PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

Médias de l’article

Moyen-Orient : carte politique

Moyen-Orient : carte politique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Moyen-Orient, 1914

Moyen-Orient, 1914
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Soldats afghans

Soldats afghans
Crédits : Hulton Getty

photographie

Moyen-Orient, 1930

Moyen-Orient, 1930
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tous les médias


Le terme Moyen-Orient, qui traduit l'expression anglo-saxonne Middle East, n'apparaît qu'au début du xxe siècle pour désigner cette zone médiane entre Proche et Extrême-Orient, centrée sur le golfe Persique. Si les Américains l'étendent parfois du Maroc au Pakistan, les Européens la définissent plus volontiers comme un arc de cercle étiré de la vallée du Nil aux plateaux irano-afghans et des côtes sud de la mer Noire jusqu'aux rivages de l'océan Indien. Le mot tire ainsi ses origines de la géopolitique, même si les sciences sociales s'en sont emparées, s'efforçant de doter d'une hypothétique cohérence un monde contrasté et mal délimité.

À la charnière de l'Afrique, de la Méditerranée orientale et de l'Asie du Sud-Ouest, le Moyen-Orient est un espace ouvert, dépourvu de frontières naturelles. Carrefour géographique et humain, il se définit plus par les réseaux qui le parcourent que par les limites qui l'enserrent. S'il fallait pourtant lui découvrir une unité, elle se fonderait sur la dominante semi-aride du climat, qui détermine la confrontation séculaire entre monde nomade et paysanneries sédentaires et rend compte de la précarité des bases agraires. Dans ce milieu très dépendant de la continuité de l'effort humain, le déclin présent des sociétés est à la mesure de leur apogée passé.

Moyen-Orient : carte politique

Moyen-Orient : carte politique

carte

Carte politique du Moyen-Orient. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Trois groupes humains ont fait l'histoire de la région : les Persans, les Arabes et les Turcs. Relativement homogène, le monde turc est solidement ancré sur le plateau anatolien depuis que les premières invasions turcomanes du xie siècle ont peu à peu subverti le peuplement grec. Le monde irano-afghan apparaît à l'inverse très diversifié, et, dans les frontières de l'Iran actuel, près de la moitié de la population n'est pas persanophone d'origine. L'Orient arabe enfin se décompose en trois sous-ensembles : la zone égypto-soudanaise, sur l'axe du Nil ; le Croissant fertile, qui étend ses complexités naturelles et humaines du littoral méditerranéen aux vallées mésopotamiennes ; la péninsule arabe enfin, que son centre désertique n'a jamais fermée aux influences extérieures. Ce tableau général simplifie pourtant abusivement les réalités du peuplement régional, car chacun de ces trois groupes humains prolonge son implantation au-delà des limites du Moyen-Orient tel qu'il est envisagé ici : les turcophones dans le Caucase et les anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale, les Arabes au Maghreb, les persanophones au Tadjikistan : autant de souvenirs d'empire susceptibles de nourrir des tentations hégémoniques. L'incontestable prépondérance de ces trois peuples n'épuise pas la richesse ethnique de la région, que l'on songe aux populations africaines du Sud du Soudan, aux Kurdes, aux Arméniens ou aux Baloutches, pour n'en citer que quelques-uns.

Il est naturellement tentant d'opposer à cette extrême variété ethnolinguistique le puissant facteur unitaire que représente l'islam. Du Caire à Kaboul et d'Istanbul à Sanaa, le foisonnement des minarets, le dédale des souks ou la grâce des arabesques témoignent assez de la forte empreinte historique de l'islamité. Mais l'islam d'aujourd'hui, comme celui d'hier, n'est pas moins pluriel que les groupes qui s'en réclament : de l'islam réformiste et lettré des villes à l'islam populaire et mystique des confréries, en passant par cet islam idéologisé, devenu l'arme de toutes les protestations politiques. Les majorités musulmanes ne sauraient enfin nous faire oublier l'existence de minorités chrétiennes et juives notamment concentrées dans le Croissant fertile. N'y voir que des communautés résiduelles sans incidence sur le destin de la région serait méconnaître le rôle stratégique qu'elles ont joué dans la confrontation entre le Moyen-Orient et l'Occident. Ce serait négliger aussi l'enjeu qu'elles représentent aujourd'hui dans le débat sur la loi et la citoyenneté qui agite la plupart des sociétés. Le statut légal autant que la place sociale des minorités confessionnelles apparaît comme l'un des principaux tests d'une véritable modernité politique.

S'il est vain de rechercher une quelconque unité intrinsèque du Moyen-Orient, il n'est pas douteux en revanche que le temps long de sa confrontation avec l'Occident, depuis le xixe siècle, imprime à la région une unité de destin qui justifie à elle seule une approche globale.

L'agonie des empires

L'époque contemporaine commence en Orient avec l'irruption de l'Europe et les rivalités entre les puissances qui accompagnent ces poussées impériales. Un double affrontement oppose dans la région les acteurs principaux du « grand jeu » : un affrontement franco-britannique pour le contrôle de la Méditerranée orientale ; un affrontement anglo-russe autour de la ligne de fracture de l'Asie centrale. Les stratégies impériales de la Grande-Bretagne, principal maître d'œuvre de la question d'Orient, s'ordonnent autour des possessions indiennes de la Couronne. Dans cette perspective, le Moyen-Orient fait figure d'espace-relais contrôlant les routes de l'empire. Le monde ottoman en est la clé, lui qui tient les détroits et oppose une barrière à la poussée russe vers le sud. Le vieil empire est pour les Britanniques un mal nécessaire, et son intégrité territoriale, un impératif stratégique. En Asie centrale, les ambitions russes se heurtent au souci britannique d'assurer la protection avancée des frontières de l'Inde ; ici, l'équilibre conflictuel entre pressions anglaises et russes contribuera à la fixation des frontières nord de l'Iran et de l'Afghanistan.

Moyen-Orient, 1914

Moyen-Orient, 1914

carte

La domination des empires britannique et russe au Moyen-Orient à la veille de la Première Guerre mondiale. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Limites d'une modernisation importée

L'entrée du Moyen-Orient dans l'aire d'expansion de l'Occident s'est accompagnée d'une mutation sans précédent des sociétés locales, au contraire de l'image trompeuse d'immobilisme véhiculée par la littérature du voyage en Orient. L'Égypte de Méhémet-Ali dès 1805, l'Empire ottoman entre 1839 et 1876, à l'ère des tanzimat, et dans une moindre mesure la Perse des Qādjār, entreprennent tour à tour de moderniser leurs structures d'État. C'est une modernisation volontariste, conduite par une élite occidentalisée soucieuse de remédier au déclin des sociétés locales. C'est aussi une modernisation sélective, fondée sur l'importation de techniques administratives et militaires considérées comme des instruments neutres de progrès. L'extension des appareils d'État contraint les gouvernements à accroître les ressources qu'ils tirent des sociétés. Dans des économies à dominante agraire, la révision du statut des terres doit permettre de raffermir les bases de l'impôt et la suppression des pratiques d'affermage en assainir la perception. Tel est l'objet du Code foncier ottoman de 1858, dont les effets pervers feront des anciens intermédiaires fiscaux de l'État une nouvelle aristocratie foncière. Cette extension de la grande propriété terrienne absentéiste, qui s'accompagne du recul progressif des modes d'exploitation collectifs, marquera les structures agraires jusqu'aux réformes du xxe siècle.

Au-delà de ces préoccupations fiscales, la plupart des réformateurs ne prennent pas une conscience claire des impératifs du développement économique. Depuis le déclin de ce capitalisme commercial qui avait assuré sa base matérielle à la haute culture urbaine des temps abbassides, le Moyen-Orient a perdu son rôle de carrefour, et les élites musulmanes se sont détournées des activités économiques, abandonnées aux marchands étrangers et aux minoritaires locaux. Les dirigeants ottomans se montrent eux-mêmes plus préoccupés d'assurer la consommation intérieure que de susciter des activités productives. Tel est le sens de la vieille politique des capitulations, relayée au xixe siècle par des traités de commerce résolument libre-échangistes qui ruineront toute perspective de développement économique local. L'ouverture aux capitaux et aux techniques de l'Europe entretient pourtant la fièvre de la modernité, que l'on songe au percement de l'isthme de Suez, à la construction du Bagdadbahn ou encore à la première concession pétrolière accordée en 1901 à l'Anglo-Persian Oil Company. Mais l'indigence des ressources locales impose bientôt le recours massif à l'emprunt. La dépendance financière qu'il instaure conduira à la mise en tutelle des économies locales par les créanciers étrangers dans le dernier quart du xixe siècle, comme si la dette était la rançon directe d'une modernisation importée.

Mutations des structures d'empire

Les politiques de réforme ont introduit une distorsion plus préoccupante encore. À vouloir moderniser les institutions sans bouleverser les sociétés, elles ont déstabilisé les structures d'empire sans renouveler les rapports sociopolitiques. Ainsi, dans le monde ottoman, la société repose traditionnellement sur la dichotomie entre musulmans et non-musulmans. L'identification entre la loi de l'Empire et la loi de l'islam impose toutefois de reconnaître aux seconds un statut juridique spécifique. Les minoritaires jouissent ainsi d'une large autonomie religieuse et légale dans le cadre des millet. Mais sous la pression des puissances ajoutée à la fascination qu'exercent les modèles de la Révolution française sur les élites réformatrices, l'État ottoman promulgue, en 1839 et 1856, des Chartes fondamentales qui instaurent dans l'Empire une égalité civile nominale. La publication de nouveaux codes juridiques ainsi que la création de tribunaux séculiers s'inscrivent dans la même logique. Loin d'être supprimés pourtant, les millet voient leurs privilèges confirmés par le texte de 1856 qui laisse aux tribunaux communautaires la charge du statut personnel. La persistance des millet, conjuguée au principe de l'égalité civile, imposera moins une véritable égalité des individus qu'un équilibre nouveau des communautés. À moins qu'il ne s'agisse d'un déséquilibre. Car les majorités musulmanes voient trop souvent dans les réformes de simples privilèges indûment reconnus aux minorités sous la pression de leurs tuteurs étrangers.

Les structures d'empire se définissent encore par les nombreuses médiations qui assurent le lien entre le pouvoir politique et la société. L'État n'y entre pas en rapport avec le sujet mais avec le groupe de base, que ce soit le millet, la tribu, la guilde ou la confrérie. Dès lors que ces structures intermédiaires sont remises en cause, il importe de redéfinir la nature de la communauté politique, fondement de l'autorité de l'État. La première réponse fut historiquement apportée par l'islam. La religion musulmane fournissait traditionnellement un cadre normatif et juridique qui assurait l'organisation des groupes sous l'autorité des oulémas ('ulama). Mais si l'islam régulait le champ social, il se contentait de donner une caution de principe à l'État, seul maître du champ politique. Or le dernier des grands sultans ottomans, Abdūlhamid II, soucieux de stabiliser une société ébranlée par les réformes, a fait de la mobilisation au nom de l'islam la source directe de l'allégeance politique. Le rapport de l'islam à l'État se politise d'autant plus aisément que l'appartenance religieuse fournit la base d'une affirmation des sociétés face au défi occidental. L'appel initial à la défense du monde musulman contre la menace européenne vient des Indes et trouve un écho immédiat en Afghanistan et en Perse. C'est contre la domination britannique dans le sous-continent puis en Égypte que le penseur et activiste persan Djamāl al-Dīn al-Afghānī (1838-1897) théorise le panislamisme. Le sultan Abdūlhamid II en fera une arme politique. En définissant le califat comme une pure direction spirituelle de la umma, ce qu'il ne fut jamais, il se posait en protecteur des musulmans de Crimée, d'Asie centrale ou des Indes. Les puissances occidentales n'agissaient pas autrement avec les chrétientés orientales.

Soldats afghans

Soldats afghans

photographie

Deux Afghans en arme, au cours de la deuxième guerre anglo-afghane, vers 1880. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Maturations nationalistes

Si le panislamisme apporte aux mutations des sociétés une réponse issue de leur culture propre, le nationalisme apparaît à l'inverse comme un produit d'importation. Nombre de penseurs n'hésiteront pas à y voir le secret de la réussite occidentale, comme si l'Europe, après avoir proposé un modèle d'État, exportait désormais ses passions nationalistes. C'est une intelligentsia urbaine frottée d'idées nouvelles qui pense ces « communautés imaginées » dont les fondements ici peuvent être confessionnels autant qu'ethnolinguistiques. Mais, partout, le nationalisme sera culturel avant d'être politique. Ainsi le nationalisme turc s'enracine-t-il intellectuellement dans la réflexion des Jeunes-Ottomans, formés dans l'esprit des tanzimat, mais soucieux de légitimer les réformes en termes d'islam. En passant du cercle des Jeunes-Ottomans aux comités Union et Progrès des Jeunes-Turcs, le nationalisme se politise au tournant du siècle, nourrissant l'activisme des officiers et des bureaucrates qui feront la révolution constitutionnelle de 1908 à Istanbul. Dans l'éphémère printemps des nationalités suscité par l'onde de choc de la révolution jeune-turque, il faut faire une place à part à un nationalisme arabe socialement très composite. Le premier arabisme culturel, celui qui fleurit dans les villes du Croissant fertile sous le nom de nahda, doit beaucoup à la réflexion d'une intelligentsia chrétienne qui impose une nouvelle vision de l'arabité, fondée sur la langue et la culture, tandis que des intellectuels musulmans réformistes cherchent à rendre aux Arabes leur place centrale dans un islam épuré. Dès lors que se pose la question du pouvoir, l'arabisme politique devient le vecteur d'aspirations aussi diverses que les groupes sociaux qui les portent. Certains notables traditionnels, marginalisés par les évolutions laïcisantes et centralisatrices du pouvoir jeune-turc, se convertissent au nationalisme pour réagir contre la perte de leur statut : c'est le cas des Hachémites du Hedjaz, leaders en 1916 d'une révolte arabe anti-ottomane soutenue par la Grande-Bretagne. Certains officiers modernistes supportent de plus en plus mal, quant à eux, leur subordination à l'état-major turc comme à l'élite turco-circassienne en Égypte. Pour de nouvelles couches sociales enfin, formées de journalistes, d'avocats ou de professeurs, le nationalisme apparaît comme l'expression privilégiée de leurs aspirations à la mobilité sociale et politique.

Les mutations ont été plus lentes dans la Perse des Qādjār, car le pays n'a guère connu les expériences modernisatrices menées en Égypte comme dans l'Empire ottoman. Ici, le nationalisme se cristallisera, à l'extrême fin du xixe siècle, dans le rejet des concessions étrangères imposées à la dynastie affaiblie. La protestation populaire atteint son apogée lors du boycott du tabac déclenché en 1891 contre l'octroi du monopole du tabac à une société britannique. Mais les événements de 1891-1892 sont lourds d'autres évolutions qui marqueront le xxe siècle, témoin cette alliance politique scellée entre oulémas, bazaris (commerçants du bazar) et réformateurs sécularistes, que l'on retrouve à l'œuvre lors de la révolution constitutionnelle de 1905 à 1907, comme dans les protestations de 1907 contre la division du pays en zones d'influence. C'est la même configuration politique qui sera aux origines de la révolution islamique de 1979. Dans cette alliance triangulaire, la hiérarchie des oulémas chiites détient un rôle spécifique, sans équivalent dans le monde musulman. Si l'islam, à la différence du christianisme, est bien une religion sans Église, la Perse est dotée d'un véritable clergé depuis que, au xvie siècle, la dynastie des Safavides a converti le pays au chiisme grâce au prosélytisme de clercs venus du Liban, d'Irak ou de Bahrein. Au cours des deux siècles suivants, l'affaiblissement des Safavides et de leurs successeurs a permis aux oulémas de prendre leurs distances à l'égard du pouvoir d'État. Cette autonomisation a été servie par l'indépendance économique du clergé, assurée par sa richesse foncière et le bénéfice des taxes religieuses qui lui sont directement versées. Mais, tandis que se constituait une hiérarchie de clercs, le revivalisme de la pensée chiite ouvrait la voie à l'innovation religieuse, voire à l'activisme politique d'une fraction du clergé, celle-là même qui allait prendre, à plusieurs reprises au cours du xxe siècle, la tête des mouvements de protestation.

Balkanisation du Proche-Orient

L'effondrement de l'Empire ottoman, au lendemain de la Première Guerre mondiale, peut apparaître comme l'aboutissement logique des processus dissolvants que nous avons vus à l'œuvre tout au long du xixe siècle. Il n'en est pas moins précipité par la défaite militaire consécutive au choix de l'alliance allemande. Dès lors, les anciens tenants de l'intégrité ottomane se révéleront les adversaires les plus acharnés des Ottomans puis des Turcs. À la fin de la guerre, en l'absence de la Russie qui a basculé dans la révolution, le face-à-face franco-britannique façonne la carte territoriale du Proche-Orient d'aujourd'hui. Il le fait au mépris des réseaux d'échange traditionnels, subvertis par les nouvelles frontières qui atomisent le Croissant fertile. Les États s'ordonnent autour des groupes humains dont l'émancipation a pu bénéficier du soutien actif des puissances. La Grande-Bretagne encourage à la fois le sionisme, désireux d'obtenir la création en Palestine d'un Foyer national juif, et ce nationalisme arabe, aristocratique et militaire, incarné par le mouvement hachémite, semant ainsi les germes du conflit qui dominera l'histoire contemporaine de la région. La France émet quant à elle des prétentions sur la Syrie, tant au nom de sa protection traditionnelle des catholiques d'Orient que dans une logique d'expansion impériale qui voit dans le Proche-Orient le prolongement naturel de ses possessions maghrébines. Mais la difficulté de concilier le patronage de ses clientèles chrétiennes et le rapprochement avec les majorités musulmanes ne cessera d'hypothéquer sa politique orientale. En réalité, la France n'a guère considéré les nationalistes arabes comme des interlocuteurs crédibles, soit qu'elle les ait exclusivement assimilés à l'islam sunnite, soit qu'elle n'ait voulu y voir que l'instrument des ambitions territoriales britanniques sur le Proche-Orient : une politique qui favorisera la naissance d'un Liban indépendant, territorialement élargi sous la pression du libanisme maronite et l'éclatement de la Syrie en quatre entités distinctes. D'autres peuples seront un moment soutenus dans leurs aspirations nationales, avant d'être sacrifiés aux lois supérieures de la géopolitique. C'est le cas des Arméniens et des Kurdes. Dans le traité de Sèvres, imposé à l'Empire ottoman en 1920, les premiers se voyaient attribuer un État sous mandat américain. Aux seconds, le texte reconnaissait une entité autonome réduite à une fraction de l'actuel Kurdistan de Turquie. Car la Grande-Bretagne ne pouvait envisager l'indépendance d'un Kurdistan méridional au sous-sol gorgé de pétrole. Le repli politique américain et la résistance imprévue du mouvement national turc ruineront ce schéma. La sympathie dont les Arméniens ont un moment bénéficié dans les opinions occidentales à la suite du génocide de 1915 n'aura pas suffi à leur assurer un État. Répression et cooptation se conjugueront dans la nouvelle Turquie pour tenter de faire des Kurdes anatoliens les « Turcs des montagnes ».

Les évolutions décalées de l'entre-deux-guerres

Les années 1920 infléchissent le destin du Moyen-Orient dans des sens divergents selon que l'on considère les États arabes, pour la plupart soumis à la tutelle étrangère, ou les pays non arabes (Turquie, Iran, Afghanistan) qui parviennent à imposer leur indépendance et choisissent la voie d'une modernisation autoritaire. La renaissance turque est sans doute la plus vigoureuse. Elle se nourrit d'une lutte de libération qui élargit l'assise populaire du nationalisme et dessine les contours d'une nouvelle territorialité. Car Mustafa Kemal a très vite renoncé à reconstituer l'Empire et refusé les fantasmes pantouraniens de ceux qui rêvaient d'unifier les populations turcophones d'Asie centrale. Le succès du kémalisme tient en partie au réalisme de ce choix. Il doit également beaucoup à l'héritage ottoman. Lorsqu'il adopte le slogan de Ziya Gökalp, « turquiser, moderniser, occidentaliser », Kemal se place dans la lignée des Jeunes-Turcs, dont il est le disciple direct, et s'appuie sur une armée et sur un appareil d'État dont il hérite au sortir de la guerre. Le kémalisme entend porter le changement au cœur même de la société, sur la base d'un système politique autoritaire et centralisé, dans lequel le règne du parti unique n'est tempéré que par le paternalisme charismatique d'Atatürk. Pourtant, loin de choisir la voie d'une mobilisation de masse, le régime a noué, à la faveur de la lutte nationale, une alliance avec la bourgeoisie terrienne et commerçante. Ce choix politique explique sans doute la timidité de la réforme agraire, si on la compare du moins à certaines expériences arabes ultérieures. Il ne se démentira pas au cours des années 1930, alors même que l'État intervient directement dans le champ économique et construit un puissant secteur public, fer de lance de l'industrialisation du pays. Si le régime a su préserver ses liens avec les vieilles élites économiques, il en est allé très différemment de ses rapports avec les milieux religieux conservateurs, initialement mobilisés eux aussi dans la lutte contre l'envahisseur infidèle. La rupture avec les oulémas apparaît à la fois comme la cause et la conséquence d'une politique de laïcisation restée sans équivalent jusqu'à ce jour dans un État musulman. Laïcisation des institutions d'abord. Elle se fait par étapes : en mars 1924, le califat est aboli ; aux termes de la Constitution de 1928, l'islam cesse d'être reconnu comme religion d'État ; en 1937, enfin, la laïcité est explicitement revendiquée comme l'un des fondements de la république de Turquie. Au-delà même du champ institutionnel, l'État kémaliste s'applique à restreindre l'influence sociale de l'islam par la suppression des madrasa en 1924, l'interdiction des confréries en 1925 et la laïcisation en 1926 du statut personnel, qui interdit la répudiation et la polygamie et introduit le mariage civil. Ces mesures s'accompagnent de la volonté de contrôler l'islam officiel en créant un « clergé républicain » peu susceptible de constituer un pôle d'opposition au pouvoir.

En Perse comme en Afghanistan, les évolutions de l'entre-deux-guerres offrent quelques différences fondamentales avec celle de la Turquie. Car les indépendances y furent concédées autant que conquises, et aucune véritable guerre de libération n'est venue y enraciner l'État dans la nation. La Perse doit son émancipation à l'effacement de la Russie au lendemain de la révolution bolchevique, alors même que la Grande-Bretagne, affaiblie par la guerre, ne parvient plus à contrôler l'ensemble du Moyen-Orient. Dans un pays où le mouvement national reste minoritaire et fragmenté, les Anglais favorisent en 1921 la prise de pouvoir par les Cosaques de Reza Khan, le futur Reza Shah. L'Afghanistan pour sa part, défense avancée de l'empire des Indes, se trouve placé jusqu'en 1919 sous une tutelle britannique effective. La guerre conduite par le roi Amanullah libérera le territoire de la pression anglaise sans pour autant mettre fin aux ingérences du gouvernement des Indes. Les monarchies de Téhéran et de Kaboul, à la différence de la république turque, règnent sur des sociétés ethniquement composites et socialement fragmentées. La prégnance des structures tribales, au demeurant très variable selon les régions, apparaît comme un obstacle majeur à l'extension de l'appareil d'État, ce qui place au cœur des enjeux politiques la formation d'une armée nationale et la diffusion d'un enseignement moderne. La Perse, devenue l'Iran en 1934, amorce, à l'exemple de la Turquie, une politique d'industrialisation menée par l'État et financée par les royalties du pétrole. La volonté modernisatrice du régime se manifeste par quelques mesures symboliques, dont le dévoilement des femmes, sans qu'on puisse parler ici de véritable tentative de sécularisation de la société ni de laïcisation des institutions. Pourtant, la politique du shah pose les bases d'un dualisme culturel qui s'aggravera sous le règne de Mohamed Reza pour exploser au moment de la révolution islamique. Dans l'Afghanistan voisin, la société traditionnelle se forge comme pôle d'opposition à l'État réformateur d'Amanullah (1919-1929) ; la conjonction entre l'hostilité des tribus et celle de l'islam conservateur entraînera finalement la chute du monarque.

Toute autre apparaît l'évolution des pays de l'Orient arabe. La tutelle mandataire occidentale accentue le décalage avec la Turquie voisine dont l'expérience modernisatrice ne suscite qu'un lointain écho dans les sociétés locales. Après les indépendances pourtant, la plupart des États arabes connaîtront des évolutions économiques et politiques très comparables à celles de la Turquie kémaliste. Pour l'heure, la Grande-Bretagne et la France mettent en place deux modèles de domination très différents. Les Anglais choisissent d'associer les élites locales à la gestion politique interne, tout en conservant un contrôle direct sur la défense, les affaires étrangères et la protection des intérêts occidentaux. Ce modèle échouera pourtant en Palestine devant la difficulté à obtenir la participation conjointe des élites juives et arabes. Car les notables arabes manifestent leur rejet de la politique britannique d'immigration et de vente de terres aux colons juifs, en refusant de jouer le jeu institutionnel du mandat. Le modèle français reflète quant à lui l'expérience des officiers et des administrateurs venus du Maghreb, qui cherchent à imposer une domination directe sur les sociétés locales en méconnaissant trop souvent leurs complexités. La confrontation initiale avec les forces nationalistes, qui incitera une fraction de l'élite urbaine à refuser toute coopération avec la France, ne pouvait qu'aggraver une telle situation. Dès lors, la puissance mandataire choisit de s'appuyer sur les campagnes contre les villes et sur les minorités confessionnelles contre la majorité sunnite. Mais la révolte syrienne de 1925 souligne l'ampleur de l'échec français en ce qu'elle est à la fois révolte druze traditionnelle contre les empiétements de l'État mandataire, laïque et centralisateur, et révolte nationaliste syrienne. Il faudra pourtant attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale et les pressions britanniques sur l'allié français pour voir le Liban et la Syrie accéder à l'indépendance.

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

vidéo

Première Guerre mondiale. S.D.N. Crise de 1929. Communisme. Nazisme.La Première Guerre mondiale, véritable matrice du nouveau siècle, procède directement de l'exacerbation des tensions nationalistes en Europe. En 1917, l'intervention nord-américaine accélère la défaite des Empires centraux... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Au-delà des tutelles étrangères qui conservent la responsabilité des grands choix politiques, c'est une oligarchie urbaine, terrienne et commerçante à la fois, souvent liée à l'establishment religieux des oulémas, qui exerce sa domination sur les sociétés du Proche-Orient. Elle y développe des formes de pluralisme politique inspirées du modèle occidental. Venant après les expériences de modernisation de l'État qui ont marqué le xixe siècle ottoman, cet épisode libéral contribue, en dépit de ses limites, à la maturation politique des sociétés et, s'il ne fut qu'une courte parenthèse historique, il sert volontiers de référence aujourd'hui, au regard des résultats pour le moins ambivalents de régimes autoritaires plus récents. Un patriotisme balbutiant, à mi-chemin entre la loyauté traditionnelle au groupe de base et l'identification à la nation arabe ou à la umma musulmane, cristallise les luttes d'indépendance. Il sera consacré par la création, en 1945, d'une Ligue des États arabes. Pourtant, le courant nationaliste arabe prépare ses triomphes à venir. Héritier du premier arabisme politique, il connaît une double évolution. Tandis qu'il élargit ses bases sociales dans les couches nouvelles de la petite et moyenne bourgeoisie urbaine, il fait l'objet d'une théorisation plus achevée dans des cercles d'intellectuels syriens occidentalisés. Le philosophe alaouite Zaki al-Arsūzī et plus tard les damascains Aflaq et Bitar réfléchissent au destin de la nation arabe et posent les bases idéologiques de ce qui deviendra, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le Parti de la résurrection arabe, le Baas. La nation, dont ils reconstruisent le passé prestigieux et qu'ils projettent dans l'utopie d'un avenir glorieux, repose d'abord sur une véritable mystique de la langue, conçue comme le fondement culturel, mais aussi spirituel, d'un destin historique commun. L'héritage de l'islam trouve sa place au sein du patrimoine culturel dans la mesure où il est défini comme la manifestation la plus haute de la pensée arabe. La vision organique et totalisante de la nation que développent les théoriciens du Baas n'est pas sans rappeler la conception idéaliste du nationalisme allemand qui influença très directement Arsūzī. Elle exprime, dans des termes voisins, une configuration socio-historique dans laquelle l'aspiration nationale n'a été précédée ni par la construction de l'État ni par une pleine émancipation de l'individu. La collectivité nationale réduit alors son projet politique à l'affirmation d'une identité culturelle érigée en absolu.

La Ligue arabe

La Ligue arabe

photographie

L'Égypte, l'Irak, la Syrie, le Liban, l'Arabie Saoudite, le Yémen et la Transjordanie signent la charte de la Ligue arabe, au Caire, le 22 mars 1945. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La mobilisation politique revêt enfin, au cours des années 1930, la forme d'une réislamisation populiste des sociétés. L'événement fondateur en est la création en Égypte, en 1928, de l'Association des Frères musulmans d'Hassan al-Banna. La référence à un islam conçu comme une idéologie autant que comme une religion n'est pas nouvelle, nous l'avons déjà rencontrée dans le panislamisme de la fin du xixe siècle. Une fois encore, l'impulsion initiale vient du sous-continent indien ; Banna et ses partisans empruntent l'essentiel de leur thématique à des penseurs indiens comme Mawdudi ou Nadvi. Mais l'islam qu'ils revendiquent n'est plus un simple instrument de mobilisation unitaire. C'est un modèle social et politique qui cherche à concurrencer les idéologies venues d'Occident. En mettant l'accent sur le caractère totalisant d'une religion qui porte en elle un système global d'organisation sociale, les Frères posent explicitement la question de l'État. Leur réflexion s'ordonne autour de la figure de l'émir, chef unique de la communauté, dont les modalités de désignation restent mal définies : s'il ne s'impose pas de lui-même, ce qui demeure l'idéal, il pourra être choisi par une élection conçue comme la forme moderne du consensus de la communauté (ijma'). Il sera soumis au devoir de consultation (shūra) selon l'injonction du Coran lui-même, sans qu'il soit clairement précisé qui devra être consulté : les oulémas, l'ensemble des notables ou les seuls militants islamistes ?

La progression de l'idéal des Frères musulmans répond initialement au pourrissement de la domination anglaise en Égypte. Mais c'est sans doute la dégradation de la situation en Palestine, au lendemain des émeutes judéo-arabes de 1929, qui donne au mouvement sa véritable impulsion. Ces affrontements, qui éclatent symboliquement au pied du Mur des lamentations, auront un profond retentissement dans l'ensemble du Proche-Orient arabe. C'est probablement de là qu'il faut dater cette singulière aptitude de la question palestinienne à focaliser les tensions politiques régionales. En Palestine même, les réactions aux progrès de l'implantation sioniste se teintent d'islam. Le mufti de Jérusalem, Haj Amīn al-Husseini, orchestre la mobilisation autour de la défense des Lieux saints dont il fait l'ordre du jour du Congrès islamique de 1931. Figure emblématique de l'establishment urbain traditionnel, sa personnalité domine la révolte de 1936 dont l'échec ruinera le premier mouvement national. L'insurrection plongeait en réalité ses racines dans la mobilisation populiste conduite dans les campagnes de Galilée par le cheikh al-Qassām. Mais qu'il fût urbain ou rural, élitiste ou populaire, l'islamo-nationalisme palestinien menait un combat de défense communautaire contre une communauté juive de Palestine (yichouv) qui, au même moment, se structurait comme un quasi-État.

Mur des Lamentations à Jérusalem (Israël)

Mur des Lamentations à Jérusalem (Israël)

photographie

Appelé mur des Lamentations par les chrétiens, le mur occidental correspond au dernier vestige du temple qu'Hérode avait dressé sur le mont Moriah à Jérusalem et qui fut détruit avec la ville par les Romains en 70. Il a pris valeur de symbole dans la conscience juive, qui en a fait un lieu... 

Crédits : Insight Guides

Afficher

Guerre froide et conflit israélo-arabe

La Seconde Guerre mondiale fait basculer le Moyen-Orient dans la guerre froide. Sa longue frontière commune avec l'U.R.S.S. et l'importance des ressources pétrolières indispensables à la reconstruction de l'Europe suffisent à l'expliquer. La guerre froide commence en Iran lorsque les Soviétiques refusent de se retirer du pays et apportent leur soutien aux expériences autonomistes des Azéris et des Kurdes. Elle s'y prolonge autour de l'enjeu pétrolier lorsque le gouvernement de Front national du docteur Mossadegh, au terme d'infructueuses négociations avec l'Anglo-Iranian Petroleum Company (A.I.O.C.) sur le partage des profits, décide la nationalisation du pétrole iranien. Dans l'épreuve de force qui l'oppose à la communauté internationale, le régime bénéficie dans un premier temps d'un large soutien dans les forces politiques du pays depuis le Tudeh jusqu'à la fraction du clergé regroupée derrière l'ayatollah Kashani. Le pouvoir autant que l'opinion espèrent encore être en mesure de compter sur l'appui américain. Mais, lorsque le général Zahedi renverse le gouvernement, en août 1953, avec l'aide de la C.I.A., aucun doute n'est plus permis sur la position des États-Unis après l'arrivée à la Maison-Blanche du tandem Eisenhower-Foster Dulles.

La Turquie pour sa part a choisi le camp occidental dès 1945 en dépit de la politique de neutralité menée par Ismet Inönü durant la guerre. En 1947, Ankara adhère à la doctrine Truman et accorde des bases militaires aux États-Unis. Son entrée à l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (O.T.A.N.), en 1951, en fait une pièce maîtresse du dispositif occidental qui sera complété, en 1955, par la signature du pacte de Bagdad, traité de défense commune qui regroupe, autour de la Grande-Bretagne, la Turquie, l'Irak, l'Iran et le Pakistan. Un cordon étanche cerne désormais les frontières de l'U.R.S.S. entre l'O.T.A.N. et l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est (O.T.A.S.E.). Mais l'Occident souhaiterait rattacher l'ensemble de l'Orient arabe au système de sécurité occidental. Si cette région n'est placée qu'en deuxième ligne en termes de stratégie pure, l'exploitation des gisements pétroliers de la péninsule lui confère un poids nouveau dans la géopolitique régionale.

Mais l'onde de choc de la naissance d'Israël, le 14 mai 1948, a profondément déstabilisé le Proche-Orient. La défaite des armées arabes en Palestine a jeté le discrédit sur les élites au pouvoir, et des militaires nationalistes profiteront des tensions régionales pour renverser les oligarchies en place. La Syrie connaît trois coups d'État au cours de la seule année 1949. En Égypte, l'échec de la Palestine, mal compensé par l'occupation de la bande de Gaza, vient exacerber les vieilles frustrations nationales : le Soudan et plus encore Suez où se développe, au début des années 1950, une guérilla larvée. De nombreux Frères musulmans y participeront, de même qu'un certain Yasser Arafat. Le renversement de la monarchie par les Officiers libres de Nasser, en 1952, vient couronner cette effervescence nationaliste. Seule la Transjordanie hachémite a pu annexer la Cisjordanie en 1950 avec la bénédiction de la Grande-Bretagne, tout en échappant aux radicalisations politiques internes. Dès lors, le rejet d'Israël apparaît comme un élément central de la culture politique arabe, celle des élites comme celle des opinions publiques. Le nouvel État n'est pas perçu dans sa dimension nationale, mais comme une insupportable greffe étrangère sur le sol de la patrie arabe et comme l'ultime séquelle de l'impérialisme occidental au Proche-Orient. Mais, alors que la priorité des gouvernements arabes reste la lutte contre Israël, la grande peur des Occidentaux réside dans l'expansionnisme soviétique. L'assimilation abusive entre radicalisation nationaliste et menace communiste contribuera à jeter les régimes arabes dans les bras de Moscou à l'heure où les Soviétiques, réévaluant leur stratégie, choisissent de soutenir les petites bourgeoisies nationalistes dans le monde arabe au détriment des Partis communistes locaux. C'est tout le sens de l'épisode de Suez. La nationalisation du canal, en juillet 1956, est une réplique de Nasser au refus des Occidentaux de financer, sans conditions politiques, le haut barrage d'Assouan. Dès lors, le patriote égyptien devient le leader charismatique d'une nation arabe qui semble devoir marcher vers l'unité et la libération, comme en témoignent l'union syro-égyptienne de février 1958 ou le renversement de la monarchie hachémite d'Irak, en juillet de la même année. Non content d'inquiéter l'Occident, l'irrésistible radicalisation arabiste provoque une fracture idéologique qui oppose progressistes et conservateurs dans une véritable « guerre froide interarabe ». Le fragile équilibre libanais n'y résistera pas, les clivages politiques entre nassériens et « loyalistes » dérivant vers des polarisations confessionnelles islamo-chrétiennes.

Création de l'État d'Israël, 1948

Création de l'État d'Israël, 1948

vidéo

À partir de la fin du XIXe siècle, de nombreux juifs européens viennent s'installer en Palestine. Cette immigration massive est le fruit de l'idéologie sioniste qui prône l'établissement d'un foyer national juif. Ce mouvement se traduit par la mise en valeur agricole du territoire,... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

Bombes égyptiennes sur Tel-Aviv

Bombes égyptiennes sur Tel-Aviv

photographie

L'aviation égyptienne vient de bombarder la ville israélienne de Tel-Aviv, lors de la guerre israélo-arabe de 1948. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Crise de Suez, 1956

Crise de Suez, 1956

vidéo

Le 26 juillet 1956, le président égyptien Gamal Abdel Nasser, annonce à Alexandrie la nationalisation du canal de Suez. Le 30 octobre, Français et Anglais lancent une intervention militaire dans la région. Les Français reprochent à Nasser son soutien aux nationalistes algériens. Les... 

Crédits : National Archives

Afficher

Création de la République arabe unie, 1958

Création de la République arabe unie, 1958

vidéo

Le 1er février 1958, au Caire, le président égyptien Gamal Abdel Nasser reçoit son homologue syrien Chukri Al-Quwwatli. À la mosquée Al-Azhar, les deux hommes signent l'acte de naissance de la République arabe unie, formée de l'Égypte et de la Syrie. Manifestation ultime du... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

Le conflit israélo-arabe redevient central au début des années 1960. Car la défense de la cause palestinienne apparaît comme le principal test de légitimité politique pour les régimes arabes nationalistes. Le nouveau leader irakien, le colonel Qassem, suggère, dès 1959, la proclamation d'une république palestinienne et la formation d'une Armée de libération de la Palestine. Les surenchères suscitées par son initiative conduiront à la création, en 1964, sous le patronage nassérien, d'une première Organisation de libération de la Palestine. La guerre de juin 1967 enferme l'affrontement israélo-arabe dans les rigidités de la guerre froide, dès lors qu'Israël, devenu le principal allié stratégique des États-Unis dans la région, écrase les armées arabes clientes de l'U.R.S.S. La défaite égyptienne, qui porte en elle le reflux du nationalisme arabe, libère dans l'immédiat des capacités de mobilisation palestinienne autonomes. Car une nouvelle génération d'activistes est née dans les camps de l'exil et s'organise en petits groupes de résistance dès la fin des années 1950. Le plus significatif d'entre eux voit le jour au Koweït en 1959 sous le nom de Fatah. La lutte armée s'impose comme un instrument de mobilisation capable de refaire le lien politique rompu entre des communautés dispersées de réfugiés, et la défaite des armées conventionnelles, en 1967, confère à la guérilla palestinienne un poids accru sur la scène régionale. Désormais investis des espoirs de la nation arabe, les groupes de résistance n'en sont pas moins soumis à la volonté de contrôle des États. Dans la nouvelle O.L.P. que Yasser Arafat préside depuis 1969, le clivage principal oppose le Fatah aux radicaux du Front populaire et du Front démocratique de libération de la Palestine. Issus de la mouvance nationaliste arabe et convertis au marxisme, ces derniers continuent de poser l'unité arabe comme un préalable à la libération de la Palestine. Le Fatah s'attache au contraire à inverser les priorités afin de rendre aux Palestiniens la maîtrise de leur propre cause. Toutefois, la dépendance territoriale autant que financière et politique du mouvement palestinien à l'égard des États arabes fait obstacle à une véritable autonomie, inscrivant la diplomatie palestinienne dans le jeu pragmatique des alliances régionales. Les programmes politiques successifs de l'O.L.P. contribuent pourtant à dégager le territoire de la Palestine de l'emprise symbolique de la nation arabe. Celui de 1974, qui, le premier, suggère un possible partage territorial du pays avec l'État d'Israël, peut aussi apparaître comme la clé d'une émancipation palestinienne à l'égard des tutelles arabes.

1962 à 1989. De la guerre froide à la détente

1962 à 1989. De la guerre froide à la détente

vidéo

Néo-colonialisme. Choc pétrolier. Coexistence pacifique.Au lendemain de la crise des missiles de Cuba, qui a fait surgir le spectre d'une troisième guerre mondiale, la "détente" est à l'ordre du jour des relations Est-Ouest.Mais de nombreux conflits périphériques persistent. Au... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Guerre de Six Jours, 1967

Guerre de Six Jours, 1967

vidéo

Le 10 juin 1967, la troisième guerre israélo-arabe, appelée guerre de Six Jours en raison de sa durée, s'achève par une victoire foudroyante de l'armée israélienne et la déconfiture totale des pays arabes. Les gains territoriaux d'Israël sont considérables : au sud, Gaza et la péninsule... 

Crédits : National Archives

Afficher

Des États « autoritaires-modernisateurs »

Nombre de pays de l'Orient arabe traversent, au cours des années 1950 et 1960, une phase de modernisation autoritaire assez comparable à ce que fut l'expérience du kémalisme en Turquie. Des militaires nationalistes chassent les vieilles oligarchies compromises avec le colonisateur et rendues responsables de la défaite de 1948 en Palestine. Ces régimes prétoriens se font les porte-parole de nouvelles forces sociales issues des classes moyennes, car les armées apparaissent souvent comme les seuls corps politiques organisés. Ce sont toutefois des armées récentes, sans tradition corporatiste, qui se recrutent dans les couches moyennes et populaires de la société rurale. La culture politique autoritaire dont elles sont porteuses se conjugue avec une authentique aspiration au bouleversement social, au nom d'une idéologie populiste. Dans les systèmes politiques issus des coups d'État militaires, s'opère une relative confusion au sommet entre l'armée, la bureaucratie et le parti unique. Mais, quel que soit l'équilibre des rapports de force internes au pouvoir, l'État accroît partout son emprise sur la société. Ce poids nouveau de l'État est indissociable des choix développementalistes qu'opèrent des régimes conscients des décalages économiques à combler avec l'Occident. L'État se prévaut de la faiblesse des bourgeoisies nationales, incapables d'assurer l'accumulation primitive, pour définir lui-même les choix d'investissement dans le cadre d'une planification à la soviétique et pour prendre en charge la gestion de l'économie au moyen d'un important secteur public. La réforme agraire figure le plus souvent parmi les premières mesures adoptées. Ses objectifs initiaux sont politiques autant qu'économiques : il s'agit de casser le pouvoir de l'ancienne oligarchie tout en assurant aux nouveaux régimes une assise solide dans la petite et moyenne paysannerie, bénéficiaires de la redistribution foncière. Si l'on en juge pourtant par le maintien autoritaire de faibles prix agricoles à la production, c'est la nécessité de nourrir les villes qui l'a finalement emporté sur la recherche du soutien politique des campagnes. Le transfert de richesses ainsi assuré en faveur des milieux urbains a contribué à accélérer l'exode rural mais aussi à creuser les déficits alimentaires par ailleurs aggravés par la pression démographique. Le monde arabe, globalement autosuffisant dans les années 1950, importe, dans les années 1990, la moitié environ de ses besoins en nourriture. Le sacrifice des agricultures n'est pas non plus dissociable de la priorité reconnue à l'industrie lourde par la majorité des États. La volonté de construire une solide base productive et de casser la dépendance à l'égard de l'environnement international conduit les régimes à préférer de grands projets industriels qui sont autant de symboles du développement : des barrages, comme à Assouan en Égypte ou à Tabqa sur l'Euphrate syrien, des centrales thermiques, des aciéries, bientôt des complexes pétrochimiques. Cette politique économique s'accompagne du souci de développer les infrastructures ainsi que les services offerts à la population. L'effort consenti dans le domaine de l'éducation, s'il a contribué à nourrir une bureaucratie pléthorique et peu productive, a donné naissance à ces « nouvelles classes moyennes salariées » qui ont durablement bouleversé la structuration des sociétés. Le socialisme arabe, défini comme une voie moyenne entre le capitalisme et le socialisme marxiste, n'est rien d'autre que ce développementalisme volontariste impulsé par l'État, accompagné du souci de réduire les inégalités sociales par une large redistribution des ressources.

C'est en cela qu'il a pu rejoindre le « socialisme islamique » théorisé par les Frères musulmans. Pour eux, l'homme est chargé de la lieutenance divine sur cette terre, ce qui en fait le gestionnaire plus que le propriétaire des biens de ce monde. L'héritage et l'appropriation privée ne sont justifiés que s'ils ne conduisent pas à une accumulation excessive. Toutefois, pour les biens relevant de l'intérêt commun, il peut être légitime que l'État, agissant au nom du peuple, procède à des nationalisations, fixe les prix et planifie l'économie . Il se doit aussi de percevoir l'aumône légale (zakāt) et de la redistribuer afin d'assurer la justice sociale par un transfert de richesses des riches vers les pauvres. Cette convergence idéologique n'a toutefois pas empêché la rupture entre le régime nassérien et les Frères musulmans dès 1954 et la persécution violente menée contre l'Association au cours des années 1960. S'il faut faire la part des rivalités d'ambition dans la genèse de cette rupture, les mesures laïcisantes qui ont accompagné l'extension de l'appareil d'État n'y sont sans doute pas étrangères non plus. En réalité, le régime cherchait moins à séculariser les institutions qu'à prendre le contrôle d'un islam officiel comme en témoignent les réformes de l'université Al-Azhar en 1961. Il cherchait aussi à étendre le champ d'application des juridictions séculières sans investir tout à fait le domaine du statut personnel. L'un des moyens consistait à enlever au droit familial certaines questions qui en relevaient jusqu'alors, comme la filiation ou la succession, afin d'opérer une distinction croissante entre le droit des personnes qui continuerait à relever de la charia (sharī'a) et celui des biens qui serait l'objet de la législation d'État. Ajoutons que, dans les sociétés mixtes, la réforme du statut personnel visait aussi à réduire les bases juridiques des particularismes confessionnels. Ainsi le droit se trouvait-il placé, au même titre que l'éducation ou l'industrie, au service d'un progrès social dont les États « autoritaires-modernisateurs » s'arrogeaient la définition exclusive.

En la matière, la Turquie fait figure de cas « à part », car le pluralisme politique y est progressivement imposé à partir des années 1950. La victoire du Parti démocratique d'Adnan Menderes, comme plus tard la montée de son héritier, le Parti de la juste voie de Süleyman Demirel, manifeste la poussée d'une bourgeoisie d'affaires née de la croissance des années 1930 et 1940. Le coup d'État militaire de 1960 ne parvient pas à imposer durablement le retour des élites kémalistes ; il n'en donne pas moins au pays la Constitution la plus libérale de son histoire.

Percées saoudiennes

Le coup fatal porté à l'Égypte par la défaite de juin 1967 ouvre la voie à l'accession de l'Arabie Saoudite au rang de puissance régionale. Au nationalisme arabe prôné par Nasser les souverains saoudiens opposent un islam conservateur qui s'organise à partir de 1969 dans une Ligue des États islamiques. Le royaume saoudien est le fruit d'une histoire singulière. Il est né de la rencontre entre les ambitions d'une chefferie tribale, celle des Saoud du Najd, et l'appel à la réforme de l'islam lancé à la fin du xviiie siècle par le prêcheur Mohamad ibn Abdelwahhab. L'islam wahhabite qui lui doit son nom allie fondamentalisme scripturaire, puritanisme moral et rigorisme des pratiques. Le royaume actuel est issu de la reconquête du Najd en 1902 par Abd al-Aziz ibn Saoud alors exilé au Koweït. Profitant de l'affrontement entre Britanniques et Ottomans dans la péninsule, le futur souverain réduit un à un ses rivaux traditionnels, les Ibn Rachid de Haïl comme les Hachémites du Hedjaz. Le contrôle des Lieux saints de l'islam, La Mecque et Médine, lui assure à la fois les revenus confortables du pèlerinage et une puissante source de légitimité, même si la région, dominée par une vieille bourgeoisie commerçante ouverte aux influences extérieures, demeure assez mal contrôlée par le pouvoir de Riyad. Si l'alliance saoudo-wahhabite ne s'est pas démentie depuis le xviiie siècle, c'est une alliance inégale dans laquelle un pouvoir dynastique à base tribale s'est assuré l'allégeance du corps des oulémas. Les Al-Shaikh, actuels descendants d'Abdelwahhab, détiennent toujours le ministère des Waqf, celui de la Justice et de l'Éducation. Mais le monopole des postes clés revient aux Saoud, liés par mariage à des clans subalternes comme les Sudaïris ou les Ibn Jelawi.

Abd al-Aziz ibn Saoud

Abd al-Aziz ibn Saoud

photographie

Exilé, comme son père, à Koweït, Abd al-Aziz ibn Saoud reprit la ville de Riyad en 1902. Au fur et à mesure de ses conquêtes, il récupéra son patrimoine familial. En septembre 1932, il se fit proclamer roi d'Arabie Saoudite. Son fils Saoud IV lui succéda en 1953. 

Crédits : Getty

Afficher

La chance historique du royaume saoudien repose sur le pétrole, exploité depuis la Seconde Guerre mondiale par un consortium américain, l'Arabian American Oil Company ou Aramco, progressivement nationalisé par des prises de participation de l'État. Le quadruplement du prix du baril en 1974 a fait de l'Arabie Saoudite un colosse financier et l'un des piliers de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (O.P.E.P.). Lors du second choc pétrolier de 1978-1979, le baril atteindra 40 dollars (contre 2 dollars en 1970), mais le contre-choc de 1986 l'a stabilisé depuis lors autour de 15 dollars. Les revenus des pays producteurs de la péninsule, qui dépassaient 130 milliards de dollars au début des années 1980, ont ainsi été ramenés à quelque 40 milliards dans les années 1990. Mais une véritable économie régionale du pétrole s'est développée, qui déborde les frontières des pays producteurs. Elle est alimentée par les transferts financiers des nombreux migrants attirés par les hauts salaires de la péninsule ; ils étaient de 5 à 6 millions au milieu des années 1980, mais se voient aujourd'hui remplacés par des immigrés asiatiques jugés politiquement moins subversifs. Les retombées de l'or noir n'ont pourtant guère contribué à l'intégration des économies régionales, en dépit des espérances initiales de complémentarité entre les pays fournisseurs de main-d'œuvre et ceux qui détiennent les capitaux. Le commerce interrégional lui-même, qui ne représentait que de 8 à 9 p. 100 du commerce global du Moyen-Orient en 1970, est tombé à moins de 5 p. 100 au cours des années 1980. Les écarts enfin n'ont fait que se creuser entre les économies : en 1990, le revenu annuel par habitant n'était que de 700 dollars en Égypte et de 1 000 dollars en Syrie, contre 7 000 dollars en Arabie Saoudite où il avait atteint 12 000 dollars au début de la décennie de 1980.

Sa puissance financière confère à l'Arabie Saoudite un poids politique nouveau au Moyen-Orient. Dès le sommet de Khartoum en 1967, Riyad instaure un partage durable des tâches selon les termes duquel les États pétroliers financeraient les « pays du champ de bataille », contribuant ainsi à la défense commune contre Israël. Des régimes monarchiques aux bases sociales étroites pouvaient y trouver l'assurance d'une certaine stabilité tant régionale qu'intérieure La guerre d'octobre 1973, coïncidant avec l'augmentation des prix du pétrole, ouvre l'ère des grandes manœuvres saoudiennes au Proche-Orient. Ce conflit, voulu par Sadate pour sortir de l'impasse et préparer la paix, se termine par une semi-victoire arabe bientôt relayée par un embargo pétrolier. Si la mesure est restée sans effet durable sur l'approvisionnement occidental, sa signification politique locale n'est pas négligeable. Elle a permis aux États arabes, regroupés derrière le meneur de jeu saoudien, de se préparer à d'éventuelles négociations en position de force. Car la guerre d'octobre est le dernier affrontement conventionnel entre Arabes et Israéliens. Lorsque l'Égypte signe la paix avec l'État hébreu en mars 1979, c'est une page décisive de l'histoire contemporaine du Proche-Orient qui se tourne. Mais, depuis 1975 déjà, le retrait arabe enferme le conflit israélo-palestinien dans le huis clos libanais. La résistance palestinienne en armes a profité de la faiblesse de l'État pour s'y implanter massivement après les combats du Septembre noir (1970) en Jordanie. Craignant de reproduire son isolement jordanien, l'O.L.P. se rapproche de l'establishment sunnite conservateur mais aussi de la gauche libanaise qui milite pour une déconfessionnalisation du système politique. Les conservateurs chrétiens quant à eux cherchent à sauver la singularité du Liban, trop souvent confondue avec leur propre domination sur le pays, en fulminant contre le monde arabe qui se serait déchargé sur le Liban du fardeau palestinien. De fait, l'Arabie Saoudite et l'Égypte cherchent à neutraliser les extrémistes palestiniens du Front du refus, ceux qui récusent le programme de 1974 et l'évolution des États de la région vers une « paix américaine ». La Syrie à l'inverse, sous couvert de fermeté à l'égard d'Israël, entend s'assurer le contrôle du Liban et de la résistance palestinienne. Entre 1978 et 1981, de violents combats opposent les Syriens aux forces conservatrices chrétiennes qui préparent l'invasion du pays par leurs alliés israéliens. L'opération Paix en Galilée, déclenchée en juin 1982, doit permettre d'instaurer un pouvoir chrétien fort sur un Liban résolument tourné vers l'Occident ; mais son objectif principal reste la destruction de l'infrastructure militaire et politique de l'O.L.P. L'évacuation des combattants palestiniens du Liban affaiblit durablement l'O.L.P. désormais éloignée des frontières d'Israël et coupée du peuple des camps. Elle marque sans doute aussi le triomphe des raisons d'État sur la fuite en avant de l'utopie arabiste.

Char Centurion israélien

Char Centurion israélien

photographie

Un char israélien Centurion dans le désert du Sinaï, pendant la guerre de Kippour, en 1973. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Fin de la guerre de Kippour

Fin de la guerre de Kippour

photographie

Des soldats des Nations unies et des journalistes assistent à la signature, le 11 novembre 1973, sur le front égyptien (au kilomètre 101, sur la route Le Caire-Suez), d'un premier accord égypto-israélien, obtenu par Henry Kissinger. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Paix en Galilée

Paix en Galilée

photographie

Des réfugiés libanais quittent Saïda, dans le sud du Liban, par le pont sur le fleuve Awali, après l'invasion des troupes israéliennes de juin 1982, lors de l'opération Paix en Galilée, qui durera jusqu'en 1985. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L'ébranlement iranien

Depuis son accession au pouvoir en 1941, Mohamed Reza Pahlavi a poursuivi la modernisation autoritaire de l'Iran entreprise par son père. Un capitalisme d'État nourri par la rente pétrolière assure un développement économique à marches forcées, qui donne la priorité à l'industrie lourde et aux grands projets d'équipement. Si la croissance globale permet de faire passer le revenu moyen par habitant de 200 dollars en 1963 à 1 000 dollars en 1970, elle n'en exacerbe pas moins les inégalités sociales, symbolisées par l'enrichissement d'une bourgeoisie affairiste souvent proche du Palais. En dépit de son attachement aux projets industriels de prestige, l'État ne néglige pas le développement rural, si l'on en croit le programme de « révolution blanche » lancé en 1962-1963. Il prévoyait une réforme agraire, au demeurant modérée et progressive, accordait le droit de vote aux femmes, créait enfin une « armée du savoir » chargée d'alphabétiser les campagnes. Le pouvoir entendait ainsi désamorcer tout risque de révolution, qu'il s'agisse de révolution rouge ou de révolution noire, celle du clergé, toutes deux également redoutées du souverain. C'est bien cette double opposition qui se renforce au cours des années 1970. Elle rejette la dépendance accrue de l'Iran à l'égard des États-Unis, car le shah, personnellement très attaché à la modernisation de l'armée, a fait de l'Iran l'un des piliers de la stratégie américaine au Moyen-Orient. Elle se mobilise également contre la dictature politique, incarnée par la Savak, la police secrète du régime, contre le développement inégal et la corruption, contre l'aliénation culturelle enfin, qui déstabilise en profondeur la société iranienne. La crise économique que traverse le pays favorise la conjonction des oppositions, mais c'est l'alliance entre les bazaris et le clergé qui assurera le triomphe final de la révolution, en utilisant le potentiel émotionnel du chiisme pour mobiliser les masses urbaines. Ajoutons que la singularité de la révolution islamique iranienne réside également dans l'alliance entre une intelligentsia islamo-marxiste très imprégnée de tiers-mondisme, dont Ali Shariati pourrait fournir l'exemple, et un clergé lui-même très divisé entre le libéralisme d'un Shariat Madari, le fondamentalisme d'un Motahhari et l'activisme d'un Khomeyni.

Propagande nationaliste iranienne, 1950

Propagande nationaliste iranienne, 1950

photographie

Un journal iranien pro-gouvernemental dénonce l'influence de l'U.R.S.S. en Iran (dans les années 1950). Une main rouge se tend vers les mosquées de l'Iran, par-dessus la frontière montagneuse du Nord. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La constitution de la république islamique instaure un régime parlementaire présidentialiste dans lequel les religieux forment une manière de conseil constitutionnel chargé de vérifier la conformité des lois avec la charia. Le guide de la révolution lui-même apparaît plus comme l'arbitre suprême que comme le chef politique du pays. Si le texte constitutionnel fait de la charia la loi de l'État, les applications concrètes en sont très variables selon les domaines. Ainsi, les sanctions pénales prévues par la loi de l'islam, comme l'amputation de la main des voleurs ou la lapidation des coupables d'adultère, ont été réintroduites. En revanche, les femmes bénéficient des mêmes droits que les hommes, même si la mixité est refusée, et aucune discrimination légale ne frappe les minorités religieuses.

À peine consolidé, le nouveau régime iranien entre dans un long conflit avec son voisin irakien. Les différends sont nombreux entre les deux pays : litige territorial sur la frontière du Chatt el-Arab, antagonisme traditionnel entre nationalisme arabe et nationalisme persan, ambitions hégémoniques rivales sur le Golfe. Mais c'est peut-être dans l'affrontement entre le modèle iranien d'État islamique et l'arabisme laïcisé du Baas que réside le véritable enjeu des combats. En dénonçant l'accord d'Alger de 1975 qui réglait le contentieux territorial entre les deux pays, Saddam Hussein entendait mener une guerre éclair qui déstabiliserait le nouveau régime de Téhéran. Ce fut en réalité une longue guerre de position qui épuisa les deux belligérants et bouleversa les données de la géopolitique régionale. L'affrontement déplace en effet vers le Golfe le centre de gravité des conflits locaux et marginalise pour un temps la question israélo-arabe. Il recompose aussi les rapports de forces internes au Moyen-Orient. L'Irak obtient le soutien financier massif des monarchies de la péninsule, inquiètes du prosélytisme iranien et regroupées depuis 1981 dans un Conseil de coopération du Golfe dont la vocation paraît avant tout sécuritaire. L'Arabie Saoudite fait figure de cible privilégiée pour les activistes de Téhéran qui remettent en cause sa légitimité de gardien des Lieux saints de l'islam et suscitent divers incidents à l'occasion du pèlerinage. Ceux de 1987 feront plus de quatre cents morts. La Syrie, à l'inverse, se rapproche de l'Iran au mépris de toute solidarité arabe. Une telle alliance n'a rien qui doive surprendre, et il n'est nul besoin pour l'expliquer d'avoir recours à une quelconque connexion chiite qui rapprocherait Iraniens et Alaouites syriens. Les facteurs stratégiques suffisent. L'alliance iranienne s'impose à Damas pour tenter de prolonger la conjoncture singulière qui fait de la Syrie des années 1980 une véritable puissance régionale, en l'absence de l'Égypte, exclue de la scène arabe depuis 1979, et de l'Irak, enlisé dans la guerre. La recomposition des forces locales se trouve facilitée par l'ambivalence des positions adoptées par les grandes puissances. Car la guerre irako-iranienne, à la différence du conflit israélo-arabe, ne s'inscrit pas dans une stricte logique bipolaire, et il faudra les menaces directes pesant sur la circulation pétrolière dans le Golfe pour que l'Occident intervienne, imposant la paix aux deux pays épuisés.

Guerre Irak-Iran, 1980-1988

Guerre Irak-Iran, 1980-1988

carte

Le conflit entre l'Irak et l'Iran, de septembre 1980 à août 1988 (d'après C. & D.-I.F.R.I. Ramsès 1987-1988). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Saddam Hussein, 1980

Saddam Hussein, 1980

photographie

Saddam Hussein encourage ses troupes, avant l'invasion de l'Iran par son armée, en 1980. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Ni l'avènement d'une république islamique à Téhéran ni le sanglant conflit du Golfe n'auraient pu déstabiliser si fort le Moyen-Orient s'il n'y avait eu les risques d'exportation de la révolution. Pourtant, le modèle iranien n'a guère fait école dans le monde sunnite. Dans les communautés chiites, le prosélytisme de Téhéran a eu des résultats pour le moins ambivalents. D'une part, la mobilisation islamiste a touché les groupes déstructurés par le changement social, singulièrement les nouveaux urbains paupérisés des banlieues de Beyrouth ou de Bagdad. Elle a très vite marqué le pas là où grands propriétaires et chefs tribaux conservent le pouvoir, que ce soit dans les campagnes du bas-Euphrate ou chez les Hazaras d'Afghanistan. D'autre part, la poussée du chiisme révolutionnaire a le plus souvent précédé les événements d'Iran ; il faut l'imputer à des clercs activistes formés à Najaf en Irak dans les années 1960, comme Mohamad Baqr al-Sadr en Irak, Sayyad Balkhi en Afghanistan ou Moussa Sadr au Liban. C'est dans ce dernier pays que la stratégie iranienne a remporté ses succès les plus significatifs, contribuant à la naissance du Hezbollah à côté du mouvement Amal, allié des Syriens. Si Amal a depuis longtemps choisi l'intégration politique des chiites dans le cadre libanais, contre les tentations de la subversion régionale, le Hezbollah semble devoir emprunter aujourd'hui une voie comparable, comme en témoigne sa participation aux élections législatives de 1992, même s'il milite officiellement pour l'instauration d'une république islamique et continue d'incarner au Sud Liban la légitimité du combat islamique contre Israël. Les chiites irakiens quant à eux ont fait la preuve de leur loyauté nationale durant la guerre contre l'Iran sans que l'on puisse imputer cette attitude à la seule crainte de la répression. L'« intifada chiite » de mars 1991 est de même apparue comme une stratégie proprement nationale d'opposition à la dictature de Saddam Hussein, mais sur une base communautaire chiite.

C'est encore l'instauration de la république islamique en Iran qui précipite l'invasion soviétique de l'Afghanistan. Lorsque les troupes de Moscou franchissent les frontières, les deux tiers du pays sont déjà passés à la dissidence contre les communistes afghans, au pouvoir depuis avril 1978. Les révoltes sont d'ailleurs dirigées moins contre le communisme que contre l'extension de l'appareil d'État ; elles opposent les hommes à turban aux fonctionnaires à toque d'astrakan. Les soulèvements ne présentent guère d'unité : il en est de traditionnels, qui s'organisent sur la base du qawm (la tribu ou le clan en zone tribale, la communauté villageoise ou le groupe de parenté partout ailleurs), et beaucoup sont liés aux réseaux de confréries, indissociables de l'islam afghan. Mais il en est de radicaux, conduits par les islamistes. L'islam politique a pénétré en Afghanistan au début des années 1960, lorsque des professeurs de retour d'Al-Azhar, influencés par les Frères musulmans, ont fondé le mouvement culturel de la Jamiat-i islami, devenu plus tard un groupe politique. La scission qu'il connaît en 1976-1977 oppose les deux grandes tendances de l'islamisme afghan contemporain. La jamiat de Burhanuddin Rabbani mêle l'islam politique à une forte culture persanophone classique mâtinée de soufisme ; elle favorise l'union politique la plus large, fût-ce avec les notables ou le clergé traditionnel. Le Hezb i-islami de Gulbuddin Hekmatyar incarne au contraire un islam politique radical, influencé par la phraséologie iranienne et rêve de contrôler seul le pouvoir. Installée à Peshāwar, la résistance afghane bénéficie très vite de l'aide financière occidentale et saoudienne, tandis que des volontaires arabes s'engagent aux côtés des mujāhidīn. Le Pakistan, qui abrite les mouvements de résistance ainsi que 3 ou 4 millions de civils réfugiés, n'est pas sans inquiétude. À l'intérieur, il redoute une éventuelle palestinisation de la résistance ; à l'extérieur, il craint une alliance entre Kaboul et New Delhi. Ainsi l'aide qu'il apporte aux combattants se fonde-t-elle moins sur des affinités idéologiques que sur des calculs d'intérêt stratégique. Après l'accord pakistano-afghan conclu en l'absence des mujāhidīn, les Soviétiques quittent le pays en février 1989, et l'Alliance de Peshāwar, parvenue au pouvoir à Kaboul, s'installe dans une longue guerre civile qui continue d'opposer le président Rabbani au Premier ministre Hekmatyar, tandis que nombre de provinces ont retrouvé des modes de gestion traditionnels.

Résistance afghane

Résistance afghane

photographie

Des moudjahidin afghans, debout sur la carcasse d'un hélicoptère soviétique Sikorsky abattu, en 1979. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Réfugiés afghans

Réfugiés afghans

photographie

À la passe de Khyber, en 1980, des réfugiés afghans franchissent la frontière vers le Pakistan. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Retrait soviétique d'Afghanistan

Retrait soviétique d'Afghanistan

photographie

Les forces soviétiques sur la route du col de Salang lors de leur retrait d'Afghanistan, en 1989. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Fin de l'ère bipolaire et nouvel ordre régional arabe

Les mutations de la géopolitique mondiale à l'aube des années 1990 trouvent un écho direct dans un Moyen-Orient plus dépendant que jamais du jeu des grandes puissances. L'effondrement de l'acteur soviétique et la domination exclusive des États-Unis contribuent à recomposer l'équilibre des forces locales. L'Égypte est devenue l'allié stratégique de Washington et joue désormais le rôle dont Sadate avait rêvé pour elle depuis 1973. Elle a été officiellement réintégrée sur la scène politique arabe sans que soit remis en cause le traité qui la lie à Israël. La Syrie perd au contraire ses atouts des années 1980 dès lors que Le Caire et Bagdad retrouvent leur place traditionnelle. La fin du patronage soviétique ne lui permet plus d'envisager une hypothétique parité stratégique avec Israël. La carte palestinienne lui échappe depuis que l'intifada de 1987 a rendu son autonomie à l'O.L.P. et rétabli une certaine unité des rangs palestiniens.

Au Liban toutefois, Damas finit par imposer sa solution avec la bénédiction des Saoudiens. Les accords de Taëf, qui mettent fin à la guerre civile en octobre 1989, reprennent en substance les propositions défendues par Damas depuis 1976 : la parité entre chrétiens et musulmans dans l'attente d'une hypothétique déconfessionnalisation politique, l'instauration de liens privilégiés entre Beyrouth et Damas et le redéploiement de l'armée syrienne dans la plaine de la Beqa. En 1992, un « traité de fraternité et de coopération » scelle définitivement le protectorat syrien sur un Liban dont la souveraineté n'est plus qu'une fiction juridique internationale. Mais la présence syrienne au Liban est surtout une partie constitutive de l'édifice politique interne : le pouvoir alaouite de Damas doit contrebalancer le déficit institutionnel de représentation politique des Libanais chiites. Enfin, Damas cherche, par sa mainmise, à maintenir la pression sur Israël en utilisant les capacités de nuisance du Hezbollah. De fait, les opérations militaires récurrentes de ce dernier à la frontière nord avec Israël contraignent l'État hébreu à se retirer unilatéralement du Sud-Liban en mai 2000 (à l'exception des fermes de Chebaa).

Au Yémen, l'heure est à l'unification du Nord et du Sud à la suite de la disparition du « grand-frère » soviétique. La république du Yémen est ainsi proclamée en mai 1990. Une guerre civile s'ensuit en 1993-1994, dont l'aboutissement ne remet pas en cause l'unité nationale, mais est loin d'apaiser les tensions.

L'Irak enfin se trouve placé dans une position ambivalente. Son potentiel militaire a été singulièrement renforcé par le conflit avec l'Iran (1980-1988), et le régime entend s'en prévaloir pour mener une politique de puissance régionale dans le Golfe mais aussi sur le terrain israélo-arabe. Le pays n'en est pas moins sorti très affaibli de la guerre, et les besoins de la reconstruction sont énormes. Le régime irakien espère une nouvelle fois le soutien des monarchies du Golfe qui ont financé sa guerre contre l'Iran. Il exige l'abrogation de la dette ainsi qu'une aide à la reconstruction, le « prix du sang » en quelque sorte, en faveur d'un pays qui fut le rempart des régimes de la péninsule contre la déstabilisation iranienne. De surcroît, Saddam Hussein s'affirme convaincu que le Koweït et les Émirats, dont la surproduction pétrolière fait baisser les prix, mènent contre son pays une véritable guerre économique. Il est tentant, dans ces conditions, de mettre en avant de vieilles revendications territoriales sur les îles de Bubyan et Warba, pour justifier l'invasion du Koweït le 2 août 1990. La réaction de l'Occident est brutale. On invoque le viol inacceptable de la souveraineté d'un État dans une région où abondent les irrédentismes territoriaux, sans vouloir s'arrêter au cas du Liban, livré à la Syrie, ni à celui des territoires palestiniens, occupés par Israël depuis 1967. C'est que d'autres motivations, sans doute plus puissantes, viennent s'ajouter aux principes du droit international. L'Occident ne saurait accepter que Bagdad, maître du Koweït, contrôle quelque 25 p. 100 des réserves pétrolières régionales et puisse exercer des pressions à la hausse sur le prix de l'or noir. Il redoute plus encore la prolifération des armes non conventionnelles dans un monde où les volontés de puissance se trouvent désormais libérées des contraintes de la bipolarité.

En frappant le potentiel militaire mais aussi économique de l'Irak, les États-Unis rétablissent dans le Golfe un équilibre entre les trois pôles de puissance que sont Bagdad, Téhéran et Riyad. Ils prennent également physiquement position dans une région hautement stratégique.

L'Irak vaincu, un large consensus émerge au sein de la communauté internationale pour maintenir à son égard un système de sanctions qui préserve l'intangibilité des frontières et la stabilité du régime. Mais les mesures décrétées (embargo commercial, blocus aérien et maritime, délimitation de zones d'exclusion aérienne, désarmement, ponctions sur les revenus pétroliers, etc.) nuisent toutefois à la souveraineté de l'État. Les Kurdes, traditionnellement opposés au régime et sévèrement réprimés en 1991 pour s'être soulevés à l'arrivée des troupes de la coalition occidentale, voient leur régime d'autonomie élargi. Leur émancipation (dont les débuts remontent à 1974) permet d'envisager un Irak fédéral, sans jamais parler de sécession et moins encore d'unité avec leurs frères d'Iran ou de Turquie. Elle paraît néanmoins précaire, car Ankara, aux prises avec sa propre dissidence kurde, ne cache pas son inquiétude devant l'expérience d'autonomie qui fonctionne à ses portes sous la protection aérienne de l'Occident.

Le conflit du Golfe de 1990-1991 n'a ainsi guère bouleversé la configuration géopolitique du Proche-Orient. Il paraît à l'inverse avoir confirmé l'ampleur des réticences, tant régionales qu'internationales, devant toute perspective de remise en cause du statu quo territorial. L'effondrement soviétique ne pouvait, en revanche, qu'avoir des répercussions directes sur le conflit israélo-arabe si marqué jusque-là par les logiques de la bipolarité mondiale. À cet égard, l'unique mutation significative dans le Proche-Orient des années 1990 réside dans la signature d'un accord de paix israélo-palestinien, le 13 septembre 1993 à Washington. Cet accord avalise le principe d'une reconnaissance mutuelle entre l'État d'Israël et l'O.L.P. Mais, si les données nouvelles de la géopolitique mondiale l'ont rendu possible, elles ne suffisent pas à l'expliquer. On ne saurait assimiler une condition à une cause, et les négociations de Madrid (1991) sous patronage international marquaient le pas, alors même qu'un accord direct entre les deux belligérants intervenait à Oslo en marge du parrainage américain. Sans en faire le signe d'une maturité politique des sociétés, peut-être faut-il y voir le témoignage d'une lucidité nouvelle des élites. C'est à 1987 qu'il convient de remonter pour comprendre la logique des révisions stratégiques intervenues dans les deux camps. L'O.L.P., dispersée depuis son départ de Beyrouth, demeure affaiblie par les dissensions internes qui la déchirent avec la complicité active de Damas. La question de la Palestine paraît devoir être reléguée à l'arrière-plan des préoccupations arabes lorsque la première intifada éclate à Gaza. Pour l'analyste du mouvement palestinien, la nécessité n'est pas nouvelle de prendre en compte la dialectique compliquée des relations entre l'intérieur et l'extérieur. Mais, à compter de 1987, les hiérarchies s'inversent, et la révolte des pierres recentre le combat national sur les territoires de Cisjordanie et de Gaza. C'est pourtant l'O.L.P. qui donne au soulèvement sa traduction politique. La force nouvelle que lui confère la mobilisation des territoires lui permet de faire des concessions majeures sans risquer un irrémédiable éclatement interne. La dix-neuvième session du Conseil national palestinien, réunie à Alger en novembre 1988, amorce le tournant stratégique qui conduit à la reconnaissance d'Israël, à l'abandon du terrorisme et au choix résolu d'une solution politique négociée. Le gouvernement d'Itzhak Rabin infléchit à son tour ses positions, lorsque les pressions américaines se conjuguent à la conviction nouvelle qu'il ne saurait y avoir de solution militaire à l'intifada. Le succès croissant des islamo-nationalistes du Hamas inquiète de surcroît les autorités israéliennes, qui, au demeurant, ne sont pas sans responsabilité dans les progrès de leur implantation. Au-delà de la conjoncture politique immédiate, Israël fait le choix de l'intégration à son environnement régional.

L'État hébreu signe ainsi un accord de paix avec la Jordanie en 1994 et s'engage dans des négociations diplomatiques avec la Syrie – qui sont toutefois brutalement interrompues en 2000.

La signature des accords d'Oslo constitue un tournant dans l'histoire nationale palestinienne. C'est la première fois que des discussions diplomatiques sont engagées pour régler les questions de territoire et de souveraineté. Des retraits et redéploiements israéliens sont prévus dès 1994-1995, tandis qu'une entité nouvelle, l'Autorité palestinienne, est instituée pour gérer les affaires civiles des populations en lieu et place des autorités d'occupation. L'espoir de Yasser Arafat est de parvenir, à terme, à la proclamation d'un État sur l'ensemble de la Cisjordanie et de la bande de Gaza avec Jérusalem-Est pour capitale. Une période intérimaire de cinq ans doit restaurer la confiance entre les deux parties avant que les négociations sur le statut permanent ne permettent de régler les questions les plus épineuses – à savoir, Jérusalem, les réfugiés, les colonies, les frontières et la sécurité. D'emblée toutefois, la « paix d'Oslo » suscite des oppositions de part et d'autre. Le Front du refus palestinien note l'absence de référence de principe à l'autodétermination et redoute la naissance de formes éclatées d'autonomie locale qui préserveraient la souveraineté d'Israël. Le Hamas proteste notamment et organise, dès 1993, des vagues d'attentats à la bombe et attentats-suicides à l'intérieur du territoire israélien. Côté israélien, les opposants à la paix se situent à droite et à l'extrême droite de l'échiquier politique. Ils reprochent à leur gouvernement d'accepter l'idée de quitter des territoires qu'eux incluent dans le « Grand Israël ». En novembre 1995, Itzhak Rabin, le Premier ministre en exercice, est assassiné par l'un d'eux. Sur le terrain, la situation économique et politique se dégrade. L'heure est à la fragmentation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza en de multiples enclaves à l'autonomie limitée du fait de la poursuite d'une politique de colonisation active. La « paix d'Oslo » n'apporte ainsi ni l'État, ni les territoires aux Palestiniens. Elle ne comble pas non plus les besoins de sécurité des Israéliens. Les attentats perpétrés en Israël contre des populations civiles jettent le doute sur les promesses palestiniennes. La reprise de la violence armée en septembre 2000 enterre définitivement un processus déjà moribond depuis plusieurs années.

États consolidés, régimes contestés

Par-delà les jeux compliqués de la géopolitique, des mutations profondes sont à l'œuvre durant la décennie de 1990 dans les sociétés de la région, des mutations occultées par l'attention excessive que les analystes ont traditionnellement portée à l'idéologique. La plus significative est peut-être la consolidation des États et l'emprise nouvelle qu'ils exercent partout sur l'espace social. Non que le Moyen-Orient ait ignoré le despotisme. Mais l'État autoritaire traditionnel n'investissait pas la totalité du champ social ; il n'en avait ni la volonté ni les moyens. Seule la modernisation autoritaire conduite par l'État développementaliste a permis une intégration et un contrôle social jusque-là inédits. Toutefois, au Moyen-Orient, le développement s'est nourri de la rente plus que de l'économie productive. La nature des revenus de l'État dans les années 1980 en témoigne sans ambiguïté. Dans l'exemple extrême du Koweït, ils proviennent à 98 p. 100 de ressources non fiscales, qu'elles soient issues des exportations pétrolières ou du bénéfice des placements financiers internationaux. L'État égyptien vit également, pour plus de 45 p. 100, de ressources transférées qui proviennent du pétrole, du canal de Suez, des remises des émigrés ou même de l'aide américaine, indissociable de la rente de situation dont jouit l'Égypte. Dans tous les cas, la contribution de la fiscalité directe aux revenus de l'État est très inférieure à celle que l'on observe dans la plupart des économies industrialisées. Faiblement dépendant de l'extraction fiscale, l'État dispose d'une autonomie accrue à l'égard de la société, et, si l'on établissait un lien de principe entre taxation et représentation, les gouvernements du Moyen-Orient n'auraient guère d'obligations démocratiques. Cela d'autant moins que l'abondance de la rente en a fait des régimes allocataires redistribuant massivement salaires, services et prébendes. C'est sur la base de ce pacte rentier implicite que l'État est parvenu à imposer un monopole politique, mais encore idéologique et culturel, aussi absolu sur les sociétés. Car la violence d'État, pour fondamentale qu'elle soit, ne saurait à elle seule rendre compte de la longévité de régimes qui prennent le plus souvent appui sur d'étroits groupes de solidarité, qu'il s'agisse de groupes dynastiques comme en Jordanie et dans la péninsule arabe, d'une communauté confessionnelle comme les Alaouites de Syrie ou d'un clan régional, si l'on songe aux Takritis au pouvoir à Bagdad jusqu'en 2003. Dès lors que la rente permet l'achat du consensus et que le développement entend se substituer aux nécessités de la représentativité, toute crise économique se traduit inévitablement par une crise de la légitimité politique.

Libéralisme et démocratie

Le contre-choc pétrolier de 1986 (qui se traduit par la baisse des prix des produits pétroliers) révèle l'ampleur de la crise structurelle des économies moyen-orientales. La crise tient d'abord aux effets pervers de la rente qui a contribué à masquer la faible rentabilité de l'investissement et la médiocre productivité du travail, tout en permettant le recours massif à l'importation. Au Moyen-Orient, la hausse de la consommation a précédé le développement des capacités productives plus que nulle part ailleurs dans le monde. Mais la crise tient aussi au modèle de développement emprunté par certains régimes arabes à l'expérience soviétique. Pour pallier les effets de la crise, les États de la région se convertissent au credo libéral et se tournent vers les organismes internationaux de développement. Ces derniers attendent de la libéralisation de l'économie l'émergence d'une bourgeoisie entrepreneuriale issue des classes moyennes et la démocratisation du jeu politique. L'Égypte de Sadate ouvre la voie de la « réforme » dès le milieu des années 1970, avec une politique d'ouverture économique, l'infitah, qui coïncide avec le choix de la paix. Les régimes baasistes suivent plus timidement. Mais les politiques économiques adoptées ne provoquent pas les effets escomptés. Elles concourent moins à démanteler le secteur public qu'à susciter, sur ses marges, le développement d'enclaves du privé. L'État conserve la maîtrise de la régulation économique d'ensemble, au point que le privé semble parfois se réduire à un secteur parasitaire qui se nourrit de la proximité du pouvoir politique. L'hétérogénéité même des nouvelles bourgeoisies issues de ces expériences libérales en témoigne assez. Les vieilles oligarchies commerçantes s'y mêlent à la bourgeoisie d'État née des expériences socialistes et aux bénéficiaires de l'infitāh, enrichis dans les services, l'immobilier ou la spéculation. De leur côté, les classes moyennes salariées, qui formaient jusque là l'assise principale des régimes nationalistes, subissent une paupérisation croissante. Nombre de fonctionnaires conservent un emploi public garant de leur insertion sociale, mais diversifient leurs revenus par des activités commerciales, ce qui contribue à brouiller les clivages sociaux. Quant aux jeunes, même diplômés des universités, ils trouvent moins facilement que leurs pères à s'insérer dans l'administration d'État. Ils constituent le gros des chômeurs, dont le nombre augmente – notamment en milieu urbain. La libéralisation des économies proche-orientales crée donc des inégalités de richesse de plus en plus visibles qui alimentent le mécontentement social. Des « émeutes du pain » rappellent aux pouvoirs en place, de manière régulière, que la suppression des subventions étatiques à des produits de première nécessité est synonyme d'inflation pour les populations (ainsi en Égypte en 1977 et 1984, en Jordanie en 1989, ou encore au Yémen en 1998).

Dans ces conditions, il paraît difficile de voir dans ces expériences libérales le prélude à la démocratisation des systèmes politiques. Seule la Turquie paraît allier libéralisation politique (certes, chaotique) et libéralisation économique. La transition contrôlée vers la démocratie y paraît assurée au milieu des années 1980, après deux interventions de l'armée, en 1971 et 1980, qui visent à assurer la paix civile au prix de la répression des forces de gauche porteuses des mouvements de contestation ouvriers et étudiants. Ainsi le pouvoir alterne-t-il entre les sociaux-démocrates de Bulënt Ecevit et la droite, menée par Süleyman Demirel. La société politique n'en est pas moins fragilisée par le pourrissement de la question kurde. La répression des gouvernements, notamment à l'égard des activistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (P.K.K.), fait toutefois obstacle à ce qui demeure la priorité de la politique extérieure turque depuis 1987 : l'entrée du pays dans la C.E.E. Or, pour répondre aux exigences du marché européen, Istanbul s'est engagée dans une politique de libéralisation accélérée de l'économie et a adopté des programmes d'ajustement structurel du Fonds monétaire international dès le début des années 1980. Les mesures ont permis l'assainissement des finances publiques et une croissance des exportations de plus de 300 p. 100 entre 1980 et 1990. La percée de la Turquie sur les marchés d'Irak, d'Arabie Saoudite ou des Émirats arabes apparaît, du reste, significative. Mais, cette stratégie économique s'accompagne d'un coût social élevé qui contribue à la poussée des islamistes du Parti de la prospérité lors des élections municipales de 1994.

Dans le reste du Moyen-Orient, le pluralisme contrôlé qui se développe dans certains pays répond plus au besoin d'échapper aux menaces de déstabilisation du régime qu'à une authentique évolution vers la démocratie. En l'espèce, c'est une nouvelle fois l'Égypte qui fait figure de pionnier de l'ouverture. Le désengagement politique d'une armée désormais professionnalisée qui se replie sur ses privilèges corporatistes s'est accompagné, en 1978, du développement du multipartisme et de l'extension du réseau associatif qui anime la société civile. Les différentes consultations électorales des années 1980 et 1990 n'en font pas moins apparaître un divorce profond entre pays légal et pays réel ainsi qu'une personnalisation croissante des rapports politiques qui restent très marqués par le clientélisme. Par ailleurs, le dialogue national dont le pouvoir a pris l'initiative en juin 1994 exclut les Frères musulmans sans parvenir à rallier le néo-Wafd ni les nassériens, tandis que l'état d'urgence toujours en vigueur permet de mener une répression active contre les islamistes.

En Jordanie, le Palais est contraint d'organiser des élections législatives pluralistes en 1989 à la suite d'émeutes qui ébranlent le Sud, base traditionnelle du régime. C'est la première fois que les Frères musulmans participent à la vie politique du pays. En 1992, une Charte nationale légalise l'existence de l'ensemble des partis politiques. Peu à peu cependant, et notamment après l'accord de paix israélo-jordanien qui suscite des réactions de rejet de la part de certains islamistes, le régime restreint les libertés publiques et les pouvoirs du Parlement. Il impose de nouvelles règles électorales qui favorisent un vote clanique plus que politique. Dans les émirats du Golfe, des demandes d'instauration d'une vie parlementaire et de tenue d'élections libres émergent dans la décennie de 1990 à la suite de la guerre contre l'Irak. Ainsi, le Koweït restaure la vie parlementaire suspendue en 1986. L'Arabie Saoudite accède, quant à elle, à la demande de son opposition en nommant, en 1993, les soixante membres d'un Conseil consultatif (majlis ash-shura). Au Bahreïn, une « Intifada chiite » surprend le régime en 1994 et conduit l'émir à introduire une dose de parlementarisme et à modifier la nature constitutive du régime en 2001.

Enfin, au Liban et en Palestine, l'heure est à la (re)construction étatique. Plusieurs consultations électorales sont organisées sur le plan national pour légitimer les institutions politiques nouvellement réactivées (Liban) ou mises en place (Territoires palestiniens). À Beyrouth, les premières élections législatives de l'après-guerre ont lieu en 1992 sous haute surveillance syrienne. Elles portent l'homme d'affaires Rafic Hariri à la tête du gouvernement dans un réel engouement populaire. En Cisjordanie et dans la bande de Gaza, les élections dites de « l'autonomie » sont l'occasion d'une participation populaire massive en 1996. Elles donnent le Fatah de Yasser Arafat largement gagnant, en dépit d'une situation territoriale préoccupante. Ce sont les premières élections présidentielles et législatives de l'histoire nationale. Seule, finalement, la Syrie semble faire exception face au « vent démocratique », même si un certain relâchement de la parole publique a pu être observé à Damas après la mort de Hafez al-Assad.

Partout, en revanche (Irak excepté depuis 2003), le constat est celui de la pérennité des régimes, malgré des changements de leaders et de générations à la tête des systèmes politiques. Le roi Abdallah à Amman et le président Bachar al-Assad à Damas prennent ainsi la suite de leur père, respectivement en 1999 et en 2000. De même à Riyad, le prince Abdallah succède-t-il au roi Fahd en 2005. L'ouverture du jeu politique se traduit aussi par l'institutionnalisation des formations politiques, le renforcement des institutions représentatives et le respect des échéances électorales, plus que par la participation des populations à la décision politique. Mais la « démocratisation » des sociétés – résultat, à la fois, des pressions des bailleurs de fonds étrangers et de revendications internes d'ouverture –, n'instaure qu'un pluralisme limité. Elle ne débouche pas, loin s'en faut, sur la libre expression des opinions publiques et l'alternance politique. Elle paraît ainsi artificielle à beaucoup.

Protestations islamistes

L'islamisme apparaît comme le défi commun à l'ensemble des sociétés du Moyen-Orient peu après la révolution iranienne de 1979 ; mais, s'il ressortit d'une même mouvance, il ne relève en rien d'une quelconque Internationale. La mobilisation au nom de l'islam s'exerce partout contre l'État, tout en revêtant des significations variables inscrites dans la spécificité des contextes nationaux. En Syrie, où les Frères musulmans ont mené la révolte contre l'État confessionnel alaouite entre 1979 et 1982, l'islamisme s'apparente à une réaction de défense de la communauté sunnite contre le particularisme du régime. En Irak, la mobilisation est dirigée contre la dictature baasiste, tout en répondant à la marginalisation traditionnelle des chiites dans le pays. En Égypte, le renouveau de la contestation islamiste au cours des années 1980 se fait à la fois contre la politique de paix avec Israël et contre l'ouverture économique qui creuse les inégalités. Car c'est bien la brutalité du changement social, exacerbé par la crise, qui forme l'arrière-plan de toutes les mobilisations au nom de l'islam. Dans des villes hypertrophiées où l'économie ne peut absorber la masse des déracinés que la société citadine n'intègre plus, l'islam vient nourrir une protestation plus éthique que politique. Il fournit aussi des repères symboliques à des sociétés déstabilisées par l'aliénation culturelle à l'égard des modèles occidentaux, ou plus souvent de l'image frelatée qu'en donnent les médias, vecteurs d'une sous-culture planétaire. Après les luttes politiques de l'indépendance et les combats pour le développement économique, c'est la guerre des cultures qui paraît dominer le discours à partir des années 1980, mais elle ne fait qu'exprimer les véritables enjeux qui restent ceux de la démocratie et du développement.

La protestation islamiste revêt aussi des formes variables dans ses modalités d'action. La mouvance la plus radicale est issue de la pensée de Sayyid Qutb, théoricien des Frères musulmans exécuté sous Nasser et très influencé par les analyses de Mawdūdi. Ses adeptes jettent l'anathème (takfīr) sur l'État, accusé de retour à l'ignorance des temps pré-islamiques (jāhiliyya), et construisent l'utopie d'une société unitaire, projection terrestre de l'unicité divine (tawhīd), sur laquelle régnerait la seule souveraineté (hākimiyya) du Très-Haut. En Égypte, les activistes du Jihād, responsables de l'assassinat de Sadate (1981), comme ceux de la Gamaat Islāmiyya ont lancé la guerre sainte contre le régime de Moubarak. Les attentats contre les représentants du pouvoir, les incidents confessionnels impliquant des Coptes ou les attaques visant des touristes sont autant de moyens de déstabiliser le régime.

Au-delà, les années 1990 signent le retour au pays de nombreux moudjahidines d'Afghanistan qui, auréolés de leur victoire contre l'U.R.S.S., s'implantent dans des réseaux locaux favorables au djihad contre les régimes en place. Mais la fuite en avant d'une minorité dans le terrorisme extrémiste ne saurait rendre compte à elle seule de l'ensemble de la mouvance islamiste. Certains groupes préfèrent se situer en dehors du champ politique et œuvrer à la réforme de la société « par le bas », par le biais de l'action caritative, associative ou syndicale. Leur principal mot d'ordre est la revendication d'un retour à la charia, qui s'ordonne autour de deux thèmes principaux : l'ordre moral et la solidarité sociale. D'autres groupes optent pour une intégration au jeu politique, local et/ou national, et trouvent place au sein des Parlements, voire des gouvernements (en Turquie en 1996 puis 2002, au Liban en 2005 et dans les Territoires palestiniens en 2006). C'est néanmoins dans les municipalités que « l'entrée en politique » des islamistes est la plus manifeste, que ce soit au Liban en 1998, au Qatar en 1999, au Yémen en 2000, au Bahreïn en 2002, ou en Arabie Saoudite et Palestine en 2005. Ainsi, si partout, la réislamisation des sociétés jugées dévoyées par des interférences ou influences étrangères est au centre des préoccupations islamistes, l'unité du discours ne doit pas masquer la diversité des groupes qui s'en réclament. Il est un islamisme de la grande bourgeoisie, qui marie aisément libéralisme économique et morale religieuse ; il en est un qui touche les classes moyennes paupérisées, sensibles à l'appel au réarmement moral ; il en est un aussi qui trouve un écho dans les masses urbaines, réceptives à tous les populismes. Selon certains observateurs, l'islam politique radical parti à la conquête du pouvoir d'État serait en reflux sous l'effet d'un certain échec de la révolution iranienne, ajouté aux ambiguïtés du patronage saoudien, dans les années 1990. L'Arabie Saoudite, principal bailleur de fonds des mouvements islamistes, entend en effet promouvoir un islam conservateur qui ne remet pas en cause les pouvoirs en place.

Les réponses que les États opposent aux menaces islamistes sont elles-mêmes variables. La plus fréquente combine la répression contre les activistes avec l'intégration de tous ceux qui acceptent les règles du jeu politique. C'est le choix qu'ont fait la Turquie, la Jordanie, le Koweït et l'Égypte, même si Le Caire continue de refuser la légalisation politique de l'Association des Frères musulmans. Cette double stratégie s'accompagne de mesures symboliques de réislamisation. On voit ainsi se multiplier les programmes religieux dans les médias, s'exercer une nouvelle censure islamique et s'imposer la référence à la charia. Car le droit demeure un enjeu fondamental. Seuls l'Arabie Saoudite, l'Iran et le Soudan – auxquels s'ajouterait le Pakistan –, prétendent faire de la charia la source exclusive de leur système juridique. En Égypte, elle en est officiellement la « source principale » depuis 1980. Si les Constitutions peuvent ainsi proclamer, ne fût-ce que symboliquement, que la charia est la source de la législation publique, c'est que nulle part, à l'exception de la Turquie, la souveraineté nationale n'est conçue comme le fondement impersonnel de la loi de l'État, car nulle part n'a prévalu une véritable laïcité de l'institution politique. Ce qui est vrai de l'État l'est plus encore des sociétés. Les principales limites à leur sécularisation résident dans le champ du statut personnel. C'est aussi dans ce domaine, et singulièrement en matière de droit familial, que les réislamisations en cours ont les conséquences les plus concrètes, comme si le revivalisme islamique contemporain entendait retrouver la domination traditionnelle du religieux sur l'espace social. Qu'il s'agisse de néo-fondamentalisme ou d'islam politique, qu'il entende rétablir l'emprise de la religion sur la société ou bâtir un État islamique dont on chercherait en vain la référence dans la tradition musulmane classique, l'islamisme des années 1990 exprime le malaise des sociétés sans parvenir à penser le changement social.

Meeting du Jamaat-i-Islami au Pakistan, octobre 1998

Meeting du Jamaat-i-Islami au Pakistan, octobre 1998

photographie

Le chef du parti religieux fondamentaliste Jamaat-i-Islami, Qazi Hussain Ahmad, lors du discours de clôture d'un rassemblement religieux à Islamabad, le 25 octobre 1998. Durant les trois jours du meeting organisé par son parti, il plaida pour le renforcement de la loi islamique et l'éradication... 

Crédits : PA Photos

Afficher

Le « moment américain » au Moyen-Orient

Si la fin de la guerre froide rend le Moyen-Orient tributaire de la puissance américaine désormais installée en son sein, les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis accentuent la présence et l'influence de Washington dans la région. Le pétrole et l'alliance privilégiée avec Israël demeurent des constantes de l'interventionnisme américain, tandis que de nouveaux enjeux apparaissent, au premier rang desquels la lutte contre le terrorisme d'Al-Qaida et la formation d'un réseau islamiste transnational.

La « guerre contre le terrorisme »

Le gouvernement de George W. Bush (2000-2008), pour qui le Moyen-Orient n'est plus synonyme que de menaces pour la sécurité nationale et mondiale, inclut initialement deux États de la zone dans son « axe du Mal » : l'Irak et l'Iran, auxquels la Syrie est ensuite associée. Il qualifie également le Hezbollah et le Hamas d'organisations terroristes. Cette appréhension nouvelle du Moyen-Orient, largement inspirée par les cercles néo-conservateurs, conduit les États-Unis à rompre avec le pragmatisme d'antan et la doctrine de la dissuasion pour préférer l'action préventive et le changement de régime. Dans ce contexte, l'action militaire devient le moyen privilégié d'imposer ses volontés.

L'Afghanistan des talibans, accusé de collusion avec le leader du réseau terroriste Al-Qaida, Oussama ben Laden, est le premier État à expérimenter le nouveau « ton » américain. En octobre 2001, le pays est bombardé par les États-Unis et l'O.T.A.N. qui plaident la « légitime défense ». L'enjeu n'est autre que le contrôle géopolitique d'une région longtemps placée sous la coupe de l'Union soviétique, quand bien même les déclarations officielles font état d'une nécessaire destitution du régime des talibans. Si celui-ci tombe rapidement (décembre 2001), la « chasse à l'homme » centrée autour de Ben Laden demeure vaine. Quant à la situation politique interne, elle est loin d'être stabilisée, malgré la promotion, dès 2001, d'Hamid Karzaï, le candidat des Occidentaux, comme figure dominante et son élection à la présidence de la République en 2004. Les nombreuses attaques contre les soldats de la coalition occidentale et les tensions interethniques, qui atteignent notamment les zones tribales de peuplement pachtoun frontalières avec le Pakistan, témoignent de l'existence d'un front d'oppositions multiformes, puis de la résurgence des talibans.

Oussama ben Laden

Oussama ben Laden

photographie

Le terroriste d'origine saoudienne Oussama ben Laden (au micro). Déjà soupçonné par les États-Unis d'être l'instigateur du premier attentat contre le World Trade Center en 1993, il devient pour Washington l'ennemi public numéro un après les attaques commises contre des intérêts... 

Crédits : PA Photos

Afficher

Cependant, c'est surtout l'Irak de Saddam Hussein qui est visé par la politique américaine au Moyen-Orient. Depuis la guerre du Golfe de 1990-1991, l'homme fort de Bagdad cherche à devenir une, sinon la, puissance de référence dans la région, scénario inenvisageable pour les États-Unis qui, dans le contexte de l'après-11 septembre 2001, choisissent de destituer Saddam Hussein. L'intervention militaire d'envergure que les Américains entreprennent en mars 2003 est largement critiquée, en raison de sa légalité contestable au regard du droit international. Les accusations – mensongères – de détention d'armes de destruction massive et celles de soutien direct au « terrorisme » portées à l'encontre du dirigeant irakien cachent mal le fait que les États-Unis cherchent à accroître leur contrôle sur les champs pétrolifères de la région et à sécuriser les routes énergétiques.

Après l'Irak, la Syrie, réfractaire à Washington, est affectée par les tentatives de remodelage du Moyen-Orient. Critique à l'égard de l'interventionnisme américain en Irak, elle est montrée du doigt pour son soutien au Hezbollah et le maintien de ses positions au Liban, à la fois par Washington, Tel-Aviv, puis Paris. Ces exigences externes trouvent écho sur la scène politique libanaise où une partie de la population réclame le retrait des troupes syriennes et le désarmement des milices. Le processus de remise en cause de la tutelle syrienne sur le Liban culmine après l'assassinat, en février 2005, de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, que Damas est soupçonné d'avoir commandité. Les troupes syriennes stationnées au Liban quittent définitivement le territoire au printemps de 2005, sous pression internationale. La Syrie de Bachar al-Assad est ainsi neutralisée.

Impulsée en mars 2003, la stratégie guerrière des États-Unis en Irak constitue un tournant, en ce qu'elle met fin à une politique de soutien au statu quo territorial et politique. Le spectre de la démocratisation « sous contrôle » et/ou de la fragmentation pèsent désormais sur l'ensemble de la région proche-orientale.

Le « Grand Moyen-Orient » et Israël, l'indéfectible partenaire

Au-delà, l'Irak sous George W. Bush sert de modèle expérimental aux États-Unis qui considèrent l'autoritarisme comme vecteur et suppôt du terrorisme. Le projet de « Grand Moyen-Orient » (Greater Middle East), annoncé au début de 2004, consiste ainsi à imposer la « démocratie » aux dictateurs de la zone – si besoin est, par la force. L'idée part du principe que la violence politique provient du rejet des valeurs de liberté par la plupart des régimes de la région. Par conséquent, l'ouverture progressive du jeu politique et la tenue d'élections libres devraient conduire à la « pacification » des sociétés. Quant à l'ouverture des frontières, elle devrait favoriser non seulement le libre-échange, mais aussi la confiance mutuelle. Le projet de « Grand Moyen-Orient » est ainsi empreint d'un libéralisme bon teint.

Mais ce projet vise aussi indirectement à normaliser les relations d'Israël avec les pays arabes voisins. En la matière, Tel-Aviv épaule, sinon devance largement, le volontarisme « restructurateur » des États-Unis. L'unilatéralisme, dont le gouvernement d'Ariel Sharon (2001-2006) fait preuve à l'égard des Palestiniens, en atteste de façon exemplaire. En rendant Yasser Arafat responsable de la reprise de la violence armée et en l'accusant de soutien au « terrorisme », les dirigeants israéliens cherchent à évincer du champ politique le chef historique du mouvement national palestinien, pourtant démocratiquement élu président de l'Autorité palestinienne. En lieu et place de celui-ci, les Israéliens promeuvent Mahmoud Abbas, qu'ils jugent « modéré », c'est-à-dire relativement plus enclin à signer un accord de paix qui satisfasse leurs intérêts nationaux en priorité. Parallèlement, Tel-Aviv s'active à modifier la donne territoriale. En août 2005, le gouvernement israélien ordonne ainsi à son armée et ses colons de se retirer de la bande de Gaza. Cet acte unilatéral, salué par les capitales occidentales comme un geste de « bonne volonté », ne met néanmoins pas fin à la fermeture israélienne quasi totale de cette portion du territoire palestinien. Surtout, il s'accompagne de la construction de murs de « sécurité » en Cisjordanie (longs de plus de 400 km en 2008), qui accentuent le processus d'éclatement territorial déjà bien entamé.

La multiplication des foyers de crise interne

Le projet américain de « Grand Moyen-Orient » rencontre néanmoins de fortes résistances locales, enfermant la région dans une spirale de violences néfastes. Les acteurs de la contestation, multiples, aux intérêts divergents parfois contradictoires et aux modes d'action variés, ont pour dénominateur commun le rejet des prétentions impériales des États-Unis.

En Irak, les élections législatives de 2005 et la constitution d'un gouvernement proprement irakien sous occupation américaine vont de pair avec l'effondrement de l'État, une communautarisation grandissante, la dégradation continue de la sécurité et l'effondrement de l'économie, y compris pétrolière (même si des disparités régionales existent). Les dynamiques de résistance à la présence américaine, portées par des populations sunnites déchues, mais aussi des nationalistes chiites et/ou kurdes, et des militants d'Al-Qaida, s'entrecroisent et sont rattrapées par des logiques d'affrontements interconfessionnels dont le substrat est la captation de ressources et la conquête de territoires. En particulier, les tensions entre sunnites et chiites, héritées de la période baasiste, mais désormais également alimentées par une rhétorique d'Al-Qaida antichiite, se multiplient ; elles débouchent rapidement sur des affrontements meurtriers. Face à la dissémination de la violence et aux risques de partition du pays, la stratégie de l'administration américaine sous George W. Bush est longtemps restée fluctuante, axée tantôt sur le retrait militaire, tantôt sur le renforcement des capacités d'action.

Au Liban, le risque d'une partition du pays en deux camps se renforce à la suite de la mise à l'écart de la Syrie : d'un côté, les « pro-Syriens » sont critiques à l'égard des ingérences étrangères dans la politique libanaise ; de l'autre, les « anti-Syriens » considèrent le Hezbollah comme le bras droit de Damas et Téhéran et en appellent aux Occidentaux pour protéger l'indépendance nationale. Les tensions internes se focalisent autour de trois enjeux : le désarmement des milices, notamment celle du Hezbollah ; la réforme du système politique qui, après le départ des Syriens, est plus que jamais au désavantage des chiites ; et l'instauration d'un tribunal international spécial pour juger les coupables de l'assassinat de Rafic Hariri – entré en fonction en 2009. Les tensions sont aggravées après la guerre de l'été de 2006, qui oppose Israël et son armée aux militants du Hezbollah et, indirectement, à la Syrie et l'Iran. Véritable tournant, cette guerre précipite un peu plus l'internationalisation de la question libanaise. Établie en 1978, la Force intérimaire des Nations unies au Liban (F.I.N.U.L.), renforcée en effectifs, se doit désormais de sécuriser la frontière méridionale du pays, de contrôler la cessation des hostilités et d'aider au rapatriement des nombreux déplacés.

Sur le terrain palestinien, la mort de Yasser Arafat, le 11 novembre 2004, ouvre la voie à une démocratisation « sous contrôle » de l'Autorité palestinienne. L'ouverture du jeu politique conduit à l'arrivée au pouvoir des islamistes et à la formation, en 2006, du premier gouvernement Hamas de l'histoire nationale. Le choix de l'intégration politique s'est avéré payant pour ce mouvement qui refusait, jusque-là, de prendre part à des institutions qui ne devaient leur existence qu'au seul processus de paix qu'il condamne. Mais le Fatah, le parti du nouveau président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, élu à ce poste en 2005, refuse la défaite électorale. L'opposition entre les deux camps se traduit par des affrontements armés récurrents, parfois sanglants, jusqu'au « coup » militaire du Hamas dans la bande de Gaza en juin 2007. Dès lors, deux gouvernements fonctionnent en parallèle, l'un pro-Hamas dans la bande de Gaza, l'autre pro-Fatah en Cisjordanie. Ici comme au Liban, la crise politique s'internationalise, car l'un des deux camps reçoit le soutien explicite des États-Unis, de l'Union européenne et de l'État hébreu. Celui-ci cherche, en particulier, à isoler le gouvernement du Hamas à Gaza, voire à le destituer, dans la mesure où ce mouvement refuse de se plier à ses exigences de reconnaître son existence. Il use principalement, pour ce faire, d'une politique de répression, marquée par l'arrestation de nombreux élus du Hamas, par un blocus de la bande de Gaza et par la conduite d'opérations militaires particulièrement musclées.

Au-delà, le « volontarisme restructurateur » des États-Unis en Irak durant le mandat de George W. Bush n'est pas sans conséquences sur l'équilibre interne de leurs alliés régionaux. Les monarchies de Jordanie et d'Arabie Saoudite, comme le régime du président Moubarak en Égypte sont menacés par la montée d'un discours anti-occidental qui prône le recours à l'action armée contre les dirigeants arabes trop enclins à protéger les intérêts américains. Ces trois pays deviennent la cible de réseaux qui se revendiquent d'Al-Qaida. À Riyad en particulier, plusieurs attentats visant des étrangers et des services de sécurité sont perpétrés en 2003-2004, après que la mouvance de Ben Laden a déclaré le jihad à l'Arabie Saoudite. Il faut ajouter à cette forme de contestation non conventionnelle le renforcement des oppositions locales, islamistes en particulier, qui militent pour une réelle ouverture du jeu démocratique ; celles-ci pèsent sur les reconfigurations politiques en cours depuis le début de la décennie de 1990. En Égypte et en Jordanie, l'opposition la plus persuasive aux yeux de la population est portée par les Frères musulmans, qui choisissent la normalisation parlementaire. Pour contrer les protestations croissantes et regagner en légitimité populaire, les régimes jouent la carte de la répression et celle de l'ouverture politique. Ainsi, d'un côté, la « lutte contre le terrorisme » permet aux leaders saoudien, égyptien et jordanien de justifier des arrestations arbitraires et des atteintes récurrentes aux libertés commises par leurs services de sécurité. Dans ces trois pays, les prisons d'État servent notamment de « sas de décompression » aux Américains, qui y délocalisent la « traque » aux militants d'Al-Qaida. L'usage de la torture, quotidien, est régulièrement dénoncé par les organisations locales et internationales de défense des droits de l'homme. D'un autre côté, les alliés arabes de Washington inventent de nouvelles formules politiques afin d'apaiser les rancœurs de leur population, tout en verrouillant les institutions politiques et en imposant des logiques dynastiques. En Égypte, par exemple, l'élection du président au suffrage universel direct – une première en 2005 – doit faire oublier les manœuvres visant à ce que Gamal Moubarak, le fils du président en exercice, remplace à terme son père à la tête du pays. En Arabie Saoudite, si l'ouverture introduite par le roi Abdallah, régent depuis 1996 et parvenu sur le trône en 2005, provient de l'organisation d'élections municipales (en 2005) et de l'instauration d'un dialogue national sur des thèmes sujets à controverse (les femmes, l'éducation, etc.), rien ne garantit que cela suffise à surmonter le délitement du système d'État-providence qui se profile, ainsi que la crise de succession – l'enjeu, pour le régime, étant le passage du flambeau à la génération des « petits-fils » du père fondateur du royaume.

Plus encore, l'interventionnisme américain en Irak ouvre la voie à la banalisation des attentats-suicides anti-occidentaux hors des frontières du Proche-Orient. Les États considérés comme des alliés de Washington (notamment ceux qui sont engagés militairement à ses côtés en Irak et en Afghanistan) sont désormais l'objet d'attaques perpétrées soit par Al-Qaida soit par des groupes islamistes et/ou par des individus isolés qui empruntent à la mouvance de Ben Laden le répertoire d'actions du martyre, tout en suivant leur propre logique. Ainsi, Madrid en mars 2004 et Londres en juillet 2005 ont-elles été frappées en plein cœur, de même que l'ambassade australienne à Jakarta (Indonésie) en septembre 2004 et la capitale jordanienne (Amman) en novembre 2005. Plus récemment, la prise d'otages occidentaux (français, en particulier) devient le nouvel outil de lutte d'activistes se revendiquant d'Al-Qaida au Maghreb islamique et opérant dans la zone du Sahel (Niger, Mali). Ces phénomènes – nouveaux – marquent la première décennie du xxie siècle.

Jeux d'influences des puissances régionales

L'intervention américaine en Irak, couplée à la multiplication des foyers de crise interne dans la région, conduit au remodelage des jeux d'influences entre puissances régionales.

L'Iran voit son rôle renforcé par la « disparition » de ses deux frères ennemis, l'Afghanistan des talibans et l'Irak de Saddam Hussein. Le président Ahmadinejad, arrivé au pouvoir en 2005 et réélu de manière contestée en 2009, se lance dans une politique étrangère active en direction du Moyen-Orient arabe. Celle-ci est ouvertement hostile à la présence politique et militaire américaine ainsi qu'à l'allié de longue date de Washington, Israël. La capacité d'expansion idéologique et religieuse du régime est particulièrement manifeste depuis que, en Irak, des éléments chiites partisans d'un retrait à terme des troupes étrangères présentes dans le pays occupent une place prépondérante au sein du gouvernement. Par ailleurs, la guerre du Liban de l'été de 2006 a donné l'occasion à Téhéran d'apparaître comme le défenseur des peuples « opprimés » de la région, par l'intermédiaire de son bras droit libanais, le Hezbollah, et de son chef charismatique, Hassan Nasrallah. L'aura de ce dernier prend une envergure régionale, mettant en difficulté les dirigeants des régimes « modérés » de la zone. Cette dynamique d'expansion se traduit également par la volonté iranienne de modifier le rapport de forces militaire dans la région. Pour Téhéran, l'augmentation de la capacité de dissuasion du régime, indispensable pour conforter son rang de puissance intermédiaire, passe notamment par l'acquisition de la technologie nucléaire. Ainsi l'Iran pourra-t-il apparaître crédible face aux nombreuses puissances nucléaires qui l'entourent (Pakistan, Inde, Israël, Russie et Chine). Or les États-Unis et les capitales européennes s'opposent à la modification du statu quo en la matière. De là, les condamnations multiples et répétées de ces pays à l'encontre du « nucléaire iranien » et la politique de sanctions progressive avalisée par l'O.N.U. De son côté, l'Union européenne cherche à négocier avec le régime iranien, car elle ne veut pas se mettre à dos Téhéran, qui demeure un acteur incontournable du jeu énergétique mondial, tandis que les États-Unis usent de la menace d'une nouvelle intervention armée.

L'Arabie Saoudite, quant à elle, s'inquiète de l'extension des zones de violence et de l'influence iranienne grandissante. Elle entend, dès lors, réaffirmer son rôle en tant qu'autorité médiatrice sur la scène régionale et défend les ambitions des deux autres puissances sunnites de la zone, alliées des États-Unis, l'Égypte et la Jordanie. L'activisme du prince Abdallah est particulièrement net dans le dossier palestinien, à tel point que l'O.L.P. est progressivement écartée de la scène diplomatique au profit d'un triumvirat d'États sunnites qui s'autoproclament défenseurs de la cause palestinienne.

Enfin, la Turquie, acteur clé de la zone moyen-orientale, apparaît également comme préoccupée par la dégradation des conditions de sécurité régionale. L'implosion de l'Irak l'inquiète par-dessus tout, car l'autonomisation des kurdes irakiens fait émerger à nouveau des revendications sécessionnistes chez ses propres communautés kurdes. En 2007, le P.K.K., qui opère à partir de bases installées en Irak, commet une vague d'attentats-suicides sur le territoire national. Le gouvernement islamiste de Recep Tayyip Erdogan, arrivé au pouvoir en 2003 et réélu en 2007, répond par la violence, en bombardant les camps du P.K.K. en Irak avec l'assentiment des Américains. A contrario, Ankara joue plutôt la carte de l'équilibre vis-à-vis de l'Iran, tentant des négociations économiques, et approfondit sa coopération bilatérale dans les domaines politique, économique et militaire avec la Syrie. Dans le même temps, la Turquie cultive un partenariat privilégié avec Israël, ce qui lui permet de se poser en potentielle modératrice des tensions régionales vis-à-vis de l'Union européenne et des États-Unis et comme possible « tête de pont » entre le monde musulman et l'Occident. Il est vrai que l'enjeu, pour le gouvernement d'Erdogan, est l'entrée de la Turquie dans l'U.E.

Ainsi, les effets conjugués des attentats contre le World Trade Center et de l'interventionnisme américain en Irak remodèlent largement la carte politique et territoriale du Moyen-Orient et le jeu des alliances militaires et diplomatiques au niveau régional. En l'espace d'une décennie, l'islam politique s'est banalisé, l'accès des islamistes à des postes de responsabilité ne constituant plus un événement en soi. Mais il s'est aussi radicalisé, avec l'apparition de mobilisations religieuses d'un nouveau type, transfrontalières, qui ont généré une coopération croissante entre les États-Unis et l'U.E. dans l'internationalisation de la « lutte contre le terrorisme ». Partout, la réactivation de clivages ethniques et communautaires menace la stabilité des frontières et des États, ainsi que la pérennité des régimes.

Le tournant des « révolutions arabes »

L'existence, fin 2010-début 2011, de mouvements de protestations populaires massifs contre les dirigeants en place, en Tunisie d'abord, puis en Égypte ainsi que dans d'autres pays de la région, clôt ce « moment américain » au Proche-Orient, bien davantage que ne l'avait laissé augurer l'arrivée du démocrate Barack Obama à la tête de l'administration américaine en 2008.

Très vite, en effet – et malgré un changement de ton indéniable qui signe le retour des États-Unis vers la diplomatie et le multilatéralisme –, le nouveau président doit faire avec les changements structurels que l'interventionnisme guerrier de son prédécesseur a engendrés dans la région. En Irak, malgré le retrait annoncé des troupes américaines et l'organisation d'élections législatives en mars 2010, la situation sécuritaire et politique du pays est loin d'être stable. Huit mois sont ainsi nécessaires à la formation d'un nouveau gouvernement, qui débouche sur la reconduction du Premier ministre sortant Nouri Al-Maliki. Parallèlement, les attentats (contre la communauté chrétienne d'Irak, en particulier) se multiplient et alimentent un flux d'émigration toujours croissant.

Au Liban, une menace de paralysie des institutions politiques pèse sur le régime après la guerre de 2006, alors que deux visions du pays, de plus en plus difficilement conciliables, s'affrontent au travers de mobilisations de rue. Les élections législatives de 2009, censées permettre l'arbitrage du différend entre les deux camps, marquent la victoire de Saïd Hariri (fils de l'ancien Premier ministre assassiné) sur le Hezbollah et consacrent l'autonomisation de la communauté sunnite face à la Syrie et au « Parti de Dieu ». Néanmoins, l'opposition garde d'importants moyens de déstabilisation, dans un contexte de tensions croissantes liées à l'attente des conclusions rendues par le tribunal spécial pour le Liban. La nomination, en janvier 2011, d'un Premier ministre proche du Hezbollah, en atteste particulièrement.

Concernant les Territoires palestiniens, Barack Obama, alors qu'il a d'emblée replacé la question israélo-palestinienne au centre des préoccupations de son administration, peine à faire pression sur les deux parties pour qu'elles acceptent de reprendre des pourparlers directs ; ceux-ci sont néanmoins annoncés en grande pompe pour début septembre 2010. Mais il essuie un camouflet face au gouvernement israélien qui refuse de s'engager sur un arrêt de la colonisation en Cisjordanie durant la période d'éventuelles négociations. Sur le terrain, la politique d'obstruction israélienne au gouvernement Hamas installé à Gaza se durcit considérablement avec le lancement d'une opération militaire d'envergure (Plomb durci) sur ce morceau de territoire, en décembre 2008-janvier 2009. Largement condamnée par la communauté internationale, cette guerre – particulièrement meurtrière – ne règle aucune question politique sur le fond pour Israël. Côté palestinien, les tentatives de formation d'un gouvernement d'union nationale qui s'ensuivent échouent, rendant la partition territoriale et politique entre la Cisjordanie contrôlée par le Fatah et la bande de Gaza aux mains du Hamas de plus en plus structurelle.

C'est donc dans un contexte de fermeture – assez prononcée – des horizons politiques qu'un nouveau cycle historique s'ouvre pour les populations de la région au début de 2011. Les « révolutions » tunisienne, puis égyptienne, qui ont rapidement acculé au départ Zine el-Abidine Ben Ali (le 14 janvier 2011), puis Hosni Moubarak (le 11 février), les présidents de ces deux pays au pouvoir depuis plusieurs décennies, insufflent un vent de révolte nouveau dans les États environnants qui connaissent, à leur tour, des mouvements de protestation massifs. Ces derniers (qu'ils aient lieu au Bahreïn, au Yémen, en Jordanie, au Maroc, en Algérie, en Syrie ou en Libye) posent la question de la « corruption » et de l'inégale répartition des richesses, ainsi que celle de la violence d'État et de l'arbitraire des régimes. Ils ne sont pas portés par des formations d'opposition classiques et essaiment au moyen des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Ils sont principalement le fait d'une jeunesse désabusée, plutôt diplômée, qui ne trouve pas sa place dans les systèmes clientélistes en vigueur et réclame, d'abord et avant tout, le respect de sa dignité. Au-delà de ces points communs, les problématiques de sortie de crise et de négociation des « transitions démocratiques » se posent de manière spécifique en fonction de chaque situation nationale héritée. En plusieurs endroits cependant, la Turquie de l'A.K.P. est érigée en « modèle », ce qui accentue le prestige de ce pays sur la scène régionale.

—  Nadine PICAUDOU, Aude SIGNOLES

BIBLIOGRAPHIE

F. Adelkhah, Être moderne en Iran, Karthala, Paris, 2006

F. De Bel Air dir., Migration et politique au Moyen-Orient, I.F.P.O., Beyrouth, 2006

S. Ben Nefissa dir., Pouvoirs et associations dans le monde arabe, éd. du C.N.R.S., Paris, 2002

M. Bennani-Chraïbi & I. Farag, Jeunesses des sociétés arabes. Par-delà les menaces et les promesses, C.E.D.E.J.-Aux lieux d'être, Le Caire-Montreuil, 2007

M. Bennani-Chraïbi & O. Fillieule dir., Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Presses de Sciences Po, Paris, 2002

N. Bernard-Maugiron, Le Politique à l'épreuve du judiciaire : la justice constitutionnelle en Égypte, Bruylant-C.E.D.E.J., Bruxelles-Le Caire, 2003

P. Bonte, E. Conte & P. Dresch dir., Émirs et Présidents. Figures de la parenté et du politique dans le monde arabe, éd. du C.N.R.S., 2001

B. Botiveau, Loi islamique et droit dans les sociétés arabes, Karthala-I.R.E.M.A.M., Paris-Aix-en-Provence, 1993 ; L'État palestinien, Presses de Sciences Po, 1999

B. Botiveau & A. Signoles dir., « D'une Intifāda l'autre. La Palestine au quotidien », Égypte/Monde arabe, no 6, Complexe-C.E.D.E.J., Bruxelles-Le Caire, 2004

H. Bozarslan, La Question kurde. États et minorités au Moyen-Orient, Presses de Sciences Po, 1997

L. Brand, Arab States and their Expatriates, Cambridge University Press, Cambridge, 2006

L. C. brown dir., Diplomacy in the Middle East. The International Relations of Regional and Outside Powers, I. B. Tauris, Londres, 2001

D. Brumberg, Moyen-Orient : l'enjeu démocratique, Michalon, Paris, 2003

F. Burgat, L'Islamisme à l'heure d'al-Qaida, La Découverte, Paris, 2005

O. Carré & G. Michaud, Les Frères musulmans (1928-1982), Gallimard-Juillard, Paris, 2001

O. Carré, Le Nationalisme arabe, Fayard, Paris, 2004

G. Chaliand, D'une guerre d'Irak à l'autre. Violence et politique au Moyen-Orient 1990-2004, Métailié, Paris, 2004

G. Corm, Le Proche-Orient éclaté (1956-2007), Gallimard, Paris, 3e éd., 2007 ; Le Liban contemporain, La Découverte, 2003

A. Dawisha, Arab Nationalism in the 20th Century : from triumph to despair, Princeton University Press, Princeton, 2003

F. Dazi-Heni, Monarchies et sociétés d'Arabie. Le temps des confrontations, Presses de Sciences Po, 2006

B. Destremau, A. Deboulet & F. Ireton dir., Dynamiques de la pauvreté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, Karthala, 2004

A. Dieckhoff & R. Leveau dir., Israéliens et Palestiniens. La guerre en partage, Balland, Paris, 2003

J.-P. Digard, Y. Richard & B. Hourcade, L'Iran au XXe siècle, Fayard, 1996 / G. dorronsoro, La Révolution afghane, Karthala, 2000

G. Dorronsoro dir., La Turquie conteste. Mobilisations sociales et régime sécuritaire, éd. du C.N.R.S., 2005

P. Droz-Vincent, Moyen-Orient : pouvoirs autoritaires, sociétés bloquées, P.U.F., Paris, 2004 ; Vertiges de la puissance. Le moment américain au Moyen-Orient, La Découverte, 2007

B. Dupret, Z. Ghazzal & Y. Courbage, La Syrie au présent. Reflets d'une société, Actes Sud, Arles, 2007

P. Fargues, Générations arabes : l'alchimie du nombre, Fayard, 2000

L. Fawcett, International Relations of the Middle East, Oxford, Oxford University Press, 2005

M. Flory & R. Mantran, Les Régimes politiques arabes, P.U.F., 2e éd. 1991

A. Hammoudi & R. Leveau dir., Monarchies arabes : transitions et dérives dynastiques, Paris, La Documentation française, 2002

S. Heydemann, War, Institutions and Social Change in the Middle East, University of California Press, Berkeley, 2000 ; Networks of Privilege in the Middle East : the Politics of Economic Reform Revisited, Palgrave-Macmillan, New York, 2004

R. Hinnebusch & A. Ehteshami dir., The Foreign Policies of Middle East States, Lynne Rienner, Boulder (Co), 2002

G. joffe, Jordan in transition 1990-2000, Hurst & Company, Londres, 2002

S. Kassir, Considérations sur le malheur arabe, Sinbad-Actes Sud, 2004 ; La Guerre du Liban. De la dissension nationale au conflit régional, Karthala-C.E.R.M.O.C., Paris-Beyrouth, 1994

A. Kazancigil & E. Özbudun dir., Atatürk, Founder of a Modern State, C. Hurst & Cie, Londres, 1981

G. Kepel, Le Prophète et pharaon : mouvements islamistes dans l'Égypte de Sadate, La Découverte-Maspero, Paris, 1984

R. Khalidi, L'Empire aveuglé. Les États-Unis et le Moyen-Orient, Actes Sud, 2004

F. Khosrokovar & O. roy, Iran : comment sortir d'une révolution religieuse, Seuil, Paris, 1999

G. Khoury & N. Meouchy, États et sociétés de l'Orient arabe en quête d'avenir, 1945- 2005, 2 vol., Geuthner, Paris, 2006-2007

H. Laurens, Le Grand Jeu, Orient arabe et rivalités internationales, Armand Colin, Paris, 1991 ; L'Orient arabe à l'heure américaine. De la guerre du Golfe à la guerre d'Irak, ibid., 2004

R. Leveau, F. Mermier & U. Steinbach dir., Le Yémen contemporain, Karthala, 1999

E. Longuenesse, Professions et sociétés au Proche-Orient. Déclin des élites, crise des classes moyennes, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2007

L. Louer., Chiisme et politique au Moyen-Orient : Iran, Irak, Liban, monarchies du Golfe, Paris, Autrement, 2008

G. Luciani dir., The Arab State, University of California Press, 1990

J.-P. Luizard, La Question irakienne, Fayard, 2002

F. Mermier & E. Picard dir., Liban, une guerre de 33 jours, La Découverte, 2007

S. Mervin dir., Les Mondes chiites et l'Iran, Karthaka-I.F.P.O., Paris-Beyrouth, 2007

G. mutin, Géopolitique du monde arabe, Ellipses, Paris, 2001

J.-F. Pérouse, La Turquie en marche. Les grandes mutations depuis 1980, La Martinière, Paris, 2004

E. Picard, Lebanon. A Shattered Country. Myths and Realities of the Wars of Lebanon, Holmes & Meier Publishers, New York, 2002

E. Picard dir., La Politique dans le monde arabe, Armand Colin, 2006

N. Picaudou, Les Palestiniens. Un siècle d'histoire, Complexe, Bruxelles, 2003

W. Quandt, Peace Process : American Diplomacy and the Arab-Israeli Conflict since 1967, Brookings Institution Press, Washington D. C., 2005 (3e éd.)

A. Roussillon, La Pensée islamique contemporaine : acteurs et enjeux, Téraèdre, Paris, 2005

A. Roussillon & F. Zahra-Zryouil, Être femme en Égypte, au Maroc et en Jordanie, Aux lieux d'être, 2006

O. Roy, L'Échec de l'Islam politique, Seuil, 1992

G. salame, Démocraties sans démocrates. Politiques d'ouverture dans le monde arabe et islamique, Fayard, 2004

M. Seurat, L'État de barbarie, Esprit-Seuil, Paris, 1989

T. Souami & E. Verdeil, Concevoir et gérer les villes. Milieux d'urbanistes du sud de la Méditerranée, Economica, Paris, 2006

C. Tripp, A History of Iraq, Cambridge University Press, 2000

M. Valeri, Le Sultanat d'Oman. Une révolution en trompe-l'œil, Karthala, 2007

S. Valter, La Construction nationale syrienne, éd. du C.N.R.S., 2002.

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales, Paris
  • : maître de conférences en science politique à l'I.E.P. d'Aix-en-Provence, chercheur associé à l'IREMAM

Classification


Autres références

«  PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN  » est également traité dans :

ABBAS MAHMOUD (1935-    )

  • Écrit par 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 1 948 mots
  •  • 1 média

Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas est né le 26 mars 1935 à Safed, ville de haute Galilée, aujourd'hui située à l'intérieur des frontières de l'État hébreu. Ses parents fuient la Palestine en 1948 durant la première guerre israélo-arabe. Réfugié à Damas, dans la Syrie voisine, le jeune homme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahmoud-abbas/#i_91133

ABDALLAH IBN ‘ABD AL-‘AZĪZ (1923 ou 1924-2015) roi d'Arabie Saoudite (2005-2015)

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 1 585 mots

Abdallah fait sentir son influence dans les affaires saoudiennes dès la fin des années 1970. Le royaume a de sérieux défis extérieurs à relever, avec le traité de paix israélo-égyptien, la révolution iranienne, la prise de la Grande Mosquée de La Mecque en novembre 1979 (par des insurgés contestant la légitimité morale et religieuse des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abdallah-ibn-abd-al-aziz/#i_91133

ACCORDS DE WASHINGTON

  • Écrit par 
  • Christophe PÉRY
  •  • 244 mots
  •  • 1 média

La fin de la guerre froide a modifié les données du conflit du Proche-Orient. Après la guerre du Golfe, les États-Unis poussent Israël à participer à une conférence de paix. Le retour au pouvoir des travaillistes israéliens, en 1992, facilite la conclusion des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accords-de-washington/#i_91133

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 453 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  La politique extérieure »  : […] pas en cause ces orientations. Jusqu'à la fin des années 1950, une ligne de base de la diplomatie régionale consiste à bloquer les projets unionistes des Hachémites, qui, chassés du Hijaz par les Saoud, s'étaient installés sur les trônes d'Irak et de Jordanie. Un conflit vieux de deux siècles entre les deux dynasties était envenimé par des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabie-saoudite/#i_91133

ARAFAT YASSER (1929-2004)

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU
  •  • 1 389 mots
  •  • 1 média

Le leader palestinien Yasser Arafat incarne la figure doublement exemplaire de l'éternel combattant et de la victime dont le destin personnel résume celui de la Palestine contemporaine. Après une vie de lutte et d'errance, il devient le symbole vivant du retour des Palestiniens sur leurs terres. Mais, paralysé par les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yasser-arafat/#i_91133

ART CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 12 424 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les marchés émergents »  : […] Les Émirats arabes unis sont un autre eldorado dont devrait profiter le marché de l'art contemporain. À l'occasion des premières ventes, près de 60 p. 100 des acquéreurs étaient originaires du Moyen-Orient. Les plus fortes enchères ont été obtenues par des artistes arabes, égyptiens et iraniens mais, par le biais des foires, des ventes aux enchères […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-contemporain/#i_91133

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 139 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les poudrières de l'Asie »  : […] Le Moyen-Orient reste la région la plus conflictuelle du monde. Héritages des anciens empires et des anciennes colonies, jeux des grandes puissances, conflits sur les tracés frontaliers et les territoires, rivalités ethniques et religieuses, évolution chaotique de la démocratie : de nombreux facteurs sont réunis pour que les guerres se multiplient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-espaces-et-societes/#i_91133

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 806 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une terre de conflits : le prix à payer »  : […] Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Moyen-Orient est le théâtre de nombreux conflits de nature diverse. Les facteurs de crise sont multiples et s'entremêlent étroitement. Jusqu'en 1990, les conflits restent cantonnés dans un strict cadre régional, les puissances extrarégionales n'interviennent pas ouvertement ; depuis lors, ils ont pris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-dynamiques-regionales/#i_91133

ASSAD BACHAR AL- (1965-    )

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Universalis
  •  • 2 001 mots
  •  • 1 média

Président de la République arabe syrienne depuis 2000, Bachar al-Assad, né en septembre 1965, est resté longtemps à l'écart des cercles de pouvoir. Son père, le président Hafez al-Assad, traumatisé au début des années 1980 par les conflits de succession frisant la guerre civile au cœur même du régime à l'heure de son très grave accident de santé, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bachar-al-assad/#i_91133

ASSAD HAFEZ AL- (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Sakina BOUKHAÏMA-BONNE
  •  • 775 mots

Si Hafez al-Assad est longtemps le champion du « front du refus » face à Israël, remportant un certain succès politique lors de la guerre d'octobre 1973, il fait surtout preuve d'un grand pragmatisme et tire le meilleur parti de la situation régionale pour préserver les intérêts essentiels de la Syrie. Allié de l'Iran contre l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hafez-al-assad/#i_91133

BAATH, BA'TH ou BAAS

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Parti socialiste de la renaissance arabe, le Baath est un parti politique fortement structuré qui, dépassant les frontières des États, se veut un mouvement unitaire arabe et socialiste. Fondé en 1943 à Damas par un chrétien orthodoxe, Michel Aflak, le philosophe du parti, et Ṣālah al-Biṭar, qui en sera le tacticien et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baath-ba-th-baas/#i_91133

BAGDAD

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Gaston WIET
  •  • 2 617 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La ville contemporaine  »  : […] ethniques et religieuses du pays, tient une position centrale dans l'espace national. C'est aussi un carrefour stratégique à l'échelle du Moyen-Orient. De Bagdad, on rejoint, vers le sud-est, le golfe Persique ; vers le nord-est, on accède à Téhéran ; on atteint la Turquie et la mer Noire par la vallée du Tigre, la Syrie et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bagdad/#i_91133

BAHREÏN

  • Écrit par 
  • André BOURGEY, 
  • Laurence LOUËR
  •  • 4 756 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une expérience parlementaire écourtée »  : […] Les demandes de participation populaires seront satisfaites au lendemain de l'indépendance. Une Assemblée constituante est élue au suffrage masculin en 1972. Elle élabore une Constitution (1973) inspirée de celle de Koweït, dans laquelle le Parlement dispose notamment d'un droit de veto sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bahrein/#i_91133

CHAMOUN CAMILLE (1900-1987)

  • Écrit par 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 1 027 mots

Le dirigeant libanais Camille Chamoun était né avec le siècle dans une famille politique. À seize ans, il suit son père en Anatolie où viennent de le déporter les autorites ottomanes. Revenu au Liban, Chamoun poursuit des études de droit. Loin de se consacrer au seul barreau, il se lance dans la politique. Il écrit au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-chamoun/#i_91133

DIASPORA

  • Écrit par 
  • Spyros ASDRACHAS, 
  • Vicken CHETERIAN, 
  • Kamel DORAÏ, 
  • Thibaut JAULIN, 
  • Claudine LOMBARD-SALMON, 
  • Raoul VANEIGEM, 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  • , Universalis
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diaspora palestinienne »  : […] palestiniens évoque avec acuité les conséquences des tensions qui déchirent le Moyen-Orient depuis plus de cinquante ans. Si la création de l'État d'Israël en 1948 a répondu aux aspirations du mouvement sioniste à la suite de la Seconde Guerre mondiale, elle a entraîné la déstructuration de la société palestinienne et jeté sur les routes de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diaspora/#i_91133

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 291 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen-Orient et Maghreb »  : […] Avec la baisse des cours, les pays exportateurs de pétrole du Moyen-Orient et du Maghreb connaissent une période de faible croissance : 3 p. 100 aux Émirats Arabes unis (4,6 p. 100 en 2014), 3,4 p. 100 en Arabie Saoudite (3,2 p. 100 en 2014), 3 p. 100 en Algérie (3,8 p. 100 en 2014). Symétriquement, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2015-entre-reprise-et-crise-des-matieres-premieres/#i_91133

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le monde émergent  »  : […] Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, la diminution de la production de pétrole nuit à la croissance des pays exportateurs d’hydrocarbures. L’instabilité politique affecte le climat économique en Tunisie et en Égypte, et le conflit syrien affecte le tourisme dans la région ainsi que la confiance des agents économiques des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2013-une-croissance-mondiale-apathique/#i_91133

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 277 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le monde émergent soumis à rude épreuve  »  : […] Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, le clivage entre les pays exportateurs de pétrole et les autres s'est accentué. Le pays exportateurs de pétrole ont bénéficié de dépenses publiques importantes. Ailleurs, les fortes incertitudes politiques nées du « printemps arabe » ont pesé sur la croissance. L'Afrique subsaharienne a affiché un taux de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2012-le-monde-dans-la-crise/#i_91133

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 101 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Dynamisme du monde émergent  »  : […] La zone du Moyen-Orient a bénéficié du rebond des prix du pétrole ainsi que de politiques fiscales accommodantes. En revanche, les restructurations de dette (à l'image de celle de Dubai World) ont pu accentuer les incertitudes sur la santé financière des entreprises. Enfin, l'activité en Afrique subsaharienne est repartie, tirée par la reprise des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2010-entre-rigueur-et-relance-economiques/#i_91133

ECONOMIE MONDIALE - 2009 : le monde en récession

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 2 934 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Résilience du monde émergent »  : […] Au Moyen-Orient, un événement marquant a été, en fin d'année, la quasi-faillite dans les Émirats arabes unis de la filiale immobilière Nakheel du groupe Dubai World (compagnie d'investissement en charge de superviser un portefeuille de projets pour le gouvernement de Dubaï). Celle-ci a notamment entraîné des inquiétudes sur les risques d'éclatement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2009-le-monde-en-recession/#i_91133

ÉCONOMIE MONDIALE - 2008 : de la crise financière à la crise économique

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 178 mots

Dans le chapitre « Résistance du monde émergent »  : […] ayant même été suspendue à plusieurs reprises pour enrayer de trop fortes baisses. Au Moyen-Orient, l'économie est demeurée en surchauffe. Si les tensions sur l'offre sont venues limiter la croissance du secteur pétrolier, les autres secteurs ont connu une croissance plus robuste. Là encore, des signes d'hyperinflation se sont manifestés, l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2008-de-la-crise-financiere-a-la-crise-economique/#i_91133

ÉCONOMIE MONDIALE - 1997 : la crise asiatique

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 706 mots

Dans le chapitre « L'ouverture tardive du Moyen-Orient »  : […] Les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (M.O.A.N.) risquent de laisser passer la chance que leur offre la mondialisation de l'économie, a écrit le F.M.I. dans un rapport publié à l'occasion de la conférence qui les a réunis le 16 novembre à Doha, au Qatar. Les économies de cette zone ont certes continué de progresser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1997-la-crise-asiatique/#i_91133

ÉCONOMIE MONDIALE - 1996 : sur la voie de la convergence

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 696 mots

Dans le chapitre « Moyen-Orient »  : […] Le P.I.B. des pays du Moyen-Orient a augmenté, selon l'estimation du F.M.I., de 3,9 p. 100 en 1996, contre 3,6 p. 100 en 1995. La hausse des prix du pétrole a permis à l'Arabie Saoudite et au Koweït de compenser les effets de la rigueur budgétaire. En Égypte, les privatisations et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1996-sur-la-voie-de-la-convergence/#i_91133

ÉCONOMIE MONDIALE - 1995 : vers une redistribution des ressources mondiales

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 188 mots

Dans le chapitre « Incertitudes au Proche-Orient »  : […] Le secrétaire d'État américain Warren Christopher a annoncé le 29 octobre 1995 à Amman, à l'occasion de l'ouverture de la Conférence économique sur le Proche-Orient, le projet de création d'une Banque pour la coopération économique et le développement du Proche-Orient. Le capital de cet établissement a été prévu à 5 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1995-vers-une-redistribution-des-ressources-mondiales/#i_91133

ÉCONOMIE MONDIALE - 1993 : une nouvelle année de purgatoire

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 737 mots

Dans le chapitre « Un continent « en perdition » »  : […] L'économie des pays arabes, qui avait connu un véritable boom en 1992 avec une croissance de 14 p. 100 due à la reconstruction du Koweït et à une forte hausse (6,7 p. 100) des recettes pétrolières (94,6 milliards de dollars), s'est sensiblement ralentie en 1993, sa croissance étant évaluée à 4 p. 100 par le Fonds monétaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1993-une-nouvelle-annee-de-purgatoire/#i_91133

ÉCONOMIE MONDIALE - 1991 : une économie convalescente

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 8 560 mots

Dans le chapitre « Le Moyen-Orient victime de la guerre »  : […] pays de l'Est ont connu une dégradation économique supérieure à celle qui a affecté le Moyen-Orient. La guerre du Golfe a provoqué non seulement des destructions au Koweït et en Irak, mais aussi la dislocation de circuits commerciaux et le rapatriement de nombreux travailleurs immigrés dans leur pays d'origine qui, dès lors, ont été privés d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1991-une-economie-convalescente/#i_91133

ÉCONOMIE MONDIALE - 1990 : de l'euphorie à la crainte

  • Écrit par 
  • Régis PARANQUE
  •  • 14 988 mots

Dans le chapitre « La nouvelle crise pétrolière »  : […] Tel était le climat lorsque éclata brutalement, le 2 août 1990, la nouvelle crise du Moyen-Orient ; l'annexion du Koweït par l'Irak et l'état de guerre qui s'ensuivit devaient profondément secouer l'univers, sans que l'on pût, sur le moment, en évaluer toutes les conséquences, ni même estimer l'ampleur véritable du séisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1990-de-l-euphorie-a-la-crainte/#i_91133

EDDÉ RAYMOND (1913-2000)

  • Écrit par 
  • Georges LABAKI
  •  • 643 mots

Raymond Eddé est né le 15 mars 1913 à Alexandrie, en Égypte, dans une famille maronite originaire du village d'Eddé, dans le district de Djebail (Byblos) au Liban. La famille Eddé est revenue au Liban en 1920, après l'instauration du mandat français sur le pays des Cèdres. Raymond Eddé obtient en 1934 une licence en droit de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-edde/#i_91133

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 092 mots
  •  • 18 médias

D’une révolution l’autre : 23 juillet 1952, une poignée d’officiers égyptiens renversait la monarchie, mettait fin à la tutelle britannique et faisait de l’Égypte un État souverain et indépendant, dans le concert des nations nouvellement décolonisées. 25 janvier 2011, dans le sillage de la Tunisie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-l-egypte-republicaine/#i_91133

EL BARADEI MOHAMED (1942-    )

  • Écrit par 
  • Vincent CHETAIL
  •  • 1 183 mots
  •  • 1 média

Né au Caire en 1942 dans une famille de juristes reconnus, Mohamed El Baradei obtient en 1962 une licence en droit à l'université du Caire, avant de poursuivre ses études à Genève au sein de l'Institut universitaire de hautes études internationales où il obtient un diplôme d'études approfondies en droit international. Il achève sa formation de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mohamed-el-baradei/#i_91133

ÉMIRATS ARABES UNIS

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 6 016 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Indépendance, retrait britannique et fédération des É.A.U. »  : […] aussitôt – le cinquième, Ras al-Khaimah, ne rejoindra la fédération qu’en février 1972. Le 2 décembre 1971, lorsque le Royaume-Uni annonce qu’il met fin à ses relations par traités avec les émirats du Golfe, la fédération des Émirats arabes unis est proclamée. Deux jours auparavant, l’Iran occupe trois îlots au centre du Golfe sur la route du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emirats-arabes-unis/#i_91133

EST-OUEST RELATIONS

  • Écrit par 
  • Jacques HUNTZINGER, 
  • Philippe MOREAU DEFARGES
  • , Universalis
  •  • 12 328 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « 1984-1987 : entre le dialogue américano-soviétique et des mutations loin d'être achevées »  : […] De même, le Moyen-Orient illustre ce jeu Est-Ouest, où Américains et Soviétiques sont conduits à prendre des positions précaires et équivoques. La paix américaine de 1979 entre l'Égypte et Israël, la marginalisation de l'Union soviétique par rapport à ce conflit apportent une victoire fragile aux États-Unis, qui, en 1982- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relations-est-ouest/#i_91133

FRÈRES MUSULMANS

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU
  •  • 1 338 mots

L'Association des Frères musulmans est née à Ismaïlia, en Égypte, en 1928. Son fondateur, Hasan al-Bannā’, n'est pas un ouléma, mais un simple instituteur très affecté par la domination anglaise sur son pays et les influences, jugées corruptrices, de l'Occident matérialiste. Sa prise de conscience de la nécessité d'une renaissance islamique en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/freres-musulmans/#i_91133

GEMAYEL BÉCHIR (1947-1982)

  • Écrit par 
  • Elizabeth PICARD
  •  • 1 212 mots
  •  • 1 média

Laissant à son père la direction politique du parti et à son frère la représentation parlementaire, Béchir se réserve l'action armée. On dit qu'il s'est entraîné dès 1968 en Jordanie ; cette année-là, il a dirigé une expédition contre des étudiants de Beyrouth qui étaient alors en grève pour soutenir la résistance palestinienne. Lorsque cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bechir-gemayel/#i_91133

GEMAYEL PIERRE (1905-1984)

  • Écrit par 
  • Elizabeth PICARD
  •  • 1 276 mots

Petits notables maronites de la prospère bourgade de Bikfaya (Metn) au cœur du Mont-Liban, les Gemayel portent le titre de cheikh. Ils affichent leur hostilité à l'égard de la puissance ottomane et leur francophilie, au point d'être contraints d'émigrer en Égypte durant la Première Guerre mondiale. À son retour à Beyrouth, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-gemayel/#i_91133

GUERRE DU GOLFE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 239 mots
  •  • 2 médias

Dans la nuit du 1er au 2 août 1990, deux ans après la fin d'une guerre très coûteuse contre l'Iran, le dirigeant irakien Saddam Hussein donne l'ordre à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-du-golfe-en-bref/#i_91133

HUSSEIN (1935-1999) roi de Jordanie (1953-1999)

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU
  •  • 864 mots
  •  • 3 médias

Les funérailles du roi Hussein de Jordanie, en février 1999, ont donné lieu à un impressionnant défilé de chefs d'État arabes et occidentaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hussein/#i_91133

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 384 mots
  •  • 11 médias

L'histoire moderne de l'Iran, vieil empire multiethnique, devenu au fil du xxe siècle (sous la dynastie pahlavi puis sous la République islamique) un État-nation centralisé, présente quelques constantes remarquables […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iran-histoire-et-politique/#i_91133

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 433 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  Proche et Moyen-Orient non arabes »  : […] Les pays musulmans non arabes du Proche et du Moyen-Orient ont connu à partir des années 1980 des événements politiques majeurs dans lesquels les facteurs religieux ont joué un rôle déterminant. En Turquie, malgré la volonté du pays d'entrer dans l'Union européenne, les électeurs ont porté au pouvoir un parti islamique qui a tenté de remettre en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/#i_91133

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La particularité chiite et la révolution islamique d'Iran »  : […] Le monde chiite a suivi sa propre logique. La spécificité du chiisme au Moyen-Orient est d'être organisé dans le cadre d'un clergé transnational, basé en Irak à Najaf et Kerbala. La radicalisation du chiisme s'est faite à l'intérieur même de ce clergé, ce qui est exceptionnel dans le monde musulman : les ayatollahs Baqer al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-islam-et-politique/#i_91133

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 721 mots
  •  • 40 médias

À quelque point de vue qu'on se place, Israël représente un élément irréductible aux catégories habituelles. Il n'est point d'exemple de pays se constituant ou se reconstituant après deux mille ans d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_91133

ISRAÉLO-ARABE CONFLIT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe PÉRY
  •  • 898 mots

29 novembre 1947 Le plan de partage de l'O.N.U. prévoit la création de deux États, l'un juif, l'autre arabe, et d'une zone sous contrôle international (résolution 181 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israelo-arabe-reperes-chronologiques/#i_91133

JEUX OLYMPIQUES - La sécurité des Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 840 mots

Rapidement, les terroristes font connaître leurs exigences. Ils se revendiquent de Septembre noir, un groupe créé par le Fatah après que l'armée jordanienne a bombardé des camps de réfugiés palestiniens en septembre 1970 et qui a assassiné Wasfi Tall, Premier ministre de Jordanie, en novembre 1971. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-la-securite-des-jeux/#i_91133

KOWEÏT

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 7 172 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] 1936 quand les familles marchandes se rebellent contre l'accaparement du pouvoir par les Sabah et la récession économique. Un conseil consultatif associant ces familles fut alors établi sans pouvoir régler le conflit. Les débuts de l'industrie pétrolière et l'indépendance de Koweït en 1961 allaient reposer ces problèmes, mais dans d'autres termes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/koweit/#i_91133

KURDES

  • Écrit par 
  • Thomas BOIS, 
  • Hamit BOZARSLAN, 
  • Christiane MORE, 
  • Éric ROULEAU
  •  • 16 403 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  La question kurde depuis les deux guerres régionales »  : […] La donne de la question kurde, l'une des questions majeures du Proche-Orient depuis les années 1920, a été largement modifiée entre la guerre du Golfe de 1991 et la guerre d'Irak qui a vu le renversement du régime de Saddam Hussein à la suite de l'occupation américaine en 2003. Si cette question resta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurdes/#i_91133

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 459 mots
  •  • 18 médias

a toujours occupé à l'intérieur du Proche et du Moyen-Orient une place originale, en raison de sa diversité humaine et de ses liens privilégiés avec l'Occident. Aussi a-t-il longtemps joué un rôle important, sans rapport avec son poids démographique (environ 4 millions d'habitants au début du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liban/#i_91133

MILITAIRE INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 8 502 mots

Dans le chapitre « Les missiles balistiques »  : […] Le Moyen-Orient laisse apparaître lui aussi des ambitions géopolitiques d'ampleur, comme celle de l'Iran, qui accélère son équipement en missiles balistiques (R-27) d'une portée moyenne de 2 500 kilomètres, en SS-N-6 modifiés, dits Shahab-3, prévus pour atteindre les 2 000 kilomètres de portée, et travaille à mettre au point un missile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/industrie-militaire/#i_91133

MOUBARAK HOSNI (1928-    )

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN
  •  • 1 678 mots
  •  • 1 média

Président de la République arabe d'Égypte de 1981 à 2011, Hosni Moubarak, né le 4 mai 1928, est originaire de Manufiya, un gouvernorat situé dans la région du Delta du Nil. Issu d'un milieu modeste, il se destine très jeune à une carrière militaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hosni-moubarak/#i_91133

MUSULMAN DROIT

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 4 410 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le rôle de l'Iran et de l'Arabie Saoudite »  : […] imam Khomeyni est également une étape significative dans la compétition que se livrent l'Iran shiite et l'Arabie Saoudite sunnite, pour la direction de l'islam mondial. À partir de la révolution iranienne de 1979 et le renversement du Shah, les dirigeants des deux États font chacun la promotion mondiale du courant théologique, juridique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-musulman/#i_91133

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 610 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Importance économique des roches paléozoïques »  : […] ; elles se trouvent dans le Bassin des Maritimes (Dévonien et Carbonifère tardif). Au Moyen-Orient, on connaît surtout les très importantes réserves de pétrole et de gaz des séries post-paléozoïques, mais le Paléozoïque de cette région a commencé à être prospecté pendant les années 1970, à la suite de la découverte de pétrole en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleozoique-ere-primaire/#i_91133

PALESTINIENNE AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Aude SIGNOLES
  • , Universalis
  •  • 28 722 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les Palestiniens dans la crise du Golfe et dans les négociations israélo-arabes de paix (1990-1994) »  : […] Comme le reconnaissent quelques intellectuels palestiniens, tel Walid Khalidi, et quelques acteurs politiques de premier plan, tel Abou Iyad qui paya de sa vie le 15 janvier 1991 à Tunis son point de vue, l'implication de l'O.L.P. aux côtés de l'Irak dans la crise du Golfe d'août 1990 à février 1991 représente l'un des plus cuisants revers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autorite-palestinienne/#i_91133

PÉTROLE - Géographie du pétrole

  • Écrit par 
  • Christophe BÉLORGEOT
  •  • 5 063 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Moyen-Orient »  : […] le haut lieu du « business » et des technologies qui s'y rapportent, c'est assurément le Moyen-Orient qui en est le cœur depuis les années 1960, détenant aujourd'hui plus des trois cinquièmes des réserves mondiales. La suprématie pétrolière de cette région du monde est imputable à la forte accumulation de pétrole et à un débit élevé par champ, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-geographie-du-petrole/#i_91133

PÉTROLE - Économie pétrolière

  • Écrit par 
  • Jean-Marie BOURDAIRE
  •  • 7 218 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'avenir de l'offre de pétrole »  : […] La production des champs du Moyen-Orient, pourtant vieux de plus de cinquante ans en moyenne, pourra-t-elle être accélérée pour satisfaire la demande ? Selon le banquier Matthew Simmons, aujourd'hui décédé, non seulement l'Arabie Saoudite ne peut augmenter sa production, mais il existe un risque de déclin du champ de Ghawar qui, à lui seul, assure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-economie-petroliere/#i_91133

PÉTROLE - Les politiques pétrolières

  • Écrit par 
  • Denis BAUCHARD, 
  • Jean CHARDONNET
  •  • 13 254 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les conséquences de la politique de l'O.P.E.P. »  : […] trop forte vis-à-vis de cette ressource énergétique, et vis-à-vis de ses producteurs du Moyen-Orient. En 1974, au moment du premier choc pétrolier, le taux de dépendance pétrolière à l'égard du Moyen-Orient était très élevé pour les principaux consommateurs ouest-européens sauf l'Allemagne fédérale (55 p. 100) – compris entre 70 p. 100 pour l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-les-politiques-petrolieres/#i_91133

PREMIER CHOC PÉTROLIER

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 258 mots

D'octobre à décembre 1973, au terme d'une grave crise internationale au Moyen-Orient, le prix du baril de pétrole passe de 3 dollars à 10 dollars. Cette hausse, orchestrée par l'O.P.E.P., a été rendue possible par la tension très forte de la demande des pays industriels. Elle ne fait qu'amplifier une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premier-choc-petrolier/#i_91133

PRINTEMPS ARABE, en bref

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 336 mots

un mouvement inédit de contestation s'est rapidement propagé durant le printemps de 2011 à d'autres pays du Maghreb et du Moyen-Orient. Durant ce « printemps arabe », les populations protestent à la fois contre la pauvreté et le chômage et contre la tyrannie et la corruption de gouvernements autoritaires installés au pouvoir depuis des décennies […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/printemps-arabe/#i_91133

PRINTEMPS ARABE ou RÉVOLUTIONS ARABES

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 8 179 mots

Parti de Tunisie, ce mouvement gagne rapidement l'Égypte, puis plusieurs pays du Maghreb et du Moyen-Orient. L'incertitude règne encore quant à l'issue des changements, soit que les régimes aient réussi à désamorcer la contestation en faisant des concessions pour maintenir à tout prix la paix sociale (Maroc, Algérie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/printemps-arabe-revolutions-arabes/#i_91133

QATAR

  • Écrit par 
  • André BOURGEY, 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 5 845 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La première modernisation de l'État qatari »  : […] Sous le règne de l'émir Khalifa ben Hamad Al-Thani, qui dépose en 1972 son cousin Cheikh Ahmad Ben Ali Al-Thani (au pouvoir depuis 1960), le Qatar entreprend sa modernisation. La soudaine richesse apportée par les hydrocarbures métamorphose véritablement l'émirat en transformant radicalement l'économie, en bouleversant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qatar/#i_91133

RAFSANDJANI ALI AKBAR HACHEMI (1934-2017)

  • Écrit par 
  • Fariba ADELKHAH
  •  • 1 096 mots
  •  • 1 média

Président de la République islamique d’Iran de 1989 à 1997, Ali Akbar Hachemi Rafsandjani naît le 15 février 1934 à Bahraman (province de Kerman) au sein d’une famille aisée de propriétaires terriens, et décède le 8 janvier 2017 à Téhéran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ali-akbar-hachemi-rafsandjani/#i_91133

ROHANI HASSAN (1948-    )

  • Écrit par 
  • Fariba ADELKHAH
  •  • 1 234 mots
  •  • 1 média

Président de la République islamique d’Iran depuis 2013, Hassan Rohani (de son vrai nom Hassan Fereydoun), né le 12 novembre 1948 à Sorkheh (province de Semnan), est le fils d’un commerçant qui était le représentant local de l’ayatollah Seyyed Hossein Boroujerdi (1878-1961), le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassan-rohani/#i_91133

ROUGE MER

  • Écrit par 
  • Colette DUBOIS, 
  • Jean-Pierre PINOT
  • , Universalis
  •  • 9 698 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un double enjeu, économique et stratégique »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l'exploitation des champs de pétrole du Proche-Orient s'intensifie : le trafic de la mer Rouge progresse. En 1967, 167 millions de tonnes de pétrole transitent par le canal de Suez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mer-rouge/#i_91133

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - La Fédération de Russie

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 14 321 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une indépendance revendiquée »  : […] a aussi poursuivi son rapprochement avec la Chine, débouchant, en 2005, sur des exercices militaires conjoints. Mais c'est peut-être au Moyen-Orient que la présence russe est la plus notable. La Russie a réussi à restaurer son prestige dans la région en dénonçant l'intervention américaine en Irak. Moscou s'est illustré par son soutien au régime […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-la-federation-de-russie/#i_91133

SADATE ANOUAR EL- (1918-1981)

  • Écrit par 
  • Rémy LEVEAU
  •  • 2 529 mots
  •  • 2 médias

à la télévision, le 6 octobre 1981, lors de la commémoration de la victoire de 1973. Ses meurtriers, issus d'un groupe islamique infiltré dans l'armée, voulaient lui faire expier la trahison de la cause arabe que constituaient à leurs yeux le voyage à Jérusalem et les accords de Camp David succédant à la traversée du canal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anouar-el-sadate/#i_91133

SAMARITAINS

  • Écrit par 
  • Vittorio MORABITO
  •  • 1 985 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expansion, déclin et séparation »  : […] L'éventualité d'une Palestine indépendante satisfait la communauté de Naplouse, dont un responsable a été nommé au Parlement palestinien : Yasser Arafat s'est préoccupé pendant la première intifada, en 1987, de la protection de « nos frères Samaritains » ; il a rendu visite à ses chefs religieux ; enfin, lors du vol de deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samaritains/#i_91133

SARKIS ELIAS (1924-1985)

  • Écrit par 
  • Elizabeth PICARD
  •  • 964 mots

caractère social restent dans les dossiers ; la livre dégringole ; l'économie s'effondre. La Force arabe de dissuasion, dont les sommets de Riyad et du Caire l'ont nommé responsable en titre, règne à Beyrouth-Ouest et dans le Sud jusqu'au Litani. Elle bombarde les régions tenues par le Front libanais en juillet et en août 1978 sans que la menace de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elias-sarkis/#i_91133

SERVICES SECRETS

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 8 667 mots

Dans le chapitre « Autres pays »  : […] Au Proche-Orient, l'État israélien est ancré, depuis sa création en 1947, dans une logique de prévention et d'anticipation sécuritaire en raison des guerres répétées qui l'ont opposé aux États arabes puis des actions terroristes qui le visent depuis 1973 et la fin de la guerre du Kippour. Cette constante insécurité l'oblige à s'appuyer sur des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/services-secrets/#i_91133

SIX JOURS GUERRE DE (1967)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 226 mots
  •  • 1 média

Du 5 au 10 juin 1967 eut lieu la guerre dite « de Six Jours » qui opposa l'État d'Israël, dirigé par le Premier ministre Levi Eshkol, à trois de ses voisins (Égypte, Jordanie, Syrie). S'estimant menacé, en particulier par l'Égypte de Gamal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-six-jours/#i_91133

SUEZ AFFAIRE DE (1956)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 280 mots
  •  • 1 média

Le 22 décembre 1956, le rembarquement du corps expéditionnaire franco-britannique à Port-Saïd (Égypte) illustre les nouveaux rapports de forces internationaux de l'après-1945. En nationalisant le 26 juillet 1956 le canal de Suez, le leader […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-de-suez/#i_91133

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 34 145 mots
  •  • 11 médias

La Syrie en tant qu'État émerge dans les années 1920 à la suite du découpage territorial, effectué par les puissances « impérialistes » européennes, la France et le Royaume-Uni, de l'Empire ottoman qui s'effondre à l'issue de la Première Guerre mondiale. La séparation d'avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie/#i_91133

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 603 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les relations de la Turquie avec son voisinage »  : […] Ses voisins arabes se sont longtemps méfiés de la Turquie, héritière de l'Empire ottoman qui les avait dominés. En outre, dans les enceintes internationales, Ankara se rangeait systématiquement aux côtés des Occidentaux lors de contentieux qui opposaient ceux-ci aux pays arabes. À partir des années 1970, la Turquie a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_91133

YÉMEN

  • Écrit par 
  • Laurent BONNEFOY, 
  • André BOURGEY, 
  • Serge CLEUZIOU
  •  • 14 218 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Entre défis et réalisations »  : […] La conjonction de facteurs internationaux liés à la chute de l'Union soviétique et de dynamiques locales propres aux leaderships des deux États yéménites conduit le 22 mai 1990 à l'unification de la république arabe du Yémen (Nord) et de la république démocratique et populaire du Yémen (Sud), donnant naissance à la république du Yémen. Le processus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yemen/#i_91133

Voir aussi

ABDUL-HAMID II    STRUCTURES AGRAIRES    ÉCONOMIE DE L'ALIMENTATION    NOURI AL-MALIKI    AMANULLAH    ANGLO-IRANIAN OIL COMPANY    ARMÉNIENS    A.D.M. - ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE    ALLIANCE ATLANTIQUE    ATTENTAT    BAGDAD PACTE DE ou CENTO ou M.E.D.O.    HASAN AL BANNA'    EMPIRE BRITANNIQUE Moyen-Orient    CISJORDANIE    CONCESSIONS ÉTRANGÈRES    DÉMOCRATISATION    ÉGYPTE histoire : de 1805 à 1952    ÉGYPTE histoire de 1952 à nos jours    ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE histoire de 1945 à nos jours    FATH ou FATAH    F.I.N.U.L.    FRANCE histoire de 1871 à 1939    GRANDE-BRETAGNE histoire de 1914 à 1945    HAMAS    SAAD HARIRI    GULBUDDIN HEKMATYAR    HEZBOLLAH    INTERVENTIONS MILITAIRES    INTIFADA    IRAN histoire : de 1925 à 1979    RÉPUBLIQUE ISLAMIQUE D'IRAN    ISLAM histoire    ISLAMISME    NÉGOCIATIONS ISRAÉLO-PALESTINIENNES    JEUNES-TURCS    GUERRE DU KIPPOUR    KURDISTAN    LAÏCISATION    MILLETS Empire ottoman    GAMAL MOUBARAK    O.L.P. - Organisation de libération de la Palestine    ACCORDS D'OSLO    PALESTINIENS    PERSE histoire : de 1501 à 1925    POLITIQUE PÉTROLIÈRE    POLITIQUE ÉCONOMIQUE    RÉFORMISME MUSULMAN    ROYAUME-UNI histoire de 1914 à 1945    SÉOUD ou SAOUD ou SA'UD    TRAITÉ DE SÈVRES    SOCIALISME ARABE    SYRIE histoire jusqu'en 1941    SYRIE histoire de 1941 à nos jours    ACCORD DE TAËF    U.R.S.S. histoire    U.R.S.S. vie politique et économique    ACCORD DE PAIX DE WASHINGTON    ZAKAT

Pour citer l’article

Nadine PICAUDOU, Aude SIGNOLES, « PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/proche-et-moyen-orient-contemporain/