DANSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans son acception la plus générale, la danse est l'art de mouvoir le corps humain selon un certain accord entre l'espace et le temps, accord rendu perceptible grâce au rythme et à la composition chorégraphique. Qu'elle soit spontanée ou organisée, la danse est souvent l'expression d'un sentiment ou d'une situation donnée, et peut éventuellement s'accompagner d'une mimique destinée à la rendre plus intelligible. Répondant à une aspiration inhérente à l'homme, elle a pu être considérée par certains, sans doute à juste titre, comme le premier-né des arts, car elle obéit à une impulsion irrésistible, satisfait tant le sens artistique que l'exaltation nerveuse ou musculaire. Elle a pour instrument, parfois exclusif, le corps qui engendre sa propre rythmique. Si elle n'accède à un degré satisfaisant d'élaboration que grâce à l'homo ludens, on ne peut cependant passer totalement sous silence le caractère esthétique inhérent à certaines danses d'animaux – pariades le plus souvent. Par extension, les poètes ont pris l'habitude de parler de danse des éléments, des vagues, des nuages, des astres. Toute représentation cosmique suggère volontiers l'idée d'une danse dans laquelle chaque planète, chaque être occupe un rôle déterminé.

Même lorsqu'on écarte les phénomènes choréiques qui n'atteignent pas un niveau évident d'organisation artistique, le domaine de la danse reste immense. Les points de vue diffèrent selon que l'on examine danse féminine ou masculine, à mouvements amples ou étroits, rapide ou lente, extravertie ou introvertie, danse traditionnelle, religieuse ou profane, de cour ou populaire, théâtrale ou de société. La danse apparaît comme le reflet de l'ethnie, de la civilisation, des croyances comme de la psychologie de ceux qui l'élaborent. Tout groupe humain, tout individu se définit par la façon dont il danse, ou dont il apprécie et privilégie telle manière de danser. L'Occidental préfère la verticalité, une gestuelle excentrée, tendue vers l'extérieur, longiligne, bondissante, et l'Oriental, la courbe flexible, les mouvements concentriques. Sous l'effet de la mondialisation, l'époque contemporaine se révèle significative, que l'on considère le recul des rituels choréiques, l'éclectisme et le goût de l'abstraction occidentale dans le ballet, ou bien encore les influences afro-américaines prédominant peu à peu dans les danses dites de société.

Si l'on assiste à une régression de la danse religieuse – mis à part certaines de ses formes symboliques, liées à un rituel –, la danse de spectacle connaît une faveur croissante. Les danses de folklore espagnoles, russes, hongroises, basques, comme les rites sacrés hindous, balinais, nippons... survivent grâce aux adaptations, aux transpositions scéniques qui en sont proposées, en réaction contre l'uniformisation mondiale ambiante. En effet, le ballet académique élaboré jadis en France, en Italie et en Russie, ainsi que la danse dite « moderne », née en Occident au xxe siècle, tendent à conquérir le monde et s'épanouissent aujourd'hui à Tōkyō comme à Melbourne, Cuba, Pékin ou New York.

Danses rituelles ou religieuses

La danse ne satisfait pas seulement des exigences physiques ou esthétiques. Elle n'a cessé, depuis les origines les plus obscures, de jouer un rôle important dans la vie religieuse de l'humanité. Elle est en effet un moyen privilégié d'entraîner l'homme hors des limites que lui impose la conscience de la réalité quotidienne. Cette sorte de gymnastique mystique permet de communier avec la nature, avec le rythme auquel est soumis l'univers. Certes les moyens employés comme les buts cherchés diffèrent selon les croyances. Toutefois, on peut observer des constantes ; par exemple, les mouvements répétés obstinément tendant souvent à provoquer, au moyen d'un automatisme musculaire, une sorte d'inconscience.

Les cavernes habitées aux époques aurignaciennes ou magdaléniennes attestent l'existence de danses rituelles exécutées à l'âge paléolithique. On ne peut, à l'origine, distinguer danses religieuses et profanes. La danse est génératrice d'extase et imprégnée d'un caractère magique. L'action hypnotique des rythmes, conjuguée avec certaines évolutions stéréotypées, provoque des états psychophysiologiques qui peuvent suggérer, à l'extrême limite de l'excitation nerveuse, la « possession » et aboutissent souvent à une éclipse plus ou moins prolongée de la vie consciente. Ces danses peuvent être ramen [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Candomblé

Candomblé
Crédits : Jan Sochor/ Latincontent/ Getty Images

photographie

Danse de l'ours

Danse de l'ours
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Danse rituelle, E. S. Curtis

Danse rituelle, E. S. Curtis
Crédits : AKG

photographie

Danse traditionnelle africaine

Danse traditionnelle africaine
Crédits : Bruno De Hogues/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 17 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France, écrivain et critique
  • : professeur de philosophie, producteur d'émissions culturelles à l'O.R.T.F.

Classification

Autres références

«  DANSE  » est également traité dans :

DANSER SA VIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 446 mots

Présentée du 23 novembre 2011 au 2 avril 2012 au Centre Georges-Pompidou, Danser sa vie (sous-titrée Art et danse de 1900 à nos jours) fut une exposition sans précédent. Pour la première fois une institution muséale nationale consacrait une exposition entière à la danse, ou, plus précisément, aux liens qui unissent les a […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les masques »  : […] Les danses des masques sur la place publique à l'occasion des funérailles et des levées de deuil ( dama ) sont les plus spectaculaires et les plus connues des cérémonies rituelles des Dogon. La société des masques ( awa ) est réservée aux hommes. Le mot imina désigne non seulement le masque lui-même mais l'ensemble de son costume, des emblèmes, du rythme et de la danse qui lui sont propres. Les […] Lire la suite

MASQUES - Le masque en Afrique

  • Écrit par 
  • Annie DUPUIS
  •  • 4 317 mots
  •  • 5 médias

Le masque en Afrique noire représente, avec la statuaire, un élément important de la création plastique. L'un et l'autre se situent au cœur de la vie socio-religieuse traditionnelle. C'est à la fin du xix e siècle que l'art africain devient largement accessible aux collectionneurs européens et donne aux plus grands artistes, peintres et sculpteurs, confirmation du bien-fondé de leurs recherches […] Lire la suite

PLATEL ALAIN (1956- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 682 mots

Le chorégraphe belge Alain Platel appartient à cette nouvelle génération d'artistes qui refusent de choisir entre la danse et le théâtre et savent associer les matériaux les plus divers pour laisser surgir l'impact émotionnel attaché à l'humanité dans toute son intensité. Cherchant à faire en sorte que la barrière entre le public et la scène soit la plus infime possible, ses spectacles, d'une for […] Lire la suite

ADRET FRANÇOISE (1920-2018)

  • Écrit par 
  • Ariane DOLLFUS
  •  • 955 mots
  •  • 1 média

Danseuse et chorégraphe, Françoise Adret est une personnalité singulière de la danse française . Elle a dirigé, voire créé, de nombreuses compagnies de ballet en France (Ballet de Nice, Ballet-théâtre contemporain, Ballet de Lyon) comme à l'étranger, à une époque où les danseuses n'accédaient pas à ce type de responsabilités. Elle a su à la fois incarner l'État dans ses missions au ministère de l […] Lire la suite

AILEY ALVIN (1931-1989)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 371 mots

Danseur noir né à Rogers, au Texas. Après des études à l'université de Los Angeles (Californie), Alvin Ailey fréquente l'école de ballet de Lester Horton. Il débute comme danseur dans le Lester Horton Dance Theatre (1953) ; la même année, à la mort de Lester Horton, il devient chorégraphe de la troupe et en 1954 crée House Flowers . Introduit dans les milieux du cinéma, il danse aussi dans de nomb […] Lire la suite

ALONSO ALICIA (1920-2019)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 184 mots
  •  • 1 média

La danseuse et chorégraphe cubaine Alicia Alonso a marqué l’histoire du ballet classique du xx e  siècle . Légende de son vivant, interprète hors du commun et à forte personnalité, elle a su faire du Ballet national de Cuba l’une des meilleures compagnies du monde et fonder « l’école cubaine » de danse classique. […] Lire la suite

APPALACHIAN SPRING (M. Graham)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 176 mots
  •  • 1 média

Formée à la Denishawn School, l'école de Ruth Saint-Denis et de Ted Shawn, Martha Graham (1894-1991) est considérée comme la plus grande personnalité de la danse moderne américaine. Fille d'un médecin aliéniste, elle explore plusieurs thèmes dans une œuvre colossale, étalée sur près d'un siècle : la mythologie grecque, la dénonciation du puritanisme, l'influence de la psychanalyse et, bien sûr, da […] Lire la suite

ASTAIRE FRED (1899-1987)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 131 mots
  •  • 4 médias

Fred Astaire , de son vrai nom Frederick Austerlitz, est né le 10 mai 1899 à Ohama (Nebraska, États-Unis). Il est surtout célèbre pour les grandes comédies musicales dont il partage la vedette avec Ginger Rogers. Beaucoup voient en lui le meilleur danseur de musique populaire de tous les temps. Né dans une famille aisée, Astaire apprend la danse dès l'âge de quatre ans. En 1906, il monte avec sa […] Lire la suite

ATTOU KADER (1974- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 110 mots

Le danseur et chorégraphe Kader Attou incarne la génération des artistes français qui ont su donner à la danse hip-hop une dimension esthétique, propulsant ce style chorégraphique issu de la rue sur la scène contemporaine. […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-14 mars 2018 Iran. Démission du maire de Téhéran.

La loi islamique interdit la danse en public. La diffusion de la vidéo sur les réseaux sociaux provoque des réactions de la part des conservateurs et des religieux. Le procureur général du pays Mohammad Jafar Montazeri dénonce des « actes contraires à la morale publique » et à la tradition islamique. Le 14, Mohammad-Ali Najafi présente sa démission. […] Lire la suite

1er-24 avril 1997 France. Rejet de la demande de dissolution de l'association du Théâtre de Châteauvallon

Le 1er, Gérard Paquet, ancien directeur du Théâtre national de la danse et de l'image (T.N.D.I.) de Châteauvallon (Var), est placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête préliminaire sur l'organisation d'un colloque au T.N.D.I. confiée à sa sœur, en 1995. Relâché le 2, Gérard Paquet, qui s'oppose à la municipalité de Toulon depuis la victoire électorale du Front national, en juin 1995, accuse le préfet du Var, Jean-Charles Marchiani, d'être « à l'origine de cette machination ». […] Lire la suite

1er-13 février 1997 France. Licenciement du directeur du Théâtre de Châteauvallon

Le 1er, le directeur et fondateur du Théâtre national de la danse et de l'image (T.N.D.I.) de Châteauvallon (Var), Gérard Paquet, reçoit sa lettre de licenciement pour fautes graves signée par l'administrateur provisoire de l'établissement. Gérard Paquet dénonce « le processus d'acharnement du maire de Toulon et du préfet du Var [Jean-Charles Marchiani] ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Françoise CHRISTOUT, Serge JOUHET, « DANSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/danse/