CAUCASE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lieu de rencontre et trait d'union entre l'Orient et l'Occident, le Caucase (en russe, Kavkaz) était auréolé d'un grand prestige aux yeux des Anciens, qui le considéraient comme la patrie de Prométhée. C'est vers la Colchide que les Argonautes devaient partir à la recherche de la Toison d'or ; c'est en Arménie, sur le mont Ararat, que se serait échouée l'arche de Noé.

Le Caucase appartient au domaine alpin, caractérisé ici par la surrection de très hautes chaînes, l'effondrement de profonds bassins, des montées volcaniques de grande puissance. La chaîne du Caucase proprement dite s'oppose, par sa relative simplicité, aux chaînes, plateaux et vallées du Caucase du Sud, plus complexes. À l'aube du xxie siècle, l'ensemble dépasse 30 millions d'habitants.

Station de ski dans le Dombaï

Photographie : Station de ski dans le Dombaï

Caucase occidental, Russie. Station de ski dans la région du Dombaï. 

Crédits : Efimova Anna/ Shutterstock

Afficher

Rendu célèbre par les récits d'explorations, les souvenirs littéraires, les légendes mystérieuses qui lui sont attachées, le Caucase est une barre difficilement franchissable culminant à plus de 5 600 m, s'étirant de la mer Noire à la Caspienne sur plus de 1 200 km ; il domine, au nord, le pays des steppes sauvages du Kouban et de Nogaïsk et, au sud, les dépressions fertiles du Rion et de la Koura ; c'est un monde de sommets longtemps inviolés, de plateaux pelés, de hautes vallées isolées.

L'histoire du Caucase explique l'hétérogénéité de sa population actuelle. Autochtones réfugiés dans la montagne, envahisseurs de toutes origines, tour à tour fixés dans le pays et refoulés par les vagues suivantes, fugitifs échappés à de plus lointaines convulsions politiques ont constitué cette toile bigarrée de races et de langues : le seul Daghestan avec ses trente langues en est un bon exemple. Diversité mais non disparité culturelle : dans le cadre géographique du Caucase, surtout dans les montagnes du Nord, s'est formée une civilisation bien spécifique.

Découpé en régions simplement définies par la nature du relief et l'appartenance ethnique, le Caucase a été longtemps un foyer d'endémismes et le refuge de sociétés archaïques et belliqueuses dont certaines ont combattu la politique impériale russe d'expansion vers les mers chaudes. Fidèle en cela à la politique tsariste, le pouvoir soviétique s'est attaché à contrôler et à soumettre, à partir des années 1920, les particularismes locaux. Ceux-ci, nourris de l'arbitraire des déplacements de population ainsi que des redécoupages territoriaux effectués sur des bases ethniques, ont resurgi avec d'autant plus de virulence à l'heure de la dislocation de l'U.R.S.S. et du relatif et temporaire effacement de la Russie. Trois républiques socialistes soviétiques, l'Arménie, l'Azerbaïdjan et la Géorgie, situées au sud du massif, ont choisi l'indépendance au début des années 1990, alors que le nord restait dans la Fédération de Russie. Cet éclatement du Caucase a profondément modifié les équilibres de la région.

La géologie du Caucase

Du point de vue géologique, le Caucase représente un chaînon externe de l'édifice alpin de l'Eurasie. Découpé par de profonds accidents longitudinaux, il se compose du Grand Caucase (Bolchoï Kavkaz), trait dominant, rectiligne, long de 1 300 km et large de 150 à 200 km, d'une zone intermédiaire de Transcaucasie du Nord et, au-delà, du Petit Caucase (Malyï Kavkaz), plus court et plus complexe que le Grand Caucase. Cet ensemble, dont la largeur totale atteint 400 km, est buté au nord par la plate-forme précambrienne russe et par la plate-forme épihercynienne du Précaucase. Cette dernière, formée d'un substratum d'âge dévonien à permien inférieur, plissé, faiblement métamorphique, et d'une couverture mésozoïque et cénozoïque tranquille, dessinant des plis de fond, s'enfonce par gradins vers le sud, à l'approche du Grand Caucase, sous les avant-fosses du Kouban occidental et oriental et du Terek (Caspienne moyenne). La zone de Laba-Malka est une partie de la plate-forme épihercynienne entraînée par le secteur central, le plus élevé du Grand Caucase, pendant la phase finale de son ascension. Elle est séparée du Grand Caucase par la cicatrice de Tyrnyaouz-Pchekich (cf. carte structurale).

Le Grand Caucase

Il est marqué par une zone axiale d'un relief très vigoureux, se profilant entre 3 500 m et 4 500 m, rectiligne sur 1 300 km et cependant divisée par de grands accidents transversaux.

Le secteur central, le plus exhaussé, délimité par des failles de « direction caucasienne », est-ouest et nord-ouest - sud-est, est composé de schistes cristallins et de gneiss du Paléozoïque inférieur et peut-être du Précambrien supérieur, et des parties inférieures du Paléozoïque moyen, granitisés par des intrusions d'âge carbonifère. La structure, fortement dissymétrique, manifeste une tendance au chevauchement vers le sud, allant jusqu'au charriage sur 15 km de la « nappe de Chtavler ». Tandis que le flanc nord (zone de Laba-Malka) plonge monoclinalement vers le nord, le flanc sud a été comprimé en plis, souvent isoclinaux, déversés vers le sud, constitués de roches terrigènes et carbonatées, épimétamorphiques, du Paléozoïque moyen et supérieur, et par des formations gréso-schisteuses puissantes du Trias ( ?) et du Lias, surmontées de flysch jurassique supérieur, crétacé et paléogène inférieur. La « zone plissée d'Abkhasie-Ratcha » assure la transition avec le massif intermédiaire de Transcaucasie.

Le secteur nord-occidental est séparé du secteur central par des fractures profondes et des flexures nord-nord-ouest - sud-sud-est, le long desquelles le soubassement paléozoïque descend à une profondeur considérable. La zone axiale est formée de Lias et de Dogger, les flancs de Malm (faciès flysch dominant) avec une structure en éventail.

Le secteur oriental, à l'est de la route militaire de Géorgie, également bas, est constitué, dans sa partie axiale, par du Lias très puissant, qui forme des structures subordonnées. Le versant nord, le Daghestan, jurassique moyen et supérieur et crétacé, relativement calme, est caractérisé par des anticlinaux coffrés et des synclinaux en auge. Le versant sud, domaine d'un flysch allant du Malm au Paléogène, a été comprimé en plis à tendance isoclinale et en écailles imbriquées poussées vers le sud et s'accentuant en petites nappes.

Le secteur sud-oriental, où le Grand Caucase s'enfonce vers la mer Caspienne, est composé dans sa partie axiale de formations gréso-argileuses de l'Aalénien-Bajocien ; la structure est presque en éventail.

Le Grand Caucase est nettement limité au sud par la « cicatrice de Kakhetie-Letchkhoum ».

La dépression de Transcaucasie du Nord

On y distingue deux parties.

La partie occidentale, à l'ouest du méridien de Tbilissi, présen [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 26 pages

Médias de l’article

Station de ski dans le Dombaï

Station de ski dans le Dombaï
Crédits : Efimova Anna/ Shutterstock

photographie

Caucase : bioclimatologie

Caucase : bioclimatologie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Gisements de pétrole, Bakou, en 1929

Gisements de pétrole, Bakou, en 1929
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Caucase, l'Aragvi

Caucase, l'Aragvi
Crédits : Camera Press/ Globe Photos

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Nanterre, journaliste scientifique
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)
  • : directeur honoraire de recherche au C.N.R.S.
  • : maître de conférences en science politique à l'université d'Auvergne, chercheur associé au Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  CAUCASE  » est également traité dans :

ABKHAZIE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 328 mots
  •  • 1 média

En bordure de la mer Noire, à l'intérieur des frontières de la république de Géorgie, la république autonome d'Abkhazie couvre un territoire de 8 600 kilomètres carrés. Lors du recensement, contesté, de 2003, la population était de 216 000 habitants ; elle était estimée, en 2006, entre 160 000 et 190 000 habitants. Les Abkhazes, de nationalité éponyme, appartiennent à la famille ethnolinguistique […] Lire la suite

ADJAR

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 729 mots

L'une des nombreuses ethnies constituant la nation géorgienne. Les Adjar ou « Adjareli » habitent dans la république autonome d'Adjarie située dans le sud-est de la Géorgie et faisant partie de cette dernière. Recensés jusqu'en 1926 (ils étaient alors 71 390), ils sont désormais considérés comme Géorgiens. La république autonome d'Adjarie comptait 376 000 habitants au recensement de 2002, les Géor […] Lire la suite

ADYGUÉ ou ADYGHÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 235 mots

Trois ethnies du groupe adygué (ou adyghé) du Caucase du Nord, les Adygués, les Kabardes et les Tcherkesses se donnent le nom d'« Adygué ». Il semble que les ancêtres de ces deux dernières ethnies partirent de l'ancien territoire adygué, d'une part vers la mer Noire, d'autre part vers le Kouban' en y abandonnant un certain nombre de tribus. Les descendants de ces tribus, les Adygués proprement dit […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre «  Géographie »  : […] Partie caucasienne de la Grande Arménie, sans ouverture maritime, l'Arménie, petit territoire de 29 800 kilomètres carrés, affronte de graves difficultés dues en grande partie à son histoire douloureuse et à son isolement physique et géopolitique. Situé à un croisement géostratégique, au sud du Caucase, entre Orient et Occident, le territoire arménien est au cœur d'enjeux de pouvoir. Carrefour mi […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La limite Europe-Asie »  : […] La limite occidentale de l'Asie est celle qui soulève le plus de problèmes géographiques. Elle pose intrinsèquement et relativement la question de la limite orientale de l'Europe, que l'élargissement politique et économique de l'Union européenne a relancée depuis l'effondrement du bloc soviétique. Le consensus est loin de régner à ce sujet, bien que la géographie soit régulièrement convoquée de f […] Lire la suite

AZERBAÏDJAN

  • Écrit par 
  • Raphaëlle MATHEY, 
  • Ronald Grigor SUNY
  • , Universalis
  •  • 6 517 mots
  •  • 3 médias

Situé dans le Caucase du Sud, à la croisée des empires russe, turc et persan, l'Azerbaïdjan est une terre antique où se rencontrent l'Orient et l'Occident. Islamisé au vii e  siècle par les Arabes, il passe sous domination perse au xvi e  siècle. Le territoire actuel fera pendant plus de cent ans partie de l'empire russe. Le pays connaît une brève indépendance entre 1918 et 1921 avant d'être ratt […] Lire la suite

AZERI

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 715 mots

Habitants de l'Azerbaïdjan, les Azeri (Azerbaïdjanlylar) forment la population caucasienne la plus nombreuse. Estimés à 6 800 000 en 2006, ils sont concentrés dans leur république, où, avec 7 600 000 habitants, ils représentent près de 90 p. 100 de la population totale. Les Azeri constituent 6,5 p. 100 de la population géorgienne et 4,2 p. 100 de la population de la république du Daghestan. La lan […] Lire la suite

BAKOU

  • Écrit par 
  • Raphaëlle MATHEY
  •  • 481 mots
  •  • 2 médias

La capitale et principale ville de l'Azerbaïdjan se situe dans la presqu'île d'Apchéron, au sud-est du pays. Édifiée sur un site habité depuis l'ère paléolithique, la cité fortifiée de Bakou présente une remarquable continuité culturelle avec des traces de présence sassanide, arabe, perse, ottomane et russe. Ville portuaire, Bakou, dont la population est estimée à 2 millions d'habitants (2005), e […] Lire la suite

BALKAR

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 838 mots

Membres d'une ethnie habitant le centre nord du Caucase — principalement dans les défilés de Baksan, de Tcheguem, de Tcherek (ou Balkar) et de Khoulam-Bezengui —, ainsi que d'autres régions de la république autonome de Kabardino-Balkarie. Les contrées où l'on trouve les Balkar en plus grand nombre sont celles de l'Elbrouz, de Tcheguem, de Sovietski et de Zol. Leur histoire est liée à celle de leur […] Lire la suite

CASPIENNE MER

  • Écrit par 
  • Aleksï Nilovitch KOSAREV, 
  • Oleg Konstantinovitch LEONTIEV, 
  • Lewis OWEN
  • , Universalis
  •  • 4 463 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les rivages »  : […] Les côtes de la Caspienne du Nord sont basses et trahissent la grande quantité d'alluvions charriés par l'Oural, le Terek et surtout la Volga, fleuve dont les deltas sont très étendus. La côte occidentale de la Caspienne moyenne est vallonnée. Les contreforts du Grand Caucase semblent proches mais sont séparés du rivage par une étroite plaine maritime. Au sud de la presqu'île d'Apchéron, sur laqu […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

24-25 avril 2015 France – Arménie – Azerbaïdjan. Visite du président François Hollande dans le Caucase.

Le 24, à Erevan, le président français François Hollande assiste à la célébration du centenaire du génocide du peuple arménien. La France a reconnu le génocide de 1915 par une loi de janvier 2001 et François Hollande se dit favorable à la pénalisation de la négation de ce génocide. Une loi adoptée en ce sens par le Parlement français en janvier 2012 […] Lire la suite

11-13 mai 2014 France – Azerbaïdjan – Arménie – Géorgie. Visite de François Hollande dans le Caucase

Caucase. Il dénonce les référendums organisés ce même jour par les séparatistes dans l'est de l'Ukraine. En Azerbaïdjan, l'enclave du Haut-Karabakh est contrôlée depuis 1991 par l'Arménie voisine, avec le soutien de Moscou. Les 12 et 13, le président français se rend en Arménie. Erevan a renoncé en septembre 2013 à conclure un accord d'association […] Lire la suite

7-23 février 2014 Russie. Vingt-deuxièmes jeux Olympiques d'hiver à Sotchi

Caucase, protégés par un lourd dispositif de sécurité en raison de la menace islamiste régionale. Ces Jeux, qui se veulent le reflet de la puissance russe, sont les plus chers de l'histoire, avec un coût de 37 milliards d'euros. La Russie se classe en tête avec 33 médailles dont 13 en or, suivie par la Norvège – 26 médailles dont 11 en or – et le Canada […] Lire la suite

29-30 décembre 2013 Russie. Attentats à Volgograd

Caucase, Dokou Oumarov, avait annoncé une campagne d'attentats visant à perturber l'organisation des jeux Olympiques d'hiver qui doivent se tenir à Sotchi, dans le Caucase, en février 2014.  […] Lire la suite

13 mai 2013 Russie – États-Unis. Expulsion d'un diplomate américain accusé d'espionnage

Caucase. Ryan Fogle est expulsé. Cette opération pourrait être liée à l'enquête menée par la C.I.A. sur l'un des deux auteurs de l'attentat de Boston, perpétré en avril, qui avait séjourné au Daghestan.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BLANC, Georges CHARACHIDZÉ, Louis DUBERTRET, Silvia SERRANO, « CAUCASE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caucase/