TURQUIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le temps des coups d'État

Depuis le passage à un système pluraliste, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la vie politique turque connaît une évolution rythmée par des cycles décennaux. Les principales dates en sont : 1950, avec les premières élections libres et l'alternance démocratique ; 1960, avec le coup d'État militaire ; 1971, avec la pression exercée par l'armée, obligeant le gouvernement à démissionner ; enfin, 1980, avec le coup d'État perpétré par les forces armées.

En dépit de ces convulsions périodiques, la Turquie est l'un des très rares pays en voie de développement où une démocratie pluraliste a pu subsister. L'État moderne et le régime républicain, créés par Atatürk en 1923, au lendemain de la victoire des nationalistes turcs contre la Grèce et les alliés qui la soutenaient, se sont révélés suffisamment solides pour survivre aux différentes crises que le pays a connues depuis soixante ans. Cet État a été créé sous la responsabilité des élites bureaucratiques militaires et civiles. Atatürk et ses amis, qui dirigèrent le Mouvement de libération nationale, appartenaient à cette élite étatique réformiste, dont les premières générations se trouvèrent à l'origine du mouvement de modernisation au sein de l'Empire ottoman, dès les débuts du xixe siècle. Héritier de plusieurs générations de réformateurs ottomans, mais aussi puisant son inspiration dans le positivisme et le scientisme européens, Mustafa Kemal porta plus loin le mouvement de modernisation, en tournant le dos à la vaine chimère d'une résurgence du vieil Empire. Il opta pour la création d'un État moderne, dont la légitimité nationale et territoriale remplaça la légitimité ottomane fondée sur l'universalisme de l'Islam et dont le fondement sociologique était une alliance, scellée pendant la guerre d'indépendance nationale (1919-1922), entre les élites étatiques et les élites socio-économiques, telles que les commerçants des villes, les notables de province et les propriétaires terriens.

Dès lors, bâtie sur cette alliance et dirigée par les élites bureaucratiques, la République kémaliste allait s'employer à moderniser l'organisation sociale et culturelle du pays et à développer une économie nationale dont l'objectif était d'assurer l'industrialisation, ainsi que l'émergence d'une bourgeoisie nationale, à travers une accumulation capitaliste réalisée avec l'aide et la protection de l'État. Au libéralisme économique des années 1923-1929 devait succéder, dans les années 1930, des politiques économiques étatistes, permettant à la Turquie de connaître pendant cette décennie une industrialisation très rapide (le troisième taux de croissance économique mondial, derrière l'Union soviétique et le Japon) et à la bourgeoisie des affaires de procéder à une accumulation primitive sous l'aile protectrice de l'État.

Le renforcement de la classe capitaliste turque la conduit, dans les années qui suivirent la Seconde Guerre mondiale, à contester la tutelle de la bureaucratie et à chercher à transformer sa puissance économique en pouvoir politique. Sous la pression conjuguée de la bourgeoisie sur le plan domestique et des États-Unis à l'extérieur, qui veulent ouvrir le marché turc à leurs produits d'exportation, en y imposant le libéralisme économique, le régime de parti unique laisse la place au multipartisme, en 1946. Les élections législatives de 1950, les premières qui soient réellement libres, sont gagnées par le Parti démocrate, représentant la bourgeoisie d'affaires et les propriétaires terriens, au détriment du Parti républicain du peuple, créé par Atatürk et resté au pouvoir sans interruption de 1923 à 1950. De nombreux changements interviennent dans les années 1950, dont certains semblent mettre en cause les acquis du kémalisme. L'Islam réapparaît dans la vie politique, le rôle des élites bureaucratiques kémalistes diminue et elles sont obligées de partager le monopole de la légitimité républicaine avec d'autres groupes sociaux.

Le coup d'État militaire de 1960

Ces développements, s'ajoutant aux agissements antidémocratiques du gouvernement du Parti démocrate, incitent un groupe d'officiers à prendre le pouvoir le 27 mai 1960. S'appuyant sur la bourgeoisie des affaires et l'intelligentsia, les militaires préparent une Constitution démocratique et rendent le pouvoir aux civils à l'automne de 1961. Les causes de ce coup d'État furent complexes. L'armée intervint contre un pouvoir civil qui trahissait le kémalisme [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 54 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Turquie : carte physique

Turquie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Turquie : drapeau

Turquie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Amasya

Amasya
Crédits : Huseyin Atilla/ Moment/ Getty Images

photographie

La Cappadoce

La Cappadoce
Crédits : Thierry Cazabon/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 22 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TURQUIE  » est également traité dans :

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 41 638 mots
  •  • 16 médias

Vu de l'espace, le territoire de la Turquie est un grand quadrilatère (779 452 kilomètres carrés), comprenant l'Anatolie et la Thrace orientale, bordé au nord par la mer Noire, au sud par la Méditerranée et à l'ouest par la mer Égée s'al […] Lire la suite

TURQUIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ADANA

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 234 mots
  •  • 1 média

Ville principale de la plaine de Cilicie (Turquie), Adana, chef-lieu du département homonyme, commande le passage du Seyhan, grand fleuve descendant du Taurus, au contact de la basse plaine alluviale et des collines de piémont. Cette situation fut mise en valeur par une agglomération urbaine dès l'époque hittite (~ II e  millénaire). Dans l'Antiquité et au Moyen Âge, Adana était dominée, en prospé […] Lire la suite

ANATOLIE

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 361 mots

Signifiant en grec « l'Est, l'Orient », le mot Anatolie est utilisé depuis le x e  siècle, comme synonyme d'Asie Mineure, après avoir désigné une province byzantine. Actuellement, pour les Turcs, Anadolu s'applique à toute la partie asiatique du pays, après avoir été rapporté par eux, aux temps ottomans, à la partie occidentale, puis centrale, de la péninsule. Dans la littérature scientifique eur […] Lire la suite

ANKARA

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 820 mots
  •  • 1 média

L'agglomération d'Ankara comptait à la fin de 2007 plus de 3,5 millions d'habitants, soit cent fois plus qu'au début des années 1920, quand elle est devenue la capitale politique (par une décision du 13 octobre 1923) de la Turquie . La situation géographique d'Ankara, moins excentrée qu'Istanbul sur le territoire national, la présence d'une voie ferrée depuis 1892 ainsi que le rôle moteur joué pa […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le génocide »  : […] Laissant une forte autonomie à ses minorités, l'Empire ottoman se raidit de plus en plus au fur et à mesure de son déclin politique et économique. Désormais, les réformes appliquées aux minorités chrétiennes seront le fruit de la pression des grandes puissances. Cet état de fait étant vécu comme une humiliation par les musulmans de l'Empire, les minorités vont être en butte à nombre d'exactions, […] Lire la suite

ARMÉNIENS GÉNOCIDE DES

  • Écrit par 
  • Raymond KÉVORKIAN
  •  • 4 927 mots

Parmi les innombrables violences observées durant la Première Guerre mondiale, l'extermination des Arméniens constitue l'épisode le plus sanglant touchant des populations civiles : près d'un million cinq cent mille personnes perdent la vie en 1915-1916, dans des conditions effroyables, victimes du régime jeune-turc. Le contexte de guerre – la Turquie est entrée dans le conflit aux côtés de l'Alle […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Anatolie »  : […] L'Anatolie s'étend d'ouest en est, entre la mer Noire d'une part, la Méditerranée et une ligne continue de chevauchements du Taurus oriental méridional sur la plate-forme syrienne d'autre part ; sa largeur atteint 650 kilomètres (cf. carte de l'Asie antérieure). L'Anatolie a été plissée et cisaillée (failles nord- et est-anatoliennes) vers le milieu du Cénozoïque. Cependant des Déformations multip […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les pluies »  : […] Ces conditions barométriques générales, renforcées par la disposition générale du relief, commandent la répartition des précipitations, essentiellement caractérisée par le contraste entre les franges montagneuses abondamment arrosées et les plateaux intérieurs plus ou moins arides. En Anatolie, les deux bordures montagneuses taurique et pontique sont également très humides (plus de 2 m de précip […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'enjeu de l'eau et des hydrocarbures »  : […] Au-delà des clivages ethniques ou religieux, l'appropriation des ressources constitue encore un enjeu socio-spatial et écologique considérable. La question de l'eau – eau potable, irrigation, prévention des inondations – occupe une place centrale dans le quotidien des populations asiatiques comme dans les politiques des États, tant au sein des espaces désertiques, arides et semi-arides du Moyen-O […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Urbanisation et développement »  : […] Avec plus de 73 millions d'habitants chacun, la Turquie et l'Iran regroupent à eux seuls plus de la moitié de la population de toute la région et confirment ainsi leur place économique et politique dominante. Troisième pays de la région par sa population, l'Afghanistan (28,4 millions d'habitants en 2009) est aussi le plus pauvre de la région, avec les taux de natalité et de mortalité les plus éle […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 août 2022 Turquie – Israël. Rétablissement des relations diplomatiques.

La Turquie abrite sur son sol les dirigeants du mouvement islamiste palestinien Hamas, qui avaient dû quitter Damas en 2012 à la suite de l’éclatement de la guerre civile en Syrie. […] Lire la suite

29 juin - 13 juillet 2022 France. Verdict du procès des attentats du 13-Novembre.

Le logisticien belge Mohamed Abrini est condamné à la réclusion à perpétuité assortie d’une période de sûreté de vingt-deux ans pour « complicité » dans les attaques meurtrières ; le Tunisien Sofien Ayari, les Belges Mohamed Bakkali et Ahmed Dahmani (détenu en Turquie) ainsi que le Suédois Osama Krayem à des peines de trente ans de prison assorties de périodes de sûreté des deux tiers pour avoir aidé à la préparation des actes terroristes ; les huit autres accusés, jugés pour diverses actions liées aux attentats ou à la fuite de Salah Abdeslam, à des peines de quatre à dix-huit ans de prison, assorties pour certains de sursis ou de période de sûreté. […] Lire la suite

28-30 juin 2022 O.T.A.N. – Suède – Finlande. Validation de la demande d'adhésion de la Suède et de la Finlande.

La Suède et la Finlande lèvent également leur embargo sur la livraison de certaines armes à la Turquie, qu’elles observaient depuis l’incursion de l’armée turque dans le nord de la Syrie en octobre 2019. L’adhésion des deux pays à l’OTAN doit être ratifiée par les Parlements des trente pays membres. Le nouveau « concept stratégique » de l’OTAN présenté à cette occasion qualifie la Russie de « menace directe » et la Chine de « défi ». […] Lire la suite

18 mai 2022 O.T.A.N. – Suède – Finlande. Dépôt des candidatures de la Suède et la Finlande à l'OTAN.

La Turquie souhaite également que soit levée l’interdiction de lui vendre certaines armes, décidée à la suite de l’intervention de l’armée turque contre les forces kurdes en Syrie, en octobre 2019.  […] Lire la suite

13 mars - 29 avril 2022 Turquie – Arabie Saoudite. Demande d'arrêt de la procédure judiciaire turque dans l'affaire Khashoggi.

Le 13 mars, la justice saoudienne demande aux autorités judiciaires turques l’abandon des poursuites et des mandats d’arrêt qui visent vingt-six accusés saoudiens jugés par contumace dans l’affaire de l’assassinat de l’opposant saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul en octobre 2018. Le royaume a refusé de les extrader. En décembre 2019, cinq autres membres du commando accusés d’avoir assassiné Jamal Khashoggi ont été condamnés en Arabie Saoudite à la peine capitale, commuée en septembre 2020 en peine de vingt ans de prison. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BOZDÉMIR, Ali KAZANCIGIL, Robert MANTRAN, Élise MASSICARD, Jean-François PÉROUSE, « TURQUIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/