BAUSCH PHILIPPINE dite PINA (1940-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le monde du spectacle, il n'y a par génération qu'une ou deux révélations artistiques, qui, d'un coup, bouleversent durablement la façon de percevoir le monde et de le représenter. Et c'est parfois une seule œuvre qui crée ce choc générateur d'expressions nouvelles. Ainsi, en 1972, l'Américain Bob Wilson étonna avec Le Regard du sourd, œuvre étrange et profondément novatrice, privilégiant le geste à la parole, qui allait changer le cours du théâtre contemporain. Puis, à peine quelques années plus tard, la danseuse et chorégraphe allemande Pina Bausch, après quelques ballets déjà violemment décapants, tels Les Sept Péchés capitaux (1976) de Bertolt Brecht et Kurt Weill, va à son tour s'imposer avec l'inoubliable Barbe-Bleue, inspiré de l'opéra de Béla Bartók. Créée en 1977 et présentée deux ans plus tard à l'étranger, notamment à Paris, cette première œuvre de « théâtre dansé », avec ses belles sorcières aux longs cheveux, ses matamores calamistrés et dérisoires projetés contre les murs d'un implacable huis clos, concentrait à elle seule tant de révolutions qu'elle ne passa pas sans scandale. Car la révolution était d'abord dans la forme, éclatée et chaotique, pulvérisant toutes les données traditionnelles du ballet, éliminant le concept de récit, la danse devenant à son tour matière et sujet unique d'une autre sorte de récit, généré par le spectacle lui-même et n'existant pas en dehors de lui.

Violence, désespoir, aliénation

D'emblée, la violence du mouvement, le désespoir, l'aliénation exprimés par les corps dansants imposent un contenu en rupture totale avec ce qui est d'ordinaire montré dans la danse. Et les gens de théâtre ne s'y trompent pas ; très vite, ils reconnaissent l'ampleur de la secousse et son intensité, prenant en compte une influence dont personne désormais, ni dans le théâtre ni dans la danse, ne pourra faire l'économie.

Pourtant, comme tout ce qui est neuf, il faudra quelque temp [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAUSCH PHILIPPINE dite PINA (1940-2009)  » est également traité dans :

BARBE-BLEUE (P. Bausch)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 198 mots

Créé le 26 mai 1977 à l'Opéra de Wuppertal (Allemagne) par sa propre compagnie, Barbe-Bleue de Pina Bausch est l'une des œuvres les plus fortes et les plus profondes de cette chorégraphe allemande. Née en 1940, élève à Essen de l'école fondée par Kurt Jooss, elle y apprend les rudiments de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barbe-bleue-p-bausch/#i_97268

PINA (W. Wenders)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 143 mots

Présenté hors compétition, Pina, le film en 3 dimensions (3D) de Wim Wenders, a créé l'événement lors du festival international du film de Berlin en février 2011, et ce à plusieurs titres. Tout d'abord, il y a eu la curiosité de connaître quel regard portait ce réalisateur allemand sur l'œuvre de la choré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pina-w-wenders/#i_97268

ALLEMAND THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 8 423 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un paysage relativement varié »  : […] Selon le critique Georg Hensel, on serait passé dans les années 1970 d'une « tribune d'agitation sociale » à un « confessionnal pour révélations individuelles ». Mais, s'il est vrai qu'en 1985 Kroetz remet en cause son néo-réalisme et affirme qu'il n'a cessé de se raconter lui-même en faisant parler les gens du peuple, il n'est pas faux de dire, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-allemand/#i_97268

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Du côté de l'expressionnisme »  : […] Si, en Allemagne, la défaite de 1945 a effacé, un temps, la danse d'expression, une nouvelle génération apparaît dans les années 1970. Gerhard Bohner (1936-1992) renoue avec le passé dans son travail sur Oscar Schlemmer. Suzanne Linke, Reinhild Hoffmann et Pina Bausch, qui se sont succédé à la direction de l'école d'Essen, assurent l'héritage de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_97268

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 693 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  La chorégraphie moderne et contemporaine »  : […] Le xx e  siècle va révolutionner l'idée même de ce que peut être une chorégraphie grâce à la danse moderne puis contemporaine. On attribue traditionnellement ce renouveau à deux américaines, Isadora Duncan (1877- 1927) et Loïe Fuller (1862-1928). En réalité, c'est un mouvement qui apparaît presque simultanément aux États-Unis et en Allemagne au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choregraphie-l-art-de-creer-les-gestes/#i_97268

DUPONT AURÉLIE (1973- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 022 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un tournant décisif  »  : […] En 1997, Aurélie Dupont rencontre Pina Bausch qui l’a choisie pour le rôle de l’Élue dans sa version du Sacre du printemps . Cette chorégraphe explique son choix par un commentaire qui fera profondément réfléchir la danseuse : « Vous êtes une femme très dure, vous êtes une danseuse très dure, mais je suis sûre que vous êtes sensible, et c'est la ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aurelie-dupont/#i_97268

HOGHE RAIMUND (1949- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 431 mots

Dans le chapitre « Du journalisme à la danse »  : […] Né en 1949 à Wuppertal, Raimund Hoghe commence sa vie professionnelle comme journaliste, en brossant des portraits de marginaux et de personnalités du monde des arts pour l’hebdomadaire allemand Die Zeit . Il écrit également des critiques, fait des reportages et rédige des essais sur toutes les disciplines artistiques, qu’il illustre souvent avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raimund-hoghe/#i_97268

PARLE AVEC ELLE (P. Almodóvar)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 984 mots

Le rideau se baissait à la dernière image de Tout sur ma mère (1999). Le rideau se lève à la première de Parle avec elle . D'un film à l'autre, Pedro Almodóvar suit sa ligne, limpide et intrigante comme les lignes de la main, faites de chair et de sang. Dans Tout sur ma mère , la ligne de la vie et celle de la mort se mêlaient, jusqu'à l'indissol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parle-avec-elle/#i_97268

THÉÂTRE DANSÉ

  • Écrit par 
  • Laurence LOUPPE
  •  • 1 644 mots

Dans le chapitre « Une chorégraphie du discontinu »  : […] Avant d'être contraints à l'exil lors de l'avènement du III e  Reich en raison de la présence de danseurs juifs dans leur compagnie, Jooss et Leeder avaient fondé, dans la cadre de la Folkwangschule d'Essen, un studio d'enseignement et d'expérimentation. Fermé pendant la guerre, il rouvrira en 1949 sous l'impulsion de Jooss, et attirera presque tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-danse/#i_97268

Voir aussi

Pour citer l’article

Chantal AUBRY, « BAUSCH PHILIPPINE dite PINA - (1940-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bausch-philippine-dite-pina/