les pièces liturgiques des fêtes fixes et mobiles de l'année. Il se distingue du Siddur , qui contient exclusivement les prières quotidiennes. Peu après l'établissement des livres liturgiques fixes, l'usage a été adopté de pourvoir les synagogues d'un Mahzor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahzor/#i_12373

Pour citer l’article

Gérard NAHON, « ASHKÉNAZE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ashkenaze/