SCÉNOGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théâtre d'art, théâtre public : la multiplication des formes

En France, dès la fin du xixe siècle, le metteur en scène Aurélien Lugné-Poe (1869-1940) marque une rupture avec la scène conventionnelle. Au théâtre de l'Œuvre, à Paris, il développe une recherche expérimentale sur le symbolisme scénique, qui trouve sa résonance dans des décors peints, synthétisés et suggestifs, peu éclairés, en mesure d'instaurer un climat en accord avec la représentation d'une œuvre. En 1898, il investit le cirque d'Été, pour revisiter et transposer la scène élisabéthaine et établir une proximité renouvelée entre acteurs et spectateurs, à l'occasion de sa mise en scène de Mesure pour mesure de Shakespeare.

La tradition du Vieux-Colombier

Mais le bouleversement le plus marquant de l'espace scénique en France, au début du xxe siècle, coïncide avec la fondation à Paris du théâtre du Vieux-Colombier par Jacques Copeau (1879-1949) en 1913. Pour rendre au théâtre sa grandeur, en le dépouillant de ses artifices, celui-ci s'efforce de retrouver la simplicité du tréteau nu, point de départ d'une réflexion alimentée par ses rencontres avec Craig et Appia. Étape par étape et en s'inspirant de la scène élisabéthaine, il inspire à Louis Jouvet la création, en 1920, d'un dispositif scénique architecturé devenu mythique. En bois, celui-ci occupe la totalité du fond de scène et se compose d'une arche centrale surmontée d'une passerelle. De chaque côté de l'arche, deux ouvertures donnent accès aux escaliers conduisant à la passerelle. À l'avant, différents plans (dont l'installation d'un tréteau modulaire amovible), la liaison du proscenium par trois marches, avec ses deux trappes latérales ouvrant sur les dessous, offrent, malgré l'espace réduit, une liberté de mouvement aux comédiens. Utilisé pour une trentaine de créations, ce dispositif sera complété, en fonction des œuvres, d'élé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Armide de Lully, dessin de J. Berain pour les décors

Armide de Lully, dessin de J. Berain pour les décors
Crédits : AKG

photographie

Intérieur, de Maurice Maeterlinck.

Intérieur, de Maurice Maeterlinck.
Crédits : K. Miura/ Festival d'Automne à Paris, 2014

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SCÉNOGRAPHIE  » est également traité dans :

AILLAUD GILLES (1928-2005)

  • Écrit par 
  • Jean JOURDHEUIL
  •  • 790 mots

Né en 1928 à Paris, le peintre Gilles Aillaud, fils de l'architecte Émile Aillaud, étudia la philosophie après guerre, puis revint à la peinture qu'il avait pratiquée avec assiduité durant son adolescence. Son devenir-peintre n'eut pas lieu dans une école des Beaux-Arts mais silencieusement, dans un isolement qui dura plus d'une décennie. De cette période il gardera une étonnante capacité à se ten […] Lire la suite

APPIA (A.)

  • Écrit par 
  • André VEINSTEIN
  •  • 1 274 mots

Dans le chapitre « Un spectacle à trois dimensions »  : […] Selon Appia, le théâtre se présente comme une synthèse d'éléments : texte, jeu de l'acteur, décor, éclairage, musique, et non comme une synthèse d'arts. De cette distinction procède son indépendance artistique, le théâtre cessant d'être soumis aux exigences d'un art quel qu'il soit, de la littérature en particulier : réaction que l'on retrouvera chez un Baty ou un Artaud. Mais qui dit synthèse dit […] Lire la suite

BAUSCH PHILIPPINE dite PINA (1940-2009)

  • Écrit par 
  • Chantal AUBRY
  •  • 1 737 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Violence, désespoir, aliénation »  : […] D'emblée, la violence du mouvement, le désespoir, l'aliénation exprimés par les corps dansants imposent un contenu en rupture totale avec ce qui est d'ordinaire montré dans la danse. Et les gens de théâtre ne s'y trompent pas ; très vite, ils reconnaissent l'ampleur de la secousse et son intensité, prenant en compte une influence dont personne désormais, ni dans le théâtre ni dans la danse, ne pou […] Lire la suite

BEAUMARCHAIS PIERRE-AUGUSTIN CARON DE (1732-1799)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une dramaturgie nouvelle »  : […] L'œuvre de Beaumarchais a traversé les siècles. L'œuvre, c'est-à-dire Le Barbier de Séville et Le Mariage de Figaro  ; mais des rééditions récentes des Mémoires contre Goezman et des Parades , tout comme les mises en scène de La Mère coupable et de Tarare incitent à moins de sévérité que n'en a témoigné la critique contre ces œuvres mineures. En 1990, on a pu voir représenter au cours de la mê […] Lire la suite

BEAUREPAIRE ANDRÉ (1924-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 251 mots

André Beaurepaire fut un peintre-scénographe, dont les constructions aux géométries complexes et mystérieuses ont séduit les grands noms du théâtre français avec qui il a collaboré. Ce dessinateur autodidacte est né à Paris en 1924. Il illustre Sagesse de Paul Verlaine en 1944, et est alors remarqué par Jean Cocteau et l'illustrateur et décorateur Christian Bérard. Tous deux l'invitent à particip […] Lire la suite

BÉRARD CHRISTIAN (1902-1949)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 1 009 mots

Un extraordinaire talent d'illustrateur et de décorateur, une personnalité hors du commun, fantasque et nostalgique, ont assuré la notoriété de Christian Bérard. Ses amitiés avec les personnalités du théâtre, du ballet, de la mode et de la littérature, ses travaux d'illustrateur, sa vie mondaine et affective très animée ne l'ont pas empêché d'effectuer, parallèlement, une carrière de peintre pour […] Lire la suite

BIBIENA LES GALLI dits

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 322 mots

Pendant un siècle environ, la famille Galli Bibiena a régné avec une autorité incontestée sur les scènes de théâtre de toute l'Europe. Les Galli, dits Bibiena, sont originaires de la région de Bologne, et se présentent comme les dépositaires de cette grande tradition des Quadraturisti , les peintres spécialistes des architectures feintes qui étaient devenues une spécialité bolonaise dès le milieu […] Lire la suite

BRAUNSCHWEIG STÉPHANE (1964- )

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 940 mots

Stéphane Braunschweig est né en 1964 à Paris. Après l'École normale supérieure et des études de philosophie, Stéphane Braunschweig entreprend sa formation théâtrale auprès d'Antoine Vitez, à l'École de Chaillot. Avec sa jeune troupe du Théâtre-Machine, il met en scène Woyzeck de Büchner en 1988, spectacle remarqué au festival du Jeune Théâtre d'Alès. Il inclut la pièce trois ans plus tard aux cô […] Lire la suite

BREAD AND PUPPET THEATRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 940 mots

À travers le Bread and Puppet Theatre, et grâce à son créateur, Peter Schumann, sculpteur d'origine allemande, le spectacle américain des années 1960 a rencontré les marionnettes siciliennes issues d'une très vieille tradition du xiv e siècle et, peut-être, subi l'influence du carnaval allemand et de certaines représentations médiévales de la vie des saints. Cette forme de théâtre s'est manifesté […] Lire la suite

BRECHT BERTOLT

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 5 503 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La théorie du théâtre épique »  : […] On résistera à la tentation d'enclore le théâtre épique dans un système définitif. Cette théorie historique est elle-même dans l'histoire. Brecht a mis au point progressivement, avec l'aide de ses collaborateurs, les procédés techniques et les moyens scéniques, de caractère anti-illusionniste, qui étayent concrètement cette théorie : les décors suggérés, qui ne sont pas exclusifs d'un réalisme de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « SCÉNOGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie/