FLIESS WILHELM (1858-1928)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin berlinois, que son amitié avec Freud a rendu célèbre. Il était spécialisé dans les maladies du nez et de la gorge. C'est sur le conseil de J. Breuer qu'il rencontre Freud en 1887 lors d'une visite à Vienne ; les deux médecins se lient d'amitié et entretinrent une correspondance passionnée jusqu'en 1902, date à laquelle ils rompent sous des prétextes scientifiques. L'histoire de cette correspondance ne peut être séparée de l'autoanalyse de Freud, qui, pendant cette période, à partir de 1897, expérimente sur lui-même la méthode de décryptage de l'inconscient. Une fois que Freud a tiré au clair les sentiments ambivalents qu'il éprouve à l'égard de son ami (haine et admiration tout ensemble), ces relations prennent fin.

Sans elles, Fliess n'aurait peut-être jamais connu une telle célébrité. Il la doit, en partie, aux lettres reçues de Freud et rachetées par Marie Bonaparte. Freud avait, pour sa part, détruit les lettres de Fliess. On sait cependant que les travaux scientifiques de celui-ci concernent l'action psychique des cycles périodiques sur les êtres humains : si les femmes ont un cycle de vingt-huit jours, celui des hommes est de vingt-trois jours. Cette hypothèse va de pair avec celle de la bisexualité que Fliess attribue au vivant en général et dont il parle dans L'Année chez l'être vivant, sorte d'exposé de sa théorie des périodes (1924).

Au temps où il était l'ami de Freud, Fliess élabora une théorie sur l'étiologie des névroses, qu'il publia en 1893 sous le titre de La Névrose nasale réflexe et selon laquelle des corrélations existent entre les organes génitaux et le nez ; celui-ci se gonfle pendant la menstruation. Dans son ouvrage principal, Le Cours de la vie (1906), il manifeste beaucoup d'arbitraire par sa façon de manipuler les chiffres et de calculer les corrélations ; comme bien d'autres amis de Freud — et contre quoi ce dernier aura à se défendre toute sa vie —, Fliess a certains penchants pour l'occultisme.

—  Catherine CLÉMENT

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de l'Université

Classification


Autres références

«  FLIESS WILHELM (1858-1928)  » est également traité dans :

ANDROGYNE

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 879 mots

La figure plastique de l'androgyne que nous transmet l'Antiquité sous les espèces de l' Hermaphrodite couché est remarquable moins par ses caractères bisexuels, qui se trouvent effacés, que par l'indifférence ou plutôt la sérénité dont celui-ci fait preuve. Lorsque Freud cherche à rendre compte de la « bisexualité originaire », il se réfère au myt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/androgyne/#i_1868

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'auto-analyse de Freud »  : […] Pourvue d'une méthode inédite et d'un espace mental ouvert pour la première fois à l'investigation, la psychanalyse commençait certes à s'affirmer comme une science indépendante, cependant elle n'était pas encore née, elle restait à maint égard hypothétique, et trop à la merci de son capricieux objet pour s'ériger en corps de doctrine. Pourtant, pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/#i_1868

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

La psychanalyse n'aurait pas occupé la place qui lui revient, non seulement dans le progrès des disciplines médicales et des sciences humaines, mais dans le développement général de la civilisation, si la préoccupation la plus intime de Freud n'avait été, de toujours, celle de la souffrance. En témoignent, aux origines de sa carrière, ses recherc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_1868

Pour citer l’article

Catherine CLÉMENT, « FLIESS WILHELM - (1858-1928) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-fliess/