COPEAU JACQUES (1879-1949)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce qu'on a appelé la réforme de Jacques Copeau, c'est d'abord le retour délibéré aux sources traditionnelles les plus pures (tragédie grecque, commedia dell'arte, théâtre élisabéthain, etc.) ; c'est aussi une volonté de resserrer les liens du théâtre et de la poésie, entre lesquels s'étaient développés toutes sortes de malentendus ; c'est enfin un effort d'épuration radicale des techniques et des mœurs de la scène. Aussi se présente-t-elle à la fois comme une réaction contre le théâtre bourgeois des années 1900 et comme une résistance au théâtre des metteurs en scène techniciens. Chez l'Anglais E. G. Craig et chez le Suisse A. Appia, Copeau trouve formulées ses exigences fondamentales. Profondément classique, il récuse les expériences allemandes ou russes, dans la mesure où elles donnent le pas aux prestiges techniques. En ce sens, Copeau a orienté pendant quarante ans l'école française de mise en scène, qui ignorera à peu près le constructivisme ou l'expressionnisme et se tiendra à distance des Reinhardt, des Meyerhold et des Piscator. C'est par la découverte, dans les années 1950, du théâtre épique, de Brecht et du style du Berliner Ensemble que les hommes de théâtre français mettront en question l'héritage esthétique de Copeau et du Cartel, encore contraignant chez un Barrault ou un Vilar. Mais l'éthique du Vieux-Colombier, compte tenu de l'évolution économique et sociale du théâtre, n'en demeure pas moins vivante.

Le promoteur du tréteau nu

En fondant le théâtre du Vieux-Colombier en 1913, Jacques Copeau, né à Paris trente-quatre ans plus tôt, avait conscience d'entreprendre une réforme à la fois esthétique et éthique. Mêlé étroitement à la vie littéraire de son temps, celui qui fut le premier directeur de la Nouvelle Revue française, l'ami d'André Gide, le critique dramatique de L'Ermitage et de la Grande Revue, n'ignorai [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COPEAU JACQUES (1879-1949)  » est également traité dans :

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 796 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Vers une psychologie de l'acteur »  : […] Avant de se normaliser, cette esthétique de la sensibilité se répand dans le théâtre révolutionnaire et romantique, d'autant que le passage à Paris en 1827 des acteurs anglais infléchit cette extériorisation du sensible vers l'expression d'une vérité parfois paroxystique. L'acteur, désormais, n'hésite pas à rendre les affres de l'agonie d'une maniè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acteur/#i_14203

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « Entre deux âges (1914-1945) »  : […] La Première Guerre mondiale marque pour le Boulevard le commencement d'un déclin. Les théâtres sont confrontés à une difficile situation : beaucoup de sujets ne peuvent plus être traités. La comédie sentimentale paraît hors de propos alors qu'on meurt dans les tranchées, et la comédie de mœurs devient inadmissible, car on ne saurait critiquer la F […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-boulevard/#i_14203

CARTEL, théâtre

  • Écrit par 
  • Pierre-Aimé TOUCHARD
  •  • 2 016 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pour un théâtre d'avant-garde »  : […] À première vue, Dullin, Jouvet, Baty et Pitoëff éprouvaient surtout, dans leur activité quotidienne, le sentiment de leurs divergences. Si Dullin et Jouvet avaient été, l'un et l'autre, disciples de Copeau, Dullin défendait un théâtre où le sens de l'action dramatique l'emportait sur le respect de la forme littéraire, alors que Jouvet – et il le p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cartel-theatre/#i_14203

FONDATION DU THÉÂTRE DU VIEUX-COLOMBIER

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 216 mots

Lorsque, avec l'appui de ses amis de La Nouvelle Revue française , André Gide, Gaston Gallimard et Jean Schlumberger, Jacques Copeau (1879-1949) fonde en 1913 le Théâtre du Vieux-Colombier, à Paris, il lance un « appel » resté célèbre dans l'histoire du théâtre contemporain. Il s'adresse au public, et en particulier à la jeunesse, « pour réagir con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-du-theatre-du-vieux-colombier/#i_14203

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère du metteur en scène »  : […] Les choses se sont mises à changer à mesure que le metteur en scène prenait le pouvoir. Il lui a fallu plus de temps en France qu'ailleurs pour y parvenir et, d'autre part, les classiques, donc Molière, furent plus souvent que les modernes son cheval de bataille à cause de leur prestige, de leur richesse et... de leur docilité. Un universitaire, Gu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_14203

OBEY ANDRÉ (1892-1975)

  • Écrit par 
  • Sylvie CHEVALLEY
  •  • 492 mots

Né à Douai dans le Nord et mort à Montsoreau en Touraine, André Obey écrit ses deux premières pièces en collaboration avec Denys Amiel : La Souriante Madame Beudet , créée en 1921 par le groupe du Canard sauvage, connaît le succès public, mais le ton satirique de La Carcasse , créée à la Comédie-Française en 1926, suscite une polémique d'une telle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-obey/#i_14203

SAINT-DENIS JACQUES DUCHESNE dit MICHEL (1897-1971)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 495 mots

Acteur et metteur en scène français qui appartient à la lignée de Copeau dont il est le neveu, Michel Saint-Denis fait partie de la compagnie des jeunes comédiens, connue sous le nom des Copiaux, dirigée par Copeau et qui travaille en Bourgogne de 1925 à 1929. C'est alors qu'il prend la direction de ceux qui reviennent à Paris pour les regrouper so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-denis-jacques-duchesne-dit-michel/#i_14203

SCÉNOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 522 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tradition du Vieux-Colombier »  : […] Mais le bouleversement le plus marquant de l'espace scénique en France, au début du xx e  siècle, coïncide avec la fondation à Paris du théâtre du Vieux-Colombier par Jacques Copeau (1879-1949) en 1913. Pour rendre au théâtre sa grandeur, en le dépouillant de ses artifices, celui-ci s'efforce de retrouver la simplicité du tréteau nu, point de dépar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie/#i_14203

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le Cartel »  : […] Auprès des superingénieurs de la grande machinerie constructivo-expressionniste, les metteurs en scène du Cartel ( Dullin, Jouvet , Baty, Pitoëff), dans leurs petits théâtres vétustes, avec leurs pauvres moyens, font l'effet d'artisans de village. Ce serait pourtant céder à l'autodénigrement que de minimiser le rôle de ce groupe qui naît en 1927. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_14203

VIEUX-COLOMBIER THÉÂTRE DU - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 810 mots

1913 En avril, à la recherche d'un lieu théâtral à Paris, Jacques Copeau découvre au 21 rue du Vieux-Colombier, au cœur du quartier Latin, une salle de 500 places baptisée Athénée Saint-Germain . Le théâtre réaménagé est ouvert le 23 octobre 1913, avec une œuvre élisabéthaine : Une femme tuée par la douceur , de Thomas Heywood. Dans les huit mois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieux-colombier-reperes-chronologiques/#i_14203

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges LERMINIER, « COPEAU JACQUES - (1879-1949) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-copeau/